AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2290113948
Éditeur : J'ai Lu (23/03/2016)

Note moyenne : 4.11/5 (sur 260 notes)
Résumé :
Un après-midi d'été, Milo, douze ans, fonce à vélo sur une route de campagne. L'ivresse de la descente, un virage, et c'est la chute.
Tandis que l'enfant se bat pour sa vie, c'est toute sa famille qui vole en éclats. Milo était censé réviser ses cours d'histoire. Que faisait-il sur cette route ? Chacun
cherche le coupable, mais personne n'est innocent.
Dans ce ballet des aveux où défilent les parents, Céleste et Lino, l'indéchiffrable grand-mère... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (106) Voir plus Ajouter une critique
marina53
22 septembre 2016
Milo devait réviser l'Antiquité avec sa tante, Marguerite. Mais, en cet après-midi d'été, tous les deux ont préféré enfourcher leurs vélos et faire une course. Et c'est le drame. Une très mauvaise chute, les ambulances, les fractures et le coma.
Céleste et Lino, ses parents qui le chérissent tant, et Jeanne, sa grand-mère maternelle, leur avaient dit à tous les deux qu'ils allaient choisir le pavage de la piscine. Ce n'est pas au magasin de bricolage qu'ils s'étaient rendus mais chez le notaire, pour la succession de la maison.
Aussitôt tenus au courant du drame, les parents, accompagnés de Jeanne, se précipitent au chevet de leur fils. Une famille en apparence unie mais si fragile que ce drame va peu à peu fendre jusqu'à exploser...
Dans ce roman choral, divisé en cinq parties (le temps de la colère, de la haine, de la vengeance, de l'amertume et du pardon), Valérie Tong Cuong donne tour à tour la parole à Céleste, Lino, Jeanne et Marguerite. Chacun leur tour va se dévoiler, mettant en lumière les liens intimes qui les unissent. Même si tous les quatre semblent faire bloc autour de Milo, chacun à leur manière sera coupable du sort du jeune garçon. Car, tel un électrochoc, l'accident fera rejaillir les secrets, les mensonges, les non-dits, les rancoeurs, les silences et les colères que chacun porte. Ainsi, au lieu et place de cette famille unie, chacun s'isole pour tenter de comprendre. L'auteur joue avec nos émotions, faisant évoluer nos ressentis envers les quatre adultes ainsi que leur part de responsabilité dans ce drame. Profondément intime et brillamment construit, ce roman ne manque guère de souffle et de rebondissements. L'auteur explore avec finesse les profondeurs de l'âme et les sentiments.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
jeunejane
30 mai 2016
Milo est un garçon de 12 ans, enfant unique.
Il adore sa tante Marguerite, 28 ans, avec qui il a une belle relation d'amitié sincère.
Par un bel après-midi, alors que les deux parents et la grand-mère sont partis soit-disant pour acheter un nouveau pavage pour la piscine, ils décident d'enfourcher leurs vélos et de faire une course. Malheureusement, c'est la chute et Milo se retrouve à l'hôpital, dans le coma.
A ce moment, le roman va être divisé en 5 parties : le temps de la colère, de la haine, de la vengeance; de l'amertume et du pardon.
A l'intérieur de chaque partie, quatre personnages nous livreront leurs pensées et leurs secrets de famille distillés petit à petit.
C'est un magnifique roman, très bien écrit qui m'a fait apprécier de nouveau Valérie Tong Cuong après "L'ardoise magique" et " L'atelier des miracles". Elle a su renouveler ses intrigues à chaque récit.
Commenter  J’apprécie          560
babel95
28 mars 2016
Je remercie Babelio et les Editions J'ai lu de m'avoir permis de lire Pardonnable,impardonnable, et de participer à la rencontre avec Valérie Tong Cuong les locaux de Babelio, mardi 22 mars.
Milo n'aurait jamais dû faire la course à vélo avec sa tante Marguerite, sur une petite route de campagne. Et c'est l'accident ; Milo est dans le coma, à son chevet se succèdent Lino et Céleste, ses parents, sa grand-mère Jeanne, et Marguerite.
Une famille unie en apparence, le drame va révéler les non-dits, les émotions enfouies, les blessures jamais refermées.
Le roman choral Pardonnable, impardonnable va dépeindre le cheminement de chacun des membres de la famille. Colère, haine, vengeance, amertume.... Pendant ce temps, Milo sort du coma, entame sa convalescence... Puis brusquement, n'évolue plus. Les sentiments qui l'entourent sont trop forts, les tensions le bouleversent. le Docteur Netchev l'avait prédit : "Il va falloir vous préparer, il va y avoir beaucoup de changement. Pour lui, pour vous. Pour toute la famille en fait". La convalescence de la famille va être longue, et chacun souffrir tour à tour. Mais le retour à la vie normale de Milo est à ce prix. Il faut parvenir au temps du Pardon. Chacun va devoir payer , d'une manière ou d'une autre, pour que la famille, apaisée, retrouve un nouvel équilibre.

Pardonnable, impardonnable est un roman qui captive, qu'on lit d'une traite et qu'on a aussitôt envie de reprendre. On s'attache aux personnages, et même Jeanne, si sèche et antipathique, trouve grâce à nos yeux lorsqu'elle se découvre, plus humaine et reconnaît ses erreurs.
Peut-on tout pardonner ? Quel est le rôle du pardon ? A chacun de se déterminer. le dénouement nous permet d'envisager le meilleur pour chacun des personnages. Mais la réflexion dépasse le cadre du roman, nous fait nous interroger sur notre propre vie et sur le rôle que nous accordons ou non au pardon.
La rencontre avec Valérie Tong Cuong m'a beaucoup plu ; la personnalité de la romancière, sa simplicité de ton, les échanges avec les lecteurs et les lectrices m'ont vraiment enchantée. Lors de la séance de dédicaces, elle a pris le temps d'échanger avec son auditoire. Comme toujours, Babelio avait bien fait les choses. J'ai seulement regretté l'absence de Pierre qui anime avec habileté les rencontres écrivains en mettant en perspective les questions posées par lecteurs et lectrices.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
abfabetcie
17 février 2015
Livre admirablement construit, admirablement écrit, où chaque mot est pesé, plein d'humanité, de justesse et d'émotion. Livre en 5 temps, celui de la colère, de la haine, de la vengeance, de l'amertume et, enfin, celui du pardon. Et où est le temps de l'amour dans tout cela ? Perdu justement, dans tous les silences, les non-dits, les rancunes, les rancoeurs, les tensions, les secrets, les doutes, les malentendus, les mensonges qui remontent à la surface sans parler des blessures vieilles de 15 ans qui ne se sont jamais cicatrisées. Il y a tout dans ce livre à quatre voix, la voix de Céleste d'abord, la mère de Milo, 12 ans, puis celle de Lino, son père, celle de Jeanne, sa grand-mère et enfin celle de Marguerite, sa jeune tante, qui se relaient au chevet de Milo, victime d'un accident de vélo, entre la vie et la mort. Chaque chapitre est une voix, chaque voix est un aveu, une confession, une introspection, un intime dialogue avec soi-même et avec Milo. Et se dessine alors une famille et des liens familiaux mais surtout « des vies étouffées de douleurs et de ressentiments. » Petit à petit, on reconstitue le puzzle et chaque « révélation », chaque carte mise sur table, vient nous éclairer sur les fondements, fragiles et tellement bancals, de cette famille. On assiste alors aux règlements de comptes, inévitables, au grand ménage de printemps. « Pardonne-moi si cela doit te blesser mais je vais faire le ménage pour toi, je vais secouer les tapis et nettoyer les vitres, puisqu'enfin je m'y autorise. », dit Lino. Et c'est Milo, seul ciment de cette famille, au milieu de ces règlements de comptes, qui donnera la clé à chacun des protagonistes pour arriver à dépasser tout ce noir (car il y en a du noir, rien ne nous est épargné) pour se relever et aller vers le pardon. le long chemin de Milo en rééducation pour avancer sera aussi le long et dur chemin des trois autres vers le pardon.
Chaque personnage est fouillé, creusé, avec une personnalité bien à lui. Céleste c'est la bonté, l'harmonie, la tendresse, le tampon entre Jeanne, sa mère, et Marguerite sa soeur. Jeanne est une femme dure, autoritaire qui n'a jamais su aimer sa seconde fille Marguerite (et on comprendra pourquoi) ni accepté son gendre Lino, mais qui a une relation fusionnelle et possessive voire exclusive avec Céleste. Et que dire de Marguerite, qui ne trouve pas sa place dans cette famille (et pour cause) mais qu'un tendre et indéfectible lien unit à Milo. « Tu m'as offert une enfance. Tu m'as offert la légèreté et la félicité. » dit Marguerite à Milo. C'est le personnage qui m'a le plus touchée.
Tous les sentiments, universels, sont là, l'amour, la haine, la colère, la révolte face aux accidents de la vie mais aussi la culpabilité et la responsabilité. Il y a de magnifiques pages, de magnifiques réflexions et introspections dans ce livre, comme ce moment où Lino dialogue intérieurement avec son fils et lui avoue tout ce qu'il aurait dû lui dit et qu'il ne lui a pas dit, à trop vouloir sur-jouer le père autoritaire pour que Milo réussisse à l'école car Lino, lui, n'a pas oublié d'où il venait et comment il s'est échappé de son milieu (ouvrier, désargenté) et du chemin qui lui était tout tracé. Où quand Céleste à son tour raconte à son fils le drame qu'elle a vécu 5 ans auparavant.
Ce livre nous interroge sur notre part de responsabilité dans ce qui au départ semble n'être que des accidents de la vie ? « Ce n'est pas la manière dont les choses arrivent qui compte, c'est la raison pour laquelle elles se produisent », dit Marguerite.
Ici, cet accident fait voler une famille en éclats et remonter la vérité, des vérités à la surface. Car cet accident est l'occasion pour chacun des personnages de revenir sur sa vie, ses choix (ou ses non-choix), ses décisions et leurs conséquences.
C'est un très beau roman, fort, émouvant. C'est le premier que je lis de cet auteur et c'est une belle entrée en matière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Bazart
28 juillet 2016
Voilà un roman idéal pour l'été, une saga familiale dense et addictive qui se lit comme un page turner tant ce roman n'est pas avare en rebondissements et secrets de famille.
Plongée au coeur d'une famille a priori aimante et soudée avant qu'un accident va mener au bord de l'implosion avec des secrets enfouis qui pourraient bien une fois révélés pousser à la destruction ou au contraire tendre à l'apaisement.
Milo, 12 ans, enfant adoré qui tombe dans le coma suite à un accident de vélo faisant remonter à la surface les rancoeurs, l'amertume et les secrets bien gardés...
Très belle idée-pas neuve mais parfaitement maitrisée ici- de voir le récit racontée à chaque chapitre par un membre différent de la famille, de telle sorte qu'on arrive à avoir de l'empathie pour tous, même les personnages aux actes et pensées les plus condamnables….
Pardonnable impardonnable commence admirablement bien : les 200 premières pages sont bouleversantes et disent tant de choses, avec pudeur et sensibilité sur les non-dits, les relations avec les autres, le déterminisme social, la jalousie fraternelle, ainsi que cette l'envie de bien faire qui se retournent parfois contre soi
Les personnages du livre nous dévoile très vite, au gré de phrases souvent très bien senties une dimension humaine qui est parfaitement rendu grâce au genre choral
Dommage que le livre a tendance dans sa dernière partie à ressembler un peu trop à un roman d'Anna Gavalda : le lecteur sature un peu de ce trop-plein de révélations et de mensonges et le dénouement se résout un peu trop facilement vu l'ampleur des dégâts.
Malgré ces petites réserves un excellent roman, ambitieux et prenant qu'on ne peut que conseiller.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Les critiques presse (1)
LesEchos11 février 2015
Sans les juger, Valérie Tong Cuong laisse agir ses personnages : se soumettront-ils à la tentation d’un enfermement dans une douleur complaisante ? Céderont-ils à un ressentiment durable ? Au temps de la colère finira par succéder celui de la haine, puis de la vengeance, avant l’accalmie toute relative de l’amertume et enfin le temps du pardon.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations & extraits (147) Voir plus Ajouter une citation
BazartBazart28 juillet 2016
« J’ai attrapé mon manteau, embrassé mon fils, tenté une sorte d’accolade, poitrine contre poitrine comme on le fait entre hommes. Je lui ai répété que je l’aimais plus que tout au monde, ce qui était vrai, que nous étions les plus forts lui et moi, puis j’ai ajouté qu’il était beau, et qu’il ressemblait à un héros, et ça c’était faux bien entendu, il avait un aspect fantomatiques avec ses bandages sur le crane, son sourire légèrement tordu, son pansement taché sur la joue, sa peau autrefois douce et dorée désormais blanchâtre et granuleuse, ses membres décharnés comme dévorés, mon petit bonhomme de douze ans devenue une marionnette amochée désarticulée, dont il fallait soutenir, accompagner chaque mouvement, et à vrai dire, cette vision-là me fracassait, me trouait les poumons, le cœur , l’estomac et tout le reste, cette vision-là me rendait fou, mais pour rien au monde je ne l’aurais laissé paraitre, car dans le cas contraire où mon fils aurait-il trouvé le courage de lutter ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
marina53marina5322 septembre 2016
Combien de fois dans une vie l'être humain éprouve-t-il ce sentiment d'absurdité, lorsqu'il sait qu'il s'engage dans une impasse ? Lorsqu'il prend une décision que tout en lui réfute ? Lorsqu'il accepte un cadeau qu'il devine empoisonné ? Lorsqu'en lui tout s'alarme et lui intime en vain de ne pas décrocher ce téléphone, de ne pas monter dans cette voiture, nouer cette amitié, signer ce contrat ? Combien de fois dans une vie l'être humain renonce-t-il à se faire confiance ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
NadaelNadael07 avril 2015
« On avait ce jeu tous les deux, pardonnable, impardonnable. Tu voles dans mon porte-monnaie : pardonnable. Un hold-up : pardonnable. Tu as commis un homicide involontaire : pardonnable. Un meurtre : pardonnable. Un assassinat, je viendrai te voir en prison ! On cherchait pour quel motif on pourrait bien se laisser tomber, lui et moi, on n'en voyait aucun : tout ce qui pourrait arriver de mauvais ou de contrariant, à l'un comme à l'autre, aurait forcément une explication, sinon une justification. Ce qui est bien, disait Milo en collant son nez dans mon cou, c'est de savoir que quelqu'un sera là pour toi quoi qu'il arrive, qu'au moins une personne au monde ne cessera jamais d'avoir confiance en toi. Ce qui est bien, répondais-je, c'est de savoir qu'une personne au monde, rien qu'une seule, tient à toi pour toujours. Quoi qu'il arrive. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
marina53marina5323 septembre 2016
Je serais curieux de savoir, parmi tous ceux que j'ai croisés au long de ma vie, qui n'a jamais souhaité le malheur d'autrui. Qui n'a pas souhaité que cet énergumène excité, qui vient tout juste de lui faire une queue-de-poisson, ne finisse pas sa course dans un platane. Qui n'a pas souhaité que cette femme ou cet homme pour qui l'on a été quitté soit quitté à son tour pour une plus jeune ou un plus riche. Qui n'a pas souhaité que son collègue aux dents longues soit viré pour abus de bien social ou harcèlement moral. Vous, peut-être ?
Souhaiter n'est pas tuer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
marina53marina5301 octobre 2016
"Comment être pardonné jamais, si on ment, puisque l'autre ne sait pas qu'il y a quelque chose à pardonner. Il faut donc dire la vérité au moins une fois avant de mourir - ou accepter de mourir sans être jamais pardonné. Quelle mort plus solitaire pourtant que celle de celui qui disparaît, refermé sur ses mensonges et ses crimes."
Albert Camus - Carnets
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Valérie Tong Cuong (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Valérie Tong Cuong
Après le grand succès de "L'Atelier des miracles" ou encore "Pardonnable, impardonnable", Valérie Tong Cuong était de retour en début d'année avec un nouveau roman choral sobrement intitulé "Par amour" (JC Lattès). Un titre fort qui cache en fait une réalité bien sombre. Car c'est la première fois que la romancière s'aventure du côté de la grande histoire en racontant les destinées de deux familles pendant la seconde guerre mondiale au Havre. Elle nous en dit plus sur ses personnages, ce qui a motivé l'écriture, ses recherches ou encore la première image qui précède en général la construction de ses romans.
En savoir plus sur "Par amour" : http://www.myboox.fr/livre/par-amour-9782709656047
+ Lire la suite
autres livres classés : accidentVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

L'Atelier des Miracles

Où commence le livre ?

Dans un immeuble en flamme.
Dans la rue.
Sous un porche.
Dans un collége.

10 questions
21 lecteurs ont répondu
Thème : L'atelier des miracles de Valérie Tong CuongCréer un quiz sur ce livre
. .