AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782919186051
160 pages
Wombat (01/09/2011)
3.53/5   16 notes
Résumé :

Composé par l'auteur lui-même en 1996, Vaches noires est le dernier livre de Roland Topor, paru à titre posthume en 2011.


Ce recueil de trente-trois nouvelles concentre les thèmes qui lui sont chers : l'aliénation par les choses et l'argent, la déchéance physique, jusqu'au démembrement et au morcellement, la hantise du temps qui file et de la mort qui rôde.

Le tout baigné dans cet humour noir grinçant, ce sens inné du g... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
horline
  20 mars 2012
Pour qui connaît l'univers particulier de Topor, la publication posthume de trente-trois nouvelles inédites Vaches noires exhume parfaitement cet humour déconcertant et ce goût pour une certaine noirceur que l'on attribue à l'auteur.
Entre sexe, mort, angoisse du temps qui passe et folie, Topor ne craint pas de soulever les obsessions les plus sordides et les plus sombres de l'humanité. Il pose parfois un regard indécent voire emprunt d'une obscénité de second degré sur les histoires en apparence les plus anodines, affichant de la sorte une liberté et une sincérité non feintes face à la bêtise contemporaine. D'ailleurs, la plume n'est jamais sophistiquée, elle ne s'embarrasse pas de faux-semblants et marque la volonté de l'auteur de rejeter tout artifice et toute convention. Il ne manque jamais de jouer sur les excès et les contraires, ni d'imprimer une marque cynique pour provoquer une réaction du lecteur.
Pour autant, il faut le talent et l'extravagance de Roland Topor pour transformer le tout en une tournure légère et burlesque. Avec un regard décalé et railleur, il excelle dans l'art de tourner ces obsessions et ces travers en dérision. Il jongle avec les mots pour souligner la stupidité des évidences et la clairvoyance de ses réflexions car, malgré tout, le lecteur ne doit pas rechercher une quelconque nostalgie de l'auteur, mais un style qui illumine la réalité la plus sombre et éclaire en filigrane la personnalité d'un homme trop tôt disparu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
VACHARDTUAPIED
  18 septembre 2013
Vaches Noires, le dernier recueil de nouvelles de Roland Topor, écrit avant que celui-ci ne s'éteigne en 1997, vient d'être publié pour la première fois par les éditions Wombat.

Topor est un artiste compulsif – je parle de lui au présent, car, comme le dit François Rollin dans la préface, « un génie, ça ne meurt pas ». « Je hante les rédactions de journaux, les maisons d'édition, les musées, les galeries d'art, les productions de cinéma, les administrations de théâtres. Je sens bien que j'en agace plus d'un » écrit-il ironiquement, avant de promettre sur un ton terriblement prémonitoire « vous n'entendrez plus parler de moi ». Et en effet, il est partout. On retrouve ses dessins étranges dans le magnifique dessin animé la Planète Sauvage, dans Hara-Kiri ou dans Bizarre. Sa nouvelle le locataire chimérique a été adaptée au cinéma par Roman Polanski.
Vaches Noires, ce sont des petites nouvelles tellement courtes, mais tellement complètes. En deux pages et demie, tout ce qui devait être dit est dit. Sur la question des vaches noires (qui portent malheur), sur notre rapport au cosmos, sur les vieux (« je n'aime pas les vieux »), sur les répondeurs infidèles… On y trouve des conseils pour placer ses enfants dans une secte fiable, et on y apprend comment faire bonne figure dans les partouzes mondaines.
J'aimerais bien vous dire que Vaches Noires est un livre de chevet. On lit une, deux nouvelles, puis on repose délicatement le livre, on souffle la bougie avant de sombrer doucement dans le sommeil, l'esprit serein et la conscience tranquille. Sauf que non. Quand on a commencé ce livre, on le lit d'une traite, les mains tremblantes et le regard fiévreux. On est là, fasciné et un peu honteux, comme un môme qui aurait déniché un vieil exemplaire de Playboy. Impossible de détacher le regard. Et pourtant parfois on aimerait bien.
Ça part du drôle pour aller vers le cynique, en passant par l'absurde et le grotesque. Puis on arrive au glauque, à l'obscène, à l'insoutenable. Pas tout le temps… Chères âmes sensibles, ne vous abstenez surtout pas ! La plupart des nouvelles ne sont pas si méchantes, elles ont un bon fond. Comme ses dessins, c'est toujours un peu gratuit, certes. Mais Topor le dit lui-même dans ses mémoires, il est un vieux con. Mémoire d'un vieux con, c'est un autre de ses bouquins que Wombat réédite pour l'occasion. Je ne l'ai pas lu, alors je ne peux pas vous dire si c'est bien ou pas. Moi, je fais que transmettre l'info. Mais je pense que c'est bien.
Lien : http://www.artistikrezo.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
faby1
  31 mars 2014
Des textes, mi-nouvelles mi-conférences imaginaires, par un maître de l'humour noir. Un grand plaisir à lire.
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Telerama   28 septembre 2011
Vaches noires concentre les thèmes qui lui furent chers, son obsession de la mort, de l'humour noir, du grotesque et de l'absurde.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
horlinehorline   20 mars 2012
Je n’ai jamais tenté de trouver un sens à la vie, moral ou esthétique, ni essayé de faire évoluer l’humanité dans le bon sens. Le non-sens parait plus proche de la réalité. En général, je dessine pour me raccrocher à mon porte-plume comme un orang-outang se suspend aux branches. Il faut bien vivre, trouver de quoi payer l’ordinaire et s’offrir le luxe du vertige. Dessiner ne rapporte pas grand-chose mais ne coûte rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
alberthenrialberthenri   15 janvier 2021
Les malheurs peuvent s'accumuler à l'infini, alors que le bonheur, on en a vite fait le tour.

"Vaches noires".
Commenter  J’apprécie          100
horlinehorline   20 mars 2012
On se figurait que le manque d’argent faisait le pauvre et que l’accumulation de biens définissait le riche. Eh bien, c’est juste le contraire : la pauvreté produit le manque, la richesse créé l’illusion de l’argent.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Roland Topor (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Roland Topor
Improvisation de Roland Topor sur le thème de son livre : "LES MEMOIRES D'UN VIEUX CON"
autres livres classés : humour noirVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17461 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre