AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claire Cayron (Autre)
EAN : 9782700702767
439 pages
Éditeur : Aubier Montaigne (08/01/1992)

Note moyenne : 4.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
L'écrivain a tenu son journal pendant 60 ans. Ce livre est un recueil de pages choisies du Journal que Miguel Torga avait tenu de 1933 à 1977.

La suite du journal (jusqu'en décembre 1993) a été rassemblée en français sous le titre En chair vive et traduite par Claire Cayron.

L'exil des exils, c'est d'être exilé en Portugal. D'un côté l'Espagne où les appels ne sont pas entendus; et de l'autre la mer, où les gémissements se perdent...>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  18 juillet 2016
Chaque nation possède ses héros, se reconnaît dans des figures qui l'incarnent. Avec Miguel Torga, le Portugal a perdu l'écrivain qui, dans l'époque moderne, s'était le mieux, le plus profondément, identifié à lui.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
segrobsegrob   13 février 2012
Coimbra, 17 février 1943

J'ai passé tout mon temps, ce matin, à regarder abattre un peuplier, juste en face de la fenêtre de ma chambre.
Quelle dignité dans cette mort ! Tant qu'il a pu, il a supporté les coups de hache sans frémir, droit comme une conscience pure; et quand l'acier lui a touché le coeur, d'un seul coup, sans plier, il est tombé.
Commenter  J’apprécie          60
segrobsegrob   13 février 2012
Leiria, 15 mars 1941

La science est une merveille, et nous le savons tous. Mais par un jour d'orage comme celui-ci, la vérité est que je me souviens de la Sainte Barbe de ma province, de Saint Jérôme dans le désert, de la gravure d'une histoire naturelle montrant des sauvages en train de décocher des flèches aux éclairs ; bref, que je me souviens de tout, sauf de Franklin.
Commenter  J’apprécie          20
segrobsegrob   13 février 2012
Coimbra, 26 mai 1942

Encore un livre. Encore une tonne d'énergie gaspillée et qui, si je l'avais utilisée à défricher les landes de mon village aurait donné, pour le moins, une rangée de plants de vigne. Malheureux, celui qui avec une plaie ! Malheureux celui qui a été condamné à être poète et à l'être dans ce pays ...
Commenter  J’apprécie          20
segrobsegrob   13 février 2012
Foz Coa, 31 octobre 1960

Mon secret est le suivant : je soigne les blessures avec des pansements de terre.

Foz Coa, 1er novembre 1960

L'homme a l'ampleur de vue que son regard peut embrasser.
Le vrai et celui de son imagination.
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   18 juillet 2016
L’exil des exils, c’est d’être exilé au Portugal. D’un côté l’Espagne où les appels ne sont pas entendus ; et de l’autre la mer, où les gémissements se perdent… Je me démène dans ma camisole de force et j’en fais craquer les coutures. Tel est mon sort, depuis quarante ans. Quand je réussirai à me dégager complètement si j’en ai jamais la force, je serai trop vieux pour me servir de ma liberté. Celle qui n’est pas seulement une franchise intérieure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Miguel Torga (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miguel Torga
Ana Maria Torres, traductrice de "Folles mélancolies" de Teresa Veiga nous parle de sa région de coeur Trás-os-Montes au PorTugal et de l'auteur qui en parla le mieux dans la littérature : le grand Miguel Torga. Merci à elle et bon visionnage !
>Histoire, géographie, sciences auxiliaires de l'histoire>Biographie générale et généalogie>Biographie des écrivains (238)
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

T'ar ta quiz à la récré !! 🏐 📐

Marcel Aymé :

chat perché
1 2 3 soleil
gendarmes et voleurs
osselets
marelle

10 questions
20 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeux , école , livres , films , chanson , baba yagaCréer un quiz sur ce livre