AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Daniel-Henri Pageaux (Éditeur scientifique)Claire Cayron (Traducteur)
EAN : 9782080710420
541 pages
Éditeur : Flammarion (25/06/1999)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :

Tous nous créons un monde à notre mesure... Le mien se devait d'être ce qu'il est, un torrent d'émotions et de passions, d'actes de volonté et de compréhension, roulant de l'enfance à la vieillesse sur le sol dur d'une réalité protéiforme, convulsée par les guerres, les catastrophes, les tyrannies et les abominations, mais aussi riche de mille potentialités... Monde de contrastes, lyrique et tourmenté, monde d'ascensions et de chutes... que je n'échanger... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Danieljean
  18 juillet 2016
La Création du monde en tant que création littéraire est également une création de soi. L'écriture chez Torga, vitale et nécessaire, aidera l'écrivain à se réaliser, et à découvrir son soi. Un soi qui, finalement semble aspirer ardemment à l'universel.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   18 juillet 2016
J’avais l’impression que les années rigidifiaient certaines régions de mon être. C’était une espèce de dureté intérieure progressive, contre laquelle toutes les flèches de l’ambiguïté, du conventionnalisme, des intérêts et de la connivence se brisaient. Le monolithisme rendait de plus en plus difficile un quotidien où la marche vers le succès supposait de la malléabiblité, de la douceur et de l’adaptation. Mais tout en voyant clairement les avantages de l’autre manière d’être, je savais que j’étais condamné à payer à la vie le dur tribut de la sincérité. J’étais né monolithique, et resterais monolithique en toutes circonstances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
DanieljeanDanieljean   18 juillet 2016
Je serais capable de vivre loin de ma patrie dans la situation d’un immigrant qui gagne son pain. Je l’ai déjà fait d’ailleurs. Mais je ne pourrais jamais vivre loin d’elle en tant qu’écrivain. Il me manquerait le dictionnaire de la terre, la grammaire du paysage, l’Esprit Saint du peuple.
Commenter  J’apprécie          40
cprevostcprevost   15 août 2018
« L’universel, c’est le local moins les murs »
Commenter  J’apprécie          50

Video de Miguel Torga (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Miguel Torga
Ana Maria Torres, traductrice de "Folles mélancolies" de Teresa Veiga nous parle de sa région de coeur Trás-os-Montes au PorTugal et de l'auteur qui en parla le mieux dans la littérature : le grand Miguel Torga. Merci à elle et bon visionnage !
Dans la catégorie : Littérature portugaiseVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Littérature portugaise (227)
autres livres classés : littérature portugaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
996 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre