AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782369747680
224 pages
Éditeur : Akata (09/01/2020)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 23 notes)
Résumé :
2020 aux Editions Akata s'annonce très féministe ! Et "En proie au silence", véritable série évènement, ouvre le bal d'une année marquante. Mettant en scène une femme qui cherche à se reconstruire après un viol, ce manga marque aussi l'arrivée d'une autrice qui va faire beaucoup parler. Et si le manga le plus important de l'année sortait dès janvier ?

Misuzu exerce ce que certains appellent le meilleur métier du monde... Mais entre le désintérêt de se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
Bouvy
  14 janvier 2020
Misuzu est une jeune femme de vingt-quatre ans. Elle est professeure dans un lycée et est l'enseignante principale de la classe dont elle s'occupe. Elle semble être une jeune femme coincée, qui, malgré son charme, ne fait rein pour attirer les hommes. Ses élèves sont de jeunes adolescents, en pleine crise hormonale. La pauvre tait avec un lourd secret, elle a été violée quatre ans plus tôt par le garçon qui sortait avec sa meilleure amie. Quand sa meilleure amie vient lui annoncer ses fiançailles avec celui qui l'a violé, elle est particulièrement troublée. Cet homme, celui qui va se marier avec sa meilleure amie, continue d'abuser d'elle et elle en a peur. Malgré cela, elle enseigne bon gré mal gré. Mais elle doit aussi gérer les crises de ses élèves. L'un d'eux se fait harceler et il circule des rumeurs sur lui comme celle qu'il coucherait avec une femme mariée. Les autres élèves auraient plutôt tendance à l'admirer car ils considèrent qu'à seize ans, c'est un n'exploita. Mais l'école craint le scandale et demande à Misuzu de converser avec l'adolescent pour qu'il démente la rumeur. Mais le jeune homme ne dément pas mais il explique qu'il a peur des femmes et qu'il se sent victime de la cougar qui tente de profiter de sa jeunesse. La réaction de Misuzu sera…
Ce manga est annoncé comme étant l'évènement de ce début d'année. Sur la planète manga, c'est vrai qu'il sort de l'ornière et du lot. Les dessins et le graphisme, s'ils ne sont pas d'exceptions, sont tout de même très bons. le scénario, quant à lui, est plutôt costaud. C'est l'histoire d'une femme abusée, victime mais qui se sent coupable. Comme c'est souvent le cas dans les viols et que la victime est tétanisée rein que d'apercevoir sont bourreau. Celui-ci est particulièrement vicieux, c'est le fiancé de la meilleure amie de Misuzu. Celui-ci menace même de la dénoncer auprès de son amie si elle ne se laisse pas faire. Elle n'a pas su se défendre et est toujours soumise à son abuseur. Comme souvent, c'est un proche, ce qui rend le remord de la victime encore plus profond. Elle culpabilise d'être faible, d'être femme, de subir une relation sexuelle coupable. Psychologiquement, elle est en souffrance. Elle est aussi enseignante et elle a un regard blasé sur ses élèves et les relations qu'ils entretiennent entre eux. L'u d'eux, un adolescent de seize ans, est aussi victime du harcèlement de ses camarades. Ils font circuler la rumeur qu'il est homosexuel, ensuite qu'il ne l'est pas mais qu'il serait l'amant ‘une femme mariée. La rumeur enfle tellement que le comité de professeurs charge Misuzu aborder l'élève pour qu'il démente et ainsi sauver l'honneur de l'école. Elle prend le temps d'avoir une conversation avec lui mais le jeune homme ne dément pas. Il explique que c'est la femme de son patron,, il travaille comme étudiant chez un fleuriste, qui le harcèle et qui cherche à coucher avec lui. Mais pour Misuzu, seule les femmes sont victimes des hommes car elles sont faibles et les hommes sont forts. >Elle n'écoute même pas les doléances de son élève et lui fait sentir que si sa patronne tente de coucher avec lui, c'est de sa faute car il est un homme. le scénario interpèle, il provoque et met en évidence tout ce qui est tabou à tel point que les victimes se taisent et continuent de subir. le titre est vraiment à propos et le scénario d'un réalisme qui dérange, provoque et nous met mal à l'aise. Il s'inspire de la réalité et est criant de vérité. L'histoire est tournée de façon à se qu'on pourrait croire que la victime est la coupable mais quand elle se retrouve seule, elle vit l'enfer. Vraiment un manga passionnant et une série à poursuivre. Lu en numérique avec une superbe numérisation.
Personnages :
Misuzu Hara : jeune femme de vingt-quatre ans. Elle est brillante et enseignante. Elle est la professeure principale d'une classe de cinquième dans un lycée. Les adolescents sont plutôt du genre assez indisciplinés et se laissent guider par leurs hormones en pleine ébullition.
Minako : jeune femme qui est la meilleure amie de Misuzu. Elle est du genre écervelée et annonce ses fiançailles avec Hayafuji, un gros macho, ce qui trouble Misuzu.
Hayafuji : fiancé de Minako qu'il n'hésite pas à qualifier d'idiote. Il a Pau de respect envers les femmes et serait l'amuseur de Misuzu qui est pourtant la meilleure amie de sa fiancée.
Wadajima : élève de cinquième. Il vient de la haute société et est plutôt beau garçon. Il est le tombeur de la classe.
Tsubaki Midorikawa : jeune fille, élève de cinquième. Plutôt jolie fille, elle n'est pas très studieuse et aime être une peau de vache avec Nizuma. Elle est l'ex de Wadajima.
Misato Misakana : jeune et jolie fille qui est une élève de cinquième et dont tous les professeurs semblent amoureux d'elle. Elle sort avec Wadajima qu'elle aime allumer mais prétend qu'elle veux pour sa première fois se donner à son âme soeur. Tout le monde la croit exemplaire.
Nizuma : c'est un garçon de seize ans. Élève de cinquième. Tsubaki aime le harcelé. Elle le qualifie de puceau mais toutes sortes de rumeurs courent sur lui. Une fois, on le dit gay, l'as fois suivante qu'il se tape une femme mariée. Il aime les fleurs et travaille comme étudiant chez une fleuriste.
Mika : élève de cinquième. C'est une petite grosse que les autres filles aime à s'en moquer. Misato, cruelle, la pousse à sortir avec Nizuma.
Madame Aota : fleuriste, c'est l'épouse du patron fleuriste de Nizuma. Elle tente de séduire le jeune homme et d'abuser de lui. Elle va jusque l'emmener dans un love hôtel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Tachan
  22 janvier 2020
Je suis un peu gênée pour évoquer ce titre. Quand Akata en a parlé, ils le vendaient comme un titre dénonçant le sexisme, la misogynie et les inégalités hommes-femmes dans les sociétés modernes grâce à une autrice importante dans son pays : Akane Torikai, qui n'avait jusque là jamais été publiée chez nous. Ils ont pour cela choisi En proie au silence, seinen en 8 tomes. le problème, c'est que je ressors un peu mitigée de ma lecture, dans laquelle on retrouve bien ce que l'éditeur annonçait, mais qui m'a profondément dérangée dans sa mise en scène.
Dans En proie au silence, nous suivons deux héros victimes de la vision sexiste que la société et ses membres ont des gens : une jeune professeure et l'un de ses élèves. La première a l'air complètement froide et transparente au premier abord, mais elle cache bien des secrets, de terribles secrets. le second a l'air tout aussi ordinaire, le modèle parfait de garçon pouvant être brimé par les autres, mais une rumeur va transformer sa vie et peut-être pas de la meilleure façon.
Tout au long de ma lecture, comme son titre l'annonçait, j'ai eu l'impression de subir une chape de plomb et d'angoisse. J'ai parfaitement ressenti le malaise de chacun des personnages au point que cela a rendu ma lecture vraiment malaisante. Je n'ai pas aimé le regard froid et calculateur mais honnête jeté par l'héroïne sur son environnement de travail, le lycée. C'est assez terrible et cynique. Je sais que ça donne une touche réaliste à l'histoire mais moi, ça m'a surtout mis mal à l'aise. Je n'ai pas aimé ce personnage et je n'ai pas beaucoup aimé ma lecture non plus à cause de ça, mais sûrement parce que je ne suis pas amatrice de ce type de récit trop dur.
Je reconnais tout de même un certain talent à l'autrice pour évoquer cela. Oui, c'est dérangeant mais le malaise est amené vraiment progressivement, malgré un début un peu brouillon et fade. On ne se doute vraiment pas de ce que cachent les personnages au début et au fil de l'histoire on tombe un peu des nues quand on découvre certains secrets. Si j'ai été touchée par celui du garçon, Nizuma, qui m'a bouleversée, ce ne fut pas le cas pour les autres. J'ai eu un sentiment de surenchère au bout d'un moment avec l'accumulation de personnages étant détestables ou dérangés. Je n'ai aussi pas compris comment l'héroïne pouvait se retrouver dans une telle situation après les révélations de la fin du tome. C'est trop surréaliste et ça ne sonne pas juste pour moi à nouveau.
Alors oui le discours sur le sexisme m'intéresse. J'aime la façon dont l'autrice nous amène petit à petit à comprendre que rien ne va, que des propos ordinaires ou certaines situations banales, ne devraient pas l'être mais devraient choquer et être interdits. J'ai aimé surtout qu'elle veuille nous montrer que ces violences ordinaires touchent aussi bien les hommes que les femmes, et que quand on est victime ça peut fausser notre façon de voir les choses et nous amener à être injuste, voire pire, à notre tour. du moins, c'est ce que j'ai voulu voir dans les derniers chapitres où un personnage tient des propos terriblement choquant qui m'ont fait bondir. Elle n'épargne personne et nous montre une vérité crue qui fait mal. Ça, ça me plaît, mais est-ce que cela sera suffisant par la suite, je ne sais pas. Si elle tombe vraiment trop dans la surenchère de situations glauques pas forcément justifiées, ce sera trop pour moi et je m'arrêterai là.
Au passage, petit avertissement, cette série est dure et contient des scènes très difficiles : sexisme ordinaire, impunité des coupables, agressions sexuelles, viols… et les scènes ne sont pas justes évoquées. Soyez prévenus !
En conclusion, comme annoncé par l'éditeur français, En proie au silence est un titre qui ne peut pas laisser indifférent. Il questionne notre société sur certains de ses vices cachés qui ne devraient plus l'être et qu'il faut dénoncer en plein jour. Mais pour le moment, je trouve le titre inabouti, alors que vu la réputation de l'autrice, je m'attendais à quelque chose de plus fin...
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Lesvoyagesdely
  19 janvier 2020
Couverture :
La première fois que j'ai vu cette couverture, elle m'a fait une drôle d'impression, pas vraiment positive. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais l'impression que ce n'était pas une femme, et encore du LGBT. Sauf que ce n'est pas la seule différence qui existe dans la société. Ainsi la couverture m'a trompé.
Titre :
Le titre m'a fait penser à la loi omerta, celle du silence, où on préfère taire les choses, ou que c'est plus d'usage et moins gênant. Un tire qui me paraissait lourd de sens.
Graphisme :
Le graphisme est agréable, et à un côté mature, réaliste.
Thématique :
Elles sont très fortes, pour moi plus que l'histoire de base encore, car elles montrent bien des problèmes de société. Akata frappe très fort et pour tous les gens assez mûrs et avertis, c'est une lecture nécessaire.
Histoire :
Akata nous sort un nouveau titre de société violent tant physiquement que psychologiquement, et qui risque de vous mettre à terre et mal à l'aise. Et pas seulement à cause des scènes osées. le manga sera en 8 tomes. Il est réservé à un public mûr et averti. Un titre coup de poing, qui frappe fort et vous donnera pas mal d'électrochoc. Il questionne nos rapports sociaux en général, et le rapport homme / femme. Il questionne la liberté, le choix, la force, la faiblesse, la société. Les personnages se confrontent et ça explose. Misuzu Hara n'a jamais quitter l'école, et pour cause, elle est devenue enseignante. Jeune femme de 24 ans, elle n'est pas du bon côté de la barrière. Elle n'a rien qui la démarque. Elle en a conscience, mais pour le moment, elle a l'air de faire avec. Il semble même qu'elle ait finit par accepter l'inacceptable, dont elle est toujours prisonnière aujourd'hui. Ce n'est pas tous les jours facile de s'occuper de ces jeunes adolescents. Ils se mettent dans de drôles de situation, ont de drôles de comportement. Tout ressemble à un sombre jeu, des faux-semblants. Vouloir sortir avec quelqu'un pour sa beauté, popularité, en jouait avec son corps. Remonter un peu sa jupe pour aguicher. Et il y a ces gens qui semblent faire partie de l'autre catégorie, ceux qui ont tout. Ils peuvent faire peur à ceux de la mauvaise partie, les acculer, si bien qu'ils leur cèdent. Sans compter qu'un homme a une force physique qu'une femme n'a pas. Misuzu Hara a une étrange amie aussi, le terme d'amie me semble d'ailleurs bien trop fort. La série devrait permettre de mettre en avant le sexisme, les inégalités entre les hommes et les femmes, mais pour l'instant presque tous semblent jouer à un drôle de jeu, qui nous fait questionner la sincérité de leurs sentiments, sauf entre autre Misuzu mais qui a l'air de totalement subir.
Soit elle observe, un peu perdue par moment, ou alors elle subit, sans avoir la force de s'opposer. Elle doit aussi faire attention à ne pas se faire manger par les jeunes adolescents. Et de l'autre côté, nous avons un adolescent, qui répond vraiment : la vérité, alors que personne ne le fait vraiment tant elle semble dérangé par moment.
C'est comme si la société elle-même vous inviter à mentir pour que ce ne soit pas trop perturbant. le respect et le consentement semblent également des notions totalement oubliées comme si on était dans une sorte d'esclavage moderne où ceux du bon côté de la barrière assujettissent ceux du mauvais côté.
Ce premier tome met en avant pas mal d'éléments déréglés de notre société, et en cela il nous choque, met mal à l'aise, et poussera au questionnement, à la réflexion. de plus, le lecteur aura de quoi être curieux de voir le chemin que va prendre ce manga, cette histoire, osée et dérangeante, mais quelque part importante. Akata frappe fort avec ce titre choc sur la société, la vérité qui dérange et toutes les inégalités. Âmes sensibles et gens trop jeunes abstenez-vous. Les autres, n'hésitez pas à en parler avec quelqu'un de confiance. le graphisme est agréable. L'idée dans le futur serait qu'au moins certains arrêtent les faux semblant, disent la vérité, arrêtent de considérer que tout cela est normal.
Lien : https://lesvoyagesdely.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Pixie-Flore
  26 février 2020
Les femmes subissent ; les hommes font subir. C'est ce que pense l'héroïne de cette nouvelle série. Elle encaisse les coups en serrant les dents.
Akane Torikai frappe fort dès le premier volume. Elle distille ses billes avec efficacité et toutes les pièces du puzzle nous sont déjà donné. Enfin peut-être...
Harcèlement, femme-objet, agressions sexuelles, agressions psychologiques, viols, menace de revenge porn, etc. Autant de sujets esquissés et mis sur le tapis. C'est une lecture difficile, qui soulève beaucoup de questions, mais triste reflet de nos sociétés, donc essentielle.
Je ne sais pas exactement où l'auteur veut nous emmener. Elle dénonce, certes, mais va-t-elle se contenter de rester dans une vision du monde très binaire ? Je ne l'espère pas. Il me faut attendre la suite...
Commenter  J’apprécie          70
ChuutJeLis
  26 février 2020
Misuzu est une jeune professeur qui tente de se reconstruire au quotidien suite à une profonde blessure. Mais entre ses élèves qui n'ont aucun intérêts pour ses cours et sa meilleure amie qui lui annonce ses fiançailles Misuzu ne parvient plus à faire semblant et tout commence à vaciller autour d'elle... J'ai l'habitude avec Akata de lire leurs mangas avec des sujets forts et sensibles mais je crois que c'est la première fois que je ressent autant d'émotions, de rage, d'angoisse et de malaise face à une lecture.
Les avertissements au dos du manga ne mentaient pas, il n'est pas à mettre entre les mains des plus jeunes et surtout il est à confier à un public averti.
On aborde ici le sexisme, le viol et la confiance en soi. Les scènes sont crues, détaillées et violentes. Elles percutent le lecteur de plein fouet et font forcément réagir. On s'attarde surtout sur deux relations différentes et pourtant assez semblables car toutes les deux très toxiques. Les 2 personnages sont chacun à leur manière piégés physiquement et mentalement dans des relations qu'ils n'ont pas souhaité et dont ils n'arrivent pas à sortir. Pour moi ce manga démontre la complexité du viol, on voit ici qu'il ne s'agit pas forcément à chaque fois d'une agression dans la rue ou dans un lieu confiné, ça peu arriver n'importe où et même avec des gens que l'on connaît. On nous montre aussi que ça ne touche pas que les femmes et que les corps sont violés mais l' âme des victimes aussi.
Ce tome 01 était vraiment très percutant et j'ai hâte de savoir la suite, j'espère que les personnages vont réussir à sortir de leurs situations malsaines et qu'ils parviendront à dénoncer leurs agresseurs respectifs.
Cette saga est déjà achevée au Japon avec 8 tomes, le tome 02 sortira début Avril en France
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (4)
BDGest   18 février 2020
En proie au silence est un récit intimiste réservé, selon la formule consacrée, à un public averti. Néanmoins sa lecture témoigne de la violence psychologique que peuvent subir des individus et œuvre ainsi intelligemment pour l’égalité des genres.
Lire la critique sur le site : BDGest
Bedeo   11 février 2020
Percutant et corrosif malgré son absence de grands éclats, En Proie au Silence lève un voile sur un problème majeur de la société, et rappelle que le combat féministe (mais pas uniquement) n’est certainement pas gagné.
Lire la critique sur le site : Bedeo
ActuaBD   23 janvier 2020
En proie au silence prend comme point de départ un événement tristement banal et explore les conventions sociales qui établissent les rôles de domination et de soumission homme et femme. Un début assurément aussi intrigant que puissant dont il nous tarde de découvrir les développements.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDZoom   14 janvier 2020
Akane Torikai est une jeune mangaka encore méconnue en France et qui n’a clairement pas sa langue dans sa poche. Avec son talent de conteuse, elle analyse avec justesse la situation des femmes face à la domination patriarcale.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
BouvyBouvy   09 janvier 2020
Si l’on divise les êtres humains en deux groupes… il y aura toujours… un groupe qui obtiendra le plus de chose. Cette vérité… je la ressens tous les jours. Les gens alertes… les gens sereins… les riches… les dynamiques… ceux à doubles paupières… et les hommes. Les gens lents… les gens nerveux… ceux des classes moyennes ou basses… les passifs… ceux à simples paupières… et les femmes.
Commenter  J’apprécie          40
LivherynLivheryn   17 janvier 2020
Les saintes-nitouches dans ton genre ne pensent qu'à des trucs obscènes.
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
autres livres classés : violVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
877 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre
.. ..