AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
En proie au silence tome 2 sur 8
EAN : 9782369747697
Akata (28/05/2020)
3.69/5   47 notes
Résumé :
Après un premier tome choc, "En proie au silence" revient sans perdre de sa superbe ! Les enjeux se compléxifient, tandis qu'Akane Torikai, autrice de talent, continue de décrire les doutes et les errances de ses protagonistes... Inclus dans ce tome : une post-face de la grande Moto Hagio.
Un malaise s'est installé entre Misuzu et Niizuma depuis que la professeure a exprimé le fond de sa pensée. L'adolescent, perturbé, ne sait plus comment se comporter avec e... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 47 notes
5
3 avis
4
7 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Bouvy
  28 mai 2020
Misuzu est toujours victime de Hayafuji, le fiancé de sa meilleure amie. Cette dernière, de son côté, veut cesser de travailler pour devenir une parfaite femme au foyer quand elle sera mariée avec Hayafuji. En bon salop, il maintient sous sa coupe la pauvre enseignante. Il n'hésite pas de la faire chanter pour continuer d'abuser d'elle Il n'y a pas qu'elle comme victime, il vient aussi de voiler une autre jeune femme pour ensuite lui faire croire qu'il l'aime et que c'est ça l'amour. Dans le même temps, Minamoto, la fiancée de Hayafuji et l'amie de Misuzu, se sent de plus en plus souvent délaissée par son prétendant. Dans le lycée, les étudiants aussi laisse s'exprimer leurs hormones. Nizuma reste profondément troublé par la conversation qu'il a eu avec son enseignante à propos de la relation qu'il entretient avec une femme mariée. En réalité, c'est lui qui a été abusé par l'épouse adultère et mature. Mais il est poussé par une fille de sa classe un peu vicieuse à sortir avec la petite grosse du bahut. Mika, le petit boudin victime des railleries de ses camarades, joue le jeu et est prête à tout pour que le jeune homme tombe amoureux d'elle. En même temps, on pourrait pensé que le pauvre Nizuma tomberait tout doucement amoureux de son enseignante et aurait découvert qu'elle serait peut-être victime d'un saligaud. Une autre jeune fille fait scandale dans le lycée en étant publiée en maillot de bain dans un magazine de mode. Misuzu cherche désespérément une solution pour se débarrasser de Hayafuji et son amie, la fiancée de ce dernier, commencerait peut-être à douter de l'intégrité de son fiancé…
Parfois, avec des préjugés, ou en restant caler sur certains mangas populaires, on pourrait penser que le manga est un art mineur et inférieur à la bande dessinée européenne. Mais, bien souvent, ils sont très symboliques ou sont très revendicateurs, n'hésitant pas à bousculer nos idées toutes faites ou en dénonçant des faits de société qui nous échappent ou que nous occultons volontairement. Cette série en est la preuve. Féministe, elle dénonce le sexisme avec beaucoup de véhémences, sans détour ni tabou. Bien sûr, on pourrait penser qu'il se&appuie sur des clichés. le genre que si certaines femmes sont victime des hommes, c'est parce qu'elles les ont provoqués. Comme si le string ou la minijupe était des passeports qui autorisaient le viol ou simplement les mots blessants et insultants qui, pour certains, naturellement, rangent les victimes du côté des coupables. le graphisme est superbe mais au-delà, le message est dur, cru, violent, dérangeant. Mais malheureusement, c'est le quotidien de beaucoup de femmes. Bien évidemment, l'action se déroule au Japon, pays particulièrement patriarcal, où beaucoup de femmes abandonnent leur carrière pour devenir femmes au foyer. L'action se déroule aussi principalement dans une école ou la majorité des professeurs sont des hommes et qu'ils sont très conservateurs. Ils ont plus peur du scandale que du devenir de leurs jeunes élèves. le silence, les non-dit sont souvent plus cruels que les paroles. Les victimes se taisent, de peur d'être jugées, les violeurs vivent heureux, impunis et continuent leurs saloperies en pensant qu'il est naturel d'abuser des femmes, ces êtres inférieurs qu'il faut soumettre, ces sexes sur pattes nées pour le plaisir des mâles. Même si l'action se déroule au Japon, je crois que nous pouvons aisément la transposer en Europe et partout dans le monde. Quand, un jour, l'égalité parfaite homme femme sera établie, quand enfin, les femmes seront libres de leur corps et de la façon de l'utiliser. Quand cesserons nous de les voir comme e simples objets, des servantes, des êtres qu'il faut éduquer en les battants pour mieux les soumettre. Heureusement que tous les hommes ne sont pas comme ça mais, tant qu'il n'en restera qu'un qui pense de telle façon, nous devons considérer toute atteinte à l'intégrité des femmes comme un crime. Nous devons aussi cesser de penser que les femmes sont des êtres faibles, de les voir comme une minorité qu'il faut protéger, même contre leur gré. Comme l'écrit si bien ma fille aînée, les femmes sont des hommes comme les autres. Ne voyez pas ce manga comme dérangeant mais plutôt comme bouleversant.
Lu en numérique, avec une superbe numérisation en format KINDLE.
Personnages :
Misuzu Hara : jeune femme de vingt-quatre ans. Elle est brillante et enseignante. Elle est la professeure principale d'une classe de cinquième dans un lycée. Les adolescents sont plutôt du genre assez indisciplinés et se laissent guider par leurs hormones en pleine ébullition.
Minako : jeune femme qui est la meilleure amie de Misuzu. Elle est du genre écervelée et annonce ses fiançailles avec Hayafuji, un gros macho, ce qui trouble Misuzu.
Hayafuji : fiancé de Minako qu'il n'hésite pas à qualifier d'idiote. Il a peu de respect envers les femmes et serait l'abuseur de Misuzu qui est pourtant la meilleure amie de sa fiancée.
Wadajima : élève de cinquième. Il vient de la haute société et est plutôt beau garçon. Il est le tombeur de la classe.
Tsubaki Midorikawa : jeune fille, élève de cinquième. Plutôt jolie fille, elle n'est pas très studieuse et aime être une peau de vache avec Nizuma. Elle est l'ex de Wadajima.
Misato Misakana : jeune et jolie fille qui est une élève de cinquième et dont tous les professeurs semblent amoureux d'elle. Elle sort avec Wadajima qu'elle aime allumer mais prétend qu'elle veux pour sa première fois se donner à son âme soeur. Tout le monde la croit exemplaire.
Nizuma : c'est un garçon de seize ans. Élève de cinquième. Tsubaki aime le harcelé. Elle le qualifie de puceau mais toutes sortes de rumeurs courent sur lui. Une fois, on le dit gay, l'as fois suivante qu'il se tape une femme mariée. Il aime les fleurs et travaille comme étudiant chez une fleuriste.
Mika : élève de cinquième. C'est une petite grosse que les autres filles aime à s'en moquer. Misato, cruelle, la pousse à sortir avec Nizuma.
Madame Aota : fleuriste, c'est l'épouse du patron fleuriste de Nizuma. Elle tente de séduire le jeune homme et d'abuser de lui. Elle va jusque l'emmener dans un love hôtel.
Midorikawa : jeune fille de seize ans, étudiante qui fait du mannequinat. Elle choque le corps enseignant en posant en maillot de bain assez sexy pour un célèbre magazine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
thedoc
  01 juin 2022
Le premier tome de la série « En proie au silence », qui a pour objectif de dénoncer les violences sexistes et les inégalités homme-femme dans la société niponne, avait de quoi ébranler par son graphisme très réaliste et ses propos. le premier volume se centrait en grande partie sur Misuzu, la professeure, et son élève Niizuma. Tout deux subissaient le poids d'une situation particulière, ce qui pouvait les rapprocher. Mais les paroles de Misuzu ont amorcé la rupture. Dans cette suite, nous retrouvons la jeune professeur, toujours sous l'emprise de son agresseur, ainsi que son élève Niizuma, tourmenté par ce que lui a dit son enseignante. La relation entre les deux est trouble, Niizuma sentant que sa professeur est sans doute manipulée.
Ce deuxième volume met cette fois-ci en avant d'autres portraits féminins, très différents. Nous découvrons ainsi la fragile Mika, prête à user de son corps pour garder celui qu'elle aime auprès d'elle, et Midorikawa, jeune mannequin, qui nous parle de la liberté de la femme vis à vis de son corps. Marchandisation du corps féminin, voilà le thème principal de ce deuxième volume, que cela soit subi, voulu ou forcé. Les réactions des hommes sont ou patriarcales ou perverses mais toujours dans l'idée qu'ils ont leur mot à dire dans l'apparence et la possession du corps des femmes. Misuzu évolue également un peu. Sa colère monte et on sent en elle la volonté de se libérer de l'emprise de son prédateur. Quant à ce dernier, toujours aussi abject, il révèle un peu plus sa personnalité de manipulateur et sa façon de classer les femmes dans deux catégories…
Cette suite gagne donc en profondeur. L'auteur prend son temps pour faire avancer l'histoire, jouant sur les répliques et les situations pour toujours choquer et donc frapper fort. A noter tout de même, dans cette intrigue bien sombre, une lueur d'espoir avec le personnage de Kana Misato, une jeune fille qui semble prendre la mesure de ce qui se joue autour d'elle et bien décidée à prendre la défense des femmes opprimées.
Attention, manga toujours pour un public averti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Mariloup
  18 octobre 2021
Le premier tome d'En proie au silence avait presque été un coup de coeur ! Ce tome n'en est pas un mais quelle lecture !
Les personnages que nous suivons sont perdus et en souffrance sur bien des plans comme Mademoiselle Hara, une âme en peine qui n'a pas de contrôle sur son corps, qui se dévalorise alors que c'est une victime ! Elle n'a absolument rien à se reprocher ! C'est le personnage d'Hayafuji qui est une ordure profonde, un homme narcissique, un violeur en série exécrable ; Niizuma est lui aussi perdu, Mlle Hara occupe toutes ses pensées, il ne se projette pas dans sa relation actuelle avec Mika. Quant à Minato, elle est encore plus seule, délaissée par son mari, blessée. Personne n'est épargné !
C'est terriblement dur, sombre, choquant, écoeurant, dramatique et mélancolique ! Les sujets abordés sont difficiles : la sexualité, les inégalités homme/femme, le viol, le harcèlement physique et moral, la culpabilisation des victimes, la solitude... et il y en a plein d'autres !
Il y a une scène sur laquelle j'ai bloqué pendant plusieurs minutes. J'étais bien incapable de tourner la page tellement j'étais choquée par la violence de la scène, terrassée par une avalanche d'émotions face à l'acte abominable que j'avais sous les yeux et renforcé par un graphisme réaliste. D'ailleurs, cette scène fait bien écho à celle du même acabit dans le tome 1 qui, elle aussi, m'a traumatisé.
Le style de graphisme est incroyable bien que particulier. En tout cas, il est très réaliste et renforce les scènes fortes du manga, apporte encore plus d'impact et transmet les émotions à un tel degré !
En bref, je n'ai peut-être pas eu de coup de coeur mais j'ai tout de même beaucoup aimé cette lecture, très dure et malaisante. Il est impossible de ressortir d'une telle lecture sans dommage, sans être mis à mal. Je vais bien évidemment lire la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Tachan
  09 juin 2020
Difficile de trouver les mots après la lecture de ce nouveau tome. Je ne suis toujours pas convaincue. Il y a énormément de choses qui me dérangent dans ce titre, dans les paroles mises dans la bouche des personnages et dans les éléments dénoncés qui me font me sentir très mal. Je sais que c'est voulu par l'autrice mais par moment j'ai du mal à voir où elle se situe et ça n'aide pas. Je continue donc à trouver le titre too much et à ne pas savoir me positionner dessus.

Je m'attendais après la lecture du tome 1 à voir une dénonciation des violences sexistes et sexuelles faites aux femmes aussi bien qu'aux hommes, ce qui aurait été révolutionnaire. Malheureusement, ce n'est pas le cas. On ne se concentre que sur les femmes. Les hommes sont cependant traités de façon plus nuancée et ne sont pas tous mis dans le même panier, ouf ! Cependant, je continue à trouver le discours un peu trop à charge par moment et j'aurais aimé ce contre point avec Niizuma mais ça ne vient pas...

Ce fut une lecture très dense avec beaucoup de personnages qui interviennent, vivent des choses différentes et tiennent des propos différents car leurs positions et visions du monde diffèrent. Cependant, j'ai eu l'impression d'une "accumulation" de cas encore une fois. Ce serait bien aussi de croiser des gens "normaux" au milieu de tout ça et pas que des victimes ou des pervers... Cependant je reconnais que la narration est bien menée, on passe d'un personnage à l'autre, d'une histoire à l'autre avec beaucoup de fluidité et la découverte de chaque exemple de "maltraitance" est intéressante.

Le cas de Misuzu qui fut le point de départ, n'est qu'un parmi d'autre ici, et en plus il n'avance pas beaucoup avant le cliffhanger car elle reste enfermée dans sa position de victime. Au passage le moment où on la montre comme victime prenant du plaisir fut très très dérangeant pour moi, je ne cautionne pas ! Cependant c'est le cas qui va donner envie à certains de se bouger et j'aimerais vraiment voir cela dans les prochains tomes. Je trouve intéressant que certains remarquent que quelque chose clochent et cherchent à se mobiliser, à voir comment. Concernant Niizuma, son pendant masculin, j'ai plus de mal, ça me dérange de le voir fantasmer sur sa prof dans le contexte de l'histoire. Cependant, il ressemble à un vrai ado entre guillemets avec ses désirs incontrôlés, ses envies de découvertes et pourtant sa naïveté. C'est un gentil garçon qui ne fait pas n'importe quoi, il me plait. Sa copine Mika me fait de la peine, elle n'a aucune confiance en elle à cause de ses rondeurs et du dictat de notre société qui ne valorise que les filles minces. du coup, elle ne s'appuie que sur sa poitrine et ça lui joue bien des tours. A l'inverse, une de leurs camarades, Midorikawa, a parfaitement compris comment fonctionnait la société et préfère en jouer. Ça a l'air d'une fille forte qui pourrait ruer dans les brancards ! Enfin, il y a le fameux couple ultra dysfonctionnel des amis de Misuzu qui me donne envie de vomir. Entre elle qui se conforte dans sa vision passéiste et soumise de la femme, et lui qui est un violeur récidiviste mettant tout sur le dos des femmes, c'est révoltant !

Alors oui, l'autrice remue beaucoup de choses en moi. Je ressors écoeurée, dégoutée et énervée de cette lecture. Mais je ne trouve pas cet effet "coup de poing" que j'attends pour le moment. J'ai juste la sensation d'une accumulation de situations glauques et malsaines sans rayon de lumière, sans espoir et moi j'ai besoin d'espoir dans ce genre de situation. Peut-être que la prise de conscience des petits jeunes fera bouger les choses, je l'espère, parce que pour le moment on est juste dans du sombre, très sombre et sans issue, ce qui est fort triste.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mimouski
  22 août 2021
Ce tome m'est particulièrement malaisant. J'ai été vraiment gênée par la tournure des événements, les situations et nouveaux personnages s'enchaînent sans que chaque relation n'ait 'avancé' dans le sens que l'on voudrait. Tout y est glauque et m'a dégoûté. La façon dont c'est tourné montre beaucoup de vulnérabilité et de culpabilité des personnages vis-à-vis de leur rôle de femme et d'homme mais aussi leur vision du sexe. Hayafuji, celui-là ne mérite aucune pitié, un prédateur qui m'a rendu absolument hystérique entre son attaque dans le bar et le moment où notre personnage principal tente de se rebeller contre lui mais qui finit par prendre plaisir.. ça doit être le summum du tome, le trop plein d'énervement pour moi. Je ne vois pas où l'auteure veut nous emmener et surtout, pourquoi avoir mis autant de violence psychique et physique au tome 2.. un moyen de nous attirer dans sa toile pour nous distiller un futur moins macabre ? On est mal barré.
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
ActuaBD   28 août 2020
Une lecture éprouvante qui dresse un portrait sans concession des relations toxiques. Pour le moment le récit s’est attelé à poser les personnages et leur jeu de relations entremêlées, un contexte sous-tension désormais prêt à exploser à tout moment.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
BouvyBouvy   28 mai 2020
Si cette relation était vraiment violente... tu sais mieux que moi qui serait blesser. la vérité, c'est que tu ne veux pas être réduite à une femme victime de violence aux yeux des autres. Vous sentir désirées vous donne confiance en vous... et vous pensez que l'amour et la violence, c'est subjectif. vous les femmes, vous êtes de bien viles créatures.
Commenter  J’apprécie          30
Pixie-FlorePixie-Flore   24 août 2020
Je sais que ce que je fais n'est pas bien mais je ne sais pas du tout à partir de quel moment ce que je fais devient mal.

[p110]
Commenter  J’apprécie          20
BibyDeMaupassantBibyDeMaupassant   23 octobre 2022
Et si tu fais de moi une marchandise d’occasion, tu n’en assumeras pas la responsabilité derrière, pas vrai ?
Commenter  J’apprécie          00
Pixie-FlorePixie-Flore   24 août 2020
Si vous souhaitez changer les mentalités, le minimum, c'est de ne pas vous mentir à vous-même.

[p99]
Commenter  J’apprécie          00
BibyDeMaupassantBibyDeMaupassant   23 octobre 2022
L’idée que mon corps puisse me faire souffrir, c’est du délire !
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Akane Torikai (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Akane Torikai
Nous voilà déjà en février ! Mais le rythme de publication ne faiblit pas… On vous retrouve pour parler du nouveau manga d'Akane Torikai et de plein d'autres choses !
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : Twitter : https://twitter.com/AKATAmanga Instagram : https://www.instagram.com/akatamanga/ Facebook : https://www.facebook.com/akata.fr/
Notre site web : http://www.akata.fr/
#AkataEnCoulisses
autres livres classés : violVoir plus
Notre sélection Manga Voir plus





Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
436 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre