AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782130563952
126 pages
Éditeur : Presses Universitaires de France (05/10/2007)

Note moyenne : 3.12/5 (sur 4 notes)
Résumé :

On connaît mal encore les théories et les textes de Darwin sur l'évolution biologique et humaine. Trop souvent, on accuse le savant britannique d'être responsable des dérives inégalitaires - eugénistes, racistes ou néo-malthusiennes - du principe de sélection naturelle.Cet ouvrage examine la vie, l'œuvre et la pensée de Charles Darwin, son voyage, ses combats et les textes essentiels que sont, en part... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Walktapus
  21 mai 2015
Comme le titre le laisse penser, on parle ici de Darwin, de ses théories et de sa vie, surtout vue sous l'angle du mûrissement de ses idées et de la publication de ses travaux. Les étapes du voyage du Beagle sont bien évoquées, de même que le cheminement en faisceau de la pensée qui mène à la sélection naturelle.
Il y a des développements sur les réfutations des objections au darwinisme, mais le sujet qui semble surtout tenir à coeur à l'auteur est de dédouaner Darwin des dérives d'abrutis qui se réclament de ses travaux : darwinisme social, eugénisme, racisme, etc., ce qu'il fait à la lecture de la Filiation de l'Homme.
Il ne restait plus assez de pages pour les développements ultérieurs du darwinisme, évoqués trop rapidement à mon goût. Si j'étais dans les sciences naturelles, peut-être que j'aurais tout compris.
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
WalktapusWalktapus   19 mai 2015
De Darwin au nazisme, la voie est sinueuse et traversée de courants dont la caractéristique commune est la trahison de la pensée intégralement développée de Darwin.

La vérité sur ce que Darwin a écrit sur l'Homme doit être cherchée non pas dans l'ouvrage où il n'en dit rien (l'Origine des Espèces) mais dans celui où il en parle (la Filiation de l'Homme) - et où il explique que l'émergence de la morale et de la civilisation, fruit de l'évolution conjointe des instincts sociaux et de la rationalité, est indissociable du mouvement d'extension indéfini de la sympathie. Le transformisme darwinien en anthropologie ouvre ainsi la voie d'une compréhension scientifique des conditions de possibilité d'une éthique débarrassée de tout présupposé religieux. D'une éthique qui explique les valeurs dans leur genèse évolutive, comme tous les autres faits du devenir humain, en les rendant à la responsabilité purement humaine de ceux qui s'en reconnaissent les sujets.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          112
WalktapusWalktapus   09 mai 2015
L'anthropologie darwinienne, telle que nous pensons l'avoir aujourd'hui restituée dans sa logique et dans ses formulations fondatrices, s'oppose au [darwinisme social (inventé par Spencer) et à l'eugénisme (inventé par Galton)] - c'est à dire s'oppose aux dogmes ordinaires de l'élimination naturelle ou planifiée des "inaptes" - comme elle s'oppose en même temps aux recommandations malthusiennes, aux sociologies biologiques, au racisme "scientifique", aux exactions coloniales, aux brutalités esclavagistes et à l'intégrisme libéral qui périodiquement condamne et combat toute législation protectrice en faveur des pauvres.
(introduction)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          144
lanardlanard   25 octobre 2017
La sélection naturelle a ainsi sélectionné les instincts sociaux, qui à leur tour ont développé des comportements et favorisé des dispositions éthiques ainsi que des dispositifs institutionnels et légaux anti-sélectifs et anti-éliminatoires. Ce faisant, la sélection naturelle a travaillé à son propre déclin (sous la forme éliminatoire qu'elle revêtait dans la sphère infra-civilisationnelle), en suivant le modèle même de l'évolution sélective - le dépérissement de l'ancienne forme et le développement substitué d'une forme nouvelle: en l'occurrence, une compétition dont les fins sont de plus en plus la moralité, l'altruisme et les valeurs de l'intelligence et de l'éducation. Sans rupture, Darwin, à travers cette dialectique évolutive qui passe par un renversement progressif que nous avons nommé l'effet réversif de l'évolution, installe toutefois dans le devenir, entre biologie et civilisation, un effet de rupture qui interdit que l'on puisse rendre son anthropologie responsable d'une quelconque dérive en direction des désastreuses "sociologies biologiques".
Cette remarquable dialectique du biologique et du social, qui se construit pour l'essentiel entre les chapitres III, IV, V et XXI de "La Filiation" [The Descent of Man and Selection in Relation to Sex] et qui, en plus de s'opposer à toutes les conduites oppressives, préserve l'indépendance des sciences sociales en même temps qu'elle autorise et même requiert le matérialisme éthique déductible d'une généalogie scientifique de la morale, n'a été reconnue dans toute sa force logique qu'à partir des années 1980. Le continuum biologico-social darwinien, dont une bonne métaphore didactique est l'image topologique de la torsion du ruban de Möbius, est un continuum réversif, impliquant donc un passage progressif au revers de la loi évolutive initiale - la sélection naturelle, en tant que mécanisme en évolution, se soumettant elle-même, de ce fait, à sa propre loi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanardlanard   25 octobre 2017
La mise en accusation, contre l'évidence logique, historique et textuelle, d'un Darwin rendu responsable, suivant l'opportunité, de tous les fléaux inégalitaires et suprématistes qui ont défiguré le XXè siècle ne saurait être totalement innocente chez ceux qui détiennent en principe la possibilité d'accéder aux sources les plus propres à l'invalider. L'un des programmes d'étude de l'épistémologie historique des discours circum-darwiniens pourrait être, dans la période contemporaine, l'analyse des stratégies sous-jacentes à ce gendre d'obstination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lanardlanard   25 octobre 2017
La théorie de l'évolution étant une théorie phylogénétique - soulignant de ce fait la nécessité du raisonnement phylogénétique lui-même comme voie unique de compréhension profonde des phénomènes biologiques observables -, l'ensemble de la biologie moderne, en tant qu'étudiant dans chacune de ses régions un certain ordre de conséquences de l'évolution, devrait reposer sur la connaissance et la théorie de celle-ci comme sur son socle intellectuel indispensable et légitime.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Patrick Tort (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Tort
Race, Sexe, Culture : Patrick Tort et l'anthropologie darwinienne
>Microbiologie>Evolution des espèces>Evolution : théories (darwinisme, sélection naturelle...) (24)
autres livres classés : darwinismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
492 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre