AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Inés Introcaso (Traducteur)
EAN : 9782843048104
432 pages
Zulma (11/01/2018)
3.67/5   21 notes
Résumé :
« Et voilà qu’Il éprouvait à présent une passion bien humaine : de la colère mêlée à l’envie de rejeter ses propres fautes sur les autres. C’est qu’après avoir béni tant de membres de son peuple en leur accordant des fils uniques ou des premiers-nés mâles, après avoir donné à Jacob treize enfants, dont douze garçons, il se trouvait que Lui avait eu une fille. »
Voilà ce qui arrive quand on ne fait pas les choses soi-même et qu’on envoie un ange jouer les mari... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
mollymon
  07 février 2018
Evangelia (du grec, bonnes nouvelles) s'ouvre sur la naissance du divin enfant qui doit s'appeler Emmanuel et/ou Jésus mais... Surprise ! Le nouveau-né est une fille. Marie ne se démonte pas pour autant et la prénomme donc tout simplement Emmanuelle. Dépité, Dieu renvoie Gabriel retenter le coup de la fécondation miraculeuse mais à force de cafouillages il finit par se retrouver père de deux enfants, l'un de chair mais pas du bon sexe et l'autre d'essence mystérieuse et dont les tentatives de venue sur terre tournent toujours au fiasco. Et comme si ça n'était pas déjà assez compliqué, Joseph triche en faisant passer son second fils Jacob pour son premier né afin qu'il puisse prendre le rôle de sauveur. Là dessus Jacob, reconnu par Siméon comme l'Oint du Seigneur, décide de se faire appeler Jésus et part comme sa demi-soeur prêcher et faire des miracles à travers le pays. Jusqu'à ce qu'Emmanuelle soit crucifiée puis disparaisse dans la stratosphère…
Diable quelle histoire ! Et que Dieu me pardonne mais j'ai sacrément bien rigolé en découvrant cette réécriture très impertinente des évangiles. C'est tout simplement jubilatoire.
David Toscana y parodie l'histoire de Jésus en racontant les événements connus de tous ou presque, même sans avoir lu la bible, mais appréhendés d'un point de vue humoristique qu'aucun exégète n'oserait envisager. On y rencontre un Dieu pas si puissant que ça, jaloux des poètes grecs qu'il trouve bien meilleurs que lui, un Jésus méchant qui déteste ses disciples, un Saint Esprit pas bien inspiré et bien d'autres joyeusetés du même acabit. C'est tellement drôle que j'ai failli m'étrangler de rire à plusieurs reprises.
Mais j'imagine que Toscana n'a pas écrit Evangelia juste pour amuser ses lecteurs. S'il ne se moque pas, en soulignant les paradoxes et les zones d’ombre de la Bible, source inépuisable d’interprétations, il interroge sur le bien-fondé d'une pensée qui depuis des millénaires s'appuie sur des textes aussi peu crédibles. Et peut-être que son ambition est également de susciter l'envie de lire ou relire le vrai texte qui est considéré comme une grande œuvre littéraire. Le livre de Toscana, lui, est un chef d'œuvre de drôlerie à découvrir absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          196
livreclem
  27 avril 2018
Un roman décalé et plein d'humour : et si le fils de Dieu était une femme ?
Il faut avoir quelques notions de la bible pour comprendre toutes les scènes. J'ai passé un bon moment de lecture en souriant beaucoup.
Le livre perd son rythme dans des longueurs et redites mais c'est un bon roman original.
Commenter  J’apprécie          130
YvPol
  02 mars 2018
Drôle ? Assurément. Fou ? Indubitablement. Blasphématoire ? Sans doute, s'il est blasphématoire de dire que les femmes n'ont pas de place dans la religion, quelle qu'elle soit. C'est quand même une histoire de mecs dominateurs qui relèguent les femmes au rang de mères -voire carrément de pondeuses puisqu'il faut assurer la descendance et l'influence de la croyance- et d'épouses dévouées, s'occupant des maisons, des enfants, des maris, ... David Toscana insiste évidemment sur l'égalité des sexes et c'est très drôle de lire ce qu'il fait faire et dire à ses personnages ; les hommes sont machistes, veulent le pouvoir, la puissance et jouir du confort, et les femmes prônent l'égalité, veulent qu'on les regarde comme des être humains, histoire de bien se souvenir que l'égalité des sexes est un combat vieux comme le monde loin d'être gagné. Dit comme cela, ça peut paraître un peu léger, mais toute la nuance est dans les personnages secondaires (les apôtres, les disciples, les riches et les pauvres des pays traversés) et dans les réflexions des deux principaux protagonistes, Emmanuelle et Jacob-Jésus.
Il est aussi question de la filiation, de la fraternité et de la sororité, des liens familiaux, et bien sûr de la croyance en un dieu. Je ne suis pas spécialiste de la question, même si j'ai été élevé dans une famille chrétienne. Je me suis émancipé et me considère désormais comme un athée convaincu -j'ai même demandé à être débaptisé, et j'ai réussi à me faire rayer des registres de l'église catholique. Néanmoins, j'ai trouvé intéressantes les questions qu'aborde David Toscana. Son roman est profond, empli d'humanité et irrésistible, certes parfois un peu long et répétitif, mais il lui sera pardonné -ah, les réflexes de l'éducation ! le romancier aurait pu faire une grosse farce, une pochade, mais il ne tombe pas dans ce piège, il ne cherche ni à démontrer, démonter ou convaincre, il imagine ce qu'aurait pu être une Emmanuelle fille de Dieu. Il peut être cinglant, sensible, il est toujours profondément humain et respectueux des croyances de tous.
Un roman fort drôle mais qui est, vous l'avez compris bien plus que cela, qui pourra faire grincer quelques dents -car s'il parle d'Emmanuelle à la place de Jésus, il est assez aisé de transposer aux autres religions toutes aussi masculines et machistes-, ce seront sans doute les dents de ceux qui restent coincés dans leur vision étriquée du monde et qui ne le regardent qu'au travers du prisme des livres sacrés. Ceux qui ont de la tolérance, de l'humour et qui ont envie que leur religion avance au rythme de la société y verront sans doute une belle matière pour réfléchir.
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cecille
  28 juin 2018
David Toscana revisite la Bible à sa façon. Ainsi, l'ange Gabriel lors de l'annonciation s'est trompé, il n'a pas accordé sens au sexe de l'enfant et c'est ainsi, dans ce roman, que Marie donne naissance à une fille : Emmanuelle. Cette enfant, devenue femme va devoir faire face à son destin d'élue dans une société très patriarcale, misogyne de cette époque.
Malgré une grande connaissance des textes de l'ancien et du nouveau testament qui composent la Bible, une grande érudition et de beaucoup d'humour, l'auteur n'est pas parvenu à faire vibrer cette femme messie dans ma lecture, à regret. Je l'ai trouvé sans émotion aucune, voilà mon ressenti.
Je me suis quelque peu ennuyée à lire ce livre malgré des débuts prometteurs. Car effectivement l'idée m'a enchantée. Ceci dit, je n'ai rien appris, comme beaucoup de lecteur aucune surprise au final, je m'attendais justement à quelque chose de surprenant, de l'ordre de la farce, mais non l'auteur reste fidèle au texte, à tort ou a raison.
Commenter  J’apprécie          20
Jacline
  29 octobre 2018
Je découvre David Toscana, je suis passée à côté de "El ultimo lector" dont on a dit le plus grand bien et qui a été primé...Si j'en crois la fantaisie ( irrespectueuse) de Evangélia, j'ai fort envie de me le procurer sous peu.
Evangélia, où Emmanuelle, première née de Joseph et Marie, est le Jésus féminin qui va colorer autrement la Bible et ses prophètes...Un brin blasphématoire, sans doute, mais quel éclairage ! On y rencontre un Dieu qui se mélange les pinceaux, vindicatif, peu préoccupé de l'Homme(...), un Joseph lépreux, une Marie pas si sainte que ça, et je ne parle pas de l'ange Gabriel ! Quelle belle imagination, M. Toscana, continuez à nous surprendre ; je ne voudrais heurter personne, mais j'oserais dire que ce récit vaut bien l'originel, il est même beaucoup plus original.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
livreclemlivreclem   13 avril 2018
Elle rêvait que son accueil dans les Cieux serait l'Ascension, ou peut-être l'Assomption, pour la distinguer de toute autre montée. En pétrissant le pain, avec ou sans levain, Marie s'affairait à la Pétrission. Un simple éternuement devenait l'Eternuation. Ses enfants, elle les corrigeait d'une Fessation. Quand les voisins lui souhaitaient le bonjour, elle leur rendait par une Salutation.
Commenter  J’apprécie          120
mollymonmollymon   05 février 2018
Ayant accordé à l'homme un fort potentiel d'intelligence, Il lui donna la faculté d'éprouver du désir et du plaisir au plus haut point, le privant du même coup d'une bonne partie de son cerveau.
Commenter  J’apprécie          100

Videos de David Toscana (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Toscana
Payot - Marque Page - David Toscana - Evangelia
autres livres classés : littérature mexicaineVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature sud-américaine

Quel est l'écrivain colombien associé au "réalisme magique"

Gabriel Garcia Marquez
Luis Sepulveda
Alvaro Mutis
Santiago Gamboa

10 questions
313 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature sud-américaine , latino-américain , amérique du sudCréer un quiz sur ce livre

.. ..