AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2221146417
Éditeur : Robert Laffont (21/08/2014)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Une nuit de 1934, des inconnus pénètrent dans le zoo de Vincennes, abattent et émasculent deux fauves avant de prendre la fuite. Les autorités sont convaincues que les pénis tranchés vont grossir un trafic d’aphrodisiaques destinés aux homosexuels parisiens. Elles chargent l’inspecteur Blèche de résoudre l’affaire. Blèche, homme glacé doté d’une intelligence supérieure et d’une mémoire hors norme, est à la Brigade mondaine chargé de surveiller les "invertis".
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  21 août 2014
L'homosexualité, on en parle, on en débat, on remet en cause les lois qui donnent aux homosexuels plus de droit. Mais s'interroge-t-on sur les conditions de vie des homosexuels avant ?
Nous sommes dans les années trente, et les personnages que nous côtoyons dans ce roman appartiennent à ce que l'on nommerait aujourd'hui « le milieu gay ».
Celui qui les connaît le mieux est Blèche, inspecteur à la brigade Mondaine. Les « invertis », « pédés », les « tantes », il les connaît tous. Hypermnésique, il est capable de réciter la « fiche » de chaque individu. Aussi, est-il le mieux placé pour enquêter sur un fait tout simple : la mutilation et la mort de deux fauves du jardin des plantes. Sauf que cette affaire n'est qu'un des branches d'un arbre à la ramure particulièrement fournie.
J'ai aimé la construction de ce roman : le passé des personnages est raconté dans de courts chapitres, avec sécheresse presque et ces brefs retours en arrière sont toujours liés à l'intrigue principale. Blèche ne porte pas de jugements moraux sur ceux qu'il rencontre (sa vie de famille le prouve assez), le narrateur n'en porte pas non plus sur lui, sur sa femme, avec laquelle Blèche entretient une relation quasi-gémellaire, ou sur son beau-frère, le fragile et fantasque Léon. Les personnages n'ont rien à cacher, strictement rien, et si je n'irai pas jusqu'à dire que certaines scènes sont à réserver « à un public averti », je crains que certains lecteurs pudibonds ne passent leur chemin. La sexualité suscite toujours plus de rejets que la violence.
Pourtant, elle est bien là, cette violence, dans les coups qui pleuvent sur certaines tantes, plus assez fraîches, trop dépendantes de la drogue (déjà). La violence est celle de la guerre passée, pendant laquelle Blèche, Lazare, qui l'a fait entrer aux moeurs, ont combattu. Pendant laquelle d'autres ont disparu, comme Anselme Roche, dont le souvenir plane sur une partie de l'intrigue. Les « séquelles » de cette guerre sont là, et la suivante s'annonce en filigrane. Dans cet entre-deux-guerres, j'ai eu l'impression non pas d'un âge d'or pour les homosexuels, mais d'une période de tolérance. Les destins de ces hommes est cependant empli de désespérance, comme si leur vie, quelle que soit leur position sociale ou leur habilité à dissimuler leur penchant, devaient forcément se terminer dans la déchéance.
Et la place des femmes ? Leur rôle est strictement défini dans le cadre du mariage – autre temps, autre répartition des tâches, le mari se doit d'assurer la subsistance de sa femme et de ses rejetons, celle-ci reste paisiblement à la maison, et peut difficilement envisager l'existence d'un autre univers que le sien, ou une évolution de la société. Et pour celles qui ne sont pas mariés, qui auraient « fauté » ? Leur sort n'est guère différent de celui des « tantes », même si les miracles existent parfois. La maman et la putain peuvent très bien être une seule et même personne.
Le bal des hommes, ou un roman policier historique, pour découvrir un aspect oublié de l'histoire contemporaine.
Lien : http://deslivresetsharon.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Softroot
  19 novembre 2014
Un style suranné qui renvoie au langage cru et direct du début du Xeme siècle. Des personnages attachant quoique parfois distanciés.
De nombreux sujets imbriqués qui multiplient les points d'entrée dans un roman qui de simple polar d'époque se transforme au fil de la lecture en une oeuvre polymorphe.
Intrigue policière bien menée, incursion dans les rouages malsains de la politique et de la manipulation, vision sociologique d'une époque à travers les divers milieux traversés (police, cercles privés de la haute société, armée au coeur de la 1ère guerre mondiale, vie de la rue et des milieux interlopes, prostitution, relatons de couples, place de la femme ...) le roman nous transporte d'une lecture à l'autre permettant à tout lecteur d'y trouver son entrée.
D'ailleurs l'enquête initiale ne semble qu'un pretexte servant avant tout à pénétrer une époque et son monde, une façon d'appréhender de manière distanciée tout ce que le Paris de ces années là semble avoir de glauque et de sordide.
En filigrane je note le rapport au corps dans ce que sa dimension peut avoir de plus trivial. le corps objet de plaisir et de dégradation, ce corps objet malmené dans les tranchés comme dans les lits, un corps presque déshumanisé.
L'homosexualité dépeinte ici est celle de cette société entre hommes qui refusait la différence, la sensibilité et la féminité (pour ne pas dire la femme). du machisme souvent brutal, de la possession, du pouvoir et fort rarement de l'amour.
On pourrait penser à Zola pour la peinture de moeurs et la noirceur du décor car on n'évolue pas dans les ors de la république mais dans les arrières cours sordides des petites gens. Pour une fois ce ne sont pas les aspects festifs et décadents de la fin des années 20 qui sont dépeints mais bien la réalité moins attrayante d'une société qui traine encore les poids de la révolution industrielle sans en avoir acquis les bénéfices éclairés.
Au final un roman intéressant, que je ne recommanderais pas pour les qualités de l'intrigue mais bien pour sa vision historique et sociale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
collectifpolar
  10 juillet 2019
La Brigade mondaine mène l'enquête dans les milieux invertis du Paris des années 1930.
Un premier roman généreux et très maîtrisé.
Une nuit de 1934, des inconnus pénètrent dans le zoo de Vincennes, abattent et émasculent deux fauves avant de prendre la fuite. Les autorités sont convaincues que les pénis tranchés vont grossir un trafic d'aphrodisiaques destinés aux homosexuels parisiens. Elles chargent l'inspecteur Blèche de résoudre l'affaire.
Ecrit à deux mains, ce roman nous entraine au coeur du milieu interlope gay parisien des années 30. L'inspecteur Blèche, antipathique et asocial, travaille à la Mondaine et est chargé plus particulièrement de la surveillance des activités des invertis de la capitale ; son enquête principale concerne le trafic de produits aphrodisiaques. "Voilà un roman étonnant, et que j'ai pris pas mal de plaisir à lire, même si j'ai quelques réserves sur certains points. A la fois loufoque et sombre, voire à l'occasion glauque et violent, il nous entraîne dans un étrange voyage dans le milieu homosexuel parisien des années 30, et nous en dresse un portrait saisissant et fascinant d'un point de vue historique et culturel. L'époque est particulièrement bien rendue, et on sent bien cette espèce de flottement entre l'ombre de la Première Guerre mondiale qui plane sur tous et la montée des fascismes. L'intrigue elle-même est bien construite et maîtrisée, avec plusieurs fils narratifs qui semblent sans lien et pourtant finissent par se rejoindre" Attention donc : 2 scènes particulièrement crues pourraient  vous choquer.
Lien : https://collectifpolar.com/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Illwenne
  21 novembre 2014
Le Bal des hommes est le premier roman de Gonzague Tosseri, un pseudonyme derrière lequel se cachent deux journalistes passionnés d'histoire, Arnaud Gonzague et Olivier Tosseri.
Nous sommes en 1934. Un beau matin, au Parc Zoologique de Paris, on découvre les cadavres de deux fauves émasculés. Celui qui est le plus à même de découvrir le ou les tueurs, c'est Blèche. Inspecteur à La Mondaine, il connaît le milieu gay comme sa poche et ses supérieurs sont persuadés que les pénis des pauvres bêtes vont finir en poudre aphrodisiaque, destinée aux "invertis".
Il n'y a pas de crimes dans ce polar à part celui des animaux. Mais celui-ci donne naissance à l'enquête de l'inspecteur Blèche sur un trafic d'aphrodisiaque qui va nous mener dans le milieu homosexuel de l'époque. Taiseux, froid et solitaire, à la limite du sociopathe, Blèche est surnommé "La Carpe", mais il possède une mémoire hors du commun. Il est secondé par un autre inspecteur : Lazare, ivrogne invétéré, dit "Le Vieux" qui l'a fait rentrer dans la police. Lazare passe le plus clair de son temps à cuver son vin dans son bureau et c'est Blèche qui va mener l'enquête à sa façon. Une manière un peu musclée, mais caractéristique de l'époque ou toutes les brutalités ou presque étaient permises à la police pour obtenir des renseignements A sa suite on rencontre toute une brochette de personnages hauts en couleur : Goetz l'indic véreux qui du fond de son réduit traficote des produits louches, Louise que le policier a sauvée du trottoir pour en faire sa compagne, Léon le frère de Louise un jeune délinquant, et puis les "tantes", les "invertis" : Anselme Roche, La Samo, l'Ablette.....jusqu'aux personnages hauts placés qui eux aussi font partie de ce milieu.
L'affaire du zoo de Vincennes n'est pas la seule intrigue de ce récit. Au fur et à mesure que Blèche avance dans son enquête, les renseignements communiqués par ses indics mettent à jour des secrets bien gardés jusqu'alors, et les sous intrigues se multiplient : Blèche est sur tous les fronts. Outre le thème du milieu gay, les auteurs abordent celui des deux guerres du 20ème siècle : celle de 14/18 pendant laquelle une des intrigues débute et les prémices de celle de 39/45 qui se dessinent en filigrane.
J'ai trouvé que ce premier roman à quatre mains était une réussite. Les auteurs décrivent un univers peu connu avec brio et de manière très documentée, allant même jusqu'à employer le vocabulaire de l'époque. Les rebondissements de l'enquête s'appuient sur des événements véridiques comme l'assassinat jamais élucidé d'Oscar Dufresne, directeur du célèbre music-hall ‘Le Palace' et les manifestations de février 1934. Les personnages sont très bien campés, l'ambiance glauque à souhait, l'enquête bien menée....Seul petit bémol, j'ai trouvé que la partie traitant de la montée du nazisme était un peu "folklorique". Je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler......
Un bon polar, une lecture à recommander, mais qui s'adresse à un public averti à cause de certaines scènes de bordel un peu "chaudes". A quand la suite des enquêtes de l'inspecteur Blèche ?
Un grand merci à BABELIO et aux Editions ROBERT LAFFONT pour cette belle découverte.
Lien : http://lecturesdebrigt.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lafilledepassage
  16 janvier 2015
L'histoire débute au parc zoologique de Paris, où deux fauves ont été retrouvés exsangues et mutilés de leur sexe. Et pour mener l'enquête, Blèche et Lazar, deux flics de la Mondaine, ont été dépêchés sur place et chargés de l'enquête … L'atmosphère est tendue et glauque, sordide même.
Mais, malgré ce début très réussi, la mayonnaise tombe malheureusement très vite : pas de véritable enquête, ce qui tue tout suspens et frustre le lecteur curieux, des intrigues qui se multiplient et dont la résolution doit beaucoup (trop) à un heureux hasard, une parenthèse sur des homosexuels nazis tout à fait fantaisiste et peu crédible. Et des passages - selon moi - inutiles, comme la rencontre de Blèche avec sa femme, son embauche dans la police, ou encore une scène de sexe au bordel qui n'apporte rien à l'histoire (là pour faire vendre ?).
Reste l'atmosphère particulière du milieu homosexuel de l'entre-deux guerres, une écriture surannée en phase avec cette époque révolue (comme l'utilisation du vocable « agent » chaque fois qu'on interpelle Blèche), un vocabulaire vieillot et succulent.
Dommage, car moyennant un travail sur le fond ça aurait pu être un vrai petit bijou.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (3)
Actualitte   22 octobre 2014
En adoptant un style volontairement suranné et désuet, aux accents parfois céliniens, Gonzague Tosseri réussit un pari littéraire un peu risqué. Faire du neuf avec du vieux. C'est élégant et sordide à la fois, anachronique et juste.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Chro   30 septembre 2014
Gonzague Tosseri signe avec Le Bal des hommes un polar historique joliment fagoté, reconstituant tout un décor d’années 1930 qui fait son charme, entre souvenirs de 1914 et préparatifs de 1939.
Lire la critique sur le site : Chro
Bibliobs   10 septembre 2014
Bienvenue dans «le Bal des hommes», impeccable polar historique signé Gonzague Tosseri [...].
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
SharonSharon   21 août 2014
- En vingt ans, tu n'as pas toujours compris comment les choses fonctionnent ? Le résultat de nos enquêtes n'a pas d'importante. Ce qui compte, c'est de leur servir le plat qu'ils ont envie de manger.
Commenter  J’apprécie          50
lafilledepassagelafilledepassage   16 janvier 2015
Dans la hiérarchie policière, comme probablement dans toutes les hiérarchies humaines, ce qui importe est moins la résolution efficace des énigmes que le maintien de l’harmonie des services et le respect vétilleux des prérogatives.
Commenter  J’apprécie          20
denisl45denisl45   04 août 2018
Au centre de la piste, les vierges folles s'agrippaient lascivement au cou des soldats qui saisissaient leurs fesses à pleine mains. Des duchesses en crinoline se blottissaient dans l'épaule de marins et des casquettards étreignaient des danseuses orientales avec leurs cigarettes qui se consumaient à la commissure des lèvres. Les lames du parquet craquaient sous le choc mêlé des bottines et des souliers, dans un nuage de rires, de fumée et de parfums lourds. Disséminés dans la foule, des apaches à la recherche d'éventuelles proies narguaient les danseurs, fixés à la dérobée par les collègues policiers planqués.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lafilledepassagelafilledepassage   16 janvier 2015
Il sembla à Léon que c’était cela, le pouvoir, être capable de flanquer des coups de sabre aux choses invisibles dont le commun des humains ne sait même pas l’existence.
Commenter  J’apprécie          20
lafilledepassagelafilledepassage   16 janvier 2015
Léon faisait partie de ces gens qui se croient malins comme des singes dans un monde où il est recommandé d’être rusé comme un loup.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Gonzague Tosseri (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gonzague Tosseri

GONZAGUE TOSSERI - Le Bal des hommes
RENTRÉE LITTÉRAIRE 2014 La Brigade mondaine mène l'enquête dans les milieux invertis du Paris des années 1930. Un premier roman généreux et très maîtrisé. En librairie le 21 août.
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1681 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre