AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9931325593
Éditeur : éditions Barzakh (30/11/-1)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
« Cette ville m'assaille, elle monte et elle descend. Chaotique, elle m'épuise, ses pulsations désordonnées sont les miennes, miroir de mon incohérence, de mon chaos. Alger, ville éclatée. Alger, ville éclatante au soleil, empoissée dans la grisaille. Violente, on dit cette ville violente, je pense être violent, comme ma ville. » S.T. « Je cherche le cri » Annonce d'emblée la voix. Une voix qui se confie, enfle, s'enroule en spirales. Hypnotique, elle dit « je », pa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Mohazi
  30 janvier 2017
Dans son premier roman, Samir Toumi raconte sa quête de ce cri qui a lui avait fait défaut une première fois à sa naissance, et qui depuis est resté étouffé, par cette ville qui l'assaille, l'épuise. En fait en grandissant, ce n'était plus son propre cri qu'il cherchait, mais celui de sa ville et de ses habitants, c'était le seul et même cri.
Son esprit est agité, contraint à ne pas regarder vers l'avenir, à l'image de l'inconscient collectif qui ressent une absence de vision d'avenir et préfère se tourner vers la nostalgie du passé.
Le début du livre m'avait plu, une belle écriture, fluide ; j'ai surtout aimé les comparaisons et les métaphores que j'ai trouvées parlantes. Je comprenais parfaitement ce que l'auteur ressentait et décrivait, ayant moi-même travaillé dans cette ville pendant un certain temps, j'ai souvent ressenti des choses très similaires même si je pense qu'un lecteur n'ayant pas vécu à Alger pourra aussi s'y trouver et comprendre facilement. Une relation très fusionnelle entre l'auteur et sa ville est décrite d'une façon surprenante , ils partagent le même effroi, la même peur, le même désordre.
Mais je dois avouer qu'au fil de ma lecture, des répétitions commencent à se faire sentir, les belles métaphores du début devenaient de plus en plus pesantes, et le sentiment du malaise du personnage principal devient dur à supporter, le pari de l'auteur consistant à écrire ce livre sans dialogues, centre uniquement sur le narrateur et la seule intrigue principale : la quête du cri, y est surement pour beaucoup, l'apparition de la notion d'Adulte seul et d'enfant seul vers la fin du livre n'a pas arrange les choses, et enfin la fin en elle-même m'a laissé perplexe.
A noter aussi les photos qui parsèment le livre et semblent être des repères au milieux du malaise ambiant.
Samir Toumi a écrit un deuxième livre, « l'effacement », j'ai lu dans les critiques qu'il était plus abouti que « Alger, le cri », je le note.
Lien : http://livreshazimediens.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : casbahVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Samir Toumi (1) Voir plus




Quiz Voir plus

No et moi

Pourquoi la mère de Lou est-elle dépréssive ?

Elle a un caner
La petite soeur de Lou est décédée à la naissance
On ne sait pas pourquoi

7 questions
164 lecteurs ont répondu
Thème : No et moi de Delphine de ViganCréer un quiz sur ce livre