AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782021389562
256 pages
Éditeur : Seuil (11/01/2018)
3.89/5   28 notes
Résumé :
Fait divers le plus retentissant de la seconde moitié du xxe siècle, le meurtre de Grégory Villemin, 4 ans, le 16 octobre 1984 dans les Vosges, restait un cold case, une énigme non résolue que l'on croyait embourbée à jamais dans les eaux vaseuses de la Vologne. Quand soudain, le 14 juin 2017, l'histoire rebondit avec les arrestations de membres de la famille Jacob, grand-oncle et grande-tante de Grégory Villemin. Cette affaire criminelle, où s'entrechoquent chaos j... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
DODONONO
  26 juin 2018

Ce live est le troisième ouvrage consacré à l'affaire Gregory que j'ai lu, après « le bucher des innocents de Laurence Lacour » & « Les deux affaires Gregory » du colonel Etienne Sesmat.
Ce livre de Patricia Tourancheau constitue un réel travail d'investigation, une véritable enquête qui comme son titre l'indique nous conduit au coeur d'une terrible machination familiale qui comme chacun sait à aboutie à la mort de Grégory Villemin, petit garçon de 4 ans retrouvé pieds et poings liés dans la Vologne, petite rivière des Vosges peu après sa disparition le 16 octobre 1984.
de 1984 à 2017, l'assassinat du petit Gregory a été l'affaire criminelle la plus médiatisée de tous les temps. Patricia Tourancheau revient sur ce crime hors normes qui a défrayé la chronique pendant 33 ans, propulsé cette campagne tranquille et bucolique des Vosges au-devant de l'actualité et plusieurs membres d'une famille à la une des médias. Car c'est bien d'une même famille dont il s'agit, même si par le biais des alliances matrimoniales plusieurs noms se retrouvent impliqués dans cette affaire. Les premiers enquêteurs ont vite compris qu'il ne pouvait s'agir que d'une piste familiale, et malgré tout ce qui peut apparaître à la lecture de cet ouvrage comme une évidence, la justice n'a toujours pas officiellement pu mettre un nom sur le ou les meurtriers.
Pourtant, ce corbeau qui inondait la famille Villemin de coups de téléphone puis de lettres anonymes semblait parfaitement bien renseigné sur tout ce qui se passait dans le cercle réduit des grands parents, et parents de Grégory et de ce qui se disait autour de la table des repas dominicaux. Des années durant, deux voix déguisées, dont vraisemblablement celle d'un homme et d'une femme, ont harcelées la famille de Grégory par des appels doublés de blagues douteuses. Puis, les appels ont cessés, remplacés par les lettres et le ton est devenu haineux, vindicatif. Ainsi, les corbeaux ont-ils crachés leurs venins et déversés leur haine emprunte d'une jalousie sans borne, durant des années, jusqu'à ce jour d'octobre 1984 ou le dernier appel adressé à Michel Villemin un frère de Jean-Marie et cette lettre qui glace le sang par ces mots « j'espère que tu mourras de chagrin le chef. Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance pauvre con. »
Ce crime particulièrement odieux et barbare venait d'être revendiqué.
Patricia Tourancheau revient ensuite sur toutes ses années de déferlement médiatique mêlés d'acharnement judiciaire à l'encontre de Christine Villemin, sur l'incompétence totale du juge Lambert qui a conduit cette affaire au chaos, mais aussi sur la politique qui est venu par avocats interposés s'inviter dans ce dossier. Mais elle salue aussi l'amour sans faille de Christine et Jean-Marie Villemin qui ont traversés main dans la main toutes ces épreuves terriblement douloureuses et qui 33 ans après se battent toujours pour faire jaillir la vérité, et mettre enfin un ou des noms sur les assassins de leur enfant.
Car après toutes ses années, en 2017, l'enquête rebondie. A l'aide du logiciel Anacrim, la justice a mis en lumière de nouvelles perspectives d'enquête, se basant sur d'improbables alibis de l'époque. Et surtout, un corbeau auteur de plusieurs lettres serait identifié comme étant Jacqueline Jacob, la grand-tante du petit Grégory.
Patricia Tourancheau nous livre sa vérité, dans cet ouvrage d'investigation complet et captivant. Cette vérité que je partage, celle d'une terrible machination familiale sur fond de jalousie ancestrale et effrayante qui s'est malheureusement traduite par la mort d'un petit enfant joyeux et innocent, dont les parents cherchent depuis 33 ans à connaitre l'assassin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
morin
  17 mars 2018
En seulement 245 pages Patricia Tourancheau réussit l'exploit de nous faire le récit complet de l'un des plus grands faits divers du XXe siècle : "l'affaire Grégory."
Il y a trente quatre an un petit garçon de quatre ans a été assassiné, jeté dans la Vologne, mains et pieds liés par des cordelettes.
Ce fait divers ignoble fait partie de notre mémoire collective. A chaque réouverture ou rebondissement, on souhaite pour les parents de Grégory, que le nom du ou des coupables soit enfin connu.
Depuis 1981 les grands-parents paternels et son père Jean-Marie Villemin ont été destinataires de lettres et appels téléphoniques anonymes dans lesquels les sujets étaient les secrets de famille, les questions de jalousie, de haine, de menaces. Après la mort de Gregory le père recevra une nouvelle lettre "j'espère que tu mourras de chagrin le chef. Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils. Voilà ma vengeance, pauvre con". Mais qui peut déverser un tel message de haine à l'égard d'un père en deuil ?
Malgré son sujet, cette affaire aurait du, en temps normal, faire l'objet d'une brève ou de simples articles dans les télévisons et journaux nationaux. Malheureusement, la maladresse ou incompétence d'un juge d'instruction, un journaliste local en manque de reconnaissance nationale, un avocat et un commissaire de police, sans doute en manque d'affaire exceptionnelle, des jeunes parents endeuillés et détestés, pour ne pas dire haïs, par certains membres de leur famille, créent une véritable bombe médiatique. Elle explosera cette bombe : la Mère sera accusée et emprisonnée, le Père abattra d'un coup de fusil celui qu'il croit coupable. Ce sont ajoutées la rivalité droite-gauche, l'intervention de certains intellectuels de gauche particulièrement Marguerite Duras qui par son article "Sublime, forcément sublime Christine V" croit défendre une mère infanticide.
Depuis 1984 on a assisté et on continue d'assister de façon épisodique à un énorme déchaînement médiatique.
Les derniers rebondissements datent de juin 2017.
Question sans réponse à ce jour : La juge Claire Barbier en charge de l'affaire réussira-t-elle à solutionner cette affaire ?
Merci à Babélio et aux éditions Seuil Les Jours de m'avoir adressé cet ouvrage très intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Khalya
  23 juin 2020
L'affaire du « petit Gregory » semble avoir marqué un tournant. Avant, quand un enfant disparaissait, on pensait avant tout à un enfant qui se serait égaré. Après, la piste criminelle était d'emblée envisagée.
N'ayant que 3 ans au moment des faits, je n'ai pas suivi le battage médiatique qu'il y a eu autour de l'affaire, mais j'ai toujours entendu parler du « petit Gregory ». Sans avoir besoin de précision, tout le monde savait qui il était.
Avec les derniers rebondissements de l'affaire en 2017, l'auteur a voulu faire un long récapitulatif de cette douloureuse affaire.
Aussi bien l'environnement familial que les différentes étapes des différentes procédures, en passant par l'acharnement médiatique, Patricia Tourancheau décortique tout.
Plusieurs choses sont extrêmement choquantes dans cette affaire, même si on met de côté le meurtre lui-même qui est au-delà de toute description.
Les deux choses qui m'ont le plus choquée sont d'une part l'attitude du juge Lambert et le fait qu'il n'ait pas reçu la moindre sanction malgré ses nombreux manquements et d'autre part, la coalition entre le commissaire de la SRPJ Corazzi et le journaliste Bezzima qui, sans la moindre preuve, décide de la culpabilité de la mère et vont tout faire pour que les faits se plient à leur conviction.
Et que dire du texte délirant, et dénué du moindre fondement, de Marguerite Duras présentant la mère comme infanticide ? Aucune excuse ne sera bien sur faite par cette folle pour l'enfer que va vivre Christine Villemin en étant ainsi crucifiée par un texte de cet acabit. « Tous ces gens qui me parlent de ce qu'on doit écrire ou pas, quel ennui, quelle erreur. » Voilà tout ce qu'elle a su dire à ce sujet : quel ennui, effectivement, de devoir réfléchir aux conséquences de ses actes !
En revanche, que les personnes impliquées dans ce crime gardent le silence, cela ne m'étonne pas. Quand on est assez lâche pour s'en prendre à un enfant de 4 ans au prétexte qu'on est dévoré de jalousie, d'envie et de rancoeur face à la réussite professionnelle de son père, il n'y a pas de raison que l'on assume ses actes.
Cela fait maintenant 35 ans que les parents de Gregory attendent de connaitre celui ou ceux qui leur ont arraché leur petit garçon.
A titre personnel, je pense que la piste la plus souvent revenu sur le tapis est la bonne. Que Gregory a été enlevé par le cousin de son père avec la complicité passive de la belle-soeur dudit cousin, lequel a remis l'enfant à d'autres personnes, sans doute les Jacob, sans forcément savoir le sort qui l'attendait, lesquels ont ainsi assouvie leur soi-disant vengeance.
35 ans plus tard, avec une première enquête bâclée, seul des aveux pourront nous donner le fin mot de l'histoire.
Et des aveux, de la part de lâches, il ne faut pas trop y compter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
pierrefroide
  25 novembre 2019
Un excellent ouvrage sur l'affaire Gregory. Il se lit très bien et aborde de manière assez complète l'ensemble des éléments de l'affaire. Les portraits des différents protagonistes sont très réussis et touchants. Ils alimentent le constat de la défaillance de la presse et du système judiciaire, qui ne prend cependant pas trop de place dans l'ouvrage.
Patricia Tourancheau se penche en effet sur le fond du dossier et défend la thèse selon laquelle l'affaire Gregory n'est pas un grand mystère, les premières investigations des gendarmes ayant permis de révéler dès 1984 que Bernard Laroche a bien enlevé Grégory.
Une dernière énigme subsiste : Bernard Laroche a-t-il agit seul ou existe-t-il une "machination familiale" ? Patricia Tourancheau penche vers cette dernière hypothèse, alimentée par les résultats du logiciel AnaCrim dont elle présente le résultat-scénario intéressant.
Cela permet de mettre en avant certains éléments importants :
- Les témoignages sur la présence de plusieurs individus correspondant à des membres de la famille aux alentours de la maison des Villemin et d'un point suspect près de la Vologne
- le panorama complet des "haines" qui animaient la famille Villemin-Jacob depuis de nombreuses années
Reste à comprendre l'attitude Murielle Bolle. Pourquoi cette femme est-elle murée dans le silence et de quoi a-t-elle peur maintenant que Laroche est mort et que cette famille est définitivement séparée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          21
paraty62
  10 avril 2018
D'actualité !
Et oui, malheureusement après tout ce temps écoulé cette histoire reste d'actualité et ressort régulièrement de nouvelles pistes car les parents de cet enfant ne lâche pas malgré toutes les embûches sur leur route et espère encore trouver la vérité.
Dans ce livre, Patricia Tourancheau refait l'histoire. Elle reprend les faits depuis le début et nous les résume. Elle nous présente également les protagonistes , leurs liens, ainsi que le traitement fait par les médias de ce fait divers qui passionne encore de nos jours.
Il s'agit d'un récapitulatif de toutes les ramifications de l'histoire . Des secrets de famille au petit juge en passant par le juge Simon et les famille Villemin, Laroche , Bolle et Jacob tout y est.
Et on se rend compte de la complexité du dossier gangréné par l'excitation médiatique et les erreurs de certains. Ainsi que les difficultés actuelles pour découvrir enfin la vérité et lever le voile sur tous ces mensonges.
Puis on admire les parents qui ont connu le pire et sont toujours debout et ensemble envers et contre tout.
Ce n'est pas exhaustif donc si, comme moi et beaucoup d'autres, vous suivez l'affaire vous n'apprendrez pas grand chose de nouveau.
A lire si vous aimez les faits divers, enquête policière et d'investigation. Ou si vous souhaitez vous rafraîchir la mémoire sur cette histoire qui date de 1984 et passionne toujours autant de nos jours.
Lien : http://lemondedeparaty62.ekl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   09 juillet 2018
Fait divers le plus retentissant de la seconde moitié du XXe siècle, le meurtre de Grégory Villemin, 4 ans, le 16 octobre 1984, dans les Vosges, restait un cold case, une énigme non résolue que l’on croyait embourbée à jamais dans les eaux vaseuses de la Vologne. La dernière apparition publique des parents de l’enfant, Christine et Jean-Marie Villemin, au printemps 1994, dans l’émission La Marche du siècle, n’était plus qu’un lointain souvenir. Et les vaines tentatives de la justice de relancer l’affaire grâce aux progrès scientifiques de la génétique dataient des années 2000. Depuis, plus rien. Enfin le croyait-on.
Quand soudain, le 14 juin 2017, l’histoire rebondit avec les arrestations des membres de la famille Jacob, des personnes âgées de plus de soixante-dix ans. Ce crime sur un enfant où s’entrechoquent chaos judiciaire, délire médiatique et secrets de famille, ressurgit de façon spectaculaire plus de trente-deux ans après les faits. Passionnée par ce fait divers survenu pendant mes études de journaliste, je ne l’avais pas couvert à l’époque, mais je dévorais les articles de presse sur le sujet. En stage à Libération pendant l’été 1985, j’avais suivi au sein de la rédaction l’élaboration du « reportage » de l’écrivain Marguerite Duras, titré « Sublime, forcément sublime » qui désignait sans précaution Christine Villemin, tout juste inculpée pour infanticide, comme la coupable, forcément coupable… L’attitude de certains chefs et intellectuels, qui accablaient « la mère » mais la trouvaient « absolument géniale », m’avait laissée perplexe.
Et puis dans les années 2000, j’ai eu l’occasion d’écrire sur les expertises en ADN de pièces à conviction qui n’ont rien donné. Mais ces actes scientifiques m’ont permis de mesurer à quel point Christine Villemin avait été victime d’une erreur judiciaire. La parution, en 2006, du livre de l’ex-capitaine de gendarmerie d’Épinal, Étienne Sesmat, a achevé de me convaincre du monstrueux gâchis humain généré par cette affaire. Aussi, lorsqu’elle revient dans l’actualité en 2017, je cherche à comprendre comment les enquêteurs ont remonté le temps pour en arriver là, par quel miracle ce dossier qui relève de l’archéologie judiciaire a pu en ressortir. Je me replonge dans les archives de Grégory et je pars en quête des procès-verbaux récents, pour le raconter comme un feuilleton pour le site d’information Les Jours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
morinmorin   17 mars 2018
Fouillant inlassablement le passé, ils (les enquêteurs de la section des recherches et la juge Claire Barbier) ont récupéré les écrits de plusieurs acteurs de l'histoire, comme les cahiers intimes du juge Simon, les carnets de note de la journaliste Laurence Lacour, ou des membres de la famille. Ils comptent toujours sur les témoignages des protagonistes de l'époque, car la mémoire ne s'efface pas sur des faits liés à un crime. Encore faudrait-il que la parole de personnes clés se libère enfin... Christine et Jean-Marie Villemin qui ont poussé la justice à rouvrir le dossier sont conscients des difficultés : des acteurs ou témoins de l'affaire sont décédés entre-temps, d'autres sont très âgés et certains sont liés par des secrets inavouables. Scellés et verrouillés.

P. 244
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
lolitajamesdawsonlolitajamesdawson   03 avril 2021
Hélas, l'oiseau de mauvais augure réapparaît mardi 16 octobre 1984 à 17h32, sur la ligne de Michel Villemin à Aumontzey et annonce de son habituelle voix rauque : "Je te téléphone car cela ne répond pas à côté. Je me suis vengé du chef et j'ai kidnappé son fils. Je l'ai étranglé et jeté dans la Vologne. Sa mère est en train de le chercher mais elle ne le retrouvera pas. La vengeance est faite." Le corps de Grégory, 4 ans est découvert le soir même. Ligoté et noyé dans la rivière. Le lendemain, Jean-Marie Villemin reçoit la lettre de revendication du meurtrier : "Voilà ma vengeance pauvre con. J'espère que tu mourras de chagrin, le chef. Ce n'est pas ton argent qui pourra te redonner ton fils."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Patricia Tourancheau (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patricia Tourancheau
C à vous https://bit.ly/CaVousReplay C à vous la suite https://bit.ly/ReplayCaVousLaSuite
— Abonnez-vous à la chaîne YouTube de #CàVous ! https://bit.ly/2wPCDDa —
Et retrouvez-nous sur : | Notre site : https://www.france.tv/france-5/c-a-vous/ | Facebook : https://www.facebook.com/cavousf5/ | Twitter : https://twitter.com/CavousF5 | Instagram : https://www.instagram.com/c_a_vous/
Au programme : Édito de Patrick - Agnès Buzyn convoquée par la Cour de Justice de la République Invités : Charles Sapin, journaliste politique “Le Figaro” et Damien Fleurot, rédacteur en chef adjoint du service politique de TF1-LCI : • Épidémie de Covid : Agnès Buzyn bientôt mise en examen ? • le CSA veut décompter le temps de parole d'É. Zemmour dans les médias • Marine le Pen dévoile son affiche de campagne • Les deux premières mesures chocs proposées par Marine le Pen • La Story - La contraception gratuite pour les femmes jusqu'à 25 ans Invitée : Patricia Tourancheau, co-réalisatrice « Les femmes et l'assassin » (Netflix) • « Les femmes et l'assassin » : retour sur la traque de Guy Georges • Sortie d'un documentaire Netflix sur le tueur de l'est parisien Le 5/5 : • L'hommage national à Jean-Paul Belmondo • Dernière ligne droite vers la primaire écolo • Quand TikTok éclipse Youtube
+ Lire la suite
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2213 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre