AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Marrou-Flamant (Traducteur)
EAN : 9782070314591
144 pages
Éditeur : Gallimard (06/05/2004)

Note moyenne : 3.63/5 (sur 57 notes)
Résumé :
Lorsque Jacques Aratov rencontre Clara Militch, une jeune et talentueuse actrice, il est troublé, ému.
Mais les mois passent et il ne pense plus guère à elle, jusqu'au jour où il apprend qu'elle s'est suicidée. Commence alors pour Aratov une quête amoureuse et désespérée sur les traces de Clara Militch pour comprendre son geste... Une incroyable et bouleversante histoire d'amour par-delà la mort.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
aouatef79
  10 février 2019
"Clara Militch" est un roman d 'Ivan Tourgueniev ( 1818-1883 ) .Ce dernier est
issu d' une famille aristocratique . Il est polyglotte .Il lit dans le texte Zola ,Victor Hugo , George Sand , Daudet et l' allemand Goethe .Tout cela est pour dire que Tourneguiev est très cultivé et très ouvert aux autres cultures . Il s' est établi longuement en France où il s' est fait beaucoup d' amis parmi l' intelligentsia parisienne de l' époque .
Clara Militch est un roman bref et court . le principal protagoniste, Jacques Artov est , aussi , le narrateur .Ce dernier âgé de vingt-cinq ans , ne peut être facilement cerné du fait qu' il a un caractère complexe : misanthrope ,
fermé sur lui-même et communique très peu avec les autres .
Au cours d' une soirée , il assiste avec l' un de ses amis à une représentation théâtrale . C' est l' occasion pour lui de rencontrer l' actrice ,Clara Mititch , jeune femme fort belle .Cette dernière tombe amoureuse de lui . Jacques ne répond pas à cet élan amoureux et repousse Clara.
Quelques semaines plus tard , Artov apprend grâce à la presse que Clara s' est suicidée .
le récit est poignant, bien touchant et émouvant .L' auteur ne donne aucune piste pour connaître les motifs du suicide . C' est au lecteur de trouver , s' il le peut , le pourquoi de ce malheureux et fatal geste .


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
missmolko1
  20 août 2013
Apres avoir lu et adoré "Premier amour", je retrouve Ivan Tourguéniev avec "Clara Militch". Il s'agit a nouveau d'une nouvelle, courte et intense, car on se retrouve vite captivée et l'on a qu'une envie : connaitre le fin mot de l'intrigue.

Mais avant de vous parlez de l'histoire, il faut que je vous confesse que c'est la sublime couverture de chez folio qui m'a vraiment tenté! Ce visage féminin, les yeux fermés, entouré de fleur a quelque chose d'intrigant qui pousse a vouloir en savoir plus.
Passons maintenant au contenu : le narrateur est un homme de 25 ans, comme moi donc a priori j'aurai du m'y attacher mais pas du tout. Il faut dire qu'il est plutôt repoussant : il vit reclus chez lui, n'est absolument pas sociable, un peu misogyne bref il n'a pas grand chose pour lui. Un soir avec son unique ami, ils se rendent au théâtre et la il fait la rencontre d'une actrice, Claire Militch qui tombe immédiatement amoureuse de lui. Mais lui l'a repousse. Quelques semaines plus tard, il apprend par les journaux qu'elle s'est suicidée. Commence alors pour notre narrateur une quête pour comprendre son geste.
Cette nouvelle, je l'ai dévoré, j'étais incapable de la lâcher mais en refermant la dernière page et a l'heure ou j'écris cette critique deux jours après, il met difficile de dire ce que j'en pense. J'ai aimé ça c'est certain mais je me pose un tas de questions. L'auteur nous laisse volontairement dans le flou le plus totale et c'est a nous lecteur d'y voir ce que l'on veut. Nous côtoyons et savons très peu sur l'actrice donc nous ne savons pas clairement pourquoi elle a commis son geste, certains y verront un amour malheureux, d'autres non. La fin est très mystérieuse, un peu fantastique mais la encore les lecteurs les plus terre a terre, trouveront forcement une explication rationnelle.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          301
PiertyM
  23 avril 2014
Jacques Aratov, le personnage principal de ce petit livre est bien difficile à cerner , difficile aussi à construire je suppose. Misanthrope, capricieux, sans ambition peut-être, on ne saura vraiment repérer sa route dans la solitude. Même l'amour n'a pu le faire dégringoler de sa tour d'ivoire.
En effet,Jacques Aratov reste enfermer dans sa coquille même quand la fille prend l'initiative de lui proposer un rendez-vous par le truchement d'un billet. Non, le gars reste sec, sourd, aveugle comme d'habitude. Et même quand il se présente au rendez-vous après mille détours de ses pensées, il reste castrer dans sa boule de glace. Malgré l'effort de la fille qui, elle aussi casernée dans sa toupie à sa façon, la fonte de la glace s'avère une illusion. Elle prend la fuite, l'échec du rendez-vous.
Par la suite, Jacques Aratov découvre dans un journal le suicide de Claire Militch, c'est le début de tous les cauchemars....
Une histoire troublante, des personnages ternes, des émotions fades, mais un beau récit. Ivan Tourgueniev essaie par son style de rendre l'histoire moins sombre qu'elle est. Dès qu'on le commence, on finit le livre sans s'en rendre compte. Puis naît un sentiment de jalousie envers ces personnages qui ne méritent pas de figurer dans ce beau récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Neneve
  26 mars 2017
Encore une fois conquise par la plume de Tourgeniev. Un texte poignant, teinté de sombre, de mélancolie, de fantastique, de dramatique, mais toute en finesse et délicatesse. Une plume poétique, qui enivre, qui subjugue, qui marque et qui émeut. Décidément, j'aime beaucoup beaucoup cet auteur.
Commenter  J’apprécie          160
seblac
  03 mai 2016
Dans cette nouvelle écrite et publiée à la fin de sa vie, Tourgueniev propose une nouvelle comme il en a le secret. A l'image de sa vie qui commence à se flétrir dans la douleur et la maladie, l'auteur nous raconte le destin de deux jeunes gens dont la vie va se faner avant même d'avoir véritablement éclos.
Arakov, vit seul avec sa vieille tante qui le couve comme s'il était encore un enfant. Il vit comme un reclus, dans son petit monde, loin de la vie mondaine et surtout loin des femmes pour lesquelles il semble éprouver une vive méfiance. Il n'a pas d'ami, enfin si un, dénommé Kupfer. Ce dernier va parvenir à convaincre Arakov de se rendre d'abord à une soirée organisée par une princesse qui protège nombres d'artistes. Échec, Arakov s'ennuie et la princesse lui déplait au plus haut point. Malgré tout un visage est resté dans ses pensées, dans ses rêves mais il ne sait pas lequel.
Il va le découvrir lors d'une matinée artistique organisée de nouveau chez cette princesse. Il s'agit de Clara Militch, une jeune chanteuse. Durant toute la représentation, celle-ci fixe Arakov qui le remarque. Mais très vite le caractère misanthrope d'Arakov reprend le dessus. Ni la lettre ni la courte entrevue qu'il aura avec la jeune chanteuse éprise de cet ours ne changeront quoi que ce soit aux humeurs renfrognées d'Arakov.
Vient la nouvelle du suicide de la jeune fille qui s'est empoisonnée lors d'une représentation théâtrale à Kazan. Sans trop savoir pourquoi Arakov est troublé au point de mener son enquête sur les raisons de cette mort volontaire. Peu à peu il se laisse envahir par un mélange de remords et d'amour...La fin est malheureusement prévisible.
Dans cette nouvelle aux accents amers, Tourgueniev excelle pour nous plonger dans une histoire pleine d'ambivalences. Il parvient à nous rendre attachant sans qu'on sache trop pourquoi des personnages et des situations assez détestables. le héros Arakov en est l'illustration parfaite. Ce jeune homme est plutôt antipathique : solitaire, ennuyeux avec ses manies de vieux garçon, volontiers misogyne... Au mieux il est renfrogné, au pire il peut paraître odieux. Et pourtant, peu à peu on s'attache à lui, on finirait presque par le plaindre d'être un handicapé des sentiments...
Finalement dans cette nouvelle, le sage Tourgueniev nous met face à ce qu'est la vie : une chose pas toujours très passionnante, une chose de tragique mais malgré tout belle.
Oui, voilà comment je résumerai cette nouvelle : quelque chose de pas forcément très passionnant, de tragique mais de très beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PiertyMPiertyM   23 avril 2014
Jacques Aratov, le personnage principal de ce petit livre est bien difficile à cerner , difficile aussi à construire je suppose. Misanthrope, capricieux, sans ambition peut-être, on ne saura vraiment repérer sa route dans la solitude. Même l'amour n'a pu le faire dégringoler de sa tour d'ivoire.

En effet,Jacques Aratov reste enfermer dans sa coquille même quand la fille prend l'initiative de lui proposer un rendez-vous par le truchement d'un billet. Non, le gars reste sec, sourd, aveugle comme d'habitude. Et même quand il se présente au rendez-vous après mille détours de ses pensées, il reste castrer dans sa boule de glace. Malgré l'effort de la fille qui, elle aussi casernée dans sa toupie à sa façon, la fonte de la glace s'avère une illusion. Elle prend la fuite, l'échec du rendez-vous.

Par la suite, Jacques Aratov découvre dans un journal le suicide de Claire Militch, c'est le début de tous les cauchemars....

Une histoire troublante, des personnages ternes, des émotions fades, mais un beau récit. Ivan Tourgueniev essaie par son style de rendre l'histoire moins sombre qu'elle est. Dès qu'on le commence, on finit le livre sans s'en rendre compte. Puis naît un sentiment de jalousie envers ces personnages qui ne méritent pas de figurer dans ce beau récit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
aouatef79aouatef79   13 juin 2019
Je me souviens qu 'en ce temps ,l 'image d 'une femme , le fantôme de l 'amour ,ne se dressait presque jamais dans mon esprit avec des contours bien définis .Mais dans tout ce que je pensais , dans tout ce que je ressentais se cachait cependant un pressentiment demi conscient et pudique de
quelque chose d 'inconnu , inexplicablement doux et féminin .
Commenter  J’apprécie          140
missmolko1missmolko1   18 août 2013
La modestie d'Aratov ne lui permettait pas de croire, ne fut-ce qu'un seul instant, qu'il avait pu plaire a cette jeune fille bizarre, qu'il avait peut-être pu lui inspirer quelque chose comme un sentiment d'amour, voir de passion ! La femme encore inconnue, la jeune fille a laquelle il pourrait se livrer tout entier, qui serait un jour sa fiancée, sa femme, n'apparaissait pas dans son imagination pareille a cette étrangère, pas du tout pareille.... Il rêvait rarement d'amour : il était demeuré vierge d’âme et de corps et ne connaissait pas les femmes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
missmolko1missmolko1   17 août 2013
A l’époque dont nous parlons, vivait a Moscou une veuve, princesse géorgienne - une personnalité indéfinissable et un peu inquiétante. Elle frisait la quarantaine. Dans sa jeunesse, elle devait avoir eu ce genre de beauté orientale qui se fane si vite. Maintenant elle se maquillait et se teignait les cheveux dont la blondeur artificielle tournait par endroit au jaune. Divers bruits couraient sur son compte, pas très avantageux ni très clairs et précis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
aouatef79aouatef79   14 avril 2019
Je devenais rêveur ;je m 'attristais ,je pleurais même .Mais la tristesse et des larmes qui m 'inondaient ,sous l 'impression d 'un vers musical ou de la beauté d 'une soirée ,sortait comme une fleur de printemps ,le sentiment joyeux d'une vie jeune et débordante .
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Ivan Tourgueniev (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ivan Tourgueniev
Poèmes russes en prose, Ivan Tourgueniev
Musique : Pyotr Il'yich Tchaikovsky Solo Instrument(s) and Orchestra Pezzo capriccioso, Op. 62 / (enregistrement domaine public)
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre