AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Françoise Marrou-Flamant (Traducteur)
EAN : 9782070344871
320 pages
Éditeur : Gallimard (24/01/2008)

Note moyenne : 4.04/5 (sur 142 notes)
Résumé :
La Russie au lendemain de l'abolition du servage. Les pères : bienveillants, un peu fatigués, sceptiques, mais convaincus qu'une bonne dose de libéralisme à l'anglaise résoudra les problèmes d'un pays encore médiéval. Les fils : sombres, amers, désespérés avant l'âge, haïssant toute idée de réforme, ne croyant qu'à la négation, au « déblaiement », à la destruction de l'ordre.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
babounette
  05 août 2017
Ivan Tourgueniev, Pères et Fils (1863)

Pères et Fils (en russe Отцы и дети, littéralement Pères et Enfants), une des oeuvres phares de Tourgueniev, a été traduit en français par l'auteur lui-même et par Louis Viardot. Ce roman social déclencha de vives polémiques car il décrit avec réalisme le conflit entre la vieille et la nouvelle génération aux idées opposées, c'est-à-dire entre les adversaires farouches des réformes, les réformistes partisans d'un libéralisme évolutif à l'anglaise, et Evgueni, un jeune radical pour lequel Tourgueniev crée le terme nihiliste parce qu'il refuse toute autorité, n'obéit qu'à sa propre loi et de manière destructrice, renie en bloc l'art, la famille, l'amour et la religion, mais il sera le premier à être détruit.

Le roman se passe à la campagne, en 1859, époque charnière de l'histoire de la Russie, deux ans à peine après l'abolition du servage par Alexandre II, le tsar qui a régné de 1855 à 1881, année où il a été assassiné par des révolutionnaires au moment où il se préparait à octroyer une constitution et à libéraliser davantage encore le régime. Cet attentat a provoqué un retour en arrière de son successeur, Alexandre III, et un virage particulièrement funeste pour le destin de la Russie et des Romanov. le personnage de Bazarov a inspiré Fiodor Dostoïevski dans son roman Les Démons pour la peinture de la jeunesse nihiliste, notamment à travers le personnage de Stavroguine. Ce roman est en partie autobiographique, puisque Tourgueniev a vécu toute son enfance à la campagne, où il a été choqué par la condition misérable des serfs qu'il voyait autour de lui.
Au début du roman, après trois ans d'absence, Evgueni (Eugène) Bazarov, futur médecin gagné au nihilisme durant son passage à l'université, regagne son village natal et la maison de ses parents, petits propriétaires, accompagné de son ami Arkadi Kirsanov, fils de propriétaires un peu plus aisés, et un moment son disciple admiratif. Evgueni, le personnage central du roman, prône un renversement politique avec un discours aussi radical sur le fond qu'arrogant et intolérant dans la forme («Je ne partage les idées de personne»), et c'est ce qui séduit d'abord Arkadi avant de le décevoir, car Evgueni parle et mais réalise rien. Il rejette tout ce qui permet le vivre-ensemble, en contraste avec les idées nuancées et constructives d'Arkadi qui finit par prendre ses distances, et avec celles des père et oncle de ce dernier, les frères Kirsanov.
Arkadi le convie un jour à un bal. Evgueni qui n'a que mépris pour l'amour et pour les femmes, tombe amoureux d'une jolie veuve fortunée, Anna Odintsova, qui l'invite dans sa propriété. Mais il n'éprouve pas de réelle affection, ce qui ne peut le mener qu'à l'échec, en même temps que cet évènement perturbe sa théorie qui rejette les sentiments. Il se plonge alors dans des recherches scientifiques au cours desquelles il se blesse. Il ne se soigne pas, la plaie s'infecte, et le typhus l'emportera. Confronté à la mort en disséquant un cadavre comme médecin, il réalise la vanité de son existence et s'écrie «Moi, utile à la Russie ? Non, mais un boucher, un cordonnier, un tailleur, oui». C'est encore le thème de l'homme de trop.
Le roman confronte pour le lecteur les idées sociales d'Evguéni, d'Arkadi et de leurs parents. le père du premier, Vassili Bazarov, propriétaire d'un petit domaine agricole, reste globalement fidèle aux idées traditionnelles, plus par habitude que par conviction, tandis que sa mère, la pieuse et réaliste Arina, est partagée entre l'amour de son fils et une inquiétude certaine devant ses discours destructeurs. C'est elle qui interpelle son mari en ces termes «Qu'y faire, Vassili ? Un fils est comme un morceau qui se détache… et nous deux sommes comme deux petits champignons dans le creux d'un arbre. Nous resterons là fixés pour toujours, l'un près de l'autre, moi sans changer pour toi, et toi sans changer non plus pour ta vieille femme».
Arkadi Kirsanov, l'ami d'Evgueni Bazarov, est d'abord perméable à ses idées, mais à l'issue d'une sorte de parcours initiatique, finit par rejeter son radicalisme, préférant l'acquis des réformes, mêmes lentes, au rêve incertain d'un futur violent. Tourgueniev décrit avec beaucoup de finesse l'amitié entre ces deux jeunes issus de milieux sociaux différents, et qui partagent le même idéal avant de voir leurs chemins diverger.
Le père d'Arkadi, Nicolaï Kirsanov, veuf timide a concrétisé ses convictions démocrates en offrant la liberté à ses serfs deux ans avant l'abolition du servage, mais n'a pas encore poussé le modernisme jusqu'à épouser sa maitresse, Fénetchka, une femme du peuple qui lui a donné un enfant. Ce sera pour la fin du roman, Tourgueniev abordant ici brièvement, comme dans d'autres oeuvres, le thème de l'amour entre personnes de classes sociales différentes.
Ce Nicolaï qui attend avec impatience le retour de son fils parti il y a trois ans, a un frère, Pavel (Paul), libéral opposé aux idées extrêmes du jeune Bazarov à qui il dame le pion plusieurs fois. C'est le plus proche des idées de Tourgueniev, adversaire de toute violence.
Contrairement à Evgueni, Arkadi trouvera le bonheur en épousant la soeur cadette d'Anna, la calme et douce Ekaterina (Katia). Les autres iront aussi vers leur destin. Pavel partira en voyage, Nicolaï épousera la mère de son enfant, et Anna se mariera à Moscou.
Roman à thèse en filigrane, Père et fils est davantage un roman de moeurs décrivant le pouls et le rythme lent de l'identité russe au 19ème siècle. Au-delà des conflits générationnels, Tourgueniev y brosse un tableau réaliste des mentalités et traditions des différentes classes sociales, des paysages de la ruralité de l'époque, de l'atmosphère des causeries qui animent les salons aristocratiques, et d'événement gais ou tragiques comme un bal, une conversation près d'une meule de foin voisine de la maison de Bazarov, ou un duel au pistolet entre Pavel et Evgueni. En cela, il est proche des autres grands auteurs russes de son temps, et notamment de Pouchkine, Tolstoï et Dostoïevski. Tous ses personnages sont décrits avec une grande pénétration psychologique, y compris Evgueni pris entre ses fanfaronnades et ses doutes, situation qu'on retrouve dans d'autres oeuvres du romancier, et qui ont fait parler d'hamletisme et de donquichotisme.
Tourgueniev cite plusieurs dictons qui reflètent l'esprit de cette époque, comme "Plus le maître est exigeant, plus il est aimé du paysan". Les contrastes sont permanents entre pères et fils, propriétaires et serviteurs, conservateurs et progressistes, slavophiles et occidentalistes, idéalistes et matérialistes,…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          578
Gwen21
  02 novembre 2014
Nous sommes en 1859, à la campagne, au lendemain de l'abolition (tardive) du servage. Bazarov, jeune médecin étudiant les sciences naturelles et prônant le nihilisme, rentre chez ses parents, de petits propriétaires. Il est accompagné d'Arcade qui lui est fils de propriétaires terriens plus aisés - sans pour autant être aristocrates. Arcade Nikolaïévitch est plus jeune que son maître à penser dont il cherche à conforter l'amitié mais un bref séjour chez son père et son oncle - qui, veufs, vivent ensemble au domaine familial - suffit à lui montrer le fossé qui sépare les thèses de son ami et les pensées traditionnelles de ses parents...
Avec "Pères et fils", Tourgéniev trouve prétexte à aborder des sujets de société sensibles tel que le conflit de générations à une période charnière de l'histoire politique et économique de la Russie, ou encore l'enracinement des idées nouvelles dans un terreau aussi archaïque que celui de la ruralité russe du XIXème siècle et, comme c'est généralement le cas avec la littérature classique russe, le lecteur ne s'immerge pas seulement dans une autre dimension temporelle mais aussi dans une autre dimension sociale et identitaire.
D'un point de vue psychologique, ce roman est remarquable. En peu de pages, l'auteur brosse une galerie très complète et diversifiée de personnages masculins et féminins forts, la plupart très fouillés. Quel régal de découvrir toujours plus avant la Russie dans les différentes classes sociales qui la composaient. Je ne manque jamais de m'attendrir sur les figures les plus chétives et les plus émotives comme les parents de Bazarov, totalement inénarrables et si criants de réalisme.
D'un point de vue intellectuel, ce roman est également très intéressant. Il apporte un éclairage supplémentaire sur la pensée russe, sur ses traditions, sa spiritualité, son folklore, sa politique et son peuple. Un peuple tout en contrastes qui, à l'heure de l'abolition du servage, se révèle encore par des dictons tels que "Et tant plus le maître est exigeant, tant plus il est aimé du paysan".
A travers le parcours initiatique d'Arcade, à travers les idées nouvelles de Bazarov, à travers l'amour plus d'une fois au rendez-vous, à travers les causeries de salon et les autres rencontres qu'il ménage, ce roman apporte sa touche à une meilleure compréhension de la complexe identité russe.
Un bon témoignage de la littérature romantique russe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          560
Kittiwake
  26 mai 2016
Pères et fils est le roman phare de l'oeuvre de Tourguéniev, qui met en scène Bazarov, nihiliste auto-proclamé, et messager des tendances contestataires de la société russe de la deuxième moitié du 19e siècle.
Bazarov est accueilli dans la famille de son ami Arcade. C'est l'occasion pour lui de proclamer haut et fort ses convictions politiques et philosophiques : c'est en fait un matérialiste passionné de science et d'expérimentation, méprisant l'art et le romantisme qui ne sont que balivernes :
«Un honnête chimiste est vingt fois plus utile que n'importe quel poète »
De même pour l'amour et la dépendance qu'il implique, tout cela n'est pour lui qu'une affaire de physiologie (à une époque où les neuromédiateurs et circuits de la récompense n'étaient même pas pressentis )
Les discussions sont animées ( ce qui donne tout son sens au titre, à travers les divergences d'opinions intergénérationnelles) à un tel point que les deux jeunes gens s'éloignent de la ferme familiale. Les voyages forment la jeunesse et notre Bazarov voit ses principes fondre comme neige au soleil alors qu'il s'éprend de la belle veuve Anna Sergueievna. Et l'on peut constater à plusieurs reprises la fragilité des bases théoriques de sa ligne de conduite , avec un sommet lors de la provocation en duel par son l'oncle d'Arcade, puisque Bazarov explique que le duel lui semble un moyen idiot de résoudre les conflits tout en acceptant la confrontation armée.
Le roman commence avec lenteur, et il faut arriver au tiers du récit pour que l'action se mette en place. Voyages, rencontres, sont autant d'occasion d'exprimer des opinions sur la situation sociale en Russie et de mettre les personnages au pied du mur.
Tourguéniev n'a pas le lyrisme et la puissance d'écriture de Dostoïevski, et les personnages dans leur manque de consistance ne créent pas un point d'ancrage solide pour le lecteur. il n'en reste pas moins que, passées les premiers chapitres, on peut s'intéresser à la narration et surtout à la mine d'informations qu'elle nous livre : c'est une sorte de portrait instantané de la Russie rurale de la deuxième partie du 19è siècle, qui permet de ressentir les prémisses des bouleversements que l'on connaît..
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
LesPetitesAnalyses
  23 mars 2020
L'heure du printemps a sonné. L'hiver n'est plus. Les bourgeons, gonflés d'impatience, sont devenus ces concentrés de jeunes feuilles qui ne demandent qu'une chose: que le soleil caresse leurs extrémités afin qu'elles puissent se déployer dans le vent d'avril. Au pied de l'arbre, les moineaux, eux, piétinent les derniers petits morceaux de glace qui parsèment une flaque d'eau. Nos amis à plumes reviendront, courant de l'après-midi, prendre un bain printanier qui deviendra vite une habitude quotidienne. Ils s'en iront, ensuite, sautiller de branche en branche à la recherche de l'endroit qui les exposera le plus à la chaleur du soleil. Une fois leur duveteux plumage séché ils plisseront les yeux, satisfaits que l'hiver soit maintenant derrière eux.
Chaque année, à pareille époque, je regarde ce saisissant spectacle de la nature reprendre pleinement ses droits. Elle nous survivra quoi qu'il arrive et c'est avec une joie sans cesse renouvelée que j'admire cette grandeur qui me remet à ma juste place dans le Cosmos: celle d'un grain de sable qui ne fait que passer.
Ivan Tourgueniev aussi ne fit que passer entre 1818 et 1883. Il laissa, pourtant, une empreinte durable dans la littérature classique russe. Ces romans et nouvelles ont traversé deux siècles pour arriver jusqu'à nous et la petite analyse que je vous propose aujourd'hui est celle d'un de ses romans clés: Pères et fils.
Il faut tout d'abord situer l'écriture de ce roman dans une Russie qui est en pleine abolition du servage. Avant 1861 et la date officielle de cette réforme, les paysans russes étaient sous le joug de propriétaires qui administraient de grands domaines. Ces serfs travaillaient autant à l'agriculture de ces mêmes domaines qu'aux tâches liées à l'intérieur des bâtiments de leur maîtres et la toile de fond que l'on peut voir dans Pères et fils est celle de cette Russie-là. C'est ainsi que nous retrouvons dès l'entame du roman, un des personnages dénommé Nicolas Petrovitch Kirsanov et qui possède plus de deux cents paysans dont certains sont des dvorovi, c'est à dire des serfs employés au service intérieur. Sans avoir l'air d'y toucher Tourgueniev nous emmène dans une vie où le servage est encore bien ancré mais où l'on s'aperçoit que les lignes commencent à bouger.
Ce roman est évidemment connu pour le personnage du jeune Bazarov qui vient bousculer les certitudes des générations qui le précèdent. Sans utiliser la langue de bois, il remet en cause les faits établis, tourne ses interlocuteurs en ridicule et déconstruit ce qu'il estime être de fausses vérités. En un mot, il représente la nouvelle génération qui veut faire place neuve à coup de nihilisme:
" — Je vous ai déjà dit, mon oncle, repris Arcade, que nous ne reconnaissons aucune autorité.
— Nous agissons en vue de ce que nous reconnaissons pour utile, ajouta Bazarov: aujourd'hui il nous paraît utile de nier, et nous nions.
— Tout?
— Absolument tout.
— Comment? non seulement l'art, la poésie, mais encore … j'hésite à le dire …
— Tout, répéta Bazarov, avec une inexprimable tranquillité. "
A certains égards, le nihilisme que Arcadie et Bazarov expriment dans plusieurs passages du roman font parfois, et bizarrement, écho à une certaine société actuelle. Celle qui non seulement ne vit que par la critique et le rabaissement de l'autre mais surtout celle qui met toute son énergie à déconstruire ce qui est en place afin de repartir sur des bases “saines” mais qui, dès le terrain déblayé, s'en va un peu plus loin déconstruire autre chose tout en laissant le précédent terrain exsangue. Telles ces méthodes managériales dites LEAN mal cadrées qui se cachent derrière le poncif d'amélioration continue afin de ne pas voir que l'organisation qu'elles ont réformée est désormais une coquille vide. A ce titre “Père et fils” peut questionner notre rapport au monde.
D'ailleurs, comme l'explique le titre du roman, l'histoire est celui du face-à-face de deux générations. La plus jeune essayant de pousser l'ancienne vers la porte de sortie. Tandis que la plus ancienne table sur son expérience pour expliquer aux plus jeunes qu'ils ont encore tant à apprendre de la vie. Les deux générations se verront éclaboussées l'une par l'autre et au final personne ne sortira vainqueur de l'existence puisque c'est elle qui a toujours le dernier mot.
Enfin, il est a noté qu'une des scènes marquantes du livre est celle du duel entre Bazarov et le frère d'Arcadie. Cette épisode vient souligner avec force les différends qui séparaient ces deux générations et apporte un brin d'aventure à ce roman classique. Ce mécanisme du duel est d'ailleurs, à mon humble avis, une intelligente catharsis pour donner du relief au propos de Tourgueniev et qui n'est pas sans rappeler un autre classique de la littérature russe sorti tout droit du XIXème siècle: un héros de notre temps.
Lien : https://lespetitesanalyses.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
NMTB
  18 juillet 2015
« Pères et fils » est un roman d’une importance considérable pour la littérature russe. Il a été un énorme succès en son temps et il a donné suite à toute une série de polémiques, de répliques, et même à toute une littérature sur le sujet du nihilisme et du matérialisme, notamment les fameux « Possédés » de Dostoïevski ou « Que Faire ? » de Tchernychevski.
Entre maîtres et serviteurs, aristocrates et plébéiens, libéraux et nihilistes, conservateurs et progressistes, slavophiles et occidentalistes, jeunes et vieux, idéalistes et matérialistes, romantiques et réalistes, les relations et les idées des différents personnages, très caractérisés et pourtant complexes, évolutifs, sont suffisamment éloignées de nos clichés actuels pour que je me garde d’en faire des commentaires. Seulement, le personnage principal se nomme Bazarof, c’est un jeune médecin, très intelligent mais prétentieux, un matérialiste dont les idées s’opposent à celles de la génération précédente, libérale et idéaliste. Et le roman se déroule juste avant l’affranchissement des serfs en Russie. Mais ce sujet est peu évoqué, en tout cas pas directement.
Car davantage qu’un roman à thèse, « Père et fils » est un roman de mœurs. L’amour entre personnes de classes sociales différentes étant l’un des sujets sur lequel s’est appuyé Tourgueniev. Mais il n’est pas question que de cela, là encore les choses sont assez compliquées à résumer. Sans compter que tout s’entremêle et que Tourgueniev laisse le lecteur libre de son interprétation.
Un parfait exemple de roman russe du dix-neuvième siècle, avec des échantillons représentatifs de toute la société et de ses préoccupations : des paysans, des réformes agraires, des progressistes, des salons aristocratiques, des bals, des duels au pistolet. C’est comme un mélange de Pouchkine, de Tolstoï, de Dostoïevski. Donc, c’est excellent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Citations et extraits (27) Voir plus Ajouter une citation
TobagoTobago   18 juin 2013
" - Voulez-vous que je vous dise exactement, mon oncle, quel homme est Bazarov ?
-Je t'en prie, mon chère neveu.
-Il est nihiliste.
-Comment ? demandant Nicola Petrovitch [...]
-Il est nihiliste, répéta Arkadi.
-Nihiliste, dit Nicola Pétrovitch, cela vient du latin 'nihil',' rien', autant que je puis en juger; donc ce mot désignerait un homme qui...qui ne veut rien reconnaître ?
-Dis plutôt : qui ne respecte rien, rectifia Paul Petrovitch [...]
-Qui envisage tout d'un point de vu critique, précisa Arkadi.
-N'est-ce pas la même chose ? demanda Paul Petrovitch
-Non, pas du tout. Un nihiliste, c'est un homme qui ne s'incline devant aucune autorité, qui ne fait d'aucun principe un article de foi, quel que soit le respect dont ce principe est auréolé. "

"— Хотите, дядюшка, я вам скажу, что он собственно такое?
— Сделай одолжение, племянничек.
— Он нигилист.
— Как? — спросил Николай Петрович [...]
— Он нигилист, — повторил Аркадий.
— Нигилист, — проговорил Николай Петрович. — Это от латинского nihil, ничего, сколько я могу судить; стало быть, это слово означает человека, который... который ничего не признает?
— Скажи: который ничего не уважает, — подхватил Павел Петрович [...]
— Который ко всему относится с критической точки зрения, — заметил Аркадий.
— А это не все равно? — спросил Павел Петрович.
— Нет, не все равно. Нигилист — это человек, который не склоняется ни перед какими авторитетами, который не принимает ни одного принципа на веру, каким бы уважением ни был окружен этот принцип."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Gwen21Gwen21   02 novembre 2014
Chacun sait que le temps vole parfois comme un oiseau et d'autres fois se traîne comme un ver de terre ; mais c'est quand on ne remarque même pas s'il passe vite ou lentement qu'on est le plus heureux.
Commenter  J’apprécie          310
Gwen21Gwen21   28 octobre 2014
- [...] Un nihiliste, c'est un homme qui ne s'incline devant aucune autorité, qui ne fait d'aucun principe un article de foi, quel que soit le respect dont ce principe est auréolé.
Commenter  J’apprécie          340
Gwen21Gwen21   27 octobre 2014
Dans toute son allure raffinée et racée l'oncle d'Arcade avait gardé une sveltesse juvénile et cet élan vers le haut, loin des choses terrestres, que l'on perd, en général, passé vingt ans.
Commenter  J’apprécie          270
Gwen21Gwen21   01 novembre 2014
Devant la première isba qu'ils rencontrèrent, deux paysans se disputaient, leurs bonnets vissés sur le crâne. "Tu es un grand cochon, disait le premier au second, et c'est pire qu'un jeune porc. - Mais ta femme à toi, c'est une sorcière", répliquait l'autre.
Commenter  J’apprécie          160
Videos de Ivan Tourgueniev (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ivan Tourgueniev
Poèmes russes en prose, Ivan Tourgueniev
Musique : Pyotr Il'yich Tchaikovsky Solo Instrument(s) and Orchestra Pezzo capriccioso, Op. 62 / (enregistrement domaine public)
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature russe

Lequel de ses écrivains est mort lors d'un duel ?

Tolstoï
Pouchkine
Dostoïevski

10 questions
305 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature russeCréer un quiz sur ce livre