AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070404684
Éditeur : Gallimard (02/04/1998)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 48 notes)
Résumé :
En 1845, le pasteur Eléazar quitte son Irlande natale avec sa femme et ses deux enfants pour émigrer en Amérique, comme des milliers de ses compatriotes chassés par la grande famine. Débarquant en Virginie, il entreprend la traversée du continent pour gagner cette Californie qui se confond pour beaucoup avec la Terre promise. Parvenu dans le désert du Colorado, il lui semble qu'un voile se déchire devant ses yeux et qu'il lit pour la première fois la Bible. En Irlan... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
Epictete
  04 juillet 2017
Un livre signé Michel Tournier, c'est toujours une promesse de qualité, de découverte. Ici l'auteur s'attaque à la transposition de l'histoire biblique de Moïse.
Eléazar est un pasteur protestant dont la vie est rythmée et guidée par la lecture de la bible. Il trouve toujours des solutions en ouvrant sa bible au hasard et en interprétant un texte.
Marié à une épouse catholique, il va décider, avec leurs deux enfants et lors de la famine et des épidémies de 1845 en Irlande d'émigrer vers l'Amérique. Après une traversée difficile il dirigera « son peuple » vers la Californie (L'équivalent pour lui du Canaan de la bible)
Michel Tournier égrène tous les ingrédients et les symboles de la bible et de l'histoire de Moïse pour écrire son récit
Mais dans ce court roman., on a l'impression de lire le résumé d'une oeuvre qui aurait pu être bien plus conséquente. En approfondissant chacune des étapes de la vie d'Eléazar, on pourrait alimenter une véritable saga ou histoire de ces pays, de cette immigration et de la recherche de la terre promise.
Ce n'est pas le choix qu'a fait l'auteur, mais il n'en est pas moins vrai que ce roman est agréable à lire. On y retrouve de nombreux sujets qui restent actuels comme le fanatisme religieux, l'interprétation des textes sacrés, le destin de l'homme, etc.
C'est un joli Tournier, qui n'est pas forcément à la hauteur des autres titres, mais dont il ne faut pas se priver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
Myriam3
  15 mai 2015
Dernier roman en date de Michel Tournier, ce livre ressemble plutôt à une ébauche, un résumé. Les événements s'enchaînent, captivants mais j'aurais apprécié plus de développements.
Eléazar, pasteur en Irlande, épouse une jeune catholique infirme dont il aura deux enfants: un garçon, Benjamin, et une petite fille Cora dont l'intuition et le regard qu'elle porte sur le monde orientera le destin de la famille. Lors de la grande Famine en Irlande, en 1845, et parce que son âme n'est pas toute blanche, le pasteur embarque sa famille sur un bateau à destination de la Virginie, d'où il part ensuite en direction de sa Terre Promise: la Californie. Sa confiance absolue en Dieu et en les textes de la Bible le conduit à des choix irraisonnés, prenant des risques inconsidérés pour sa famille.
Malgré, parfois, des facilités dans le récit - le protestant froid et la catholique joyeuse, ouverte, la petite fille extralucide, la rencontre avec de bons Indiens - j'ai apprécié ce très court livre, en partie toute la partie du voyage en bateau puis en chariot.
Si Michel Tournier avait écrit ce roman une dizaine d'années plus tôt - il avait déjà 70 ans au moment de sa publication - peut-être l'aurait-il davantage approfondi; ce roman est mineur dans l'auteur du Roi des Aulnes mais il n'en reste pas moins intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
LiliGalipette
  11 novembre 2014
Éléazar, pâtre en sa jeunesse, est devenu pasteur d'hommes. « Plus tard, quand il réfléchirait aux sources de sa vocation religieuse, c'est à ce souvenir précis qu'il songerait, à ces nuits lumineuses où il rapportait à la maison dans ses bras un agneau trop faible pour marcher. » (p. 12) Mais sur les terres de la verte Irlande, il n'est pas toujours bien vu d'être protestant et Éléazar se craint condamné à la solitude jusqu'à sa rencontre avec la belle Esther, boiteuse, catholique et joueuse émérite de harpe. Tourmenté par un crime et acculé par la famine, Éléazar se résout à quitter sa terre natale pour l'Amérique. Après quarante jours d'une éprouvante traversée maritime, la famille O'Baird s'engage dans un fabuleux périple vers l'Ouest, vers la Californie. Mais à l'instar de Moïse qui, après avoir mené son peuple à travers le désert, n'a jamais pu fouler les riches terres de Canaan, Éléazar sent qu'il n'atteindra pas la fin du voyage.
Ce très court roman est une superbe réécriture de l'histoire de Moïse, homme tiraillé entre deux familles, celle de la foi et celle qui l'a adopté, prophète infatigable et exemplaire que Yahvé choisit de rappeler à lui avant qu'il foule la terre promise. Michel Tournier propose une magnifique image du désert, à la fois terre stérile et expression de l'incommensurable puissance de Dieu. « le désert nous montre la face de Dieu faite paysage, et la tête du serpent est son symbole animal. » (p. 91) En opposant sans cesse le Buisson ardent et la Source d'eau vive – vie spirituelle d'une part, vie profane d'autre part –, le texte exalte une foi chevillée au quotidien et des hommes qui tendent sans cesse vers le sublime et la face glorieuse de Yahvé, mais qui ne peuvent se passer d'une subsistance concrète, ni se délivrer de considérations matérielles. Ce déchirement continuel est une autre sorte d'Enfer, la damnation tragique des hommes qui sont tous des anges déchus.
Je l'ai déjà constaté et vivement apprécié : Michel Tournier fait toujours preuve d'un grand talent quand il s'agit de réécrire des mythes religieux ou littéraires. Je ne peux que vous conseiller Vendredi ou les limbes du Pacifique, le roi des Aulnes ou encore Gilles et Jeanne. L'auteur ne se contente pas de réécrire, il réinvente également les sujets dont il s'empare, leur offrant un nouveau souffle pour traverser les siècles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
lecassin
  27 avril 2012
Michel Tournier n'a pas son pareil pour « revisiter » les grands mythes : Robinson Crusoé dans « Vendredi… », les Rois Mages dans « Gaspard… », Barbe Bleue dans « Gilles et Jeanne »… Ici Moïse.
Eléazar est un petit roman superposable en tout point sur l'épopée de Moïse partant d'Egypte pour emmener son peuple au pays de Canaan. de l'acte initial constitué par un meurtre : celui de "l'agent du propriétaire" qui frappait un adolescent pour Eléazar, celui d'un égyptien qui frappait un hébreu pour Moïse… Jusqu'à la « non arrivée » en terre de Canaan pour l'un et en Californie pour l'autre. Un voyage qui verra l'un traverser la Mer Rouge, l'autre l'Atlantique...
Un mélange de spiritualité et de poésie dans le cadre de la conquête de l'Ouest… Qui d'autre que Michel Tournier pouvait relever un défi pareil ?
Commenter  J’apprécie          90
Shan_Ze
  06 janvier 2015
En Irlande, au début du 19ème siècle, Eléazar, berger, se fait battre par son maître pour avoir perdu un mouton. Plus tard, alors qu'il est pasteur, il voit un jeune garçon se faire battre aussi. Pour le défendre, il commet un crime. Sous la crainte d'une arrestation, Eléazar O'Braid part avec tout sa famille dans le Nouveau Monde.
Je crois bien que c'est la première fois que je lis Michel Tournier. C'est une lecture agréable mais sans le petit plus qui prend au coeur. On suit toute la vie de Eléazar et Tournier fait un parallèle avec un personnage biblique. J'ai bien aimé le personnage de Cora qui se démarque bien du reste de la famille. Dommage pour la fin que j'ai trouvé assez étrange avec ce chef indien et cet étrange bandit.
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
LutopieLutopie   03 janvier 2019
Le serpent peut être de deux sortes. Il est venimeux ou constricteur. S'il est venimeux, il tue d'un baiser. S'il est constricteur, il tue d'une étreinte. Le premier n'est qu'une bouche, le second n'est qu'un bras. Mais c'est toujours par un geste d'amour qu'il tue.
- Voilà le signe d'une bien profonde perversion, murmure Eléazar.
- L'inversion maligne est sa vocation, reprit l'Indien. À l'origine, il brillait au ciel, comme la plus parfaite des créatures du Grand Esprit. Il rayonnait comme le prince des enfants de Dieu.
- C'était le plus beau des anges, le Lucifer, le Porte-Lumière, approuva le pasteur.
- Son orgueil l'a perdu. Il s'est cru l'égal du Grand Esprit. Les soldats de Dieu se sont rués sur lui. Ils lui ont arraché ses ailes, ses bras, ses jambes, son sexe. Ils en ont fait une colonne de cuir terminée par un masque, le serpent. Ils l'ont jeté à terre.
- C'était l'ange-tronc. Car il est tombé dans les branches d'un arbre, un pommier, et là, Porte-Lumière a enseigné sa sagesse ténébreuse au premier couple humain, Adam et Eve, poursuivit Eléazar.
- Oui, mais il y a sa tête, reprit l'Indien, parfaite, fascinante, par-delà toute beauté et toute laideur. C'est comme le désert que tu as découvert ici et qui se situe par-delà toute beauté et toute laideur dans sa perfection. Le désert nous montre la face de Dieu faite paysage, et la tête du serpent est son symbole animal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Myriam3Myriam3   15 mai 2015
Le chasseur indien doit s'approcher du troupeau de bisons et même se mêler à eux. Il doit s'habiller en conséquence et modifier jusqu'à son odeur. Il doit adopter la démarche et les gestes appris dans sa jeunesse auprès du maître de chasse. En vérité l'indien est le frère du bison. Il fait partie de la même famille que le loup, l'aigle et le castor. Le bison donne à l'Indien sa chair pour le nourrie, sa peau pour le couvrir, ses os et ses cornes pour fabriquer des outils et des armes. L'Indien aime et respecte le bison par gratitude et piété filiale. Il l'accompagne dans toutes ses migrations, et c'est pourquoi nous sommes ici aujourd'hui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
SepoSepo   26 avril 2014
La pauvreté de la population catholique, dans laquelle il baignait depuis son enfance, lui était devenue plus proche par son mariage avec Esther. Il sentait - comme tous les Anglicans- la haine muette qui montait de ce prolétariat rural vers l'oppresseur anglais. La modeste sécurité dont il jouissait, grâce à la pension qu'il recevait du gouvernement, le coupait du petit peuple révolté par l'obligation de payer la "dîme". Les curés catholiques - issus presque tous des milieux les plus pauvres - ne vivaient que des dons volontaires des fidèles. Ils connaissaient la valeur de cette indépendance matérielle vis-à-vis d'un pouvoir exécré par le peuple, et demeuraient opposés - quoiqu'il en coûtât - à toute aide officielle.p.47
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   22 mars 2011
Le serpent peut être de deux sortes. Il est venimeux ou constricteur. S'il est venimeux, il tue d'un baiser. S'il est constricteur, il tue d'une étreinte. Le premier n'est qu'une bouche, le second n'est qu'un bras. Mais c'est toujours par un geste d'amour qu'il tue. (p.101)
Commenter  J’apprécie          40
JeanLouisBOISJeanLouisBOIS   22 mars 2011
Elle avait compris que le serpent est non seulement le vivant naturel du désert, mais son totem et comme son incarnation animale. Du désert il a la nudité, la sécheresse, la farouche austérité, la haine de toute autre vie. Il partage dans tout son corps l'ardeur des jours du désert et le froid de ses nuits. Horrible et d'une hiératique perfection, sa tête triangulaire et serrée comme un poing, était tendue vers les enfants. (p.93)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Michel Tournier (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tournier
Enseignante à l'Institut Universitaire Tous Âge d'Amiens, Micheline Foré avait invité Michel Tournier à présenter une conférence dans ce lieu. En raison de problèmes de santé, celui-ci lui proposa plutôt une rencontre chez lui au Presbytère de Choisel. S'en suivirent des échanges amicaux entre l'écrivain et l'enseignante. Leur rencontre eut lieu en mai 2008 en compagnie de sa fille Blandine et de deux amis, Françoise et Jean-Claude Leleux qui filma l?entretien. La librairie du Labyrinthe les remercie tous de lui avoir confié ces images afin de les monter et de les diffuser pour le plaisir de tous.
+ Lire la suite
autres livres classés : irlandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

vendredi ou la vie sauvage

qui est le personnage principal

vendredi
robinsson
dimanche
samedi

4 questions
297 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur ce livre