AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070354857
Éditeur : Gallimard (03/06/1983)

Note moyenne : 4.08/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Dans ce recueil qui date de 1981, on trouvera une trentaine de textes critiques et de chroniques, réunis sans autre fil conducteur que les goûts de Michel Tournier, sa longue fréquentation de la littérature allemande – ici, un terrifiant (et bouleversant) dossier de lettres et comptes rendus de police sur le suicide de Kleist et d'Henriette Vogel –, des auteurs classiques (Flaubert, Balzac ou Stendhal) comme de ceux du XXe siècle. Sur le plan critique, Michel Tourni... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
LiliGalipette
  06 février 2016
Chaque livre est un vampire qui se nourrit de ses lecteurs. « Si je savais ne pouvoir être publié, je n'écrirais rien. […] Oui, la vocation naturelle, irrépressible, du livre est centrifuge. Il est fait pour être publié, diffusé, lancé, acheté, lu. La fameuse tour d'ivoire de l'écrivain est en vérité une tour de lancement. On en revient toujours au lecteur, comme à l'indispensable collaborateur de l'écrivain. […] Un livre écrit, mais non lu, n'existe pas pleinement. » (p. 12) L'idée n'est pas nouvelle : la part du lecteur dans le processus de création littéraire de la fiction est essentielle. Michel Tournier est auteur, mais avant tout lecteur et il raconte comment il a été vampirisé par ses lectures. Ainsi, l'influence est double, réciproque : le texte nourrit son lecteur qui à son tour l'emplit de sa compréhension et de ses réflexions. « Nous disons donc qu'un livre a d'autant plus de valeur littéraire que les noces qu'il célèbre avec son lecteur sont plus heureuses et plus fécondes. » (p. 19) Avec Michel Tournier, tout paraît si évident. Sa thèse est brillante, très bien écrite et parfaitement logique, tout en étant accessible et encourageante. Nul doute que, comme moi, vous aurez envie de fourrer votre nez dans tous les livres que l'auteur évoque au fil des pages.
Il est question de mythes littéraires, de contes, de textes classiques et de pépites oubliées. On y trouve des réflexions sur la création, le génie, le travail de l'artiste. « Par le poème ou le roman, l'écrivain impose à l'adoration des foules ce qu'il y a dans sa vie de plus ardent, de plus intime, et peut-être de moins avouable. » (p. 169) Chaque chapitre peut se lire indépendamment des autres, mais s'enchaîne cependant parfaitement avec le précédent et annonce le suivant. Michel Tournier honore ses maîtres, dévoile des trésors et titille la curiosité.
Je ne peux pas citer tous les livres que Michel Tournier évoque, mais juste un mot : il parle tellement bien de Madame Bovary ! Flaubert, Stendhal, Zola, Vallès, tous ces grands qui l'ont et m'ont fait grandir, Tournier les évoque avec passion et érudition. « Je juge ces oeuvres géniales en raison de l'effet d'élargissement, d'approfondissement, d'enrichissement, de libération que cette lecture exerce sur ma vision actuelle du monde. » (p. 27) Et Tournier lui-même est au nombre de ces immenses auteurs qui m'aident à vivre et à penser au quotidien. Et je ne cesse de lui être reconnaissante puisqu'il m'a donné envie de relire André Gide que je trouve poussiéreux et Jean-Paul Sartre qui m'ennuie si vite, d'ouvrir La montagne magique qui attend depuis trop longtemps ou de découvrir Jacques Lartigue, inconnu à mon bataillon. « Voir beau n'est d'ailleurs pas de tout repos, ni de tout bonheur. La beauté qui vous saute au visage et au coeur à chaque coin de rue vous blesse de façon inguérissable. » (p. 228) J'espère donc ne jamais guérir et rencontrer les textes cités par Michel Tournier. Que je sois vampirisée encore longtemps !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
lecassin
  10 avril 2012
Publié en 1981, « le vol du vampire » est un recueil de notes de lecture. On trouvera une trentaine de textes critiques ou commentaires et de chroniques, réunis sans autre fil conducteur que les goûts de Michel Tournier. Bien sur, sa longue fréquentation de la littérature allemande nous emmènera vers Kant, Goethe et Hesse…mais sa curiosité pour toutes les littératures nous ouvrira les portes de Sartre, Malraux, Boudard… J'en passe. Pour finir par cinq maîtres : Maurice de Gandillac (?), Claude Lévy-Strauss, Denis de Rougemont, Ernst Jünger et… Maurice Genevoix.
Il s'agit là d'un recueil de petits essais d'une très grande érudition. Qu'il s'agisse d'histoire littéraire ou de philosophie, Michel Tournier est toujours aisé et plaisant à suivre dans un exercice où il excelle : une sorte de petites causeries au hasard de ses promenades littéraires. Rien de bien neuf, diront les esprits chagrins…
Tant pis, le plaisir a parfois besoin du repos de l'esprit ; et quel plaisir de partager (ou non) avec un tel génie littéraire du ressenti sur des lectures communes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   22 décembre 2018
Un livre écrit, mais non lu, n'existe pas pleinement Il ne possède qu'une demi-existence. C'est une virtualité, un être exsangue, vide, malheureux qui s'épuise dans un appel à l'aide pour exister.
Commenter  J’apprécie          231
LiliGalipetteLiliGalipette   06 février 2016
« Si je savais ne pouvoir être publié, je n’écrirais rien. […] Oui, la vocation naturelle, irrépressible, du livre est centrifuge. Il est fait pour être publié, diffusé, lancé, acheté, lu. La fameuse tour d’ivoire de l’écrivain est en vérité une tour de lancement. On en revient toujours au lecteur, comme à l’indispensable collaborateur de l’écrivain. […] Un livre écrit, mais non lu, n’existe pas pleinement. » (p. 12)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   06 février 2016
« L’histoire des lettres s’inscrit en faux contre cette tyrannie, démentit par les faits que la création est par essence inattendue, surprenante, inconcevable, contraire à ce qu’on croyait auparavant pouvoir et devoir faire. Il y a nécessairement dans la novation créatrice une transgression des règles reçues. » (p. 56)
Commenter  J’apprécie          30
LiliGalipetteLiliGalipette   06 février 2016
« Voir beau n’est d’ailleurs pas de tout repos, ni de tout bonheur. La beauté qui vous saute au visage et au cœur à chaque coin de rue vous blesse de façon inguérissable. » (p. 228)
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   06 février 2016
« Nous disons donc qu’un livre a d’autant plus de valeur littéraire que les noces qu’il célèbre avec son lecteur sont plus heureuses et plus fécondes. » (p. 19)
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Michel Tournier (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tournier
Enseignante à l'Institut Universitaire Tous Âge d'Amiens, Micheline Foré avait invité Michel Tournier à présenter une conférence dans ce lieu. En raison de problèmes de santé, celui-ci lui proposa plutôt une rencontre chez lui au Presbytère de Choisel. S'en suivirent des échanges amicaux entre l'écrivain et l'enseignante. Leur rencontre eut lieu en mai 2008 en compagnie de sa fille Blandine et de deux amis, Françoise et Jean-Claude Leleux qui filma l?entretien. La librairie du Labyrinthe les remercie tous de lui avoir confié ces images afin de les monter et de les diffuser pour le plaisir de tous.
+ Lire la suite
autres livres classés : lecteurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

vendredi ou la vie sauvage

qui est le personnage principal

vendredi
robinsson
dimanche
samedi

4 questions
292 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur ce livre