AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070330303
Éditeur : Gallimard (16/11/1977)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 1353 notes)
Résumé :
Robinson, parti faire fortune en Amérique du Sud échoue, au gré d'un naufrage, sur une île déserte, que nulle carte ne signale. Il s'aperçoit alors très vite qu'il ne doit s'en remettre qu'à lui-même et à son ingéniosité pour survivre, dans une nature pas toujours très accueillante. Comment parviendra-t-il à supporter sa solitude ?

Arrivera-t-il à imposer ses règles d'homme civilisé à cette nature sauvage et à la domestiquer ou bien est-ce elle, fina... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (126) Voir plus Ajouter une critique
Colette
  23 février 2015
J'avais tellement entendu parlé de ce livre en étant au collège, mais celui-ci n'étant pas dans mon programme, je n'avais alors pas cherché à le lire.
Je m'y suis penchée que maintenant puisque par hasard je suis tombée dessus et j'étais assez curieuse de découvrir son contenu.
Tout le monde connait l'histoire de Robinson Crusoé, je ne vais donc pas la retracer mais plutôt essayer de dire ce que j'en ai pensé.
Au départ, juste après le naufrage du bateau, j'étais peinée par la grande solitude de Robinson quand il s'est retrouvé seul sur l'île. L'auteur exprime bien ce sentiment à travers toutes les occupations du personnage afin qu'il continue de se sentir exister.
À l'arrivée de Vendredi, j'ai détesté le comportement de Robinson à l'égard de ce pauvre indien. Je trouvais Robinson méprisant et hautain: "Vendredi travaillait dur, et Robinson régnait en maître."
Mais lorsque l'incident sur l'île à tout remis en question, j'ai commencé a apprécié cette histoire.
J'ai aimé l'évolution de la relation entre les deux hommes. Cette entente qui les a réuni malgré que tout les opposait. Au début le manque de dialogues rendait l'histoire peu dynamique à mon goût, mais les personnages ne parlent pas la même langue et on se rend compte au fil du temps que la communication ne passe pas forcément par le dialogue.
On découvre alors toute la richesse du personnage assez sauvage de Vendredi, qui enseigne à son tour à l'homme civilisé. C'est ce qui fait la force de ce livre. Ce duo est au final très attachant.
J'ai également beaucoup aimé la fin.
Les chapitres sont courts et la lecture assez facile, mais les plus jeunes doivent selon moi être accompagnés pour bien comprendre l'ensemble de l'ouvrage.
Je pense que je n'aurai pas autant apprécié cette lecture si je l'avais lue dans le cadre scolaire (c'est même certain!) et je serai probablement passée à côté de la philosophie de cette belle histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          525
ninosairosse
  18 septembre 2016
Ca commence fort !!!
aujourd'hui je décide d'entamer Vendredi ou la vie sauvage de Michel Tournier. C'est le livre que mon fils Enzo, 11 ans semaine prochaine, vient de terminer et il est fier que son papa reprenne ses lectures.... bref je fais mon petit tour autour des étangs avec Gadgette, la chienne qui m'accompagne quand je lis en marchant, le temps de tourner les 50 premières pages, et je remonte dans la voiture... Dés la clef de contact tournée, Miss Robinson, Simon et Garfunkel , stop ou encore sur RTL, Stop ou encore, 11h15 !!!!!! ça faisait un bail que je n'avais plus entendu cette mélodie ! ça serait t'y pas un signe !?
En tout cas, belle entrée en matière :-)

Je reviendrai plus tard sur ce livre, mais je voulais absolument noter cette anecdote...

Fini le jour de l'anniversaire d'Enzo, j'aurais mis un peu plus de temps à le lire que je n'avais prévu....Au moins, le gros avantage, c'est que cette histoire assez simpliste, m'a paru nettement plus limpide que les Limbes du Pacifique!!!...Ce dernier ne figurera d'ailleurs pas dans mes livres, tellement j'en ai gardé un souvenir indigeste.
Heureux de m'être réconcilié avec cet auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          451
Gwen21
  03 février 2013
"Vendredi ou la vie sauvage", adaptation par Michel Tournier de son propre roman "Vendredi ou les limbes du Pacifique" afin de le rendre accessible aux enfants, est un des pires souvenirs de ma "carrière" de lectrice à ses commencements. Lu, bien évidemment, dans le cadre de l'école comme bon nombre de livres qui, selon tout logique et quoiqu'en pensent les "sages" de l'Education Nationale, réunissaient tout ce qu'il fallait pour me dégoûter à jamais de la lecture et de la littérature...
Enfant, je n'avais bien sûr aucunement conscience que Tournier paraphrasait Defoe, lui-même inspiré, semble-t-il, par les aventures très réelles du marin écossais Alexandre Selkirk. Non, enfant, je n'avais que la conscience de l'ennui indicible de voir se créer la relation entre Robinson et Vendredi ; que le désagrément de devoir m'intéresser à la conception d'un arc ou d'une tente quand mes deux frères m'avaient, par nos jeux, déjà montré tout ça depuis belle lurette.
Actuellement, Vendredi ou la vie sauvage figure toujours dans le top des ventes de la littérature jeunesse car il est encore "prescrit" aux élèves dans le cadre des premières lectures scolaires. Des enfants que je plains de tout mon coeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          398
jostein
  19 novembre 2010
L'histoire débute avec le naufrage de Robinson en 1759 sur une île déserte au large des côtes du Chili. Après l'attente d'un sauvetage puis, la construction d'un bateau, Robinson se désole. Mais il apprend vite que l'oisiveté et la désolation ne mènent à rien.
Très vite, et encore davantage avec l'arrivée de Vendredi, Robinson va recréer sur cette île une copie de la société (lois, argent, commerce...).
Vendredi, plus frivole, va malheureusement tout ébranler en faisant sauter les constructions de Robinson mais aussi ses convictions.
Robinson va alors apprendre la vie sauvage et l'apprécier puisqu'il ne voudra plus quitter son île lorsqu'un bateau anglais accostera 28 ans après son arrivée.
Michel Tournier présente ici une réflexion un peu philosophique de Robinson puisqu'elle démontre les méfaits de l'oisiveté et de la civilisation.
Ce roman est très bien écrit et son côté aventurier permet de faire passer certaines valeurs auprès des jeunes lecteurs.
Commenter  J’apprécie          330
Jcequejelis
  31 mars 2012
Robinson, parti faire fortune en Amérique du Sud échoue, au gré d'un naufrage, sur une île déserte, que nulle carte ne signale. Il s'aperçoit alors très vite qu'il ne doit s'en remettre qu'à lui-même et à son ingéniosité pour survivre, dans une nature pas toujours très accueillante. Comment parviendra-t-il à supporter sa solitude ? Arrivera-t-il à imposer ses règles d'homme civilisé à cette nature sauvage et à la domestiquer ou bien est-ce elle, finalement, qui aura le dernier mot ? Michel Tournier avait déjà repris la célèbre aventure de A. Selkirk, le Robinson Crusoé du roman de Defoe, dans Vendredi ou les limbes du Pacifique, en y ajoutant une forte dimension philosophique. Vendredi ou la vie sauvage garde cette dimension, même s'il s'agit d'une adaptation pour les enfants. Il faut sans doute l'éclairage d'un adulte pour en tirer toute la richesse. Mais c'est aussi un livre d'apprentissage plus pratique : comment construire un arc et tailler des flèches, comment parler grâce au langage des mains, ou comment construire des règles de vie, nécessaires à toute communauté. Enfin, avec l'apparition de Vendredi dans l'univers de Robinson, les enfants pourront saisir toute la complexité des relations humaines et combien la présence d'autrui nous est nécessaire et même indispensable.
Xavier Marciniak
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Citations & extraits (90) Voir plus Ajouter une citation
ninosairosseninosairosse   19 septembre 2016
Il paraissait de peau plus sombre et ressemblait plus à un nègre qu'à un Indien. C'était peut-être cela qui l'avait fait désigner comme coupable, parce que dans un groupe d'hommes, celui qui ne ressemble pas aux autres est toujours détesté.

p67
Commenter  J’apprécie          402
ColetteColette   05 août 2011
Quand on entreprend un voyage comme celui que vous faites, lui dit-il après avoir tiré une bouffée de sa pipe, on part quand on le veut, mais on arrive quand Dieu le veut.
Commenter  J’apprécie          511
doudou94doudou94   23 décembre 2014
Dès les premiers jours, il (Robinson) s'était servi de la grotte du centre de l'île pour mettre à l'abri ce qu'il avait de plus précieux : ses récoltes de céréales, ses conserves de fruits et de viande, plus au fond ses coffres de vêtements, ses outils, ses armes, son or, et enfin, dans la partie la plus reculée, ses tonneaux de poudre noire qui auraient suffi à faire sauter toute l'île.
Commenter  J’apprécie          200
miladomilado   15 mai 2015
Nous parlons trop. Il est pas toujours bon de parler. Dans ma tribu, chez les Araucans, plus on est sage, moins on parle. Plus on parle, moins on est respecté. Les animaux les plus bavards sont les singes, et parmi les hommes, ce sont les petits enfants et les vieilles femmes qui parlent le plus.
Commenter  J’apprécie          230
AuberiAuberi   03 juin 2010
- Écoute-moi. Est-ce que la lune est le galet du ciel, ou est-ce ce petit galet qui est la lune du sable?
Commenter  J’apprécie          660
Videos de Michel Tournier (50) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tournier
La Bible et les prophètes par Michel Tournier.
Michel TOURNIER (conteur et romancier) évoque les grandes figures de la Bible à sa manière : celle d'un conteur qui a lu et relu la Bible en vingt volumes.
autres livres classés : robinson crusoeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

vendredi ou la vie sauvage

qui est le personnage principal

vendredi
robinsson
dimanche
samedi

4 questions
219 lecteurs ont répondu
Thème : Vendredi ou La Vie sauvage de Michel TournierCréer un quiz sur ce livre
. .