AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782874892257
117 pages
Éditeur : Weyrich (18/02/2014)
3/5   4 notes
Résumé :
Louis Scutenaire est un de nos grands écrivains surréalistes belges. Ses amis, René Magritte, d'origine picarde comme lui, Paul Nougé, Marcel Mariën et beaucoup d'autres, étaient des familiers de la "Luzerne".
Bien plus qu'une nouvelle biographie du poète, le roman ouvre un dialogue à travers le temps entre les occupants successifs de la maison schaerbeekoise.
On y découvre tour à tour la tendresse abrupte, l'impertinence débonnaire d'un personnage hor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
adtraviata
  25 avril 2017
Cela fera trente ans le 15 août prochain que Louis Scutenaire est mort. Je ne le savais pas, c'est (presque) le hasard qui m'a fait choisir ce livre mais je suis contente de célébrer cet anniversaire ainsi. Signalons aussi que son grand ami, René Magritte, est mort le 15 août (la même date) 1967, un autre anniversaire qui se célèbre en Belgique cette année.
Il faut avouer que Scutenaire est bien moins connu que Magritte dans notre plat pays. Pascale Toussaint habite vraiment la maison que Louis Scutenaire et sa compagne Irène Hamoir habitaient à Schaerbeek, elle et son mari ont eu un coup de coeur pour « la Luzerne » et l'ont achetée aux enchères. Elle est située en face d'un hôpital psychiatrique, le Titeca. C'est là que Scut et sa femme ont entassé (surtout lui) les souvenirs d'une vie, des collections de livres, de journaux, de tableaux, d'objets chinés aux puces, au marché de la place du Jeu de balle. C'est là que le couple recevait les amis surréalistes belges, Paul Nougé, Marcel Mariën, Magritte bien sûr dont ils ont acquis des dizaines de toiles (beaucoup n'étaient pas du tout les « standards » les pus connus du peintre lessinois.) Ils s'amusaient à faire des farces, ils jouaient des saynètes filmées par Louis, ils imaginaient les titres des toiles de Magritte… Scut s'est mis à écrire pendant la guerre 40-45, une sorte de journal de bord qui sera publié plus tard (grâce à Paul Eluard) : Mes Inscriptions sont son oeuvre la plus connue (chaque titre de chapitre du roman est une Inscription) mais il a aussi écrit de nombreux poèmes. Il répugnait à se faire publier, n'aimait pas les cérémonies officielles, fuyait les personnalités, il vivait grâce à un emploi de fonctionnaire au ministère de l'intérieur où, le plus souvent, il dormait, écrivait ou… regardait par la fenêtre. Un personnage fantasque et attachant que Pascale Toussaint contribue à faire connaître en racontant sa vie et de multiples anecdotes savoureuses qu'elle entremêle (sans chercher de coïncidences forcées) avec le quotidien de sa propre famille. C'est peut-être un peu léger comme roman puisqu'il y a une grande part de biographie de Louis Scutenaire, le style est très simple, mais il y a l'avantage de la découverte de ce personnage haut en couleurs (et de sa femme). Et c'est un premier roman !
Lien : http://desmotsetdesnotes.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
beatriceferon
  27 avril 2015
Tombée amoureuse d'une jolie maison de Schaerbeek, la narratrice remporte la dernière enchère. La voilà propriétaire de la demeure de Scutenaire, en face de l'hôpital psychiatrique Titeca !
Tandis qu'elle rénove en respectant le caractère ancien de la demeure, elle se plonge de plus en plus dans la biographie de l'artiste et croise de temps en temps un bizarre homme en gris qui laisse dans sa boîte de petits messages. Est-ce le fantôme de « Scut » ?
Dans de petits chapitres très courts (d'une demi à quatre pages) l'auteur mêle les éléments du présent (en caractères droits) à des extraits de la vie de Scutenaire (en italiques).
Fascinée par l'auteur surréaliste, grand ami de Magritte, de Mariën ou Nougé, Pascale Toussaint donne pour titres à ses chapitres des phrases tirées de son livre «Mes Inscriptions » .
A travers la vision qu'elle nous en donne, nous découvrons un être fantasque, tout à fait atypique, très attaché à sa femme Irène Hamoir, complice de Magritte, picard comme lui. Les murs de la maison étaient couverts des toiles du peintre. Mais, pour les admirer, il fallait ménager le vieux compteur électrique qui ne permettait pas d'allumer simultanément au rez-de-chaussée et à l'étage.
Ce livre nous permet d'approcher un surréaliste très original, que, pour ma part, je ne connaissais que de nom.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


Videos de Pascale Toussaint (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pascale Toussaint
Libfly, réseau social de lecteurs
autres livres classés : rené magritteVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1203 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre