AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
>

Critique de Morphil


Morphil
  21 septembre 2021
Il m'est difficile d'être totalement objectif, Les WHO ont changé ma vie. Un disque oublié chez moi découvert à pâques 1969, une compilation qui est pour moi mon premier disque même si j'en avais de plus anciens. A 8 huit et demi, j'avais sauté sur une mine et je décidais de jouer de la batterie et de la guitare.
Pour ce dernier instrument Peter Townshend a été mon professeur, sans le savoir, sans lui versé de droit d'auteur. Son jeu foisonnant est plus accessible que ceux d'un Jimmy Hendrix ou d'un Jeff Beck.
Avec le temps et mes début en langue anglaise, je me suis intéressé à ses textes et j'ai découvert un univers tout en introspection évoluant avec l'âge et un commentaire social plutôt lucide, c'était assez rare dans le rock à cette époque dont les thèmes (très masculins) tournait souvent autour de la bagnole, la drague et les premiers amours. Sans totalement renoncer à ses standards, Pete les aborde sous un autre angle : Qu'est-ce qui m'arrive (I can't explain), le conflit inter-générationnel (My géneration) , la différence entre l'être et le paraitre qui engendre l'inquiétude (Substitute), la quête de sa vérité qu'on cherche à imposer aux autres quand on croit l'avoir trouvée (Tommy) ou encore le sentiment d'être différent de ceux qui nous sont proches qu'on pense être seul à éprouver (Quadrophénia)...
Bon, je suis plus réservé sur la production musicale des WHO des 25 dernières années (sauf le dernier album que je trouve plutôt très bon). Les concerts grandioses avec 50 musiciens, 100 choristes, trois autruches, un éléphants et un cirque chinois, turlututu et plume dans le cul m'insupporte. C'est tellement aux antipodes de ce qu'ils ont représenté.
Mais ça n'a rien à voir avec ce témoignage.
Pete se livre sans tabou, sans dénie, sans geindre, il mets ses problèmes sur la table dans se livre, il Put The Money Down. Il y décrit aussi ses joies, ses fiertés sans fausse modestie.
J'attendais cette autobiographie depuis longtemps et je n'est pas été déçu.
Un détail pour conclure ignoré de beaucoup : The WHO, le nom, est un magnifique canular en forme de jeu de mot. Qui ou the World Health Organisation ? That is the question ...
Commenter  J’apprécie          1018



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (9)voir plus