AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 978B0000DT0ES
Hachette (30/11/-1)
3.57/5   7 notes
Résumé :
Töpffer Rodolphe – Nouvelles genevoises : Leur parution, en 1841, fit la réputation littéraire de Töpffer. Les nouvelles genevoises sont au nombre de douze : L’Héritage : un jeune homme riche s’ennuie et perd sa vie en futilités, jusqu’à sa participation à un sauvetage dans un incendie et la rencontre d’une jeune fille… Le Col D’Anterne, Le Lac de Gers, La Vallée de Trient, La Traversée, Le Grand Saint-Bernard : dans ces nouvelles, écrit Sainte-Beuve, « j’aime la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Graloup
  13 avril 2021

Extrait d'une communication faite à l'Académie Florimontane « Rodolphe Töpffer, un humoriste bienveillant. » le passage suivant concerne la nouvelle « Le col d'Anterne ».
« Dans une lettre à Sainte-Beuve, le Genevois Rodolphe Töpffer (1799-1846) se présente comme un maître d'école qui a écrit, et non comme un écrivain qui accessoirement écrirait.
Directeur d'une pension, il emmène chaque année des élèves en voyage de découverte, à travers la Suisse, la France, l'Italie, la Savoie (qui fait alors partie du royaume Piémont-Sardaigne).
En juin 1830 , le voyage scolaire conduit Töpffer et ses pensionnaires, de Servoz à Sixt (villages de l'actuelle Haute-Savoie), en franchissant le col d'Anterne (2200m). Pris dans une tourmente, vers le sommet, le groupe ne doit son salut qu'au sang-froid du guide Félisaz, à sa parfaite connaissance de la montagne.
Dans la nouvelle, même itinéraire, même guide Félizaz , et une tempête surviendra, mais le narrateur est un célibataire qui voyage seul. A l'auberge de Servoz, son point de départ, il croise un Anglais, qui dit-il «est très distingué, car il ne me rendit point le salut que je lui adressais en passant. C'est chez les Anglais bien élevés un signe de bon ton, d'usage du monde.»
L'Anglais a retenu le seul guide disponible, Felisaz, un chasseur de chamois.
Töpffer engage la conversation et essaie de négocier avec l'Anglais:
«Y aurait-il de l'indiscrétion, monsieur, dans le cas où je ne pourrais me procurer un guide, à vous demander la permission de m'associer à vous, en payant le vôtre de moitié?»
«Uï, il y avé de l'indiscréchon.»
Töpffer n'insiste pas.
Le soir au souper, il constate que l'Anglais n'est pas seul, il est accompagné de sa fille, «belle, éblouissante de fraîcheur, et ses manières présentaient ce mélange de grâce et de raideur qu'on retrouve souvent chez les jeunes anglaises.» Bref, Töpffer tombe amoureux. »
L'Anglais se montre odieux avec le guide qu'il traite de «stupid», de fourbe car le guide veut partir tôt, le lendemain (il craint un changement de temps), alors que l' Anglais veut attendre que le ciel se dégage.
Comme l' Anglais paie, le guide cède à ses exigences.
Voilà la caravane en route pour le col, avec le guide, Milord et sa fille montés chacun sur un mulet, un autre mulet pour les bagages et Töpffer qui suit, à pied.
Soudain le temps tourne, un vent violent se lève, et bientôt la tempête les prend à revers; impossible de faire demi-tour.
Le guide libère les mulets et entraîne son groupe dans une rampe très raide, un raccourci. Ils enfoncent dans la neige. Epuisé, l'Anglais s'écroule: «Laissez-moi et sauvez mon enfant. !» Le guide et Töpffer le portent, l'encouragent. Coup de gnôle pour tout le monde.
Soudain, la jeune Anglaise, saisie par le froid s'évanouit. Töpffer la porte dans ses bras et le groupe arrive enfin à un chalet couvert de tavillons (nos tavaillons).[« tuiles » de bois].
Avec des tavaillons secs, le guide allume un feu...On fait sécher les vêtements. le guide se sert de son couteau et des tavaillons pour fabriquer des semelles de bois. de l'autre côté du col la neige porte et le groupe arrive sans encombre à Sixt avant la nuit.
L' Anglais, métamorphosé, invite Töpffer à souper. le guide se joint à eux. Milord porte un toast en son honneur et lui glisse quelques pièces d'or.
L' Anglais hautain, désagréable, antipathique est devenu humain, reconnaissant, généreux.
A la séparation, coup de blues de Töpffer:
«Le lendemain nous nous séparâmes. La journée me parut longue, la route ingrate. Que dirai-je de plus? Cette jeune miss, je l'avais portée dans mes bras; pendant quelques instants sa vie, ses grâces, sa beauté avait été l'objet de ma sollicitude vive et tendre: en fallait-il davantage pour que, bien des jours encore je trouvasse ingrats tous les lieux où elle n'était pas?»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Nikoz
  03 décembre 2014
Töpfer reste sympathique mais là, n'est pas à son meilleur... A découvrir en tout cas
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
gavarneurgavarneur   19 janvier 2016
courir de grands dangers, voir pendant deux heures comme prochaines, comme présentes, les atteintes de la mort, ce n'est point acheter à trop de prix ces moments sans pareils où l'espérance renaît au sortir de l'angoisse, où le bonheur reparait soudainement dans toute sa chaude vivacité, où la joie du cœur déborde, se répand au-dehors, se confond dans la joie de tous et de chacun. J'oublierai bien des joies folles, bien des riants plaisirs que j'ai cueillis sur le sentier de la vie, mais jamais mon cœur ne perdra le souvenir de cette heure passée avec trois étrangers dans un chalet enfumé, au sein des neiges, et au bruit de la tempête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
gavarneurgavarneur   12 février 2016
Les contrebandiers sont des hommes armés jusqu'aux dents et toujours disposés à piquer d'une balle un douanier qui aurait l'idée de se promener sur le chemin qu'ils ont réservé pour eux. Heureusement les douaniers, qui se doutent de cette circonstance, ne se promènent pas, ou se promènent ailleurs. Cela m'a toujours paru un signe de tact chez les douaniers.
Commenter  J’apprécie          70
gavarneurgavarneur   10 février 2016
C'est vraiment un belle chose que les assurances, pensai-je en ôtant ma cravate; voilà des gens qui peuvent voir brûler leurs maisons tout tranquillement, les bras croisés. Les drôles échangent des masures contre des maisons neuves. Un peu de désagrément, c'est vrai; mais qu'est-ce, en comparaison d'autrefois? Avec ça, il est heureux pour les assureurs que le vent ne soit pas plus fort.
Commenter  J’apprécie          50
PiertyMPiertyM   29 septembre 2013
Que je regrette les beaux jours du choléra ! Dans ce temps-là, mon journal m’amusait : il tenait ma frayeur en haleine, et le plus petit fait relatif au monstre m’intéressait à lire. Je le voyais avançant, reculant, venant jusqu’à ma porte, gueule béante... Tout n’était pas gai dans ces suppositions ; mais au moins, entre l’espérance qu’il ne viendrait pas et l’effroyable peur qu’il ne vînt, point de place pour l’ennui ; sans compter une flanelle qui me chatouillait l’épiderme, en sorte que j’avais toujours à gratter quelque part.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
gavarneurgavarneur   15 février 2016
Les expéditions de contrebande sont une admirable école de brigandage et de crime, d'où sortent annuellement de bons élèves, que la société se charge plus tard de loger et de nourrir à ses frais dans les prisons et dans les bagnes.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Rodolphe Töpffer (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rodolphe Töpffer
Conférence de Benoît Peeters donnée le 7 octobre 2020 et inaugurant L'Année de la bande dessinée au Collège de France. En 1837, Rodolphe Töpffer présentait en ces termes son album Monsieur Jabot : « Ce petit livre est d'une nature mixte. Il se compose d'une série de dessins accompagnés d'une ou deux lignes de texte. Les dessins, sans ce texte, n'auraient qu'une signification obscure ; le texte sans les dessins ne signifierait rien. le tout ensemble forme une sorte de roman, d'autant plus original qu'il ne ressemble pas mieux à un roman qu'à autre chose. » Töpffer était persuadé de l'avenir de cette nouvelle forme de récit, mais il n'aurait jamais pu imaginer l'importance qu'elle allait prendre. Oscillant entre la presse et le livre, l'enfance et l'âge adulte, la caricature et le réalisme, jouant des cases et des strips, du découpage et de la mise en page, des phylactères et des onomatopées, la bande dessinée est un médium à part entière que ni le cinéma, ni le jeu vidéo, ni Internet, n'ont menacé jusqu'à présent. Si le neuvième art a déjà donné naissance à bien des chefs-d'oeuvre, de Krazy Kat à Spirou et Fantasio, des Peanuts à Persepolis, des mangas au roman graphique, il est aujourd'hui plus divers et plus vivant que jamais. Plus d'informations : https://www.college-de-france.fr/site/bd2020/Benoit-Peeters.htm
+ Lire la suite
autres livres classés : Genève (Suisse)Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Noms de famille et la nature

Noms; trois ont pour origine le bois, mais un quatrième est l'intrus, lequel?

Dubreuil
Bosh
Combescure♧
Wood

10 questions
102 lecteurs ont répondu
Thèmes : Noms de personnes , nature , montagnes , métier d'autrefois , animauxCréer un quiz sur ce livre