AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782753806108
133 pages
Les Editions du Rocher (25/05/2010)
3.25/5   6 notes
Résumé :
Ce fut par un temps radieux que le docteur Festus mit ses gants de peau de daim pour commencer son grand voyage d'instruction. Le gant de la main gauche péta au moment où le pouce en forçait les parois ; aussitôt le docteur Festus en tira un présage, selon la pratique des anciens dans laquelle il était très-versé.
En effet, le docteur Festus savait tout ce qui s'apprend au moyen des livres, qu'il lisait dans vingt-deux langues, à l'instar de Pic de la Mirando... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sanchan
  30 juin 2013
Rodolphe Töpffer est un auteur satirique Suisse du XIXème siècle, qui mérite une reconnaissance bien plus large que celle qui lui est offerte aujourd'hui.
Grâce aux éditions Anatolia, nous pouvons redécouvrir ces Voyages et aventures du Docteur Festus qui n'avaient pas été publiées depuis plus d'une décennie.
Le Docteur Festus est un humaniste, un homme de lettres et penseur brillant du XIXème siècle, qui sait parler 21 langages, a lu des milliers de livres, mais regrette de ne pas avoir observé le monde de ses yeux. Pour parfaire son éducation, il décide d'entreprendre un voyage qui lui permettra de découvrir toutes ces choses qu'il ne connait que par les livres. le voilà donc monté sur son mulet qui part à la découverte du Givernais.
Et dès le premier jour de son voyage le Docteur va vivre des aventures rocambolesques, improbables, scientifiques et déjantées.
On y suit aussi les déboires du Maire et de sa force armée, de Milord et Milady, de trois astronomes, et de tout un tas de paysans effrayés par le diable.
Les aventures sont véritablement truculentes. Ce roman mêle bouffonneries, critiques sociales, et absurde.
J'ai voyagé aux côtés du Docteur Festus comme petite j'avais voyagé avec le Baron de Münchhausen. J'ai ri comme devant un Laurel et Hardy ou une pièce de Feydeau. Tous les dessins qui illustrent le texte sont de la main de l'auteur (il semble d'ailleurs qu'il ait commencé par les dessins avant de s'en inspirer pour écrire son texte), et sont aussi jouissifs que le texte.
Un pur moment de plaisir littéraire à ne pas bouder.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Nikoz
  12 octobre 2014
Aimable satire? Lecture pour enfant? Aventure souriante et burlesque, petite pépite du passé.
Commenter  J’apprécie          70
tonpdg
  30 juillet 2014
C'est amusant, bien sûr ! l'absurde, le ridicule, l'inattendu... font rires mais n'est-ce pas trop répétitif ?
Un livre dont la loufoquerie finit par lasser. Je crois que j'aurais pu me contenter de lire 2 pages, soit 1 chapitre sans rien manquer.
Commenter  J’apprécie          30
TmbM
  16 mai 2016
Mouais. Parfois, à vouloir trop en faire, on en fait trop. Et je soupçonne Rodolphe Töpffer d'avoir voulu trop en faire.
Cet auteur satirique suisse du XIXème siècle promène son personnage, le docteur Festus, dans un voyage d'instruction et le fait donc monter sur son mulet pour partir en vadrouille. Les choses dégénèrent très rapidement et chaque chapitre propose son lot d'évènements absurdes alors que le docteur Festus est confronté à des personnages non moins grotesques que les situations dans lesquels ils l'entraînent. le problème, c'est que le principe se répète à chaque page, que chaque anecdote ridicule est suivie d'une variation sur le thème de l'anecdote précédente et que les mésaventures deviennent vite systématiques.
Donc, j'ai lu chaque page un peu plus en diagonal que la précédente jusqu'à ne plus que survoler les dernières.
Lien : http://touchezmonblog.blogsp..
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
tonpdgtonpdg   30 juillet 2014
Ce projet datait de treize mois, et le docteur serait parti immédiatement après l’avoir formé, sans un doute qui le prit au sujet de l’âne et du cheval, à savoir lequel lui était préférable à enfourcher pour courir le monde : car il craignait la voiture, en ce qu’elle est sans emploi pour passer les rivières ; et le bateau, en ce qu’il est le plus mauvais véhicule connu, en terre ferme.
Le cheval le tentait, soit parce qu’il avait lu l’article de Pline, soit parce qu’il possédait dans son écurie une haute jument poulinière ; d’autre part, l’âne l’attirait, soit que cet animal lui parût plus philosophique, soit encore parce qu’il avait dans son écurie un magnifique âne de Provence. Toutefois, dans l’un et dans l’autre il redoutait la fougue des passions, le manque d’usage et le dérangement des mœurs. Il resta donc en état de doute pendant treize mois, au bout desquels, étant entré un soir dans son écurie, il y trouva un fort joli petit mulet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
NikozNikoz   12 octobre 2014
... c'était là un défaut qu'il tenait de sa mère
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Rodolphe Töpffer (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rodolphe Töpffer
À l'occasion de l'exposition consacrée à l'oeuvre de Chris Ware, la Bpi propose une rencontre qui évoquera le travail de l'artiste et ses sources d'inspiration dans l'histoire de la bande dessinée. Si Chris Ware a une connaissance fine de l'histoire de la bande dessinée, de Rodolphe Töpffer – qu'il considère comme l'inventeur de la BD au milieu du XIXe siècle -, à Charles Schulz, Art Spiegelman ou Robert Crumb, il observe aussi avec attention la jeune création contemporaine.
Retrouvez sur notre webmagazine Balises, les dossiers en lien avec la rencontre : https://balises.bpi.fr/dossier/chris-ware/ https://balises.bpi.fr/dossier/chris-ware-architecte/
Suivre la bibliothèque : SITE http://www.bpi.fr/bpi BALISES http://balises.bpi.fr FACEBOOK https://www.facebook.com/bpi.pompidou TWITTER https://twitter.com/bpi_pompidou
+ Lire la suite
autres livres classés : suisseVoir plus





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
18428 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre