AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782911914959
59 pages
Éditeur : Obsidiane (06/04/2006)
Résumé :
Trakl emploie principalement le bleu et le brun parmi d'autres couleurs dont le rouge, le noir, le vert et le doré dont il est difficile de dire qu'il a une valeur symbolique, le bleu et le brun sont là d'un manière obsédante. Au contraire de Rimbaud qui définit de façon énigmatique ses couleurs (et là je crois avec d'autres qu'il s'agit de l'énoncé des couleurs des lettres initiales dans un dictionnaire), Trakl décrit en les accentuant les couleurs de Salzbourg, av... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
oiseaulire
  08 février 2020

L'univers de TRAKL est marqué par la perte de Dieu : il se disait chrétien et athée, non par choix, mais par l'évidence d'un monde déserté. Son amour incestueux envers sa soeur Margarete le fit vivre dans une culpabilité profonde. Ayant fait des études de pharmacie, il passa sa vie dans une instabillité professionnelle constante, entre alcoolisme et toxicomanie. Il succomba d'ailleurs d'une overdose à 27 ans : certains avancèrent l'hypothèse du suicide qui semble peu probable du fait qu'il se réjouissait d'une rencontre programmée avec le philosophe Ludwig Wittgenstein.
Il fut influencé par Nietzsche et par les poètes français Baudelaire, Rimbaud et Verlaine.
Il vécut sa poésie comme une religion marquée par le sang, la souffrance et la mort, les villes froides, la nature saisie, la pourriture, ainsi que par la figure de la soeur, qui est son double féminin.
Dans cet univers sombre, il élabore une symbolique des couleurs, le blanc signifiant la mort, le bleu la vie, le doré et l'argent la clarté émergeant de l'obscurité, le noir, le jaune et le marron.
°°°°°°°°°
Les poèmes de Georg TRAKL, sonores et tragiques, résonnent longtemps. Il faut les lire à haute voix. La traduction d'Eugène GUILLEVIC est merveilleuse, mais dans la collection bilingue Garnier-Flammarion, les mêmes poèmes traduits par Jacques LEGRAND sont magnifiques aussi. Les couleurs, la nature, le coeur de l'homme, la mélancolie sont évoqués dans un langage simple et musical. Et ce qu'on ne comprend pas, on le ressent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
oiseaulireoiseaulire   09 février 2020
DE PROFONDIS

Il y a un chaume sur quoi une pluie noire tombe.
Il y a un arbre brun qui se dresse là, solitaire.
Il y a le sifflement du vent qui tourbillonne
Autour des chaumières désertes.
Comme ce soir est triste.

A l'orée du hameau, la tendre orpheline glane encore quelques maigres épis.
Ses yeux, ronds et dorés, pâturent au crépuscule
Et son sein attend l'époux céleste.

A leur retour
Les pâtres ont trouvé le tendre corps
Pourri dans un buisson de ronces.

Je suis une ombre loin des ténébreux villages.
Le silence de Dieu,
Je l'ai bu à la fontaine du bosquet.

Sur mon front suinte un métal froid
Des araignées cherchent mon coeur.
Il y a une lumière qui s'éteint dans ma bouche.

Je me suis retrouvé la nuit sur une lande
Figé par les ordures et la poussière d'astres.
Dans la coudraie
Tintèrent de nouveau des anges de cristal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
PartempsPartemps   21 décembre 2020
Chanson de l'heure


Les amoureux se regardent les yeux noirs, les
blonds, les radieux.
Les bras désireux s'affaiblissent dans l'obscurité .

La bouche bénie a brisé le violet. Les yeux ronds
reflètent l'or sombre de l'
après - midi de printemps, la frange et la noirceur de la forêt, les craintes du soir dans le vert;
Peut-être un vol d'oiseaux indicible, le
chemin de l'enfant à naître dans des villages sombres, des étés solitaires,
Et d'un bleu pourri vient parfois quelque chose de mort.

Le grain jaune bruit doucement dans le champ.
La vie est dure, et le fermier balance la faux avec de l'acier,
le charpentier ajoute d'énormes poutres.

Le feuillage vire au violet en automne; l'esprit du moine
erre à travers des jours sereins; Le raisin est mûr
Et l'air des grandes cours est festif.
Les fruits jaunis ont une odeur plus sucrée; le calme est le rire des
joyeux, la musique et la danse dans les caves ombragées;
Pas et silence du garçon décédé dans le jardin crépusculaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   21 décembre 2020
enfance


Plein de fruits de l'ancien; l'enfance vivait tranquillement
dans la grotte bleue. À travers le chemin passé,
Où l'herbe sauvage se
précipite maintenant brunâtre, Les branches silencieuses méditent; le bruissement des feuilles

C'est la même chose quand l'eau bleue est teintée dans la roche.
La complainte du merle est douce. Un berger,
sans voix, suit le soleil qui descend la colline d'automne.

Un moment bleu n'est qu'une âme.
A l'orée de la forêt, gibier timide et
repos paisible au fond, les vieilles cloches et les hameaux sombres.

Plus pieux vous connaissez la signification des années sombres, de la
fraîcheur et de l'automne dans les pièces solitaires;
Et des pas brillants continuent de sonner d'un bleu sacré.

Une fenêtre ouverte vibre doucement;
La vue du cimetière délabré sur la colline émeut aux larmes ,
souvenirs de légendes racontés; mais parfois l'âme
s'illumine Quand elle pense des gens heureux, des jours de printemps dorés et sombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   21 décembre 2020
Sur la lande


Marcheur dans le vent noir; la pipe sèche chuchote doucement
Dans le calme de la lande. Dans le ciel gris
Suit une procession d'oiseaux sauvages;
Traversez les eaux sombres.

Révolte. Dans une hutte délabrée, la
pourriture flottait avec des ailes noires;
Des bouleaux paralysés soupirent dans le vent.

Soirée dans une taverne abandonnée. Le chemin du retour est enveloppé par
la douce mélancolie des troupeaux au pâturage,
apparition de la nuit: les crapauds émergent des eaux argentées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   21 décembre 2020
paysage


Soir de septembre; Les cris sombres des bergers sonnent tristes à
travers le crépuscule du village; Le feu jaillit dans la forge.
Un cheval noir se cabre puissamment; les boucles de jacinthe de la bonne
Haschen après la ferveur de ses narines violettes.
Tranquillement figés à l'orée de la forêt, le cri de la biche
et les fleurs jaunes d'automne
s'inclinent sans voix sur la face bleue de l'étang.
Un arbre brûlé dans une flamme rouge; les chauves-souris voltigent avec des visages sombres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Georg Trakl (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Georg Trakl
[RARE] Georg TRAKL – Une Vie, une Œuvre : De rêves et de ténèbres étreints (France Culture, 1986) Émission "Une Vie, une Œuvre", par Hubert Juin, diffusée le 29 mai 1986 sur France Culture. Invités : Lionel Richard, François Vezin, Eugène Guillevic et Antoine Berman.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
921 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre