AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2264010150
Éditeur : 10-18 (01/01/1987)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 61 notes)
Résumé :
L’or est un appât, magique mais dangereux dont on n'arrive pas à se détacher une fois qu'on y a touché, dit le vieux prospecteur Howard. Lui-même, en dépit de ses cheveux blancs, n'est-il pas prêt à retourner fouiller le sable aurifère de la site, s'il réussit à trouver l'argent pour acheter du matériel ?
Le jeune Dobbs qui l'écoute sent son intérêt s'éveiller : pourquoi ne pas tenter sa chance au lieu de traîner misère entre deux engagements dans les mines o... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Folfaerie
  04 décembre 2010
Au Mexique, au début du XXème siècle, la vie est dure pour toit le monde : Indiens, métis et blancs. le pétrole est roi dans ces contrées où seules les compagnies pétrolières sont susceptibles d'offrir du travail. Mais c'est un dur labeur et bien peu rétribué. Et puis il y a l'or. Les trois protagonistes de cette histoire, Dobbs, Curtin et Howard, des Américains, décident de s'associer pour trouver et exploiter une mine fabuleuse qui leur assurera la richesse. Les temps des conquistadores ne paraît finalement pas si lointain…
Le travail acharné, la cohabitation souvent difficile, les déceptions, la solitude, la peur font partie du quotidien des trois hommes. Cahin-caha, les choses ne se passeraient pas si mal sans l'or. Car l'or rend fou et conduit les hommes à des actes dont ils ne se seraient jamais cru capables. Pas dans la grandeur, la force ou le courage, non, mais dans la bassesse, la cruauté et la cupidité.
Traven interpelle le lecteur à travers des thèmes qui lui sont chers : le sens que l'on donne à sa vie, la place de la nature et la responsabilité de l'homme blanc envers les Indiens, éternels dépossédés. Loin d'être seulement un roman d'aventures, le Trésor de la Sierra Madre est l'occasion de brosser le portrait d'une région où les Blancs ne peuvent s'accommoder d'une vie en harmonie avec la nature et n'ont que mépris pour les Indiens (que ce soit l'Eglise où les compagnies pétrolières, leur responsabilité quant à la misère de ces peuples est loin d'être négligeable) et l'auteur en profite pour souligner la faiblesse et la lâcheté des hommes.
Une fois que l'on a tourné la dernière page, on se pose finalement la question : avons-nous vraiment besoin d'être riches pour être heureux ? le trésor du titre de cet excellent roman recouvre en tout cas plusieurs aspects…
Un grand mystère entoure B Traven. D'origine allemande probablement (ses livres ayant été écrits dans cette langue), on ne sait pas grand-chose de la première partie de sa vie, jusqu'à son installation au Mexique, plus précisément au Chiapas. La découverte des conditions de vie des indiens, le plus souvent exploités, va nourrir l'essentiel de son oeuvre.
En 1948, l'adaptation du roman, réalisée par John Huston avec Humphrey Bogart, sort sur les écrans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
HORUSFONCK
  18 novembre 2016
B.Traven, auteur d'exception autant qu'énigmatique, nous a donné à lire ce beau roman d'aventure. La fièvre de l'or y tue plus surement que le puma ou le serpent à sonnette.
Le film de John Huston, est un modèle d'adaptation réussie.
Commenter  J’apprécie          160
topocl
  05 septembre 2014
On imagine volontiers tout au fil de la lecture, le film sans doute excellent qui en a été tiré par John Huston, où, nous dit wikipedia, John Huston lui même interprète le rôle du « riche américain au costume blanc ». C'est en effet un roman d'aventure dans toute sa splendeur, trois types dans la misère qui s'allient pour s'en sortir, et en face, l'or : quoi de plus emblématique de toute aventure humaine que l'or, avec tout ce que cela implique de rêve, de fascination, de folie, de jalousie, de dérision...Sans parler de la couleur locale, le port qui grouille d'activité, les mules sur les pistes au sein des vallées désertiques et escarpées, les bandits féroces et crasseux...Dans un climat de compagnonnage alternativement suspicieux ou amical, nos héros affrontent l'adversité, au sein de laquelle leurs propres démons ne sont pas en reste. Ils vagabondent entre enthousiasme, anxiété, délire et épuisement.

Mais il n'est pas à négliger que les héros sont des gringos au pays des Indiens, détrousseurs eux-même d'un peuple plus pauvre qu'eux, plus humble et plus sage aussi, semble indiquer Traven. le film donne sans doute la part moins belle à la description d'un pays qui n'a guère vécu que d'oppression venue de l'extérieur, où l'autorité civile et religieuse a proscrit l'éducation, fait régner la terreur, la suspicion et la superstition, entretenu la misère tant pécuniaire qu'intellectuelle . B Traven, qui a des passages virulents sur le rôle de l'Eglise au Mexique, double son roman d'aventure d'un roman social et politique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
tristantristan
  02 décembre 2017
Si vous avez vu le film de John Huston, la lecture de ce livre qui l'a inspiré vous fera oublier jusqu'au visage d'Humphrey Bogart.
La fièvre rend fou.
La fièvre de l'or rend fou absolument.
Mais, le destin veille et aucun n'y échappera.
Commenter  J’apprécie          70
Diomedeine
  25 octobre 2018
Singulier face à face entre deux hommes partis ensemble chercher de l'or. En trouver les rendra fous et fous de haine l'un envers l'autre.
Efficace. Magistral comme tout Traven.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B   02 janvier 2019
Il est un trésor qui ne te paraît point mériter la peine d'un voyage, et qui se trouve être pourtant ce " trésor véritable " pour la recherche de quoi ta vie te semble trop courte. Le trésor étincelant auquel tu songes est exactement à l'opposé de celui-là.
Commenter  J’apprécie          560
CielvariableCielvariable   12 janvier 2019
Le banc sur lequel Dobbs était assis n'avait rien de confortable. L'une des lattes avait cédé ; une autre était tellement tordue que le fait de s'asseoir dessus pouvait passer pour une punition. L'avait-il méritée ou lui était-elle infligée à tort, comme la plupart des punitions, la question de l'effleurait pas. Pour lui faire prendre conscience de l'inconfort de sa position, il aurait fallu que quelqu'un lui demande s'il se sentait à l'aise. Et personne, bien sûr, ne se souciait de l'interroger.

Trop de pensées l'agitaient pour qu'il songe à son bien-être immédiat. Il était en train de chercher une solution à ce problème vieux comme le monde, pour lequel tant de gens en viennent à oublier le reste et qui se réduit à cette question : « Comment trouver de l'argent au plus vite ? » Si vous en possédez un peu, il vous est plus facile d'en obtenir davantage : vous pouvez investir votre maigre pécule dans des affaires prometteuses. Mais sans un sou en poche, il est difficile d'obtenir quoi que ce soit.

Dobbs n'avait rien. A vrai dire il avait moins que rien, sa garde-robe étant incomplète et en mauvais état.. De bons habits constituent parfois un fond, maigre mais suffisant, pour se lancer dans une entreprise.

« Quiconque souhaite vraiment travailler n'aura pas de difficulté à trouver un emploi. » N'allez rien demander à ceux qui tiennent ce genre de propos. Ils n'ont pas de travail à vous offrir et ne connaissent personne qui ait entendu parler d'un poste à pourvoir. C'est la raison pour laquelle ils vous donnent si généreusement ce conseil, qui montre à quel point ils sont ignorants des réalités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
FolfaerieFolfaerie   04 décembre 2010
Ces trois hommes, qui se trouvaient là rassemblés, n’avaient jamais été des amis. Ils n’avaient même pas songé à le devenir. Ils étaient tout au plis liés par une certaine camaraderie. Ce qui maintenait leur association, c’étaient des raisons de pur intérêt auxquelles elle ne survivrait pas. Il leur arrivait d’avoir des contestations et des disputes, comme à tous les êtes qui cohabitent un certain temps. Ces disputes, à la longue, auraient pu forger une amitié, comme cela se voit fréquemment. Mais surtout les fatigues, les soucis, les espoirs, les déceptions que ces hommes avaient déjà éprouvé en commun dans les mois écoulés, devaient selon toutes les lois de la sociologie conduire à l’amitié. (…) Pourtant, un observateur qui les eût regardés, assis devant le feu, au moment qui précédait leur coucher, celui-là eût pu croire que ces hommes n’attendaient qu’une bonne occasion pour se sauter à la gorge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
gallisvinisgallisvinis   10 février 2019
LE TRESOR DE LA SIERRA MADRE B Traven p8
« Que faire pour gagner de l'argent? » Chacun sait que, lorsqu'on a déjà quelque argent, il est plus facile d'en gagner davantage. Mais pour qui ne possède rien du tout, il est déjà difficile de trouver une réponse à la simple question : « Que faire? » Dobbs, lui, n'avait rien, moins que rien, même pas un vêtement assez convenable, ni assez complet, pour qu'en le mettant en gage, il en pût retirer le plus modeste fonds de roulement. Il y a des gens pour vous dire que celui qui veut travailler trouve toujours du travail. Il faut se garder, cependant, de s'adresser directement à ces gens-là. Car ceux qui parlent ainsi n'ont jamais le moindre travail à vous proposer. On dirait qu'ils entendent surtout vous montrer à quel point ils ignorent tout de la vie. Dobbs eût charrié des cailloux, si on lui en eût donné à charrier. Même ce travail-là lui était interdit : trop d'amateurs; et, par surcroît, sa qualité d'étranger. ..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de B. Traven (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de B. Traven
SORTIE LE 16 JUIN 2014
Sur une nouvelle planète, il n'y a pas de sentiers battus ; il n'y a place que pour les prouesses, la solitude, les découvertes et l'inconnu. Quel est le lien entre une explosion, un exploit, l'exploration d'un monde nouveau et son exploitation ?
Influencé par Jack Vance, Ursula K. le Guin, Robert Silverberg ou encore John Varley, Alfred Boudry nous livre un roman hommage à l'âge d'or de la science-fiction où l'espace est une invitation à l'introspection.
Exploration Totale nous emmène dans les tréfonds du temps et de notre univers... qu'il soit extérieur ou intérieur.
« Celui qui entre ici ne peut rebrousser chemin pas plus qu'aller de l'avant. Cloué sur place, il est envoûté, trop grand pour l'immensité, trop petit pour le grain de sable qui a sa place dans l'univers... » (B. Traven, le Vaisseau des Morts)
© lepeupledemu.fr
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : littérature allemandeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quiz: l'Allemagne et la Littérature

Les deux frères Jacob et Whilhelm sont les auteurs de contes célèbres, quel est leur nom ?

Hoffmann
Gordon
Grimm
Marx

10 questions
244 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature allemande , guerre mondiale , allemagneCréer un quiz sur ce livre