AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782919265374
Editions de la rue Nantaise (01/12/2012)
4/5   1 notes
Résumé :
Premier roman de Serge Travers, Pour habiller mon âme raconte les derniers jours, jusqu'au dernier soupir, de François Chesnel. Mais l'histoire de François Chesnel ne s'arrêtera pas au jour de son enterrement. Son âme continue d'observer les vivants ; elle errera tant qu'elle n'aura pas percé les mystères de la vie et de la mort. Alors seulement le repos.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
LydiaB
  13 juin 2013
En 1983, Balavoine chantait déjà quelque chose en rapport avec ce thème : Partir avant les miens.

♫ Et j'ai souvent souhaité
Partir avant les miens
Pour ne pas hériter
De leur flamme qui s'éteint
Et m'en aller
En gardant le sentiment
Qu'ils vivront éternellement
Et simplement
Qu'ils fassent que la nuit soit claire
Comme aux feux de la Saint-Jean
Que leurs yeux soient grands ouverts
Pour fêter mon enterrement ♫

Oui mais voilà : lorsque la grande Faucheuse vient mettre un terme, brutalement, à la vie de François Chesnel, il n'avait pas la même philosophie ! Et c'est non sans humour qu'il assiste, d'en haut, à son propre enterrement. de là où il est, il a désormais tout le loisir de s'intéresser à l'architecture de l'église, à laquelle il n'avait jamais fait attention, ou à ceux qui assistent à la cérémonie. le défunt ne pensait pas, d'ailleurs, être aussi populaire. C'est l'occasion pour lui de revenir en arrière sur quelques personnes présentes afin de reconstituer le fil de sa vie et, surtout, les moments les plus importants comme la fois où il a cru que sa femme Michelle le trompait ou encore l'assassinat de la tante de son copain Hippolyte dans lequel il faillit être impliqué.

Chaque souvenir est coupé par son ressenti sur l'enterrement en lui-même : étroitesse du cercueil, longueur de la messe, belles paroles du curé...Et en parlant de paroles, puisque j'ai cité Balavoine, François, lui, cite plutôt Brel, de tête, un peu dans le désordre (mais on ne va pas lui en vouloir en jour, hein !) : ♪ "À mon dernier repas, je veux voir mon âne, mes poules et mes oies, mes vaches et mes femmes. Puis je veux qu'on m'emmène, en haut de ma colline, voir le soir qui chemine, lentement sur la plaine. Et je ne garderai, pour habiller mon âme, que l'idée d'un rosier, et qu'un prénom de femme".♪ Voilà, vous avez compris le titre !

Ce livre fait du bien. Il dédramatise ce sujet tabou qu'est la mort. On sourit pratiquement à chaque page. Les dessins de Srï illustrent de façon très sympathique le texte.

Je remercie Cyrille Cléran des Editions de la Rue Nantaise pour m'avoir fait découvrir ce livre.
Lien : http://www.lydiabonnaventure..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          395

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
LydiaBLydiaB   13 juin 2013
La pluie a eu la délicate attention de s'abstenir de pleurer pour ma sortie. Les porteurs s'avancent vers moi pour me libérer de mon chariot couineur. Deux à gauche, deux à droite. Attention... un, deux et hop, ils me prennent... par les poignées. Ils avancent d'une démarche militaire et sortent sous les feux des projecteurs des photographes, ah non, zut, je m'emballe. (Ce n'est pas un mariage mon enterrement). Les porteurs me projettent sans ménagement dans le coffre du fourgon comme un pizzaiolo met sa pizza au four. Une dernière fleur oubliée est apportée in extremis par une femme vigilante. "Merci, madame." Je ne la connais pas, elle est charmante. Le haillon se referme. Le départ est proche. Les quatre portières du corbillard claquent les unes après les autres sans aucune coordination. Le chauffeur ôte son képi et met le contact. Ah, petit problème ! Si le départ est imminent, il est quelque peu retardé, à ma grande joie. J'ai toujours aimé le comique de situation et c'est une très bonne blague que les dieux du rire me font. Un incident - non pas diplomatique mais technique - survient et perturbe la cérémonie qui jusqu'ici n'avait souffert d'aucune anicroche. Le moteur de la Peugeot fait des siennes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
LydiaBLydiaB   10 juin 2013
Il y a des myriades de fleurs au pied de mon cercueil. De magnifiques couronnes sur lesquelles ont été agrafés des rubans avec des formules : "À NOTRE VOISIN", "À MON BEAU-FRÈRE". Rien que des vaniteux désireux de se faire remarquer, voulant à tout prix qu'on sache qu'ils ont fendu leur tirelire.
Commenter  J’apprécie          320

autres livres classés : humourVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
17862 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre