AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2748516591
Éditeur : Syros (27/08/2015)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 491 notes)
Résumé :
Jules vit reclus dans son appartement du boulevard Saint-Michel, à Paris. Il n'a pas de nouvelles de ses parents, en voyage à Hong Kong lorsque l'épidémie a commencé de se propager. Le spectacle qu'il devine par la fenêtre est effroyable, la rue jonchée de cadavres. Mais il sait qu'il ne pourra pas tenir longtemps en autarcie. Pour affronter l'extérieur, Jules redevient le guerrier impavide qu'il était dans le jeu. Il va alors retrouver son frère aîné, qui se drogue... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (160) Voir plus Ajouter une critique
Hyelana
  22 septembre 2015
U4 est le nom d'un virus (U pour Utrecht qui est la ville des Pays-Bas dans laquelle il est apparu, et 4 pour "4ème génération"). Ce virus a décimé plus de 90% de la population mondiale et quasiment la totalité des survivants sont des adolescents âgés de 15 à 18 ans.
WOT est un MMORPG (jeu vidéo en ligne), avant que ses serveurs ne se déconnectent, le maître du jeu, Khronos, dit connaître le moyen de remontrer le temps, il a envoyé un message à ses joueurs, ils doivent se retrouver sous la plus vieille horloge de Paris le 24 décembre à minuit pour retourner dans le passé et empêcher cette catastrophe.
Dans ce tome-ci, le troisième pour moi, on peut suivre les péripéties de Jules, jeune parisien issu d'une famille aisée qui, avant la catastrophe, passait toute sa vie sur son ordinateur, et plus particulièrement sur WOT.
De sa famille, il ne reste que son frère, Pierre, un adolescent de 17-18 ans drogué du matin au soir et complètement perdu. Jules est également accompagné de son petit chaton Lego. Au début de son histoire, Jules va rencontrer Alicia, une petite fille de 7 ans qui a survécu au virus. Son grand-père, médecin, avait son cabinet et habitait dans le même immeuble que Jules et sa famille. Afin de protéger Alicia, qui devient sa nouvelle raison de vivre, Jules va se démener et son chemin va l'amener sur celui d'un groupe d'adolescents parmi lequel il retrouve d'anciens camarades de classe. Entre lutte pour la survie face aux gangs et à l'armée, et solidarité au sein d'un groupe soudé, Jules va être mis à rude épreuve. Son chemin va, par la force des choses, croiser ceux de nos trois autres protagonistes : Koridwen dans un premier temps, puis Yannis et Stéphane.
A l'instar du tome de Yannis, j'ai vraiment beaucoup aimé ce tome sur Jules. C'est un personnage qui m'avait beaucoup intriguée et pour lequel j'avais de la curiosité. Je trouve que Carole Trébor a très bien su amener l'histoire de Jules et les événements qui entourent sa vie d'après la catastrophe. C'est un personnage qui m'a beaucoup touchée et que j'ai trouvé vraiment très réaliste. C'est un ado comme on en trouve de nos jours, mais qui se retrouve emporter par le tourbillon de la catastrophe, dans un état semi-léthargique au départ, il retrouve une raison de vivre et de se battre grâce à Alicia, mais il reste malgré tout fragile, apeuré, et soumis aux crises d'angoisse fréquemment provoquées par ce nouveau monde impitoyable. La seule chose qui a commencé à me déranger, mais qui n'a pas particulièrement à voir avec le tome en lui-même, c'est de revoir encore une fois certains épisodes déjà vus, même si le point de vue change, cela reste quand même redondant au bout du 3ème tome lu. J'avoue que j'appréhende un peu la lecture du tome de Stéphane, étant donné que de tous les quatre, c'est le personnage qui m'intéresse le moins et que j'ai lu les trois autres donc je connais déjà une grosse partie de l'histoire.
Pour moi ce sera 5 étoiles pour ce tome que j'ai vraiment apprécié. Toujours pour l'originalité de la saga et pour la qualité d'écriture de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          460
livrevie
  29 septembre 2015
Un monde apocalyptique, un virus foudroyant qui a décimé la population mondiale, de la survie... le concept U4 ne pouvait que piquer ma curiosité, surtout quand on sait qu'il se compose de quatre ouvrages. Chaque ouvrage, écrit par un auteur différent, s'attache à un personnage que l'on va obligatoirement croiser dans les autres volumes. Sacré défi pour ces auteurs !
Me voilà donc plongée dans celui qui suit Jules, un adolescent comme les autres avant la tragédie. Complexé par son surpoids, passionné par les jeux vidéos, il préfère qu'on l'oublie plutôt que de recueillir les regards, hormis quand il est devant son écran. Un autre univers s'ouvre alors à lui, c'est un guerrier, un maître, quelqu'un de respecté dans cet univers virtuel.
Sauf que l'univers virtuel est devenu réalité. Tout a basculé. le virus a frappé, et ne reste que des adolescents qui survivent comme ils le peuvent. La vie n'est plus un jeu, elle est cruelle, brutale, sanglante... Elle fait ressortir le pire de l'être humain, ce qu'il y a de plus sombre en nous. Elle fait grandir, beaucoup trop vite. Les responsabilités tombent, on s'organise. Comme on peut. Tout n'est qu'une question de survie... et de garder son humanité.
C'est une bonne surprise que cet ouvrage. L'idée du virus est tout bonnement géniale, elle s'éloigne des traditionnels zombies et autres morts-vivants (même si j'adore les zombies!) qui évoluent dans ce genre de littérature. Les monstres sont bien réels, ce sont peut-être nos voisins, nos cousins. Celui qui presse la gachette est peut-être notre ami d'enfance, notre frère. La tragédie bouleverse, transforme. Pour survivre, il faut faire des choix.
L'évolution de Jules, sorte de anti-héros dans une littérature où les bons sont toujours beaux, forts et intelligents, a été rafraîchissante et a teinté de réalité ce monde irréel. Sa rencontre avec la Minuscule, son attachement pour cette petite fille, l'envie furieuse de survivre, mais pas à n'importe quel prix, les rencontres sont autant de points que j'ai appréciés.
Au fil des pages, le monde se met en place, les interrogations pleuvent, certaines trouvent leur réponse, d'autres non, et là se trouve peut-être le seul bémol que je pourrai faire. La plume de Carole Trébor est vraiment agréable, elle mène son récit tambour battant vers une fin... qui m'a laissée perplexe. Une de ces questions qui restent sans réponse.
Je vais devoir lire les trois autres à la recherche ces réponses qui me manquent, en espérant les trouver, parce qu'écrire une histoire à huit mains est loin d'être une tâche aisée.

Lien : http://lelivrevie.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          344
iz43
  20 novembre 2018
Une fois encore je succombe à la contagion de cette série addictive. C'est le 3ème tome que je lis après Yannis et Stéphane.
Cette série a pour concept original d'être écrite à 8 mains et de pouvoir se lire dans l'ordre que l'on veut. Si d'un côté j'avais un peu peur de me lasser de revivre la même histoire, j'avais tout de même très envie de découvrir Jules que je n'avais qu'entraperçu dans les deux autres tomes.
Je dois dire que j'ai bien fait de persister car j'ai presque eu l'impression de lire une nouvelle histoire même s'il y a des recoupements, quelques redites. Une fois encore le virus u4 a détruit quasiment toute la population en dehors des ado de 15/18 ans.
Jules est un personnage tout de suite très attachant. La quinzaine. Jules est plutôt costaud voir grassouillet. Un peu timide fan de jeu video. Il vit à Paris. S'il ne succombe pas à la folie et au désespoir c'est parce que dans son bâtiment il découvre une petite fille, Alicia, fan de Dora l'exploratrice qui a survécu 3 semaines auprès du cadavre de son grand père. Un lien très fort se tissent entre eux 2 voir eux 3 car le chat Lego réussit à sortir la petite de son isolement.
Jules pour Alicia se transforme en Xmen, se met en mode survivant, guerrier même. Il retrouve un groupe de copains du collège, Jérôme, Vincent, Maïa ,Katia... Ils devront s'unir pour survivre. Car une fois la contagion et la mort semée, il faut encore résister aux gangs, à la drogue, à la violence, au désespoir, à la folie. Certains passages sont très difficiles.
J'ai aimé l'écriture de l'auteur et j'ai eu beaucoup de mal à lâcher mon bouquin. j'ai bien aimé ce tome car Jules est moins seul que Yanis a pu l'être et puis il y a cette petite fille qu'il s'est juré de protéger à tout prix. C'est très beau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Mariloup
  07 octobre 2015
Comme beaucoup de monde je pense, je ne pouvais pas passer à côté du phénomène jeunesse de la rentrée littéraire 2015: U4. Et j'ai d'autant été très contente d'avoir la possibilité de recevoir deux des quatre romans de cette saga, Jules et Stéphane. Alors, merci à Babelio et aux Éditions Nathan.
Le concept est vraiment très original, j'étais curieuse de voir où cela allait mener.
Une saga. Quatre romans. Quatre auteurs français. Aucun ordre précis dans le choix de la lecture des tomes. On peut très bien lire Stéphane avant Koridwen, Yannis avant Stéphane, etc...
Le virus U4 a décimé 90% de la population mondiale. Seuls quelques adolescents ont survécu. Dont des ados qui faisaient partis d'un jeu de rôle en ligne: WOT (Warriors of Time). Jules en faisait parti.
Au premier abord, on se dit: "Encore une histoire d'Apocalypse, d'épidémie mortelle., qu'il va falloir surmonter par la survie... ça va être du déjà vu." Oui et non. Il y a de l'originalité. Car bien au-delà du virus, ceux qui ont survécu se vouent une mini-guerre, ici, en plein Paris. On a donc des clash entre gangs, militaires et groupes de survivants. ça tourne tout autour de ça. Et c'est violent, dur et dangereux évidemment.
Quant aux révélations du pourquoi seulement une poignée d'ados n'ont pas été contaminé, je ne m'attendais pas à ça, j'aurais voulu quelque chose de plus élaboré et j'aurais voulu aussi une "vraie" fin, je m'attendais à tout autre chose en fait.
Et j'ai aussi noter des incohérences. C'est gros en fait à certains moments, ce n'était pas crédible à mes yeux (par exemple, quand Jules se fait torturer; dès le lendemain, il repart en vadrouille, en mission.).
Il y a une grande galerie de personnages. Et il faut retenir tous leurs surnoms afin de bien discerner qui est qui comme Jules/Le Plaqueur, Vincent/Le Soldat, Maïa/L'Apothicaire, Alicia/La Minuscule.... entre autres. Mais, je ne me suis attachée à aucun personnage récurent même Jules, c'est dire, un peu comme si j'assistais à tout en retrait; le fait qu'il y en ait plusieurs a dû jouer.
Par contre, j'étais contente de découvrir les autres personnages d'U4: Stéphane, Yannis et Koridwen qui ont fait plus qu'une petite apparition plutôt vers la fin du roman consacré à Jules. D'ailleurs, je suis surtout intriguée par Stéphane et Koridwen, les deux personnages féminins. Je ne sais pas, elles ont un petit quelque chose en plus et je suis donc pressée de les connaître mieux.
Le style d'écriture de l'auteure ne m'a pas vraiment plu. C'est trop "découpé", je veux dire que les phrases sont très courtes. Malgré cela, j'avoue que c'est moderne, il faut dire que l'histoire se passe de nos jours; que les nombreuses descriptions ont leur place ici malgré des répétitions; j'ai noté également qu'il y avait plusieurs petites références disséminées dans le texte (par exemple, Dora l'exploratrice), ce qui est fort sympathique car l'on se dit: "Hé! Je connais!" et du coup, ça nous rapproche de l'histoire.
La façon dont l'horreur est décrite est très précise. J'avais l'impression de tout voir comme si j'y étais moi-même. Et il faut dire que l'auteure y va fort en parlant de "chiens dévorant des cadavres", de "membres arrachés" par exemple. Si bien que je me suis parfois demandée si ça rentrait "vraiment" dans du jeunesse.
Le rythme du récit est très lent. D'accord, on est direct plongé dans l'histoire (quoique j'ai dû attendre une centaine de pages avant d'y être pleinement), porté par l'ambiance mais il ne se passe pas énormément de choses, du moins pas de choses grandioses.
Le livre est écrit à la première personne du singulier, c'est d'ailleurs ce que je préfère dans les romans car ça me permet de rapprocher plus du personnage principal (ce qui n'a pas été le cas ici.)
C'est écrit en gros caractères et donc ça se lit assez rapidement. le découpage des chapitres est pas mal (date, moment de la journée).
Maintenant, je me demande à quoi m'attendre avec les autres livres. Est-ce que les moments où les quatre personnages se sont retrouvés réunis vont être repris dans chaque tome mais avec un point de vue différent? Je le suppose en tout cas.
Voilà, ce premier tome d'U4 lu a été bien sympathique, un bon divertissement malgré pas mal de choses gênantes à mon sens. Mais je reste bien curieuse de découvrir les autres romans, surtout les deux tomes consacrés à Stéphane et Koridwen.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
verobleue
  26 décembre 2015
Jules de Carole Trébor est mon deuxième tome de la quadrilogie U4. Je ne reviens pas sur l'histoire qui est la même, seul le personnage principal et son vécu diffèrent.
Jules vit avec ses parents et son frère dans un appartement dans le quartier du Luxembourg, à Paris. C'est un geek. Depuis qu’il a découvert WOT, il sort moins avec ses amis, passe beaucoup de temps devant son ordinateur. Jules s'attache à ses jeux vidéos parce qu'il n'a pas confiance en lui, il a la conscience que la réalité est bien différente mais le jeu le rassure, lui donne un courage qu'il n'aurait peut être pas eu.
Quand l’épidémie commence, ses parents sont en voyage d'affaires à Hong Kong. Il a juste le temps de voir le message sur le forum de WOT avant de se retrouver tout seul dans l'appartement. Il n'aura plus aucune nouvelle ni de ses parents, ni de ses grands-parents, Pierre, son frère aîné a disparu aussi.
Adolescent rondouillard et timide, passionné de jeux vidéos en ligne, sensible et manquant d'assurance, il est d'abord paralysé par le spectacle effroyable qu'il voit de sa fenêtre. Il tente de survivre en surmontant ses peurs, le traumatisme de la perte des siens et les difficultés du quotidien dans une ville à l'abandon.
Dans son immeuble, à un autre étage, il découvre une petite fille de 7 ans, Alicia, prostrée devant le cadavre de son grand-père, il la prend avec lui et va tout faire pour la protéger. Elle est complètement mutique et enfermée dans l’univers de Dora l’exploratrice. Cette rencontre rajoute une note d'émotion et de douceur dans ce personnage. Ses réflexions sont touchantes. Ses émotions restent à fleur de peau, son angoisse, son désespoir malgré son physique de rugbyman. Jules est déjà sur le lieu de rendez-vous, Alicia devient son but pour survivre et tenir, pour aller au rendez-vous de "Khronos".
Alors qu'il tente de s'organiser, il rencontre une fille de son école, qui l'invite à rejoindre son groupe de survivants. Il y retrouve ses deux meilleurs amis, Jérôme et Vincent. Tous ont changés. Ils se sont organisés et c'est un peu caricatural : le fils de flic devient le Soldat et celui-ci gère l’armement, la fille de pharmacienne, l'Apothicaire administre les médicaments. Alicia devient la Minuscule et Jules devient le plaqueur, grâce à son physique de costaud. Ces surnoms font comprendre le changement induit par l'épidémie. Ils ont murit et n'ont plus rien à voir avec les ados d'avant.
Le groupe n'accepte pas d'aller vivre dans un R-Point pour ne pas être à la merci des militaires. Eux qui ont réussi à survivre, organisent un régime totalitaire, à coup de propagande avec tracts et enrôlement de jeunes contre "protection" et ravitaillement. Ces militaires qui "pucent" les ados comme on le ferait avec les animaux.
Toutefois, la communauté soudée ne peut pas vivre complètement repliée et doit affronter chaque jour de nouveaux défis : la prise de contrôle de l’armée, les blindés et les patrouilles, la formation de gangs d’adolescents, leurs armes et leurs chiens, le ravitaillement, l'intimité, les couples qui se forment…
Jules va aussi retrouver son frère, qui se drogue et dont il ne peut rien attendre
C'est la fragilité et la droiture de Jules qui font l'intérêt de ce personnage auquel je me suis attachée. Il veut le bien de ceux qu'il aime. C'est un sensible, généreux, qui a du mal à se livrer, a parfois besoin d'être secoué pour comprendre et réagir. Il contraste avec le caractère type du super héros. Un costaud au cœur tendre, dont le dévouement sans faille à la petite Alicia, la simplicité et le manque de confiance en lui en font un personnage touchant!
J'ai aimé l'écriture de Carole Trébor, que je ne connaissais pas non plus. Ses descriptions de cadavres sont terribles! Elle s'attache plus aux questionnements intérieurs de son personnage, à sa façon de vivre cette expérience. Rien de mystique ou de magique ici, tout est ancré dans le réel.
La fin est totalement différente de celle du livre de Koridwen. Et je me dis que cela ne peut pas se terminer ainsi...Est-ce que Yannick sera aussi sensible que Jules? Son histoire est également écrite par un auteur féminin...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160

critiques presse (1)
Ricochet   26 août 2015
Une gageure d'écriture qui donne un résultat captivant et plus ou moins étourdissant sur le plan littéraire !
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
LaChimereLaChimere   18 avril 2016
Je n’arrive pas à trouver les mots pour parler de la catastrophe. Je bute sur les termes exacts. J’arrive à les penser, pas à les dire : filovirus, U4. Parce que désormais ils incarnent quelque chose qui existe vraiment. Une vérité inacceptable, que j’ai évitée jusqu’à aujourd’hui. Je me souviens de ma terreur devant les chiffres et les termes scientifiques à la télévision. De ma terreur et de mon refus absolu de cette réalité-là. Alors, ils sont morts ? C’est ça que j’ai refusé. Ils sont tous morts. Est-ce que je pourrai l’accepter un jour ? Est-ce que je pourrai vivre ? Tous morts. Sauf nous, les adolescents, et quelques militaires. Tous morts. Et nous, on est là, réunis dans cette fosse, quatre existences dévastées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ktylauneyktylauney   23 septembre 2015
C’est Alicia, elle se précipite dans la cuisine, essaye de se faufiler jusqu’à moi, se retrouve coincée par Jérôme et Vincent. Elle prend appui de ses mains sur les genoux du Chef, qui l’attrape sous les épaules, la soulève de terre et la transmet à Vincent comme si elle était un ballon de rugby. Le Soldat la récupère, se redresse, la fait sauter en l’air. Et elle éclate de son rire incroyable. Je la regarde, elle est rayonnante. Et le Chef la regarde aussi, en souriant, comme aurait fait mon grand-père. Comme Al Pacino dans Le Parrain. Nous sommes la Famille de Jérôme. Il nous aime à sa façon. Il veut nous protéger, il se sent responsable de nous. C’est la première fois depuis longtemps que je le vois détendu. Je pense qu’il sacrifierait sa vie pour sauver ma petite. Il essaye d’être juste, même s’il frôle parfois l’intransigeance. Mais supporterait-il que l’un d’entre nous refuse sa protection ou remette en cause l’une de ses décisions ? Alicia n’arrête pas de rire, et à son rire se mêle celui de Vincent, son rire d’Avant la catastrophe, et quand à la porte, apparaît Maïa, je voudrais juste que le temps s’arrête.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
petitsoleilpetitsoleil   05 janvier 2017
- Les Graffeurs sont arrivés jusqu'ici, maugrée Vincent.
- Les Graffeurs ?
- C'est une bande qui regroupe plein d'anciens graffeurs et tagueurs. Les survivants se sont rassemblés, ils annexent des quartiers entiers, et leurs graffitis signalent sur les murs l'extension de leur territoire.
- Ils sont violents ?
- Non, mais ils veulent conquérir un maximum d'arrondissements.
- Ils sont armés ?
- Ils n'ont que des bombes lacrymogènes et paralysantes pour se défendre. Pas d'armes à feu, à ce que je sache.

Jérôme m'explique :
- Beaucoup des membres de ce clan ont un passif avec la police et les forces de l'ordre, ils ont du mal à supporter toute forme d'autorité.
Ils rêvent d'une ville entièrement peinte, qui laisserait toute la place à leur art, à leur imaginaire et à leur liberté.

(...)
- Mais à présent que leur acte de création n'est plus interdit par les autorités et qu'il n'a plus rien de subversif, comment peut-il encore avoir un sens pour eux ?
- Je pense qu'il veulent devenir les maîtres de Paris et imposer leur vision du monde comme un lieu de création sans limites.

J'ai du mal à adhérer à leur rêve utopique, mais qui suis-je pour les juger ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
orbeorbe   14 août 2015
Je ne te dis pas qu'on va construire d'un claquement de doigts un monde qui nous convienne. Mais au moins, on essaye d'être autonomes, de s'en sortir, de gérer un peu tout ce merdier, parce que, après tout, on ne les connaît pas, les adultes qui ont survécu, les soldats, les politiques qui ont bénéficié d'une protection spéciale.
Commenter  J’apprécie          170
AnalireAnalire   23 juillet 2015
Je croise son regard et n'y vois qu'une bienveillance infinie. Une putain de bienveillance dans les yeux d'une meurtrière. Je me sens inondé d'une immense gratitude. Cette fille n'était pas destinée à tuer des soldats. C'est le monde qui a fait d'elle une tueuse.
Commenter  J’apprécie          190
Videos de Carole Trebor (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carole Trebor
Dans le nouveau roman de Carole Trébor, nous suivons de jeunes comédiens qui vont devoir affronter beaucoup de défis pour réaliser leur rêve !
Vous avez envie de vous dépasser, de montrer à tous ce que vous valez ? Alors foncez ! C?est ce que nous disent tous ces artistes qui ont accepté de nous raconter le moment de leur vie où ils ont libéré l'ours en eux !
autres livres classés : virusVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

U4 JULES

Quelle est la passion de Jules ?

Le foot
Les jeux vidéos
La boxe
La lecture

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : U4 : Jules de Carole TreborCréer un quiz sur ce livre
.. ..