AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 289406134X
Éditeur : Bibliothèque Québécoise (06/11/1996)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Michel Tremblay n'avait pas encore vingt ans lorsqu'il a écrit les contes qui composent ce recueil et qui allaient être publiés quelques années plus tard, en 1966, aux célèbres Éditions du Jour. Mais, comme le signale Tremblay lui-même dans son avant-propos, on peut déjà déceler dans ces premiers textes certains des thèmes qui reviendront dans ses pièces ou ses romans : l'homosexualité dans « Angus ou la lune vampire », l'inceste dans « La dernière sortie de Lady Ba... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Neneve
  25 novembre 2016
En préambule de ce recueil, Michel Tremblay averti son lecteur que ces contes ont été écrits avant même de devenir l'écrivain qu'il est aujourd'hui. La plupart des textes ont été rédigés entre 1958 – 1961, alors qu'il avait 16-19 ans. Tremblay dira de cette époque qu'elle était trouble : croyant ses rêves inaccessibles, il écrira tout et n'importe quoi et lira de plus en plus de littérature fantastique, qu'il considère être idéale pour tous les inadaptés de ce monde. Il rêve d'une chose, devenir écrivain. Il écrira alors, beaucoup et tout le temps.
Bien que ces textes ne soient pas tous égaux, j'en ai apprécié la lecture. Me plonger dans les tous premiers écrits d'un auteur dont j'admire l'oeuvre a été pour moi un plaisir. On sent bien l'influence de ces lectures fantastiques. Lui qui habitue son lecteur aux fresques familiales et aux personnages plus vrais que nature, nous raconte ici les sirènes, les esprits, les êtres machiavéliques. Les contes sont courts, faciles et agréables à lire. J'avoue avec eu un faible pour les contes situés dans la partie Histoires racontées pour des buveurs. Deux textes m'ont particulièrement marqué. le premier, c'est Maouna, une histoire de sorcière morte au bûcher qui a soif de vengeance. le deuxième s'intitule La treizième femme du baron Klugg où Tremblay revisite Barbe-Bleue. Bien que ça soit des textes courts, il réussit tout de même à susciter des émotions chez son lecteur.
C'est certes maladroit quelques fois… mais il n'en demeure pas moins que nous sentons bien l'âme du raconteur d'histoires fabuleuses que deviendra Michel Tremblay. Une oeuvre à lire pour quiconque aime l'auteur, en gardant bien en tête que ce sont ces tous premiers textes. Saluons tout de même son audace de s'être ainsi mis à nu ainsi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Joualvert
  09 novembre 2016
Ce recueil, la toute première publication de Michel Tremblay, a de quoi laisser perplexe les admirateurs du grand romancier et dramaturge québécois. Pour le lecteur averti qui sait à peu près de quoi il retourne et qui recherche ce genre de choses, c'est une autre histoire. Ce sont des textes de jeunesse, écrits alors qu'il avait entre 16 et 19 ans, et qu'il vibrait pour des auteurs tels que Lovecraft, Jean Ray et Hoffmann. Je ressors très positivement étonné par le contenu fortement fantastico-horrifique. En effet, les créatures sanguinaires abondent, mais on trouve aussi des histoires style conte cruel et de l'étrange. Une belle variété a entretenu mon émerveillement, on trouvera des choses aussi diverses que les imprécations jetées par une sorcière du haut de son bucher, un Inuit qui a mal aux dents, ou encore un parapluie fatidique. Les textes sont courts, allant de 1 à 8 pages, si bien qu'ils peuvent parfois avoir l'allure d'esquisses. Parmi mes préférés figurent ''La dernière sortie de Lady Barbara'' qui nous plonge dans un mysticisme ésotérique et ''Amenachem'' où un infâme personnage fait appel à une redoutable sorcière insulaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Cielvariable
  30 mars 2013
J'adore habituellement Michel Tremblay, mais je n'ai pas apprécié ses contes pour buveurs attardés. Je trouve que l'écriture n'est pas de son qualibre habituel.
Commenter  J’apprécie          10
rachel1405
  05 octobre 2017
Je travaille sur un projet scolaire dessus
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   30 mars 2013
Qui a dit que les pressentiments n'existent pas ? Celui-là avait tort. Ils existent. À cette minute-là, alors que j'allais porter le verre de vin à ma bouche, quelque chose se passa en moi que je ne pourrais décrire de façon précise... C'était comme un avertissement. Quelque chose dans ma poitrine, comme un serrement de cœur, me portait à éloigner le verre de ma bouche... Je regardai Gerblicht. Ses yeux étaient rivés sur moi. Son regard était braqué sur ma bouche et sa bouche à lui était entrouverte comme s'il avait eu envie de boire lui-même ou de me pousser à boire...
Je savais que je ne devais pas boire de ce vin.
Mais j'en bus quand même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JoualvertJoualvert   05 novembre 2016
Certes, j'avais échappé à la maison de Lady Barbara mais ces êtres à peine invisibles que j'entendais rire et marcher autour de moi n'étaient-ils pas aussi, sinon plus dangereux que la maison de Londres ? À plusieurs reprises, le courage me manqua et je faillis laisser Lady Barbara au milieu de la route et prendre mes jambes à mon cou ; courir, courir vers Londres, vers ma maison, vers la liberté... Une tasse de café le matin et le cinéma deux fois la semaine... Mais je ne suis pas né pour mener une vie de bourgeois. Je suis né pour parcourir le temps et l'espace, pour remonter le fleuve de la vie vers sa source et revêtir la robe blanche des Confréries du Cosmos. Je suis né pour planer au-dessus de mes semblables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   06 janvier 2019
La femme au parapluie
-Tiens, drôle d'endroit pour perdre son parapluie.
Il se pencha, ramassa le parapluie.
***
Le téléphone sonna.
- Allo.
- Bonsoir, monsieur. Vous avez trouvé mon parapluie ?
- Pardon ?
-Je vous demande si vous avez trouvé mon parapluie. Un parapluie noir avec...
-Oui, en effet, j'ai trouvé un parapluie, ce matin. Mais comment savez-vous, madame, que c'est moi qui l'ai trouvé ?
-Mais, mon cher monsieur, je l'ai perdu précisément pour que vous le trouviez ! Et maintenant je voudrais le ravoir. Vous voulez bien venir me le porter ? Je vous attendrai ce soir au milieu du pont de bois, à l'est de la ville, à onze heures. Bonsoir, monsieur.
***
-Vous êtes en retard, je vous attends depuis dix minutes.
-Je m'excuse, j'ai été retardé... Voici votre parapluie, madame.
-Merci, monsieur.
Elle le regardait droit dans les yeux.
-Et maintenant, sautez. Votre heure est venue. Il est temps. Allez...
Il enjamba le garde-fou et se jeta dans la rivière.
Et elle repartit, laissant son parapluie au milieu du pont de bois, à l'est de la ville...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NeneveNeneve   24 novembre 2016
Ayant perdu mes parents alors que j'étais très jeune, je fus accueilli, instruit dans les choses de la vie et chéri par mon oncle Ivan. Malgré toutes les horreurs qu'on racontait sur son compte, par exemple qu'il était homme sans foi ni loi, qu'il avait vendu son âme au diable et autres stupidités du genre, mon oncle Ivan était un homme en tous points admirable.
Commenter  J’apprécie          10
CielvariableCielvariable   05 janvier 2012
« C'est drôle comme les choses peuvent changer d'aspect, parfois, lorsqu'on les regarde d'un point de vue différent de celui sous lequel on les a toujours connues. »
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Michel Tremblay (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tremblay
Moment décisif aujourd?hui : les séries des libraires prennent fin avec un ultime duel qui oppose deux monuments de la littérature québécoise? et deux merveilles de la librairie indépendante. D?un côté, c?est Michel Tremblay, auteur chouchou de notre littérature, et son roman Un ange cornu avec des ailes de tôle qui est défendu par la Superbe de Trois-Rivières, la rayonnante Audrey Martel de la librairie l?Exèdre. de l?autre, c?est la bien-aimée des lecteurs, Anaïs Barbeau-Lavalette, auteure du méga-succès La femme qui fuit, qui compte sur les arguments-chocs de la Menace de Saint-Jean-sur-Richelieu, le passionnant Denis Gamache de la librairie Au carrefour.
+ Lire la suite
autres livres classés : contesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1071 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre