AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2742788905
Éditeur : Actes Sud (30/11/-1)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 31 notes)
Résumé :
Août 1915, Montréal suffoque et la guerre fait rage en Europe.
Maria amène ses enfants, Nana et Théo, en vacances à Duhamel, clans les Laurentides, en compagnie de ses soeurs, Teena et Tititte. Avec une finesse de peintre jouant des infinies nuances de la lumière, Michel Tremblay fait se rencontrer lors de cette escapade initiatique l'âme des plus vieilles montagnes du monde, dit-on, et celles de ces femmes attachantes, prises dans des lignes de vie aux parco... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
bilodoh
  18 avril 2016
Montréal, 1915, tome 3 de la saga des Desrosiers. Pour la première fois depuis bien longtemps, Maria a décidé de prendre des vacances à la campagne avec ses soeurs. Et après bien des hésitations, elle acceptera d'amener avec elle sa fille Nana et son bambin Théo.

Pour la première fois, ses enfants découvrent la nature des Laurentides. Nana connaissait les plaines de l'Ouest, mais n'avait jamais vu d'arbres sauf dans les parcs de la ville. Elle est éblouie par tout ce qui l'entoure : les forêts qui sentent le sapin de Noël, les baignades dans l'eau froide d'un lac de montagne, l'orage qui tonne et la pluie qui déferle sur le chalet.

C'est un été important dans la vie de la jeune Nana puisqu'elle y fait une autre découverte qui changera sa vie, celle de la lecture, qui l'entraine dans des rêves de pays lointains et de vies merveilleuses. Elle caresse même l'espoir d'apporter sa contribution au monde imaginaire et de devenir un grand écrivain.

Presque adolescente, elle commence à être troublée par les secrets de l'amour et de la sexualité. Ces non-dits qui prennent beaucoup de place dans les romans, mais ne sont jamais expliqués, suscitent d'étranges émotions.

Une traversée de sentiments qui mène au fond des bois et sur la piste des grandes amours à venir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Errant
  04 février 2018
Troisième opus de « La diaspora des Desrosiers », on retrouve ici principalement Maria qui va prendre des vacances en compagnie de ses deux soeurs et de deux de ses enfants, Nana et Théo. C'est l'occasion pour Nana, du haut de ses douze ans, de mûrir un bon coup au contact ses hôtes et de ses tantes, en découvrant aussi des lectures pour adulte et de mieux comprendre sa mère, elle-même aux prises avec des doutes profonds sur ses capacités maternelles. C'est d'ailleurs un thème fort de ce livre où chaque femme s'interroge là-dessus. le cadre rural évoque pour Maria et Nana leur Saskatchewan où tout a commencé; nostalgie quand tu nous tient...
Encore une fois Tremblay réussit à aborder des thèmes universels en nous narrant, très simplement mais avec brio, un épisode qui aurait pu être banal dans la vie du clan Desrosiers mais qui, sous sa plume, s'anime comme par enchantement et nous laisse un sourire en coin devant la résilience et le bagout qui semblent innés dans cette famille. En prime il introduit une très légère touche de fantastique qui surprend mais s'intègre bien tellement elle est discrète; peut-être est-ce un prélude qui se développera dans les épisodes suivants? Cela ne me fera qu'un autre prétexte pour poursuivre cette charmante saga.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
MarionVictoria
  21 février 2013
«La traversée des sentiments» de Michel Tremblay
Ce livre est le dernier volet d'une trilogie dont les deux premiers titres sont : «La traversée du continent» et «La traversée de la ville». Cette traversée des sentiments humains effectuée par Rhéauna, jeune enfant d'une dizaine d'années qui passe ses premières vacances en famille, permet au lecteur d'explorer des sentiments humains qui sont ici décrits avec minutie dans leur complexité, leur cruauté, mais aussi parfois (et souvent lors de moments inattendus) dans leur tendresse et leur authenticité.

Lors de la rencontre de notre club de lecture autour de ce livre de Michel Tremblay, une chose rare est arrivée : nous étions toutes d'accord !
Toutes d'accord pour dire à quel point les sentiments exprimés par Rhéauna, sa mère, ses tantes, son petit frère auraient pu être les nôtres.
Toutes d'accord pour saluer ce grand auteur qui sait parler de son pays avec toutes les nuances et les détails qui permettent à chacune de se reconnaître comme en faisant partie.
Toutes d'accord pour dire que ce livre nous avait simplement émues.

Ainsi, Michel Tremblay a permis à huit femmes de tous les âges, de tous les horizons et de toutes les cultures, à travers ses personnages si authentiquement beaux et faibles à la fois, de se rejoindre, de se comprendre, d'exprimer des sentiments communs.
Est-ce parce-que ces sentiments traversés sont universels ? Il y a de fortes chances.
Il y a donc aussi une grande probabilité pour que ce livre parle également de vous, puisque vous êtes humain, puisque vous êtes simplement vous-même. Michel Tremblay parle de nous tous et, sous sa plume, nos imperfections deviennent des atouts, nos défauts des richesses et notre humanité, un trésor inestimable.
Bonne lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
traversay
  29 août 2012
Elles sont à nouveau là, les soeurs Desrosiers, dans le Canada de 1915, et c'est un vrai plaisir de les retrouver. Après La traversée du continent et La traversée de la ville, La traversée des sentiments achève de bien belle manière cette trilogie amoureusement tricotée par Michel Tremblay. le cadre est différent, pourtant, et, cette fois, c'est à une partie de campagne que nous convie le romancier québécois, tout aussi à l'aise pour décrire montagne et lacs des Laurentides que pour évoquer la jungle montréalaise. Et la tendresse, Tabarnac ? Elle est bien présente, rugueuse, tapie sous les secrets plus ou moins avouables des trois soeurs, autour desquelles gravitent des personnages fascinants, la jeune fille en fleur ou le viril Simon, qui ne comprennent pas tout, hormis ce lien indicible qui unit les Desrosiers. Cette formidable saga, au goût de tarte aux framboises et de rôti de veau (on aime ça, chez Tremblay, manger, et puis jaser, aussi) prend fin, mais déjà s'annoncent Les contes de Josaphat-le-violon. On en salive déjà, parce que le talent de Tremblay c'est le fun garanti. Il connait sa job, l'animal !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lilla
  25 août 2010
Dernier de la trilogie : après la Traversée du continent où la petite Nana subissait 4 journées de train pour retrouver une mère quasi inconnue à Morial (Montréal en joual), puis La Traversée de la ville où Nana, blessée par sa nouvelle vie, fuguait et faisait un périple jusqu'à la gare Windsor dans l'espoir de retourner en Saskatchewan, voici La Traversée des sentiments, avec Nana qui part en vacances dans les Laurentides.
J'ai adoré les deux premiers, j'aime la verve de Tremblay, ses dialogues en joual plein de vie et d'humanité, les liens entre Maria, la mère, et ses soeurs sont tellement vrais avec leurs disputes incessantes qui cachent une immense tendresse.
Celui-ci m'a un peu ennuyée cependant. Peut-être serait-il temps pour M. Tremblay de couper le cordon avec Nana ? On retrouve même les 4 gentils fantômes féminins des Chroniques, ce qui donne vraiment une impression de déjà lu...
De très beaux moments tout de même, plein d'humour, d'amour dans ce voyage... Les deux nouveaux personnages, un couple Cri qui accueille la gang dans les Laurentides , la gouailleuse Rose et son beau Simon, sont extraordinaires.
De toute façon c'est sans rancune ; j'aime tellement cet auteur que s'il rajoutait un roman à sa trilogie (sic) je le lirai quand même !!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
bilodohbilodoh   18 avril 2016
Toute sa vie, quoi qu’elle fasse ou décide, malgré les décisions prises après mûre, ou sur des coups de tête, ou même les sanctions qu’elle s’imposait pour se punir de n’être jamais satisfaite, le besoin de liberté, l’envie de ruer dans les brancards, de tout envoyer promener et de se sauver, la soif de se retrouver sans attaches, sans responsabilités, la peur de rater quelque chose de plus beau et de plus gratifiant ailleurs, là-bas, loin, bref, cette maudite bougeotte lui sautait à nouveau dessus et la submergeait sous une vague de doutes, de tâtonnements, d’incertitude.
(Québec Loisirs, p.62)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
bilodohbilodoh   02 avril 2016
… la guerre, c’était toujours la même chose : deux gangs d’hommes orgueilleux et arrogants qui soulaient se montrer les plus forts en essayant par tous les moyens et de façon définitive de voler tout ce que les autres possédaient. Rhéauna, pour sa part, trouve que cette interprétation simpliste n’explique pas, n’excuse pas, surtout, les centaines de milliers de mort, les villes détruites, les vies brisées. Tout ça juste à cause de l’orgueil des dirigeants? Est-ce que c’est possible?

(Québec Loisirs, p.71)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
SachenkaSachenka   03 janvier 2017
Les dimanches, les hommes devenaient fous d'ennui, pis finissaient toujours par se battre parce qu'y avait rien d'autre à faire... Ça s'appelle la cabin fever, ça existe encore, c'est le fléau des chantiers.
Commenter  J’apprécie          330
LillaLilla   25 août 2010
- Laisse-lé faire. Y dit que c'est pas dangereux même si je sais que que c'est pas vrai. Ca fait des années que j'essaie de l'empêcher de faire ça, mais j'ai jamais réussi. Y va nager jusque de l'autre côté du lac, pis y va revenir. Plus beau pis plus fin que jamais parce qu'y va s'être battu avec la nature. En tout cas, c'est ce qu'y dit. Qu'y se bat avec la nature. Pis que c'est lui qui gagne. Si ça y prend ça pour qu'y sente un homme, qu'est-ce que tu veux que j'y fasse... (...)

Et lorsqu'il sort du lac, Rhéauna voit son premier homme nu de face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Michel Tremblay (35) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tremblay
Moment décisif aujourd?hui : les séries des libraires prennent fin avec un ultime duel qui oppose deux monuments de la littérature québécoise? et deux merveilles de la librairie indépendante. D?un côté, c?est Michel Tremblay, auteur chouchou de notre littérature, et son roman Un ange cornu avec des ailes de tôle qui est défendu par la Superbe de Trois-Rivières, la rayonnante Audrey Martel de la librairie l?Exèdre. de l?autre, c?est la bien-aimée des lecteurs, Anaïs Barbeau-Lavalette, auteure du méga-succès La femme qui fuit, qui compte sur les arguments-chocs de la Menace de Saint-Jean-sur-Richelieu, le passionnant Denis Gamache de la librairie Au carrefour.
+ Lire la suite
autres livres classés : 1915Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre