AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782742747207
264 pages
Actes Sud (01/04/2004)
3.67/5   63 notes
Résumé :
Au coeur du quartier latin de Montréal, Céline Poulin sert de nuit des hamburger platters et des spaghettis à la faune des étudiants paumés, des travestis, des putes et des folles de la Main, ce boulevard Saint-Laurent mal famé.
En aidant une étudiante à passer une audition, elle met en marche une bombe à retardement. A fréquenter les aventuriers du théâtre des Saltimbanques, où un jeune metteur en scène prometteur monte Les Troyennes d'Euripide, Céline Pouli... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  08 février 2022
Le cahier, c'est le journal de Céline, une jeune femme malheureuse, qui trouve un peu de réconfort dans l'écriture.
Pour aider sa famille, Céline a quitté l'école pour travailler comme « waitress, serveuse, dans un restaurant populaire qui, la nuit, est le refuge de la faune nocturne des déclassés, un lieu où se retrouvent les travestis et les « guidounes » qui gagnent leur vie du commerce de la chair.
La famille de Céline ne lui est cependant pas reconnaissante de ses efforts. Dans son foyer, elle ne respire qu'une atmosphère lourde et sans joie. Sa mère n'a jamais accepté le handicap physique de Céline et lui reproche d'être en vie. Elle la rend même coupable de son alcoolisme.
Grâce au hasard d'une invitation d'une étudiante, Céline découvrira le théâtre, et par n'importe quoi, Les Troyennes d'Euripide. Elle se rendra compte que, malgré la distance des siècles, la souffrance des Troyennes est aussi sa souffrance et celle des femmes de son entourage. Cette expérience forte lui apportera-t-elle le courage de continuer ou de changer de vie ?

J'ai retrouvé dans cette oeuvre les grands axes de la vie de l'écrivain québécois. D'abord la détresse de tous ceux qui ne sont pas comme tout le monde. Dans les années 1960, Michel Tremblay fait partie de la marge, celle des homosexuels. Contrairement à la narratrice du Cahier noir, ce n'est pas un handicap visible, mais c'est non seulement un péché grave pour l'Église catholique, mais c'est encore à l'époque un acte criminel… Et sûrement des moments pénibles de son adolescence…

Comme son héroïne, l'écriture a été une planche de salut pour l'auteur comme en témoignent ses nombreux romans, mais c'est d'abord le théâtre qui l'a fait connaître. La pièce les « Belles-soeurs » a révolutionné le théâtre québécois en mettant en scène des personnages de femmes montréalaises qui parlent la langue populaire. Michel Tremblay donne la parole aux pauvres gens et transforme le théâtre en osant y introduire des choeurs comme ceux des tragédies grecques.

Un roman touchant d'émotions vraies qui nous donne rendez-vous pour la suite dans un Cahier rouge!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
Carmendb
  15 septembre 2018
" La honte est une bête qui possède plusieurs têtes, je le sais depuis mon enfance, par la force des choses, à cause de ce que je suis. "
C'est par cette phrase que Céline Poulain, serveuse dans un petit restaurant de Montréal, commence son récit dans son cahier noir. Mais qu'est-elle donc ? Au fil des pages, on cherche à deviner la cause de cette honte, en vain, et il faudra attendre la page 66 pour le savoir.
Céline aime travailler la nuit, quand une faune bigarrée envahit l'établissement, les travestis, les prostitués, "les créatures de la nuit". Outre son job, elle a la passion de l'écriture, elle noircit chaque jour des pages entières de carnets, elle note ses réflexions, ses "pensées profondes", elle écrit sur les clients, sur les gens qui passent, sur sa famille, sur la société, sur elle. C'est pour se purifier de l'aventure humiliante qu'elle vient de vivre qu'elle entreprend cette confession.
Sa vie a basculé le jour où Aimée lui a demandé de l'aider à passer son audition pour obtenir un rôle dans la pièce que monte un jeune metteur en scène, "Les Troyennes", d'Euripide
C'est une magnifique et tragique histoire d'amour entre une fille et sa mère, une histoire faite d'amour, de douleur, d'attente et de manque, de culpabilité et de honte.
Captivant, superbe, difficile à lâcher !
"… j'ai aperçu dans la vitrine un magnifique cahier rouge auquel j'ai été incapable de résister. Fin" Et si ce cahier rouge parait un jour, je m'empresserai de le lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Claire45
  25 août 2022
L'univers de Céline, c'est la honte. Honte de son corps de naine, honte de sa mère alcoolique, honte partagée quand cette dernière hurle la honte que lui inspire sa fille difforme.
Elle se refugie dans l'écriture de son journal le cahier noir puis dans le travail. Waitress dans un restaurant d'un quartier mal famé de Montréal, elle sert la nuit d'autres marginaux et paumés hors normes : travestis, guidounes et autres oiseaux de nuit.
Le hasard la conduit à côtoyer une troupe de théâtre amateur Les Saltimbanques qui répète Les Troyennes. le metteur en scène lui propose un rôle, suivante naine d'Hécube. Elle y renonce quand sa mère décide d'assister à la première pour rire et se moquer d'elle. Mais elle met au point un stratagème pour se venger - et qui sait ?- ne plus avoir honte.
J'ai bien aimé les personnages marginaux hauts en couleur, souscrit au comportement de Céline face au handicap, et entendu l'accent québécois à travers les lignes.
De plus l'auteur offre une réflexion sur l'importance de l'écriture et du théâtre comme catharsis dans ce monde cruel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Dirlandaise
  23 février 2013
Michel Tremblay est un écrivain à part dans le paysage littéraire québécois. Son écriture toute simple fait vivre des personnages toujours choisis pour leur marginalité, leur mal de vivre, leur honte et leur humiliation qu'ils cachent souvent sous des dehors flamboyants et extravagants. Il s'agit de travestis, de prostituées hantant la Main par des hivers glaciaux, de petits travailleurs sans espoir comme Céline justement l'héroïne de ce livre, d'étudiants crevant de faim etc.
Céline travaille comme serveuse au Sélect, un restaurant fort couru le soir par la faune hétéroclite de la rue Sainte-Catherine mais aussi de gens ordinaires pendant le jour. Céline craint bien de finir ses jours sur une banquette du Sélect devenue la vieille serveuse dont tout le monde se gausse. Mais un jour, une amie lui demande de l'aide et c'est alors que la vie de Céline prend un autre aspect devant l'opportunité qui lui est offerte.
Une histoire typique de l'univers de l'écrivain dont l'écriture m'a encore une fois fait vivre un moment de pure magie. Michel Tremblay sait si bien décrire les émotions qui agitent ses personnages, il nous les rend fort sympathiques et émouvants. Mais les différents milieux dans lesquels évoluent ces êtres blessés par le vie contribuent également à les rendre presque héroïques tellement ils ont à affronter chacun leur enfer dont plusieurs n'ont plus aucun espoir de s'échapper pour accéder à une vie meilleure. Céline saura-t-elle saisir sa chance et quitter le Sélect pour ne plus jamais y revenir ?
Savoureux bien que terriblement pathétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Neneve
  08 novembre 2016
Ici, l'auteur nous amène dans la vie de Céline, qui souffre de nanisme. On apprend, à-travers la lecture de son journal, son quotidien de jour avec une famille dont elle doit prendre soin, et de soir, ou elle sert la faune nocturne dans un snack bar. On nous dépeint les années 60 dans une Montréal populaire. On nous raconte une relation mère-fille des plus complexes... mais on nous raconte d'abord et avant tout l'émancipation d'une fille qui devient un peu plus adulte à chaque jour. C'est un beau voyage que nous faire vibrer Tremblay.
Du Michel Tremblay, c'est du Michel Tremblay. Cet homme est un monument de la culture populaire du Québec. Une oeuvre magistrale ; théâtre, roman, scénariste, adaptation. Il est lu ici et ailleurs. Ce qu'il y a de bien avec lui, c'est qu'on sait qu'on va y parler du Québec, qu'on y lira le jouale, que ces personnages seront haut en couleurs, que toi, moi, et n'importe qui se reconnaîtra. Michel Tremblay, c'est un oeuvre simple, mais pas simpliste, tragique, drôle, émouvante, vibrante. Lire du Michel Tremblay, c'est se lire un peu soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
tamara29tamara29   13 mai 2021
Il existe donc dans ma vie des plages, des moments, des saccades, des soubresauts de quelque chose qui se rapprocherait du bonheur. Des intervalles de paix où je m’oublie, où j’oublie en tout cas mon corps pour me laisser aller à des instants de - oserais-je utiliser le mot ‘’félicité’’ – en tout cas de quiétude qui sont, je suppose et malgré l’aversion que j’ai pour l’expression, mieux que rien.
Commenter  J’apprécie          120
micky05micky05   12 juin 2012
Le livre commence ainsi :
25 janvier 1966. La honte est une bête qui possède plusieurs têtes, je le sais depuis mon enfance, par la force des choses, à cause de ce que je suis. Et celle qu’elle m’a montrée ce matin était particulièrement mortifiante. Non pas que je considère que je n’ai pas démérité ce que je n’oserai pas appeler ici mon châtiment, ce n’en était tout de même pas un, mais, disons, cette simple punition ou cette pénalité, le prix à payer, je suppose, pour m’être laissé une seule fois tenter par les pièges de la vanité : après tout, j’ai couru après, tant pis pour moi. J’ai voulu patauger dans une eau qui m’était étrangère, risquer un oeil sur un monde aux antipodes de celui que je connais, qui dépasse de loin mes capacités, mes goûts, et l’humiliation qui en a découlé, aussi insignifiante fût-elle pour les autres, aussi anodine, m’a jetée, moi, dans des affres si cuisantes que seule l’écriture que j’entreprends en ce moment pourra, peut-être, m’en purifier. Me confier à la page blanche, me confesser de mon ridicule, représentent ma seule planche de salut, comme d’habitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
bilodohbilodoh   08 février 2022
Jamais je n’arriverai, même dans mes rêves les plus fous, c’est bien évident, à traduire par écrit comme je le voudrais le trou de mon âme, le pincement au cœur qui ne me quitte pas parce que j’ai toujours sous les yeux la norme, le désespoir devant une chose définitive, une tare physique qui ne changera pas…

(Leméac, p.104)
Commenter  J’apprécie          50
tamara29tamara29   23 juillet 2021
Mes sœurs et mon père ont beaucoup ri, ma mère se contenait de me regarder en fumant ses Turet qui sentent si mauvais. Ce qui se disait autour de la table était moins important que ce qui ne se disait pas.
Commenter  J’apprécie          50
Claire45Claire45   24 août 2022
Pure paranoïa d'enfant qui se sait différent ? Peut-être. Pas sûr. Parce que l'époque se prêtait bien à ce genre de sadisme. Ma conviction d'avoir à payer pour un péché dont j'ignorais la nature commis par quelqu'un que je ne connaissais pas quelque part dans le monde me vient probablement de ces religieuses confites dans leur ignorance qui traitaient toute différence, tout écart à leur vision de la normalité par le mépris et le sadisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Michel Tremblay (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michel Tremblay
Le Salon dans tes oreilles - S1E41 - Confidences d'écrivain: Michel Tremblay
Confidences avec Michel Tremblay, figure emblématique et incontournable de la littérature québécoise, mais aussi du Salon du livre de Montréal.
Présenté par
SALON DU LIVRE DE MONTRÉAL Et LEMÉAC ÉDITEUR
Avec Michel Tremblay, Auteurrice Danielle Laurin, Animateurrice
Livre(s) Victoire !
Le Salon dans tes oreilles est un balado issu des entrevues, tables rondes, et cabarets enregistrés dans le cadre du Salon du livre de Montréal 2020. Écoutez des auteurs, autrices et personnalités parler de livre, de lecture et d'écriture et échanger autour des cinq thématiques suivantes: le Féminisme, la Pluralité des voix, 2020, et après?, Récit et inspiration et Famille et enfance. Bonne écoute!
Abonnez-vous: https://feeds.buzzsprout.com/1678609.rss
+ Lire la suite
autres livres classés : Montréal (Canada)Voir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
198 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre