AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782266197304
672 pages
Éditeur : Pocket (15/04/2010)
4.02/5   126 notes
Résumé :
Cette nouvelle saga, qui s'amorce dans les années vingt, a pour cadre une famille québécoise dont la mère, hypocondriaque, sombre inéluctablement dans les abîmes de l'alcoolisme et de la dépression aux côtés d'un mari qui se refuse à la vérité. Au début de ce premier tome, Charlotte a quatre ans. Aînée de famille avec une mère presque toujours malade, elle doit, pour sa petite soeur Emilie, être l'exemple à suivre. Charlotte, si responsable, autonome, compréhensive ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
4,02

sur 126 notes
5
6 avis
4
3 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

jeunejane
  29 juillet 2018
"Charlotte" , le premier tome d'une saga familiale québecoise débute en 1928 avec Charlotte, l'ainée de la famille Deblois.
Raymond , le père, exerce le métier de notaire. Il aime beaucoup ses enfants mais doit composer sans cesse avec sa femme, Blanche, victime de migraines, de différents maux. Ma foi, cela peut arriver d'avoir une constitution délicate. La santé est un trésor !
Le drame dans cette famille, c'est que la mère règne en tyran sur ses enfants , sur son mari, même si elle les aime.
Elle veut dominer et le salut de Charlotte, l'aînée des filles aurait été d'avoir un père qui tienne tête à sa mère mais ce qu'il peut être lâche et résigné cet homme.
Blanche s'enfonce dans ses maux, met ses enfants en danger à cause des multiples remèdes personnels qu'elle leur fait ingérer. Tout va de mal en pis.
Charlotte se sort de ce guêpier en prenant heureusement de la distance tout en aimant ses proches. Il faut savoir le faire !
Le livre commence d'ailleurs par une lettre qu'elle écrit en 1942, lorsqu'elle part loin de sa famille.
C'est une belle histoire de vie au départ qui présente pas mal de longueurs et de répétitions de mots. Cela occasionne un inconvénient certain. Des pages pour des pages, non !
Cela m'apprendra à lire un livre sur un coup de coeur sans renseignement pris chez mes amies babeliotes ou chez mes chroniqueurs préférés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          354
gromit33
  27 avril 2021
Grâce à une lecture commune, j'ai découvert et apprécié cette auteure québécoise.
J'ai donc lu et dévoré le premier tome "des soeurs Delbois" Nous rencontrons la famille Delbois : le père, Raymond est notaire et a décidé d'épouser la délicate Blanche, et non pas la tumultueuse et pimpante Antoinette. Ce couple va avoir trois filles et ce premier tome va être décrit du point de vue de l'aînée, Charlotte. Elle tient beaucoup de son père et est pleine de vie, contrairement à sa mère, qui est hypocondriaque et quasiment bipolaire et de sa jeune soeur Emilie, délicate et qui ressemble tant à sa mère.
L'auteure nous raconte la vie quotidienne de cette famille dans les années 20-30 au Canada. J'ai beaucoup apprécié le climat familial, les rapports entre chaque membre de la famille et les portraits réussis des femmes, que ce soit Blanche, la mère très souvent alitée et qui va avoir tendance à abuser un peu du brandy, que ce soit les rapports entre soeurs, que ce soient les deux grand mères, très différentes mais aussi les hommes et principalement le personnage du père, qui va essayer de rester un homme de devoir, de fidélité...
J'ai aimé suivre la vie de Charlotte, de son enfance, de son adolescence et de sa finale décision de quitter sa famille et de tenter de trouver un sens à sa future vie.
De belles pages sur la psychologie féminine que ce soit avec le portrait de la mère ou de Charlotte et de sa découverte du monde, à travers la lecture ou de ses différentes rencontres, amicales pu amoureuses.
La lecture de cette saga québécoise nous entraîne au Canada et pas de souci de lecture avec quelques expressions typiques du Québec mais cela ne m'a pas du tout dérangé.
Tellement contente d'avoir passé des moments avec cette famille, que je viens de commander la suite de cette saga car j'ai hâte de connaître la vie de ses autres enfants de cette fratrie.
Et merci encore de m'avoir fait découvrir une auteure et je crois que j'ai d'autres sagas à lire et en particulier celui des histoires "mémoires de quartier".

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Calliope2017
  24 décembre 2017
Fin des années 1920, début des années 1930, à Montréal. Charlotte Deblois grandit avec un père absent et une mère tyrannique et hypocondriaque, qui a détruit la santé de sa petite soeur Emilie à force de médicaments. C'est Charlotte qui sert de mère à sa cadette Anne, "accident" dix ans après. Charlotte étouffe dans cette atmosphère, et se réfugie dans sa passion pour les mots...
Il s'agit du premier tome de la saga "Les soeurs Deblois" - il est suivi d'"Emilie", "Anne" et "Le demi-frère". Contrairement à ce que les titres laissent penser, chaque tome s'intéresse à l'ensemble des protagonistes, seulement chacun est légèrement plus centré sur l'un ou l'autre des héros éponymes. En tous cas, c'est une série passionnante, où la psychologie des personnages est très bien rendue. On vibre avec eux, et on veut toujours savoir la suite de leur vie. Lorsqu'on commence ce premier tome, on ne s'arrête plus et on ne peut pas s'empêcher d'enchaîner avec les trois autres !
Commenter  J’apprécie          30
hibernatus88630
  25 août 2015
Une très agréable surprise, un coup de coeur
Un roman sentimentale dans une énième saga que nenni, l'auteure nous dépeint des personnages hauts en couleurs elle y décrit leurs traits de caractère avec beaucoup de finesse, bravo Madame Tremblay- d'Essiambre, quel talent!
A lire sans modération
Merci à une babéliaute qui grâce à ces lectures m'emmène ou me ramène à de beaux moments de lectures
Commenter  J’apprécie          50
mesnil44
  04 février 2012
Une saga réussie une fois encore par un auteur québécois. Une mère comme personne ne souhaite avoir ... Les hypocondriaques se reconnaitront où ceux qui les supportent au quotidien se sentiront moins seuls... Globalement belles analyses des personnages, de leur trait de caractère. L'écriture en elle même pourrait être un peu plus élaborée.... Mais à plonger dedans quand même !
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
jeunejanejeunejane   29 juillet 2018
- Tu trouves pas que les mots ont été inventés juste pour faire des images ?
- Des images ?
- Oui, prends le mot "locomotive", par exemple. Si tu le dis très vite et souvent, on entend un train qui passe.
À ces mots, Blanche éclata de rire...
...Raymond, lui, ne trouvait pas qu'il y avait matière à moquerie. Il plia le journal devant lui.
- Moi aussi, Charlot, je trouve parfois que les mots font de très jolies images.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
jeunejanejeunejane   27 juillet 2018
On ne parle pas de la folie sur le ton dont on parlerait d'une vie en quête de bonheur. Car c'est bien ce dont je veux parler ici, une forme de folie. Il n'y aura ni complaisance ni facilité. Quand un être malade remorque sa famille dans son pitoyable voyage au bout de lui-même, volontairement ou non, il ne peut y avoir de compromis.
Commenter  J’apprécie          260
Calliope2017Calliope2017   24 décembre 2017
L'univers de Charlotte gravitait autour de ces deux pôles : sa famille et Gertrude. Avec en prime, comme allant de soi, les médecins qui venaient régulièrement chez elle. Ils étaient, à leur façon, une constance dans sa vie d'enfant, et il arrivait que Charlotte pense à eux comme à une entité de la famille.
Commenter  J’apprécie          20
MarigoldMarigold   13 mai 2017
Son père et sa mère, tout nus, l'un contre l'autre... C'était impensable.
Et si c'était si bien que cela, faire des bébés, pourquoi n'y avait-il que deux enfants chez les Deblois?
Charlotte se mit donc en tête d'épier ses parents. Il devait bien y avoir des indices lui permettant de vérifier si Adèle Simard disait vrai. p.430
Commenter  J’apprécie          10
MarigoldMarigold   13 mai 2017
En une fraction de seconde, elle avait compris qu'elle était en train de vivre l'instant le plus merveilleux de sa vie, qu'elle était faite pour être mère et que tout le reste, les études, la carrière et même les gens autour d'elle n'avaient plus qu'une importance relative. p.501
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Louise Tremblay-d'Essiambre (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Louise Tremblay-d'Essiambre
Louise Tremblay d'Essiambre nous parle du troisième et dernier tome de la magnifique saga "L'amour au temps d'une guerre".
autres livres classés : hypocondriaqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

.. ..