AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Jean Rosenthal (Traducteur)
EAN : 9782351780299
296 pages
Gallmeister (15/10/2009)
3.71/5   231 notes
Résumé :
Jonathan Hemlock, le génial alpiniste collectionneur d'art, est de retour. Celui qui trouve les moyens d'assouvir sa passion en exécutant des assassinats pour le compte d'une mystérieuse organisation secrète reprend du service.

Alors qu'il voyage en Angleterre, Hemlock se voit contraint de remplacer un agent des services secrets britanniques assassiné d'une manière atroce et bizarre. Sa mission consiste à récupérer des films compromettant de hauts dig... >Voir plus
Que lire après L'expertVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,71

sur 231 notes
5
3 avis
4
21 avis
3
10 avis
2
1 avis
1
0 avis
L'on connait tous JR, un peu moins JH.
Jonathan Hemlock, le retour.
Enfin en ce qui me concerne.
Agréablement appréhendé dans La Sanction, le bougre vient récidiver pour le plus grand plaisir de moi-même.
Oui, j'aime être dans le partage.

Point de départ, un agent retrouvé empalé.
Littéralement.
Un tardif, mais néamoins sincère, ouille ça pique m'apparait de circonstance.
Jonathan, on ne peut plus pointu dans son domaine, se voit logiquement missionné par une direction chatouilleuse du colon, histoire d'aller titiller du malfrat.
D'autant que lesdits sacripants, avec leurs hobbies déviants trouvant un large écho au sein de l'establishment anglais, pourraient bien faire vaciller le royaume et possiblement faire claquer du fessier une Reine mère à la santé déjà bien fragile.

Jonathan Hemlock doit vénérer Aznavour.
Mes amis, mes amours, mes emmerdes.
Focalisons sur les deux derniers points puisqu'ils se taillent ici la part de Clarence.

J'aime Trevanian pour son style classieux mâtiné d'humour, sa rythmique narrative au cordeau et sa subtile humilité là où un 007 en ferait des caisses sans jamais les lâcher -plaisir d'offrir, connaît pas- rendant alors la plausibilité du récit un chouïa plus délicate à se fader.

L'expert fait montre d'une élégance folle en déroulant un scénario parfaitement élaboré, le tout à un train de sénateur, version première classe et open bar, siou'plaît, et parvient même à tisser une romance sans que le sac à vomi ne soit de rigueur.

Ce que je sais, c'est que j'ai adoré ces retrouvailles.
Ce que je sais, itou, c'est ce futur plaisir déjà promis en ouvrant Shibumi.
Commenter  J’apprécie          426
En refermant L'expert – traduit par Jean Rosenthal – j'arrive presque au bout des romans de Trevanian, et j'ai toujours le même plaisir à lire cette écriture légère et dynamique. Et même si j'ai davantage préféré La sanction, premier opus des aventures de l'agent Jonathan Hemlock, L'expert a parfaitement fait son job de parfait pageturner pour s'évader de la morosité du confinement.

Rangé de l'alpinisme et des montagnes alpines, Jonathan est désormais à Londres où ses talents d'expertise artistique vont être mis à contribution par les services spéciaux anglais pour éliminer une société secrète dangereuse pour la couronne. de club aristocrate privé en boîte à parties fines, des bouges d'artiste de Covent Garden aux lustres de la National Gallery, de la campagne du nord de Londres aux docks de Bristol, Hemlock ne va pas cesser de courir, sans toutefois oublier 2-3 nuits réparatrices auprès d'une attirante irlandaise…

C'est rythmé, noir et violent, glauque parfois, ironique et détaché souvent, avec quelques coups bas délicieux balancés ci-et-là à nos amis british. Moitié Bond, moitié Lupin et moitié Templar (oui, je sais…), Hemlock est un parfait gentleman-spy, pas toujours crédible, mais tellement attachant qu'on lui pardonne beaucoup.
Commenter  J’apprécie          380
Il s'agit de la suite de la sanction, un roman mettant en scène un amateur d'art qui travaille pour les services secrets à l'occasion afin d'assouvir sa passion des tableaux de maître.
J'apprécie la plume de TREVANIAN et son roman la sanction m'a beaucoup plu. Aussi, qu'elle ne fût pas ma déception à la lecture de l'expert. Ça parle, ça parle, peu d'action, un héros bien terne par rapport à mon souvenir. Pourtant le méchant en face n'est pas un enfant de choeur mais là aussi, ça ne va pas, la fin se règle vite fait bien fait, et voilà c'est fini.
J'avoue ma déception, heureusement il me reste encore d'autres romans à découvrir.
Commenter  J’apprécie          341
De Trevanian, j'avais beaucoup aimé Shibumi. Et c'est le même sentiment de pur plaisir et déconnexion totale qui a accompagné ma lecture de L'expert.
Jonathan Hemlock, émérite universitaire critique d'art, est accessoirement assassin retraité des services secrets américains. On le devine un peu sur le retour, fatigué du monde de l'espionnage. Avec ma déveine habituelle, je n'ai compris qu'a postériori que le Dr Hemlock faisait ici sa deuxième apparition dans l'oeuvre de Trévanian, après La sanction. Cela n'est pas trop gênant, mais je pense que j'aurai préféré lire les romans dans l'ordre chronologique car quelques allusions au passé du personnage m'ont donné le sentiment d'avoir loupé un épisode.
En déplacement à Londres, Jonathan Hemlock se trouve malgré lui mêlé à une sombre histoire mettant en jeu : les services secrets britanniques, un club exclusif proposant des services plus ou moins légaux, un meurtre sordide et spectaculaire, le tout parsemé de références savoureuses à l'art contemporain et au milieu de l'espionnage. La description du cadre du roman est cruelle mais drôle et talentueuse.
De cette lecture j'ai adoré l'atmosphère très particulière. Cela foisonne de personnages croqués en quelques traits mais qui acquièrent, bizarrement, une réalité tangible alors qu'ils ne sont pas toujours très crédibles. Qui eût cru que je puisse trouver un intérêt à un personnage tel que MacTain, voleur de génie à l'odeur pestilentielle ? Maligne aussi, est l'intrigue: Hemlock est réquisitionné par un groupe d'espions anglais à l'efficacité... disons que la grande Albion perd quelque peu de sa superbe. Il va devoir manoeuvrer afin de récupérer de compromettants documents et pour cela affronter de bien retors adversaires.
Dans ce récit très cynique, l'humour bien présent en début d'intrigue s'estompe pour devenir noirceur en fin de roman. .
Malgré cette noirceur, cette lecture m'a permis de bien déconnecter de l'ambiance anxiogène actuelle. Toute une réussite.


Commenter  J’apprécie          150

Un livre écrit dans les années 70 mais avec des cotés très modernes. D'un côté l'hôtel Anglais n'a pas de toilette dans toutes les chambres, de l'autre côté, certaines pages m'ont fait pensé à certaines idées que l'on a pu lire pendant la crise du coronavirus.

Il y a des passages drôles car très ironiques sur les services d'espionnage Anglais et Américains. Mais la trame du roman est noire, très noire et il faut avoir le coeur bien accroché à certains endroits.

C'est un excellent roman qui tient en haleine. Par contre après l'ensemble de ces horreurs, je vais mettre en pause mes lectures de polar pour un temps… J'ai eu ma dose de souffrance pour ce trimestre.

Commenter  J’apprécie          210

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
C'était un club typique : une bonne adresse pour déjeuner avec une salle à manger vaste et confortable où le linge de table était aussi guindé que la conversation et où l'on était servi par des serveuses à l'air de grand-mère au teint couleur de pudding du Yorkshire. Le vin en carafe y était convenable, et il y avait de lourds et profonds fauteuils de cuir dans le salon pour prendre café et cognac, et pour être vu bavardant avec des gens qui voulaient être vus bavardant avec vous. En tant qu'institution, elle était frappée de l'affliction du catholicisme anglais : ce n'était plus ce que c'était jadis. Il n'y avait tout bonnement plus l'argent nécessaire pour entretenir de pareils monuments puisque le socialisme britannique, ayant échoué dans ses tentatives de partager les richesses, s'évertuait maintenant à faire partager la pauvreté.
Commenter  J’apprécie          40
Ces jeunes avaient leurs qualités. Ils étaient, à n'en pas douter, plus satisfaits de leur sort que sa propre génération accro à la réussite. Et ils étaient plus en paix avec la vie, plus conscients des problèmes écologiques, plus écoeurés par la guerre, plus ouverts aux problèmes sociaux.
Morveux inutiles.
Commenter  J’apprécie          100
-Je vois. Vous êtes toujours dans le Service?
-Non, non. Ca fait plusieurs années maintenant que je suis sur la touche. Aujourd'hui, mes activités de contre-espionnage se bornent à essayer de savoir ce que mon chauffeur raconte de moi à ma femme.
Commenter  J’apprécie          90
Mais je vois à votre air lointain que vous ne vous intéressez pas exagérément à ces élections.
- Il est difficile de s'exciter quand on a le choix entre un imbécile et une crapule.
Commenter  J’apprécie          90
- Nous discutions en fait du mythe de l'orgasme vaginal. (Mrs Farquahar se tourne vers Jonathan) Quelle est votre opinion là-dessus, docteur Hemlock ?
- En tant que critique d'art ?
- En tant qu'alpiniste, si vous préférez.
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Trevanian (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Trevanian
Libraire au Rayon Polar, Annaïk vous présente trois idées de lectures, de cadeaux, trois indispensables !
Voici les polars qu'elle vous invite à découvrir :
En poche, le nouveau Paul Cleave fraîchement sorti en poche, "Cauchemar" le Livre de Poche https://www.librairiedialogues.fr/livre/17467734-cauchemar-paul-cleave-le-livre-de-poche le coup de foudre de l'année d'Annaïk... "Entre fauves" de Colin Niel aux Éditions du Rouergue https://www.librairiedialogues.fr/livre/17021103-entre-fauves-colin-niel-le-rouergue Une belle édition d'un classique, "Shibumi" de Trevanian aux Éditions Gallmeister https://www.librairiedialogues.fr/livre/17267987-shibumi-trevanian-editions-gallmeister
Et pour nous suivre, c'est là : INSTA : https://www.instagram.com/librairiedialogues FACEBOOK : https://www.facebook.com/librairie.dialogues/ TWITTER : https://twitter.com/Dialogues
À bientôt !
+ Lire la suite
autres livres classés : espionnageVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (439) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2797 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..