AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070360482
544 pages
Éditeur : Gallimard (09/06/1972)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 52 notes)
Résumé :
Le Cheval blanc
Précédé de Préface à une «Vie de Michel Vigaud»

" C'était plein de monde dans la rue, un quadrille qui se déroulait entre le Dôme, la Rotonde, la Coupole.
- Qu'est-ce que vous avez à me dire, Elisabeth ?
Elisabeth marchait un peu derrière lui, il faisait de si grands pas. Comme elle ne répondait pas, il s'arrêta :
- Alors ?
- Je vous aime, dit-elle le plus naturellement du monde.
Ils marchèrent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
VALENTYNE
  07 septembre 2015
Né au début du XXe siècle, Michel Vigaud est adolescent pendant la première guerre mondiale.
Il vit seul avec sa mère, ils sont parfois riches, parfois pauvres : ancienne cantatrice, celle-ci joue au casino pour assurer sa subsistance et celle de son fils …ils voyagent dans toute l'Europe … Michel restera incapable de se fixer presque toute sa vie. Sa mère traîne sa douleur d'un chagrin d'amour disparu.
Est-ce à cause de cette enfance bohème, de l'absence d'un père ou d'un trop grand attachement à sa mère? mais Michel a du mal à faire des projets et à aimer ses contemporains.
À 16 ans, il s'engage comme matelot sur un bateau et part faire le tour du monde. Il reviendra quelques années plus tard…. trop tard pour faire un dernier adieu à sa mère.
.
Très jeune Michel vit au jour le jour, ayant pour seules possessions les vêtements qu'il a sur le dos. Il rencontre des gens qui veulent l'aider mais il ne s'attache pas et repart vite à l'aventure. Il cherche l'amour sans le trouver, il fuit quand ses maîtresses deviennent trop pressantes ou quand ses amis lui en demandent trop.
L'entre-deux-guerres est pour lui trop calme, il a besoin de frissons et deviendra pilote dans l'aviation balbutiante, partira en Afrique puis aux Etats-Unis. Il est beau et charismatique…. il pourrait devenir acteur … Mais il ne saisit pas les propositions qu'on lui fait. En fait, il voudrait être un chevalier, un héros, en quelques mots, il voudrait « sauver le monde sur son cheval blanc ».
Michel est intelligent mais indécis, il est formidablement doué (en musique, au piano) mais il se sent enfermé dans sa vie alors il fuit….
Il finit par découvrir l'amour avec Élisabeth mais ce grand séducteur ennuie sa belle : il est beau, vif, mais si peu cultivé…
En conclusion : Michel est toujours attachant surtout quand il est jeune et parfois un peu énervant quand on voit son manque de maturité lorsqu'il fête ses 30 ans……un beau portrait d'un jeune homme puis d'un homme qui se cherche ….Sans réellement parvenir à vivre….
Vers la moitié du livre, j'ai ressenti un peu de lassitude dans cette fuite en avant de Michel et puis les personnages ont recommencé à m'intéresser.
https://lajumentverte.wordpress.com/2015/09/05/le-cheval-blanc-elsa-triolet/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          81
boreale
  06 mars 2017
je l'ai acheté suite à un téléfilm vu sur je-ne-sais-plus-quelle-chaîne cet été et dont le nom m'a échappé, mais bref : ça se passait pendant la guerre d'algérie et l'une des héroïnes offrait ce livre à son amoureux , ce qui m'a rendu curieuse. BREF BREF BREF . Je ne me souviens plus précisément ( ma lecture date un peu ... ) mais je sais que dans l'ensemble j'ai vraiment aimé ce bouquin (et... rien à voir mais : j'ai vraiment galéré pour en trouver un exemplaire ... j'ai dû me tourner vers le marché de l'occasion et j'ai tâché de choisir celui qui était le moins abimé ... pas simple ... je ne comprends pas pourquoi certains bouquins de qualité ne sont plus édités...).
Commenter  J’apprécie          158
DonaSwann
  01 avril 2016
Michel Vigaud a toujours été libre, vivant seul avec une mère un peu dissolue. Ses fugues sont de plus en plus longues, jusqu'à sa première disparition. A la mort de sa mère, toutes ses entraves disparaissent. Commence alors une sorte de road movie chez les bourgeois (même si l'auteur fait des efforts pathétiques pour l'encanailler ici et là).
Michel s'installe chez une serveuse, un musicien, des bourgeois, puis des bourgeois, encore des bourgeois, est pianiste, homme à tout faire, contrebandier, parasite, se fait aimer facilement par sa docilité et sa capacité à se fondre, se fait entretenir aussi, puis disparaît sans aucune considération de gratitude ni d'affection, souvent sans même prévenir... On se tue pour lui, on perd de l'argent, un ami, mais cela n'arrête pas sa course folle.
Mais un jour, il aperçoit une femme tout à fait magnifique, Elisabeth Krüger, et il va connaître la douleur d'un amour inquiet...
L'élément modificateur que je viens d'énoncer arrive au bon moment : ce parcours insouciant d'un personnage égoïste et dépendant de la bonne volonté d'autrui commençait à sérieusement m'agacer. Cependant, il semble avoir été fait pour la forme.
Sans la ferme résolution de lire un roman d'Elsa Triolet (idéologie féministe, quand tu nous obliges à connaître les compagnes artistes d'artistes mâles célèbres !...), j'aurais sans doute déclaré forfait. Il y a par ailleurs en quatrième de couverture la chaleureuse recommandation suivante, d'Albert Camus : "On quitte ce livre avec l'impression d'un feu d'artifice ininterrompu, d'une étonnante prodigalité des dons." On imagine peu Camus donner dans la rhubarbe et le séné, et on s'accroche donc.
A la fin de cette lecture, je pense que Camus faisait plutôt allusion à la prodigalité des dons du héros, Michel. Ce roman me paraît également illustrer quelque chose l'existentialisme, un peu à la manière de Sartre dans Huis-Clos : on ne pourra dire qu'à la fin qui était Michel Vigaud. Pour les poires éblouies qui l'accueillent et l'entretiennent, il est une sorte de chevalier à la recherche d'une cause, pour le lecteur... et bientôt pour Elisabeth Krüger, il est une sorte de parasite qui gaspille ses dons, un gigolo qui s'ignore.
Ce n'est pas un très mauvais livre. du tout. La multiplicité des points de vue de narration, inattendue dans un roman existentialiste, rend les approches plus variées ; Elsa Triolet sait également ménager son suspens et créer de gros effets de surprise. Mais il a quand même cent à cent cinquante pages de trop : Triolet délaie son propos et se complaît dans la mise en place de détails secondaires dans des dialogues utilitaires, à la Malraux, ce que je déteste absolument.
Lien : http://aufildesimages.canalb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Chasto
  12 mai 2018
Fuites en avant et inconstances se bousculent dans les rêves d'un ailleurs toujours meilleur au yeux de la veille et de ces futurs pas encore nés.
Chacun de nous a eu, un jour, ce cheval blanc à ses côtés.
De partitions en légèreté de paroles, les destins se font et s'effacent aux carillons de nos instants perdus que ces lignes nous rappellent.
A lire ou relire avec réflexion de ces moments qui, peut être ont été trop fugaces en leur temps.
Commenter  J’apprécie          50
sweetie
  13 mars 2014
Un roman d'atmosphère qui a obtenu des voix pour le prix Goncourt lors de sa sortie en 1943. Héroïsme et bohême dans le Paris des années 20 à 40.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
VALENTYNEVALENTYNE   07 septembre 2015
Monsieur Leclerc se versait du Pelure d’Oignon :
« Ce petit vin est excellent….Oh ! pardon, je ne vous ai pas servi ! …Pas à moi…je veux dire, il ne m’arrive rien que je n’aie prévu. J’ai été trop vieux pour faire la guerre, mon fils était trop jeune… Vous me direz que nous avons eu de la chance. Possible ! mais nous en avons eu… Quels sont, par exemple, vos projets d’avenir à vous, Vigaud ?… »

Michel reste silencieux. Francine le regardait intensément ; André jouait avec son verre : les projets de Michel !
« Je n’ai pas de projet », finit par dire Michel. Il semblait réfléchir, André le trouvait énervant, pourquoi se donne-t- il cet air de réflexion quand il sait pertinemment qu’il n’a aucun projet ? C’est le propre de Michel de ne pas avoir de projets. « Je n’ai pas de projets, parce que…. » comme ça, Michel… Ah tout de même, il l’avoue !
« Parce que ? » Monsieur Leclerc, attentif, lève les yeux de sa côtelette.
« Parce que je ne peux jamais me libérer de l’idée de la fragilité de toute chose… L’homme propose et Dieu dispose… Dieu, si l’on veut…. tout ne tient qu’à un fil. Tout cet édifice humain, vous savez…. les lois, les croyances. Ces murs ….La maison d’en face…La ville… je ne sais pas si je m’explique clairement…

« Pas très… » Monsieur Leclerc était pourtant resté sérieux et attentif. Il y eut un silence (page 135)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
DonaSwannDonaSwann   01 avril 2016
"Michel, disait la voix de Stanislas, est un héros qui s'ignore comme il ignore ce que c'est que l'héroïsme de nos jours. Est-ce qu'il vous a jamais parlé de ses rêves d'enfance ? De la Belle aux tresses blondes qu'il sauvait d'un monstre, du peuple qu'il libérait, etc.? Non ? (...) Il ne sait pas que le peuple est encore à délivrer, il ne sait pas que, s'il veut risquer sa vie dans des combats dangereux et glorieux, eh bien, l'occasion s'en présentera demain, après-midi. Mais encore faudrait-il qu'il ne vive pas en dehors du temps en marche, qu'il ne s’accroche pas à son cheval blanc et à sa cotte de mailles ! Il ne sait pas que le légende d'aujourd'hui, c'est lui !
- En somme - c'était la voix d’Élisabeth - ce que vous conseillez à ce fainéant, c'est de prendre conscience du monde réel... Son monde est plus réel que le vôtre, je vous assure... Vous êtes un poète, lui, une poule de luxe..."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
HelenkerrHelenkerr   29 mars 2013
On y tient à sa petite vie, on ne veut surtout pas la mettre en danger, on est prudent et timoré, et précautionneux. Il s'agit bien de risquer sa vie quand on ne veut même pas risquer d'attraper un rhume. Quelle chiennerie ! Si bien que, quand on n'a pas peur du définitif : du plus jamais, du pour toujours, on ne trouve personne avec qui jouer. Et pourtant, tous ces gens, calfeutrés dans leur vie humaine, il pourrait leur arriver des choses monstrueuses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
DonaSwannDonaSwann   01 avril 2016
Ne vous emballez pas comme ça, voyons ! Vous parlez comme quelqu'un qui n'a jamais aimé, vous n'êtes qu'un gosse... Essayez donc d'imaginer que toutes vos pensées sont concentrées sur un seul être, que cet être possède seul le pouvoir de vous rendre heureux, ou plutôt de vous enlever le malheur... Eh bien, on espère... Quand il dit : chérie, on croit entendre une intonation qui vous fait espérer, il aura un regard qu'on soupçonnera d'être tendre... On se dit que peut-être il cache son amour par orgueil, ou qu'il n'a pas aimé d'abord et qu'il aime maintenant, ou qu'il aimera demain... On a l'oreille si tendue, qu'on pense discerner derrière ce qu'il dit, dans n'importe quelle phrase banale, un abîme de sens caché... Et puis il dit brusquement une chose qui ne permet plus le doute, et le château de cartes s'écroule... Alors c'est le désespoir... Et comme lui n'a jamais changé, il ne comprend rien à l'espoir, ni au désespoir, et pourquoi on le trouve tantôt charmant, tantôt mufle...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VALENTYNEVALENTYNE   22 septembre 2015
Tu es une chic fille mais…
– Mais ?
Hélène était suspendue aux lèvres de Michel, à ces lèvres dont elle avait vainement essayé de saisir la fossette des coins. Ils étaient assis sur un gros rocher tendu du velours vert d’une mousse épaisse, sous les grands arbres aux troncs roulés dans ce même velours vert, avec les branches couvertes de petites feuilles tendres….

– …mais je n’ai pas d’argent ! j’ai dépensé mes derniers sous pour les deux chemises que j’ai achetées hier à Fontainebleau…
– Si tu n’avais pas absolument tenu à nous louer pour la journée cette stupide voiture d’enfant à deux roues….
– Il n’était pas gentil le petit poney ?
– C’est le plus gentil et le plus petit poney que j’ai jamais vu. C’est une honte de se faire traîner à deux par un cheval de la taille d’un chien ….ça t’a coûté deux cents francs.
– C’est ce que je dis …Entre le poney et les chemises, je n’ai plus le rond. Tu sais, ils sont forts ces poneys écossais, il ne faut pas croire qu’il a peiné pour nous traîner….
– Tu me préfères le poney….
– Je te préfère avec le poney…. Hélène ! dis-moi de m’en aller ! tu ne voudrais pas vivre avec un homme entretenu……
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Elsa Triolet (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elsa Triolet
Elsa Triolet et Louis Aragon
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3821 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre