AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782020069991
438 pages
Éditeur : Seuil (01/11/1984)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 51 notes)
Résumé :
Un homme jeune et intelligent, Jonathan Varlet, cherche à se définir une identité propre au sein d'un monde instable. Abandonné alors qu'il était enfant, il tentera tout d'abord de créer un personnage à la mesure de son ambition en signant l'oeuvre d'un ami consentant, l'écrivain Pumpermaker. Son charisme lui permettra d'obtenir le Prix Nobel. Mais un esprit en quête de soi n'est pas assouvi par un succès fondé sur la fiction. C'est en s'engageant personnellement co... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
cicou45
  19 mai 2011
Jonathan Absalon Varlet est un jeune anglais à la fois brillant et intelligent mais qui est en quête d'identité. L'histoire se déroule dans un monde relativement instable, à savoir au cours des années qui précèdent la Seconde Guerre mondiale. Jonathan fait alors la connaissance de Cyril Pumpaker, un jeune homme assez étrange qui vient d'achever son premier roman mais qui, pour se protéger et pour échapper au monde cruel des médial, accepte que Jonathan fasse publier le livre pour son propre compte mais sous le pseudonyme de Chesterfield. Très vite, le charisme, l'habileté et l'intelligence de Varlet poussent le nom de Chesterfield au sommet de la gloire. Pourtant, cette reconnaissance qu'on lui attribue (alors qu'il ne la mérite pas puisqu'il n'est pas l'auteur du roman mais simplement son médiateur) ne comble pas Jonathan puisque ce dernier est toujours en quête de sa propre identité. Qui est-il réellement ? C'est en s'engageant dans les rangs républicains pendant la guerre d'Espagne, et ce, afin de vaincre les forces hitlériennes, que Jonathan trouvera réellement sa voie. En se rendant compte qu'il n'est en fait rien d'autre qu'un être fait de chair et de sang, il réalisera à quel point la vie est précieuse !
Magnifique roman de Frédérick Tristan qui m'a ému au plus haut point. L'écriture est envoûtante et le lecteur ne se lasse pas une seule seconde. S'appuyant à la fois sur les réflexions philosophiques telles que la condition humaine, la recherche de sa propre identité pour enfin arriver à se connaître soi-même... et sur des faits historiques, l'auteur nous livre ici un véritable chef-d'oeuvre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
pikkupaa
  19 avril 2014
Voilà un livre impressionnant. Dense et envoûtant, multiple.
On y entre comme dans un conte Faustien, avec ce pacte entre le charme incarné et le fragile misanthrope, dans un style délicatement anglais. On assiste à la monté d'un incroyable succès littéraire dont on attend dubitatif, le revers dramatique... Celui-ci finit par apparaître, mais pas de la façon à laquelle nous pourrions nous y attendre, et nous voilà propulsé dans les prémices d'un drame historique, et dans un roman d'autant plus profond et engagé. Ce livre se dévore... jusqu'à un certain point.
La grandiloquence et les désirs d'érudition qu'il porte et qui participent finalement autant au fond qu'à la forme de l'ouvrage, finissent par peser un peu lourd malgré une écriture parfaitement maîtrisée. Un roman en tous cas dont on sort imprégné des remous crasses d'une époque à la folie grandissante, et touché par des personnages forts et nobles.
Commenter  J’apprécie          50
VIRGINIE34
  04 septembre 2016
"Les égarés" propose de suivre les parcours parallèles de deux jeunes gens à l'approche de la Seconde Guerre Mondiale. Deux jeunes qui tentent de découvrir qui ils sont alors que le monde autour d'eux sombre inexorablement, remettant en cause toutes les valeurs d'une époque.
L'écriture très travaillée de Frédérick Tristan entremêle les intrigues mais parvient à captiver le lecteur tout au long du roman, et invite à réfléchir aux questions de l'identité, de la place de l'homme dans la société, de son rôle dans son époque.
Une très belle réussite, un souvenir de lecture intense.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
pikkupaapikkupaa   18 janvier 2014
[...] Cher monsieur Chesterfield, commença- t-il, je ne suis pas certain d'être un homme dont on puisse se faire un ami. Un comparse, il se peut; mais un ami !
D'ailleurs, vous sentez vous-même combien notre rencontre participe d'une volonté qui, en aucun cas, ne peut être assimilée à ce que les ignorants appellent le hasard. Aussi, vous conseillerais-je vivement de vous méfier. Les machinations ont de longs bras vous savez....
-Oh! Répondis-je, voilà qu'en cet hôtel de la fin des terres et _ pourquoi pas_ de la fin des temps, le bon Faustus reçoit la visite du mauvais ange ! Amusant, ne trouvez-vous pas ? J'étais venu pour fuir je ne sais quoi ou pour rencontrer je ne sais qui, et il me semble que votre blanche apparition aura, du moins, le mérite non de me distraire mais de m'intriguer. Quant au piège, il y a longtemps déjà qu'il s'est refermé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
aimeryjoesselaimeryjoessel   08 juillet 2018
C’est cela. Qu’aurions-nous le droit d’exiger de plus? Nous sommes comme des fétus que le torrent emporte mais restera notre regard, même lorsque nos yeux se seront fermés. Le regard de l’homme sur le monde, Jonathan, c’est cela qui n’est pas absurde, le monde serait-il cent plus insensé. C’est un mélange de tristesse et de révolte, de peur et de courage, de lucidité et de folie, mais c’est le seul regard dans tout l’univers qui n’accepte pas sa mort. Il sait que la terre se refroidira, que les étoiles tomberont, que le soleil éclatera et qu’il n’est rien de durable, mais il affirme qu’il est ailleurs une autre durée, une autre terre, d’autres étoiles, un autre soleil qui, eux, sont éternels. C’est ce regard naïf et prodigieux de l’homme qui ordonne le chaos, l’ensemence, l’engrosse et le fait accoucher de l’esprit — rare oiseau de feu tout grelottant de froid dans le cachot où nos contemporains le dédaignent, les malheureux! Sans ce regard, l’homme se fait esclave de la mort. Sans ce regard, notre temps est condamné à périr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aimeryjoesselaimeryjoessel   20 juillet 2018
Il n’y a plus de pensée pure et c’est pourquoi il n’y a plus de cause juste. On nous a même retiré le droit de nous battre pour une vérité. Cependant, il faut choisir. Et qui choisir? Le parti des plus innocents, même si derrière leur petite façade se cachent les plus redoutables hypocrisies. Nous n’avons plus le temps de distinguer les nuances de peur de nous condamner à l’impuissance. — Écoutez, dis-je, pourquoi faudrait-il choisir entre le communisme et le fascisme, lorsqu’ils sont tous les deux au service d’une abstraction dont les hommes sont les jouets? Il y a là une idée d’ordre qui va à l’encontre de l’être humain, parce que l’être humain connaît sa liberté dans le droit à se tromper, puis à renverser son erreur et à se grandir par l’épreuve. Tout au contraire, les totalitarismes sont des erreurs que nul n’a le droit de renverser et qui nient de s’être jamais trompées! Ils reposent sur la toute-puissance de l’anonymat que l’on affuble du nom de collectif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
aimeryjoesselaimeryjoessel   20 juillet 2018
Parce que la virginité est précieuse mais elle doit enfanter — sinon elle est comme une terre frappée de stérilité. Ce sont deux vers de Silésius et c’est justement cela que Bœhme a confié à la philosophie occidentale et qu’elle n’a pas entendu. La pureté n’a d’autres sens que la création. Or, nous gens de ce siècle torturé, nous avons égaré jusqu’au désir de cette pureté élémentaire sans laquelle il n’est pas de création possible, ni de sens! Nous nous sommes égarés dans les croyances et avons perdu la foi! Nous nous sommes changés en mécaniciens et ne comprenons plus que les méthodes. Nous inventons et ne créons plus. La prostituée de Babylone a tendu sa coupe d’insane vers nous et nous y avons bu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SBysSBys   22 août 2014
Là, dans cette chambre d'un petit hôtel de Londres, je le voyais enfin comme il était vraiment, ni Chesterfield, ni Sprague, ni même Varlet, tout semblable à cet homme sans visage que j'avais décris dans mon livre: démuni, seul, en proie à quelque malédiction qui, au lieu de l'abaisser, le grandissait.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Frédérick Tristan (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédérick Tristan
Né en 1931 dans les Ardennes, sous le nom de Jean-Paul Baron, Frédérick Tristan, auteur de plus de trente livres en soixante ans d'écriture, aime brouiller les pistes. Comme Fernando Pessoa, il a créé des hétéronymes qui écrivent à sa place, dont celui de Danielle Serréra, jeune poétesse suicidée à 17 ans. En 1983 il obtient le prix Goncourt avec « Les Égarés ». Membre éminent du courant littéraire de la Nouvelle Fiction identifié par Jean-Luc Moreau, il a notamment publié « le Dernier des hommes » (1993), « L'Énigme du Vatican » (1995), « Stéphanie Phanistée » (1997), ainsi que des romans policiers sous le nom de Mary London. En 2000, il reçoit le Grand Prix de littérature de la Société des Gens de Lettres pour l'ensemble de son oeuvre, rééditée par Fayard depuis 1997. Il a publié ses mémoires en 2010 : « Réfugié de nulle part » (Fayard, 470 p.).
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2320 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre