AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782757842775
800 pages
Éditeur : Points (22/05/2014)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 65 notes)
Résumé :
Le Docteur Thorne, qui a valu à Anthony Trollope son plus grand succès, constitue (en 1858) l’une des premières apparitions dans le roman anglais du personnage du médecin, appelé à un bel avenir littéraire. Les rapports entre le mariage et l’argent, dans une société inégalitaire mais mobile, sont au cœur d’une intrigue attachante. Le docteur Thorne, célibataire endurci, a recueilli chez lui sa nièce Mary, orpheline, qui est devenue une belle jeune fille. Il souffre ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
iris29
  26 janvier 2018
Le docteur Thorne a recueilli Mary, sa nièce , bébé , et lui a toujours caché les conditions de sa naissance .
Elevée dans la promiscuité des enfants de la respectable famille Gresham , avec lesquels , elle a partagé salle de classe et jeux , on peut donc dire qu'elle a reçu une éducation parfaite . Et c'est tout naturellement que le fils Gresham et elle, sont tombés amoureux.
Mais c'est une idylle que la mère du jeune homme , et toute la bonne société , ne voit pas d'un bon oeil , car Mary est de "naissance obscure" et sans le sou . Quand à Frank , afin de sauver le domaine familial ( comme on ne cesse subtilement de le lui répéter...) , il devra épouser "une fortune"...
Comédie de moeurs aux multiples portraits , ce roman souffre de quelques longueurs (dues à son grand âge ! ) , mais reste savoureux par la plume satirique de son auteur .
Quarante ans séparent Anthony Trollope ( 1815/1882), de Jane Austen (1775/1817) et cela se sent à d'infimes détails .
A partir du même décor ( la campagne anglaise du 19° siècle ) , et d'une intrigue (grosso-modo) similaire (le mariage ) , l'auteur adoptera un angle de traitement différent ; et cela tient aussi au sexe respectifs des auteurs .
Jane Austen dénonçait la position précaires des femmes.
L'aspect romantique est plus présent dans ses romans , plus exacerbé. Elle s'attache également plus à la description des toilettes de ces dames et de leurs physiques .
Anthony Trollope 's'en tamponne " un peu du physique et des toilettes ...
Lui , ce qu'il aime c'est l'humour et les affaires d'argent .
A travers son personnage du docteur Thorne, il nous invite à juger les gens sur ce qu'ils sont, ce qu'ils ont dans le cœur plutôt que sur leur fortune personnelle et leur acte de naissance ...
Sous couvert d'humour , il s'avère être un auteur d'une rare modestie : prenant à partie le lecteur, s'excusant par avance de sa méconnaissance au niveau des lois ( quand il met en scène des avocats et avoués), de sa façon de narrer un premier chapitre (qui démarre trop lentement ...) , nous prévenant qu'on a le droit de préférer à son héros, le Docteur Thorne, le jeune Franck, plus beau garçon ... Cet auteur nous fait sourire , fait de nous ses complices , là où d'autres auteurs font de nous, des spectateurs muets et passifs ... C'est une écriture très moderne .
Quand il raconte la rivalité entre médecins, il nous prévient que Molière aurait fait mieux que lui ...
Monsieur Trollope regarde le monde changer et nous invite à le regarder avec lui : le jeune Frank ne voit pas de honte à prendre "un vrai boulot " plutôt que de vivre en rentier .
[ " Mais si le monde change, il faut changer avec. On ne peut pas aller contre le monde ". ]
Je continuerai à explorer l'oeuvre de Monsieur Trollope, et j'ai du boulot , on parle d'une trentaine de romans sur babelio ...
- Même pas peur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          439
MarieLywood
  12 avril 2020
Encore une belle découverte que ce pavé d'Anthony Trollope qui me permet de faire un peu plus connaissance avec les romans de l'époque victorienne tout en variant les auteurs et les styles. Je suis surprise qu'il soit si peu connu en France malgré la qualité de son écriture.
J'ai aimé qu'il se positionne en tant qu'observateur de l'histoire qu'il nous raconte et qu'il
parle en aparté au lecteur pour commenter les faits et les pensées des personnages. Il prend ainsi du recul sur son rôle de narrateur en avouant les faiblesses de ses connaissances quant à certains aspects de l'histoire.
Tous les personnages sont présentés avec beaucoup de bonté et d'indulgence pour leurs travers mais également avec une bonne dose d'humour. Point d'arrogance ni de jugement chez Trollope. Chacun agit selon ses convictions et l'auteur tente de les justifier, nous permettant ainsi d'éprouver de la sympathie pour tous. Les personnages sont nombreux et variés. Trollope les décrit de manière succinct. Il va à l'essentiel et ne s'encombre pas des détails physiques ni de toilettes. Ce qui lui importe ce sont les caractères, les pensées et les agissement de chacun. Pour cela, de nombreux dialogues sont notamment présents entre les différents protagonistes rendant la lecture facile malgré quelques longueurs.
L'histoire est assez simple et je suis très rapidement rentrée dedans. L'intrigue peut se résumer en quelques lignes et je laisse donc au lecteur le plaisir de la découverte. Selon moi, elle est plus un prétexte à une étude de la nature humaine et de la société très bien faite par Trollope. Je m'attendais à quelque chose de plus brut et moins plaisant. Je suis donc agréablement surprise par cet auteur dont je conseille la lecture et je sais déjà que je lirai d'autres romans de lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          145
Rhodopsine
  02 mai 2017
Défi ABC 2016-2017
Frank doit épouser une fortune. Ce n'est tout de même pas difficile! et qu'il n'aille pas s'amouracher de la nièce du docteur. Une jeune fille bien élevée, certes, mais qui n'a pas de naissance. Ni de fortune d'ailleurs, pour ce que l'on en sait.
Voilà l'intrigue, tout est dit. Alors comment Anthony Trollope m'a -t il tenue 700 pages sur une trame aussi mince et prévisible? Je ne sais pas... Parce que le manoir de Greshambury est plus anglais que la plus vive des caricatures? parce que sa critique de la société est drôle et vigoureuse? parce qu'il m'a baladée par monts et par vaux ? parce que ce fameux docteur Thorne ne se coule pas dans le moule d'arrogance et d'incompétence de ses confrères? Parce que les demoiselles portent jolies robes, chapeaux et dentelles ? parce que la satire est féroce sans être cruelle? parce que c'est drôle du début à la fin?
Je ne sais pas vraiment... mais quel plaisir!
Commenter  J’apprécie          130
Natiora
  26 mai 2020
Je ne connaissais pas Anthony Trollope, qui est pourtant un grand auteur anglais du 19è siècle (1815-1882). Il a écrit près de 50 romans , beaucoup de nouvelles et son oeuvre se distingue surtout par deux cycles de romans : le monde provincial dans le comté imaginaire de Barset et la vie politique à Westminster.
Le docteur Thorne s'inscrit dans le premier et comme les autres romans qui le composent, il peut être lu indépendamment.
Le docteur Thorne est un médecin célibataire, qui avait un frère autrefois, son opposé. le docteur est un homme travailleur, bon, mesuré, loyal. Son frère Henry dépensait à tout va, buvait, et n'avait pas un bon fond. Il s'est entiché d'une jeune femme apprentie et l'a mise enceinte. Lorsque son frère l'a appris, il est allé dire à Henry ce qu'il en pensait mais l'altercation a mal tourné et Henry est mort. La jeune femme avait par chance un admirateur qui lui a offert un mariage et une vie de famille, à condition que ce soit sans l'enfant à naître. Et c'est ainsi que le docteur Thorne a pris sous son aile le bébé, Mary, et l'a accueilli chez lui comme sa nièce à ses 13 ans, sans que personne ne sache véritablement qui elle était.
La jeune Mary était très bien accueillie chez le squire local, un ami proche du docteur, et elle évoluait dans ce cadre et dans ce milieu sans qu'on ne marque une différence entre elle et les autres enfants. C'est auprès de Béatrice, une des filles, qu'elle a trouvé une meilleure amie. Mary est devenue une jeune femme heureuse, entourée et aimée, très proche de son oncle.
Le squire appartient à une très veille famille, avec des terres et de l'argent. Mais il n'avait pas la gestion dans le sang et a fait des mauvais choix, qui l'ont ruiné petit à petit. Il n'a plus rien à laisser à son unique fils, Frank, qui est condamné à épouser une fortune pour sauver et sa famille et leur domaine.
Il y a des chances que vous voyiez la suite de l'histore venir gros comme une maison : Frank est amoureux de Mary et compte bien faire triompher son amour. Tant pis pour le domaine, le nom, l'argent. Il peut bien travailler, prendre une ferme, peu importe tant qu'il passe le reste de sa vie aux côtés de Mary. Ce qui n'est pas du tout l'avis de sa famille !
Le docteur Thorne serait-il un roman d'amour de 761 pages ? Oui, puisque que l'histoire d'amour entre Mary et Frank est au coeur de l'intrigue. Mais (heureusement !), il n'y a pas que ça.
C'est aussi une immersion totale dans la vie provincale du début du 19è. En introduisant peu à peu ses personnages, Anthony Trollope plante bien le décor : les tories, les whigs, les élections, la place de chacun selon son rang etc. Pour le lycéen obligé de lire ces passages descriptifs ce sera sans doute barbant, mais pour celui qui aime qu'on reconstitue fidèlement le décor et l'ambiance, c'est passionnant.
Les personnages sont aussi plus intéressants les uns que les autres, premiers comme seconds rôles. Mais même s'ils ont des caractères francs, ils ont du mal à sortir de la case dans laquelle chacun doit être. Et malgré toute la considération que les membres de la famille du squire ont pour Mary, personne ne veut la faire entrer dans la famile, surtout pas Lady Arabella, la mère de Franck, qui se rend malade avec cette histoire.
La vraie originalité de ce roman, c'est le style Trollope. Je ne me souviens pas avoir rencontré ça chez les auteurs classiques : il s'adresse au lecteur et s'autorise à coucher sur le papier des pensées qui devraient à priori ne pas être intégrées au roman.
Il met par exemple en doute ses compétences sur des détails de droit, et soulève l'idée qu'il serait bon pour les auteurs d'être conseillés par un avocat unique qui les aiderait à donner des informations véridiques dans leurs romans.
Ses remarques en voix-off sont inhabituelles et c'est assez plaisant, car l'effet est que cet homme du 19è siècle nous parle directement. On a l'impression qu'il se penche au-dessus de notre épaule pour nous dire « là, vous voyez, j'ai voulu… ». Cela créé un lien très particulier entre l'auteur et le lecteur.
Et cest un coquin, car 150 pages avant la fin du roman, il fait semblant de divulgacher ! J'ai failli tomber dans le panneau.
Si je dois résumer ce roman, cela peut tenir en une phrase : « comment Frank a décidé d'épouser Mary contre l'avis de sa famille et comment le destin lui a montré qu'il a eu raison ». Mais c'est une histoire, un contexte et une écriture bien au-delà de ce simple énoncé. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce roman...
Lien : https://lejardindenatiora.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mumuboc
  08 août 2017
Alors pourquoi un coup de coeur : le ton du livre d'abord. Très moderne. L'auteur est présent dans le livre en tant qu'observateur et tout au long du récit il fait des apartés sur l'attitude de certains personnages ou situations. C'est moderne, humoristique parfois, il garde une certaine distance par rapport à eux et relatent les faits comme un journaliste. C'est très moderne et vivant.
On rentre très vite dans l'histoire (n'ayez pas peur des 500 pages) moi je l'ai dévoré car les caractères, situations même s'ils ne sont pas très originaux et sans grande surprise, sont révélateurs d'une époque dans les hièrarchies anglaises, du rang social, des hauts et bas de forturne et des amours contrariés.
C'est alerte, drôle parfois surtout quand on voit certains renversements de situation, les descriptions sont vivantes et nous sommes transportés dans le 19ème siècle.
Pourtant à voir le portrait de cet auteur on pourrait penser à une écriture austère, ennuyeuse et figée. Pas du tout. : il a une écriture des plus agréables, avec une psychologie des personnages, des situations. Il s'adresse parfois directement à nous, s'excusant parfois de ne pas totalement maîtriser certaines sujets (juridiques) et s'en excuse. Il y est question d'amour, bien sûr, mais aussi de politique, de relations familiales et d'argent.
Mais oui je vous excuse Monsieur Trollope car vous m'avez dépaysée, fait passer un délicieux moment, près de tasses de thé, de propriétés perdues dans la campagne anglaise avec des personnages attachants, irritants, ignobles, hypocrites et qui n'hésitent pas, pour certains, à retourner leurs vestes.
C'est une satyre de l'aristocratie anglaise sous un aspect léger mais lucide. Un régal.
Lien : http://mumudanslebocage.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          133

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
iris29iris29   26 janvier 2018
Le monsieur : " Eh bien, Miss..., pour en arriver à l'essentiel : me voilà devant vous, à prendre ou à laisser."
(...) Voyons , Jane, me voilà devant vous..., voyons, vous pouvez au moins répondre."
La demoiselle : " "Oui, je pense que je peux répondre."
Le monsieur : " Alors, quelle est la réponse ? Vous me prenez ou vous me laissez ?"
La demoiselle, très lentement, et d'une voix sans doute à peine audible (...) : "Eh bien, je ne tiens pas précisément à vous laisser."
Et c'est ainsi que l'affaire fut conclue - conclue avec beaucoup de décence et de satisfaction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
iris29iris29   24 janvier 2018
Bien entendu, Lady Arabella ne pouvait pas allaiter elle-même le jeune héritier. Les ladies Arabella ne peuvent jamais faire cela. Elles sont aptes à devenir des mères, mais pas des mères nourricières. La Nature leur donne une poitrine décorative, mais non fonctionnelle.
Commenter  J’apprécie          310
cecbouucecbouu   06 février 2014
Le fils unique, héritier de Greshamsbury, s'appelait comme son père Francis Newbold Gresham. Il aurait été le héros de notre roman, si cette place n'avait déjà été occupée par le médecin du village. En réalité, ceux qui le souhaitent peuvent le considérer comme tel. Ce jeune homme aura notre faveur, figurera dans les scènes d'amour, aura ses épreuves et ses problèmes et les surmontera ou non, selon les cas. Je suis trop vieux maintenant pour être un écrivain au cœur insensible, et il est donc probable qu'il ne mourra pas de chagrin. Ceux qui n'apprécie pas le choix d'un médecin de campagne, célibataire, d'âge mûr, comme héros peuvent lui substituer l'héritier de Greshamsbury, et appeler le roman, si bon leur semble : "Les amours et les aventures de Francis Newbold Gresham fils".

Le jeune Francis Gresham ne convenait pas trop mal pour jouer un tel rôle de héros. Il ne partageait pas la mauvaise santé de ses sœurs, et il avait beau être le seul garçon de la famille, il surpassait toutes ses sœurs par son apparence physique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
iris29iris29   24 janvier 2018
Un médecin devait accepter ses honoraires sans permettre à sa main gauche de savoir ce que faisait sa main droite ; il fallait les accepter sans réfléchir, sans un regard , sans un mouvement des muscles faciaux. Un vrai médecin ne devait pas savoir que la dernière poignée de main amicale était enrichie par l'or touché.
Commenter  J’apprécie          182
iris29iris29   25 janvier 2018
Lorsqu'un homme vous dit : "soyons francs l'un envers l'autre", vous avez instinctivement le sentiment qu'il désire vous presser jusqu'au trognon, sans vous donner une goutte d'eau de son côté.
Commenter  J’apprécie          270

Videos de Anthony Trollope (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anthony Trollope
Bande annonce de Doctor Throne, adaptation du roman d'Anthony Trollope
autres livres classés : littérature victorienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Londres et la littérature

Dans quelle rue de Londres vit Sherlock Holmes, le célèbre détective ?

Oxford Street
Baker Street
Margaret Street
Glasshouse Street

10 questions
797 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature anglaise , londresCréer un quiz sur ce livre

.. ..