AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Dominique Peters (Traducteur)
EAN : 9782266065696
373 pages
Pocket (03/10/1995)
3.5/5   28 notes
Résumé :
Elles ont trente-sept ans. Elles sont anglaises et... jumelles. Pourtant, tout les oppose... Lizzie a un mari, quatre enfants, une superbe maison et une somptueuse boutique de décoration... Frances est célibataire. Elle dirige une petite agence de voyages à Londres et mène une existence solitaire. Un jour, en Espagne, Frances rencontre un homme qui bouleverse sa vie. Elle trouve auprès de lui le bonheur et l'équilibre qui lui man-quaient. C'en est alors fini de la b... >Voir plus
Que lire après Un amant espagnolVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Premier livre que je lis de cet auteur, le début m'a fait l'impression d' un livre un peu "facile", mais au fur et à mesure les personnages se révèlent plus complexes et malgré quelques clichés, j'ai passé un bon moment avec ce livre. Et je lirai probablement d'autre de Johanna Trollope.
Commenter  J’apprécie          20
Le talent de Joanna Trolloppe réside dans portraits ciselés de ses personnages qui prennent le pas sur l'intrigue de l'histoire. Ce roman détaille la relation entre deux soeurs aux personnalités opposées.
Commenter  J’apprécie          00
Un roman simpliste très ennuyeux....pas beaucoup d'intérêt.......
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Barbara prétendait naturellement que Frances ne pouvait entretenir de relation durable, parce qu’elle était la moitié la plus faible du couple des jumelles ; mais Frances, habituée depuis longtemps aux théories de sa mère, se dit qu’elle n’avait pas vraiment de raison d’y croire. Pourtant, elle n’avait jamais eu de relation durable avec un homme… Elle était tombée plusieurs fois amoureuse, presque désespérément, tête baissée, mais jamais elle ne s’était sentie satisfaite, au lit ou ailleurs, par aucun homme, sitôt oubliée la ferveur des premiers temps. Il lui avait toujours semblé qu’une relation commençait à la décevoir dès que l’homme avait l’air de penser qu’il pourrait avoir autre chose qu’une simple attirance physique pour cette grande fille aux vêtements passe-partout, à l’appartement curieusement impersonnel et à la drôle de petite agence de voyages. Mais il était toujours trop tard, alors ; il avait mal programmé son intérêt, raté la barque émotionnelle, et Frances s’était éloignée, dérivant à nouveau vers son célibat, triste mais inévitable.
Commenter  J’apprécie          10
Les gens semblent ne jamais user de leur imagination avec ceux qui ne sont pas en couple, ils ne font jamais preuve envers eux du quart de la délicatesse qu'ils exigent pourtant de leur part. On s'y habitue d'une certaine façon, tout comme on s'habitue au célibat, à ne pas être essentiel à quelqu'un d'autre, à ne pas connaître les petits plaisirs et les peines de la vie à deux - on s'y habitue, mais on continue à détester qu'on vous interroge à ce sujet. Cela vous y fait penser, encore ; cela vous amène à vous demander ...
Commenter  J’apprécie          30
Elle ne se considérait pas comme misanthrope. Si on l’interrogeait – et les gens le faisaient constamment, convaincus qu’il y a quelque chose de monstrueux, de contre nature à choisir de vivre seul –, elle répondait qu’elle avait fait de nécessité vertu, et qu’elle en était venue à aimer sa propre compagnie, puisque c’était avec elle-même qu’elle passait le plus de temps. Elle se savait également un peu perverse, même déjà enfant, à toujours désirer ce qu’elle ne pouvait avoir, en grande partie justement parce qu’elle ne pouvait l’avoir.
Commenter  J’apprécie          10
Si, je crois au mariage. Je ne crois pas qu'il aurait duré aussi longtemps, en tant qu'institution, s'il n'était pas fondamentalement la meilleure chose que les hommes et les femmes ont pu concevoir pour organiser la société.
Commenter  J’apprécie          30
Les gens semblent ne jamais user de leur imagination avec ceux qui ne sont pas en couple, ils ne font jamais preuve envers eux du quart de la délicatesse qu’ils exigent pourtant de leur part. On s’y habitue d’une certaine façon, tout comme on s’habitue au célibat, à ne pas être essentiel à quelqu’un d’autre, à ne pas connaître les plaisirs et les peines de la vie à deux – on s’y habitue, mais on continue à détester qu’on vous interroge à ce sujet.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : romanVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (92) Voir plus



Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1415 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre

{* *}