AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
2,75

sur 6 notes
5
0 avis
4
1 avis
3
0 avis
2
2 avis
1
0 avis
Club N°56 : BD non sélectionnée
------------------------------------

Madame veut l'autonomie écologique à la campagne, Monsieur veut son confort urbain.

Ceci posé, restait à trouver un bon gag à la Tronchet, à chaque page.

Déception...

JF
------------------------------------

Le retour à la terre version Tronchet...

Quelques pages sont drôles, parfois légèrement caustiques mais c'est très souvent attendu et ça tombe à plat.

Dommage...

Marine
------------------------------------
Commenter  J’apprécie          380
Avant de l'abattre, il faut parler avec l'arbre !! C'est important…
-
Ce tome est compilation de gags en une page, indépendante de tout autre. Sa première parution date de 2024. Il a été réalisé par Tronchet (Didier Vasseur) pour le scénario, les dessins et les couleurs. Il compte cinquante-quatre pages de bande dessinée. le couple central de ces histoires est déjà apparu dans Les Catastrophobes, tome 1 (2021).

Enfin : Madame & Monsieur arrivent descendent de voiture : ils sont arrivés devant leur nouvelle demeure, une belle maison avec un étage, à la campagne. Elle s'exclame, en ouvrant grand les bras : Ça y est, ils ont réussi ! Ils ont fait le grand saut ! Finis la ville, la pollution, le stress !! Ils vont bâtir ici une nouvelle vie, ne plus dépendre du système, travailler dur pour être autonomes. Il intervient pour poser une question : Heu, l'idée, c'était pas une année sabbatique ?? Elle commence à répondre, mais il consulte un dictionnaire en ligne pour la définition de sabbatique : Congé qui permet au salarié de prendre une année de repos. Il s'étonne de ne pas voir les transats. – Isolement : Madame a un plan dans la main et elle le commente pour monsieur : La maison est là, idéalement située, totalement isolée. Au bout d'un chemin où personne ne passe et au milieu de la forêt. Il demande une précision : Personne ne peut savoir qu'ils habitent ici ? Elle répond que non, même du ciel on ne les voit pas. Elle continue : ils sont indépendants, ils ne doivent rien à personne, ils ne vivent que du fruit de leur travail. Il répond que ça l'embête un peu, il aimerait bien qu'on retrouve leurs cadavres… Ben comme elle a dit qu'ils allaient vivre du fruit de leur travail…

Évacuation : devant leur maison, Madame constate que leur nouvelle demeure a tout ce qu'il faut : la toiture est saine, les mur épais, solides, les portes et fenêtres ferment bien. Elle se sent protégée. Elle demande à Monsieur s'il aime. Il répond que oui, mais se demande si les normes de sécurité sont bien respectées. Il précise : Où est le plan avec les issues de secours et d'évacuation vers la ville en cas de danger. Déjà, le danger d'habiter ici ! – Souplesse : Elle lui fait remarquer qu'il faudrait qu'Il soit un peu plus souple. Il répond qu'il a l'intention d'être hyper souple pendant l'année sabbatique… Et après, ils rentrent. Elle l'informe que non, ils ne rentrent pas. Elle a vendu leur appartement en ville. Il fait un malaise et il est transporté à l'hôpital. Alors qu'il est conscient sur le lit d'hôpital avec une intraveineuse, elle constate qu'au moins ils savent maintenant qu'il y a un hôpital pas loin, ce qui doit le rassurer. Elle ajoute que ce n'était pas vrai : elle voulait tester sa souplesse. Elle ne peut pas vendre l'appartement sans sa signature, il aurait dû réfléchir. Elle continue en lui tendant un papier, et l'enjoignant à signer. - Table rase : ils sont devant leur voiture et elle lui montre qu'elle n'a emporté que deux bagages, la sobriété avant tout. Lui, il est venu les mains dans les poches… Il a tout commandé sur Amazon.

Sans surprise, l'auteur se moque de deux urbains, parisiens de surcroît qui tentent l'aventure d'habiter à la campagne, et de tenter l'autosuffisance, au moins alimentaire dans un premier temps. Il peut compter sur le bédéiste pour se montrer moqueur, avec un fond de tendresse vis-à-vis de ses personnages, si normaux, vaguement pathétiques. Pour commencer, il ne leur donne ni nom, ni prénom, juste une femme et un homme, madame et monsieur, peut-être quadragénaires, peut-être quinquagénaires, pas vraiment beaux, mais pas repoussants pour autant, généralement contents ou souvent souriants en tout cas, l'air gentiment satisfaits d'eux-mêmes, enfin surtout Madame, parce que Monsieur… L'artiste est en mode caricature, avec une simplification dans la représentation. Par exemple, les personnages n'ont que quatre doigts à chaque main, leur coiffure s'apparente à une sorte de touffe dressée sur la tête, ou encore ils sont affublés de pieds pointus, sans oublier le pantalon trop large et remonté trop haut de Monsieur. Cela donne une allure comique à Monsieur, teintée de dérision plutôt que de réelle moquerie. Son nez semble un peu écrasé, surtout comparé à celui pointu de son épouse, et il fait souvent des grands gestes, ou des moues exagérées. L'auteur s'en sert comme dispositif comique : au fond de lui opposé à l'idée de s'installer à la campagne, cherchant comment dénigrer cette expérience, essayant mollement de ruser pour retrouver Paris, régulièrement victime d'une conséquence plus ou moins grave de la vie à la campagne.

D'un côté, l'auteur raconte des morceaux choisis de cette année sabbatique, chaque page racontant un gag se suffisant à lui-même. de temps à autre, Tronchet file une note humoristique, le principe de parler aux arbres ou à un objet par exemple, la tentation du recours à Amazon pour se faire livrer des objets de grande consommation contre les principes de sa femme, qui, elle, ne semble pas reconnaître la banane, c'est-à-dire le logo de cette enseigne de vente en ligne. D'un autre côté, le lecteur peut aussi envisager l'album comme un tout : différents moments vécus lors de cette année sabbatique, ce couple faisant l'expérience de différents points de passage attendus. Madame et Monsieur vont commencer par apprécier l'isolement de leur maison, l'effet de sevrage de la société de consommation, les risques liés aux travaux manuels (enfin un bobo minime avant même de commencer), un changement d'approche dans le rapport aux choses (il faut parler aux arbres), un voisin à la communication un peu particulière (il faut parler à sa tronçonneuse), le silence aussi assourdissant qu'aliénant, l'importance des vers de terre, la visite d'amis de la ville, le plaisir tout relatif du feu de cheminée, les toilettes sèches et l'avantage de tout récupérer, etc.

Comme l'indique l'énumération ci-dessus, les scènes se suivent et ne se ressemblent pas. Elles donnent l'occasion au dessinateur de diversifier les visuels : les arbres, la maison vue de l'extérieur, quelques pièces à l'intérieur, une chambre d'hôpital, l'abattage d'un arbre à la hache, une clairière, le jardin potager, le garage et l'automobile, les toilettes sèches, etc. le lecteur contemple également de nombreux accessoires : une pelle et un râteau, un ordinateur, un crapaud, une tronçonneuse, un caddie de supermarché, une ruche, une brouette, un taille-haie, des valises. En termes de mise en scène, le bédéiste a choisi un format reposant sur les dialogues entre Madame et Monsieur, ou l'un de deux avec un interlocuteur invisible au téléphone, avec des invités, avec leurs enfants, et même avec deux inspecteurs du service de l'hygiène. D'un côté, il lui arrive régulièrement de faire l'économie de l'arrière-plan, ou de reproduire le même décor en fond de case ; de l'autre côté, les personnages sont toujours en train de vaquer à une occupation, souvent différente. Cela nourrit la richesse de la narration visuelle qui présente toujours un intérêt, renforcée par les mouvements des personnages, leurs postures et leurs mimiques.

Le lecteur constate rapidement que la charge humoristique reste dans un registre gentil : Madame s'avère déterminée, se livrant, l'une après l'autre, aux activités de base pour essayer d'aller vers l'autonomie : le jardinage sous différentes formes le sevrage au consumérisme, l'abandon d'habitudes citadines. Monsieur se livre, à contrecoeur et de mauvaise grâce, ou au moins en râlant, à des activités de plein air comme couper du bois ou jardiner lui aussi. S'il espère glaner des conseils pour aller vers l'autosuffisance en mettant en oeuvre la permaculture, le lecteur s'est trompé d'ouvrage. Ça ne va pas plus loin que l'importance des vers de terre, l'évocation de panneaux solaires, la culture de ses légumes et la mise en place de toilettes sèches. Les effets comiques naissent des pitreries de Monsieur et de sa réticence latente exprimée plus ou moins ouvertement, de son décalage de ressenti d'avec celui de son épouse, de son absence totale de motivation. L'auteur file un ou deux effets comiques : le voisin un peu particulier qui recommande de parler aux arbres, puis à la tronçonneuse, ou encore Madame qui n'identifie le sigle en forme de banane d'un géant de la vente en ligne.

Dans le même temps, ces scénettes ne constituent pas une suite de gags tièdes et inoffensifs. En passant, sans avoir l'air d'y toucher, sans approche moralisatrice, l'auteur évoque l'omni-disponibilité des biens de consommation livrés dans des délais d'une brièveté redoutable, le partage des richesses, le risque d'isolement à la campagne, le puits sans fond de connaissances d'internet, la nécessité de disposer d'une voiture, la violence de l'abattage des animaux d'élevage et les ravages de l'élevage intensif, l'investissement à faire en efforts pour un résultat pas toujours à la hauteur en qualité mais aussi en quantité, les conséquences de la surconsommation, le partage de ce mode de vie pour donner envie à d'autres en devenant influenceur. Dans le même temps, le constat reste lucide : ce couple n'a aucune chance d'être auto-suffisant dans un proche avenir, ou même à moyen terme. En page dix, Monsieur fait même observer à madame qu'ils vont pouvoir tout produire… à condition d'avoir sur place une usine de transformation, des fours industriels et un hangar réfrigéré, un troupeau de mille têtes et une chaîne d'abattage. Comme Adam Smith (1723-1790) avant lui, il a pleinement conscience que nul être humain est en mesure d'être autosuffisant et de produire les biens manufacturés indispensables à la satisfaction de se besoins primaires.

Aaaah, se mettre au vert… Un beau projet écoresponsable, un choix de vie pour l'avenir de la planète, une aventure enrichissante et formatrice. Tronchet choisit un mode humoristique doux et gentil, sans railler ni les urbains et leur frénésie mortifère de consommation, ni les urbains incompétents et contre-productifs qui s'improvisent campagnards. Il réalise une cinquantaine de gags avec des dessins caricaturant un peu les êtres humains, expressifs et très juste, montrant cette maison accueillante et tranquille, une nature plutôt évoquée, et un couple avec Madame pleine de bonne volonté, et Monsieur rétif. Au fil des gags sympathiques, le lecteur ressent en filigrane la remise en question d'un mode de vie destructeur, et le désemparement d'êtres humains dépassés par l'ampleur de la situation.
Commenter  J’apprécie          263
Tronchet, en une série de gags d'une page, nous dresse le portrait d'un couple de bobos (y'a pas moyen de les nommer autrement) qui décide d'aller à la campagne se ressourcer. Tout est mieux avec moins... finalement. C'est le mot d'ordre. Il faut lâcher la technologie, retrouver les gestes ancestraux. Il y a un peu de mystique "cucul-la-praline" derrière leur mouvement. On va couper son bois, on va faire pousser ses propres légumes, on veut rejeter la civilisation pour retrouver les vraies valeurs... bien qu'on se demande ce que cela veut dire "vraies valeurs".

Le rire vient (enfin si on peut appeler cela "rire") par le fait que le mari veut rentrer à Paris et que la femme est à fond dans son trip Back to Nature. Et souvent elle se méprend sur les intentions de son mari. Il faut parler aux arbres, à la tronçonneuse, etc. Tronchet grossit le trait pour susciter le rire, mais il provoque juste l'écoeurement du lecteur en ce qui me concerne.

Je ne dis pas que certains gags ne fonctionnent pas. Parfois cela fait mouche. Mais il y a un tel entêtement unilatéral de Tronchet pour caricaturer à l'extrême ces bobos que la lassitude s'installe assez vite (toujours en ce qui me concerne).

Le style Tronchet, graphiquement, fonctionne plutôt bien. C'est sympa. La mise en couleur est agréable. Pour les gags, tout dépend du degré de tolérance du lecteur par rapport aux bobos.
Commenter  J’apprécie          80


Lecteurs (13) Voir plus



Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
20387 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

{* *}