AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782369812289
Éditeur : Rue de Sèvres (02/05/2018)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 110 notes)
Résumé :
C’est l’été, Fabienne et Roland arrivent à Palavas pour une semaine de vacances. Il a tout organisé, réservé, payé et noté dans un carnet les moments importants du séjour. Un accident tragique survient alors qu’ils n’ont pas encore déposé leurs bagages à l’appartement... et elle se retrouve seule. Contre toute attente, elle décide de rester sur place et faire ce qui était prévu. Son hébétude et son déni laisseront-t-ils de la place à l’imprévu ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (47) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  22 juillet 2018
À Palavas, en cette semaine estivale, les vacanciers affluent pour profiter de la mer et du beau ciel bleu. Roland et Fabienne ont décidé de séjourner une semaine dans cette station balnéaire. Ils décident de se promener en attendant l'heure d'accès à la location. le long de la plage, le vent souffle fort, le sable s'envole, les cerfs-volants sont indomptables, les parasols se retournent, le panneau publicitaire d'un commerçant s'échappe. Et c'est l'accident. Roland est décapité, Fabienne comme pétrifiée. Sur place, les policiers et les pompiers ne peuvent malheureusement plus rien faire. le corps va être emmené à l'institut médico-légal. C'est à ce moment que le portable de Roland sonne. Voyant que ce sont les parents de son compagnon, Fabienne répond sans mentionner l'accident. Elle décide ensuite de se rendre à la résidence des Acacias afin de prendre possession de l'appartement. Elle décide alors de rester et profiter de la semaine, en suivant le programme que Roland leur avait préparé...
Des vacances pourtant prometteuses et enrichissantes attendaient le couple que forme Roland et Fabienne. Malheureusement, un événement aussi tragique qu'inattendu va très vite les écourter. Bien qu'ébranlée, la jeune femme va cependant profiter de Palavas le temps d'une semaine et faire une rencontre enrichissante en la personne de Paco, un homme bienveillant. À partir d'un fait divers, Lewis Trondheim nous offre un roman graphique surprenant. Bien que le propos reste grave en la mort de Roland, le ton demeure léger. L'on suit Fabienne durant cette semaine, le regard parfois dans le vide, les idées ailleurs ou encore flottant dans une réalité bien trop sombre. L'auteur dépeint une jeune femme qui saisit la vie comme elle vient, s'autorise des petits plaisirs, faisant son deuil à sa manière et décidant de tourner la page. le ton est juste, l'ambiance un brin mélancolique, reposante et vivante. Graphiquement, les planches de Hubert Chevillard sont lumineuses et estivales, et le trait poétique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          565
berni_29
  13 mai 2020
C'est l'été, Fabienne et Roland viennent d'arriver à Palavas-les-Flots où ils vont passer une semaine de vacances. Roland est quelqu'un de prévoyant. Tout est organisé à l'avance, noté dans le moindre détail dans son petit carnet, y compris les surprises. C'est réglé comme du papier à musique. Ils s'apprêtent à déposer leurs bagages à l'appartement, mais sont arrivés trop tôt. Alors, ils décident d'aller faire un tour sur le front de mer. Il y a beaucoup de vent. Et voilà, un drame va tout remettre en question... Soudain, Fabienne se retrouve seule...
Choc, sidération, déni... ? Contre toute attente, Fabienne décide de rester passer la semaine comme prévu en suivant étape après étape le programme qu'avait préparé Roland...
Je vais rester est une chronique douce-amère. J'ai été totalement captivé par ce roman graphique. Il m'a surpris par son ton à la fois classique et légèrement décalé. Derrière le drame il y a la légèreté, une douceur, un-je-ne-sais-quoi de lancinant. Le scénario tout en retenue écrit par Lewis Trondheim se mêle avec harmonie au dessin lumineux et délicat de Hubert Chevillard.
C'est une déambulation un peu lunaire, une errance, celle de Fabienne dans l'histoire que lui avait préparée Roland. On ne sait pas trop ce qu'elle pense, d'elle-même, de Roland, de son couple, de cette semaine qui aurait pu se vivre à deux... Nous non plus, nous ne savons pas trop ce qu'il y a derrière le visage mutique de Fabienne durant cette semaine. Elle semble dénuée de toute émotion après ce qui s'est passé. Mais peut-être que cela n'a pas d'importance. Peut-être que tout cela est juste une façade... Peut-être que ce calepin de Roland où tout est noté est comme un rempart, un sas de décompression, une rampe où s'accrocher, oublier provisoirement la mort de l'autre, une manière de cheminer encore un peu sur le fil léger et désinvolte des choses, avant de reprendre pied dans la vraie vie...
Les personnages semblent flotter dans le récit, comme s'ils tanguaient parfois un peu. Il y a de l'élégance dans ce mouvement, dans le trait du dessin, dans les couleurs. Une sorte d'abandon. Fabienne se laisse porter par le carnet de Roland qui a tout prévu. Elle avance en quelque sorte dans ses pas...
Et puis, il y a cette rencontre insolite avec Paco, un commerçant de la station balnéaire. J'ai adoré Paco, drôle de bonhomme un peu farfelu, bienveillant aussi, totalement intrigué par Fabienne.
Il ne se passe rien, presque rien dans ce récit, et pourtant cette histoire m'a pris la main dans cette tranche de vie ordinaire et douloureuse, où les silences et les visages en disent long, où les images sont solaires, disant la vie dans les non-dits...
Ce roman graphique est une réussite que je vous invite à découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          438
Bazart
  04 mai 2018
Fabienne et Roland ont prévu de passer une semaine de vacances à Palavas.
Main dans la main, le couple marche tranquillement, le sourire aux lèvres. Une bourrasque de vent sème la panique. Les parasols s'envolent, les grains de sable se nichent dans les yeux, les ballons gonflables des enfants roulent à toute allure. Amusée, Fabienne cherche son homme des yeux et découvrent, effarée, que le pire est arrivé. Des le lendemains les journaux titreront relayeront la nouvelle du vacancier décapité par un auvent.
Fabienne va alors faire le choix singulier de rester à Palavas et de suivre le programme que Roland leur avait concocté.
Partant d'une Nouvelle de Lewis Trondheim sur l'absurdité de la vie, et sur la précarité du lien amoureux , cette BD publiée par les toujours excellents Rue de Sèvres nous amène dans un voyage assez incongru à Palavas Les Flots cité languedocienne ou l'on pense plus à faire du farniente qu'un travail de deuil comme Fabienne est un peu obligée de faire de façon assez inattendue.
Même si il aime bien être toujours là ou ne l'attend pas, et qu'il nous surprend une fois de plus, on n reconnait quand même bien dans ce nouvel album le ton de l'auteur de Lapinot, ce mélange de burlesque et de gravité dans un même élan, ces tranches de vie toujours moins simples qu'elles en ont l'air de prime abord.
Une aventure intimiste et introspective assez atypique, bourré de nostalgie, avec une héroïne qui a tellement du mal à réaliser l'irréalisable qu'elle donne l'impression de flotter. sans mesurer la gravité des faits . Une femme pleine de mystère que l'album ne percera d'ailleurs pas vraiment préférant instiller une atmosphère finalement assez sereine, qui tranche avec les habituels oeuvres sur le deuil.
Une ambiance presque fantomatique, éthérée que les dessins d'Hubert Chevillard accentue pour un album, qui mine de rien nous interroge le sens de la vie, et sur les dernières volontés d'une personne qui disparait brutalement. et qui grâce aux belles illustrations et au regard tendre que pose l'auteur sur ses personnages est finalement plein d'humanité et d'empathie.. .
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
paroles
  15 décembre 2018
Pour leur semaine de vacances à Palavas, il avait tout noté dans son petit carnet, tout prévu, l'hébergement, les visites, les balades, les restaurants, tout... Tout sauf qu'il allait mourir et qu'elle resterait là, seule, avec... quoi ? Son chagrin, sa solitude, son envie de vivre encore...


Une BD particulière, très particulière avec très peu de dialogues, mais avec un contraste saisissant entre la vie, le soleil, les cris des plaisanciers et ce qu'elle ressent, elle, seule au milieu de la foule.
On pourrait être choqué de la volonté de l'héroïne de vouloir profiter de cette semaine de vacances au lieu d'assister aux funérailles de son ami, mais il n'en est rien. L'empathie est immédiate car on a l'impression qu'elle survole ce qui l'entoure et qu'elle observe un certain détachement avec son entourage. Elle est dans une bulle.

Les dessins de Chevillard collent à la réalité banale d'une saison touristique dans une station balnéaire. La vie continue avec les jeux de plage, les cris des enfants, les marchands de glace, les spectacles de danse... C'est une succession de dessins simples et réalistes dans une palette de couleurs douces. Rien ne vient perturber la succession des cases. La fluidité est le maître mot.

Et pourtant...

La vie peut parfois être absurde et la mort aussi... C'est bien le constat que me délivre cette courte lecture.

Lien : http://mespetitesboites.net
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Derfuchs
  21 octobre 2019
Comme ils arrivent en avance pour leur location à Palavas, Fabienne et Roland garent la voiture et décident de faire une promenade en bord de mer.
Journée de très grand vent, un panneau publicitaire décapite Roland.
Stupeur!
Roland avait tout organisé, la semaine entière. Il avait noté dates et horaires des manifestations sur un petit carnet.
Fabienne décide de rester et profiter des activités prévues jusqu'au déjeuner de la veille du départ et de la surprise.
Elle rencontre Paco, un autochtone, avec qui elle échangera et partagera certaines activités.
Cette jeune femme, bloquée, en plein déni, refusant l'affection du frère de son conjoint, allant jusqu'à assurer que tout va bien à ses beaux parents est perdue, noyée dans la vie qui continue.
Elle fait face aux réalités du quotidien, des vacances, des touristes, crèmes glacées, jeux de ballons avec hébétude, elle vit parallèlement à sa vie, marche à côté, absente psychologiquement malgré sa présence physique.
Ses seuls moments véritables, elle les passe avec Paco, qui a tout compris, et l'aide discrètement.
Fabienne s'offrira, à la fin de son séjour, une journée de plage et une baignade où elle voit le monde depuis l'eau dans laquelle elle évolue.
Formidable roman graphique, chaque dessin est une page que l'on tourne, attitudes magnifiquement rendues, peu de dialogues, mais seraient-ils utiles?
L'album offre, par son infinie tendresse, la mélancolie qui s'en dégage, la qualité graphique, un moment de lecture très agréable malgré
la tristesse de la situation.


Lien : https://www.babelio.com/livr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240


critiques presse (6)
BoDoi   22 août 2018
Voilà une histoire étonnante, d’une grande douceur malgré le sujet potentiellement lourd ou morbide. Lewis Trondheim délaisse sa verve caustique habituelle, pour brosser un portrait nuancé d’une jeune femme qui tente de comprendre ce qui la liait à son homme disparu, pour mieux se trouver elle-même.
Lire la critique sur le site : BoDoi
ActuaBD   01 juin 2018
Un album qui associe avec brio qualités artistiques et profonde maturité. Une belle réussite !

Lire la critique sur le site : ActuaBD
Auracan   22 mai 2018
Le tour de force du scénariste aura été, tout au long de ces 120 pages, d’entraîner de belle manière le lecteur à suivre les errances de Fabienne dans ses rencontres. Beaucoup de tendresse, d’émotions, voilà une belle tranche de « vie » racontée par ce toujours surprenant Lewis Trondheim.
Lire la critique sur le site : Auracan
BDGest   15 mai 2018
Réflexion sur le sens de la vie au travers de celle des autres, Je vais rester s'avère être un album tout en douceur et en mélancolie ; peut-être celle d’être passé à côté de son existence et de s’en accommoder.

Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   14 mai 2018
Avec Je vais rester, Lewis Trondheim et Hubert Chevillard nous racontent un fait divers dramatique mais réussissent à lisser la gravité des faits par la dignité de la principale victime. C'est dérangeant, c'est terrible, mais n'est-ce pas beau, au final ? Un extraordinaire exemple de (sur)vie à découvrir aux éditions Rue de Sèvres...
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDZoom   04 mai 2018
Trondheim s’est acoquiné avec un dessinateur qui rend très humains ses personnages. Rien qu’à les voir, on a très vite de l’affection pour eux.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   22 juillet 2018
Vous savez, le but des vacances à la mer, c'est plutôt de prendre du bon temps. Et le temps, on sait ne jamais combien on va en avoir.
Commenter  J’apprécie          220
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   13 avril 2019
J'ai été G.O. il y a longtemps. Mais j'ai été viré.
J'avais trop de leçons particulières avec les clientes.
Excusez-moi, mais vous avez dit que vous aviez eu un Accident quand vous étiez petit, et que... Euh...
Ah oui... Et alors ? Je connais des aveugles qui vont au cinéma...
Commenter  J’apprécie          81
marina53marina53   22 juillet 2018
C'est bien ça, les fiancés. C'est comme une chaise après une longue marche, ça fait toujours plaisir.
Commenter  J’apprécie          210
MonsieurHyacintheMonsieurHyacinthe   02 mai 2018
"(...) franchement, y'a un paquet de gens qui meurent comme des slips qui craquent. (...)"
Lewis TRONDHEIM & Hubert CHEVILLARD, Je vais rester, 2018, Rue de Sèvres (p. 38).
Commenter  J’apprécie          50
MonsieurHyacintheMonsieurHyacinthe   02 mai 2018
"(...) Je collectionne les morts à la con et c'est la première fois qu'il en arrive une si près de chez moi. (...)"
Lewis TRONDHEIM & Hubert CHEVILLARD, Je vais rester, 2018, Rue de Sèvres (p. 37).
Commenter  J’apprécie          40

Lire un extrait
Videos de Lewis Trondheim (59) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lewis Trondheim
Quel mystère se cache derrière la Malédiction de Castelmaure ? Lewis Trondheim et Alfred mènent l'enquête dans ce récit choral poétique, dramatique, drôle et graphique aux airs de conte médiéval pour adultes.
Résumé : Depuis plus de vingt ans, le mythographe arpente routes et chemins de tout le pays afin d'en collecter les contes et légendes populaires. Il aime ce travail modeste qui lui fait rencontrer toutes sortes d'affabulateurs et autres baratineurs. Mais s'il est une histoire après laquelle il court depuis toujours, c'est bien celle de la Malédiction de Castelmaure, une légende extraordinaire à laquelle tant de destins sont étrangement liés.
En savoir plus : https://www.editions-delcourt.fr/bd/series/serie-castelmaure/album-castelmaure
Achetez la Bande Dessinée numérique directement via l'application Delcourt - Soleil : https://itunes.apple.com/fr/app/delcourt-soleil-bd-comics/id840127039
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.editions-delcourt.fr https://www.facebook.com/editionsdelcourt https://twitter.com/DelcourtBD https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
+ Lire la suite
autres livres classés : deuilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

lewis trondheim

Quel est le nom de la bande dessinée qui a rendu célèbre Lewis Trondheim ?

Les formidables bavures de Lapinot
Les incroyables aventures de Lapinot
Les formidables aventures de Lapinot
Les formidables aventures de Barbinot

6 questions
84 lecteurs ont répondu
Thème : Lewis TrondheimCréer un quiz sur ce livre

.. ..