AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782374180847
112 pages
Éditeur : Des Ronds dans l'O (11/03/2020)
3.85/5   66 notes
Résumé :
En 2010, lors d'un déménagement au sein du lycée Jean de La Fontaine, dans le 16e arrondissement de Paris, des lettres et des photographies ont été trouvées dans une vieille armoire. Enfouis là depuis des dizaines d'années, ces documents appartenaient à une ancienne élève, Louise Pikovsky.
Plusieurs mois durant, cette jeune lycéenne juive a correspondu avec sa professeure de lettres. Son dernier courrier date du 22 janvier 1944, jour où elle est arrêtée avec... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (31) Voir plus Ajouter une critique
3,85

sur 66 notes
5
11 avis
4
12 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
1 avis

karenbzh
  02 mai 2020
En 2010, on retrouve de vieilles lettres et photographies dans une vieille armoire du lycée Jean-de-La-Fontaine dans le 16ème arrondissement. A partir de ces documents, de Paris à Jérusalem, en passant par Drancy et Auschwitz, une enquête est menée. On découvre que ces lettres ont été écrites par Louise Pikovsky, une ancienne élève, à sa professeure Melle Malingrey. le nom de Louise aurait pu tomber dans l'oubli. Stéphanie Trouillard lui a redonné vie, d'abord dans son webdocumentaire, puis dans cette belle et émouvante bande-dessinée. Rapidement, on s'attache à Louise, promise à un bel et brillant avenir. Au travers de ses lettres, on perçoit une jeune fille généreuse, studieuse et spirituelle. « Je voudrais pouvoir lire, lire en ne m'arrêtant que pour penser à mes lectures » écrivait Louise à sa professeure. Leurs échanges épistolaires parlent de la foi, de la famille ou de l'amitié, en somme de la vie. Elles ne parlent pas directement de la guerre mais on la devine à chaque ligne, dans chaque questionnement de la jeune fille. Melle Malingrey n'oubliera jamais son élève. Elle aurait tant voulu la sauver. La famille Pikovsky, unie, ne voulait pas se séparer. Avaient-ils conscience de l'imminence du danger qui les guettait ? Après tout, ils étaient Français. Mais Albert Pikovsky venait de l'Est et avait été déchu de sa nationalité. Louise aura tout juste le temps d'apporter son cartable à la concierge de Melle Malingrey avec ces quelques mots "Nous sommes tous arrêtés. Je vous laisse les livres qui ne sont pas à moi et aussi quelques lettres que je voudrais retrouver si je reviens un jour". Le convoi numéro 67 ne ramènera jamais la famille Pikovsky qui ne voulait pour rien au monde être séparée.
La lecture pourra être prolongée du webdocumentaire :
http://webdoc.france24.com/si-je-reviens-un-jour-louise-pikovsky/
Cette bande dessinée, tragique mais si indispensable au devoir de mémoire, est à mettre absolument entre toutes les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          95
lescroqueursdemots
  03 décembre 2021
A l'aube de la Seconde Guerre Mondiale, Louise, jeune parisienne de 15 ans, est promise à une brillante carrière de scientifique. Elle entretient une étroite relation avec sa professeur avec qui elle entretient une correspondance. Cette dernière pourra peut-être aider Louise car sa famille est juive et la guerre approche...
Soixante-six ans plus tard, les lettres de Louise sont retrouvées lors du déménagement de son collège et son histoire est dévoilée au grand jour.
J'ai trouvé cette bande-dessinée d'autant plus touchante que l'héroïne a vraiment existé. On peut donc se dire qu'une jeune fille juive, promise à un brillant avenir de scientifique, a été assassinée dans un camps de concentration... La façon dont on a pu retrouver sa trace et son histoire, par ses lettres à sa professeur, est originale et d'autant plus émouvante que l'on peut les lire et voir sa photo de classe à la fin du recueil.
Le titre est lui aussi émouvant car il fait allusion à la dernière lettre de Louise où elle écrit « si je reviens un jour... » ; mais elle n'est jamais revenue...
J'aime beaucoup les romans et bandes-dessinées historiques, et cette biographie, témoignant des tragiques exactions commises à l'encontre du peuple juif pendant la Seconde Guerre Mondiale, m'a intéressée pour son aspect historique.
En revanche, je n'ai pas été entraînée par l'histoire et, même si j'ai été touchée par ce parcours de vie, je ne me suis pas sentie entrer dans la peau des personnages. Je pense que c'est à cause du dessin que je n'ai pas trop apprécié.
Je conseille donc cette bande-dessiné à ceux et celles qui aiment les bandes-dessinées historiques, et plus particulièrement celles qui se déroulent pendant la Seconde Guerre Mondiale. Bonne lecture !
Sarai
************************************************
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Erik_
  28 mai 2021
C'est le genre d'histoire qui donne envie de pleurer car c'est malheureusement un véritable drame qu'a connu notre pays durant les années d'occupation. En effet, le gouvernement de Vichy et la police française ont livré des milliers de familles juives aux nazis pour les conduire à leur extermination dans des fours crématoires. On est allé cherché des élèves parfaitement intégré dans les écoles pour les massacrer honteusement au nom de préjugés raciaux.
Une vieille professeur d'école va réunir un groupe d'ancien élèves dans les années 80 pour remémorer la mémoire de Louise Pikovsky qui lui avait laissé son cartable et des lettres avant d'être arrêté par la police. Elle voulait juste que cette professeure assez sympathique et bienveillante puisse les garder jusqu'au jour où elle reviendrait. Mais la vie en ces temps là n'était pas un conte de fée.
J'ai été bouleversé par cette lecture même si je sais qu'il y en a d'autres qui traitent du même sujet. A la fin, on peut voir les photos de cette fille, de sa famille, de sa professeur, de ses camarades de classe qui ont réellement existé. Ce n'est pas une fiction car c'est arrivé.
Je recommande bien évidemment une telle lecture dans un souci de mémoire pour ne jamais oublier ce qui s'est passé dans notre pays. Cela concernait également de pauvres enfants qui étaient brillants et qui avaient tout l'avenir devant eux. Tant de vies brisées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
squattersducdi
  07 décembre 2021
Si je reviens un jour …
Si je reviens un jour est une BD historique qui raconte la vie de Louise Pikovsky, une juive, une collégienne de 13 /14 ans et intelligente. Elle a deux soeurs et un frère, puis, l'histoire nous dévoile un cousin et une cousine qui sont frères et soeurs.
Louise habite à Boulogne et est au collège. L'histoire se déroule entre le 12 août 1942 et le 3 février 1944 ( Seconde Guerre Mondiale ).
Au début elle attend son père qui est à Drancy, dans le camp de concentration . Puis on passe directement au moment où il est revenu.
Cette histoire est racontée grâce à ses lettres qu'elle a écrite pour Mlle Malingrey, sa professeure. Cette histoire est émouvante, triste, mais très bien racontée. le dessin est sûrement fait à l'ordinateur.
Je recommande ce livre à tous ceux qui aime L Histoire et aux professeur.e.s qui enseignent la Seconde Guerre Mondiale en France.
Commenter  J’apprécie          00
Shabanou
  27 juin 2020
BD jeunesse ( ou pas ::)
" Si je reviens un jour" de Trouillard et Lambert (106p)
Ed. Des ronds dans l'O
Bonjour les BDvores....
Voici une BD qui nous parle de Louise, brillante lycéenne parisienne.
Sur sa photo de classe, rien ne la distingue de ses camarades mais au vestiaire, sur son gilet, il y a l'étoile jaune.
Louise avait pris l'habitude d'échanger un courrier avec sa professeur de lettres.
Eté 1942... Louise parle de son père détenu à Drancy.
C'est ensuite la rentrée, le retour du père, la précarité mais également la disparition de plusieurs compagnes de classe .. pourquoi? pour ou?
Janvier 1944... dernière lettre écrite à la hâte.. Louise et sa famille sont arrêtés, déportés.
Il n'y aura pas de retour.
La professeur de lettres de louise, continuera sans relâche à évoquer la mémoire de la jeune fille et confiera sa correspondance au proviseur.
C'est en 2010, au hasard d'un déménagement que cette correspondance et quelques photos seront retrouvées au fond d'un placard.
A parir de ces quelques documents, la journaliste Stéphanie Trouillard va d'abord réaliser un documentaire en 2017.
Sort maintenant la BD grâce au dessinateur Thibaut Lambert.
Bd à faire découvrir à nos ados pour que le travail de mémoire continue et qu'on n'oublie jamais tous ces enfants qui, comme Louise, ont subit la furie des adultes.
Le texte et le dessin sont volontairement simples et sobre... nul besoin de fioritures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
lescroqueursdemotslescroqueursdemots   03 décembre 2021
Je pense que les Grecs avaient raison de considérer comme la plus grande souffrance, celle de ne plus voir la lumière du soleil. Pouvoir respirer l'odeur de l'herbe, voir le soleil dans les champs, et à défaut, voir même les couchers de soleil à Paris, admirer les étoiles, c'est bien la première joie. La joie est bien en nous.
Commenter  J’apprécie          00
lescroqueursdemotslescroqueursdemots   03 décembre 2021
Nous sommes tous arrêtés. Je vous laisse les livres qui ne sont pas à moi et aussi quelques lettres que je voudrais retrouver si je reviens un jour ; je pense à vous, au Père, à Mlle Arnold, et je vous embrasse,
Louise
Commenter  J’apprécie          00
lescroqueursdemotslescroqueursdemots   03 décembre 2021
- J'ai entendu dire que Berthe avait été arrêtée en pleine rue par des policiers.
- Mais qu'est-ce que tu racontes. Ce n'est pas possible. Ils ne peuvent pas arrêter des enfants. Berthe n'a rien fait de mal.
Commenter  J’apprécie          01
karenbzhkarenbzh   02 mai 2020
Je pense que les Grecs avaient raison de considérer comme plus grande souffrance, celle de ne plus voir la lumière du soleil. Pouvoir respirer de l'herbe, voir le soleil dans les champs, et à défaut, voir même les couchers de soleil à Paris, admirer les étoiles, c'est bien la première joie. La joie est bien en nous.
Commenter  J’apprécie          50
karenbzhkarenbzh   02 mai 2020
Je comprends maintenant ce texte latin que j'ai traduit en 5ème et dont je ne me rappelle plus que ceci "Un homme ayant perdu ses biens, dont les filles ont été emmenées en esclavage, et qui dit on ne m'a pas pris ma richesse car ma richesse est en moi"
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Stephanie Trouillard (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephanie Trouillard
Interview de Stéphanie Trouillard dans le 19/20 de France 3 Normandie Caen à l'occasion du congrès "Passage de témoins" des Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation.
#deportation #desrondsdanslo #devoirdememeoire #bandessinee
autres livres classés : déportationVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Stephanie Trouillard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

« Si je reviens un jour » - Les Lettres retrouvées de Louise Pikovsky

comment s'appelle le personne principal ?

lise
lou
louise
marie

3 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Stephanie TrouillardCréer un quiz sur ce livre

.. ..