AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253006718
243 pages
Le Livre de Poche (01/01/1958)
3.62/5   96 notes
Résumé :
Au premier plan, Étienne Martin, le personnage principal, jeune étudiant passionné de philosophie, et sa mère, Marion, femme fraîche, jolie, délicate, qui songe à refaire sa vie.

En effet, son mari a divorcé, alors que leur fils était âgé de six ans à peine. Il s'est totalement désintéressé de l'enfant et a trouvé la mort, en 1945, dans un accident de voiture.

Telle est du moins la version officielle. Mais soudain, par l'effet du has... >Voir plus
Que lire après La Tête sur les épaulesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,62

sur 96 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
3 avis
1
0 avis
" Tout condamné à mort aura la tête tranchée . "
J'aurai aimé vous apporter le sourire grâce à cette phrase mythique du " Schpountz " de Marcel Pagnol que Fernandel module sous diverses mimiques .
Mais le destin d'Etienne , qui sort à peine de l'adolescence , est trop précieux pour que l'on prenne à la légère son atroce découverte .

Habiter à Paris ne suffit pas à la belle couturière pour ne pas être rattrapée par un passé maudit .
Et pourtant , elle galère dans son atelier , entourée de ses ouvrières Marthe et Suzanne , tout en élevant avec amour et dignité son fils bien-aimé : Etienne .
Car elle l'adore , son gamin . Une véritable osmose s'est créée entre eux , peut-être un peu trop pour moi .

" Depuis qu'il vivait seul avec sa mère , Etienne avait pris l'habitude de l'appeler par son prénom .
(... )
Il la dominait de la tête . Elle était , sous son regard , si menue , si jolie , qu'il fut troublé .
(... )
Et soudain , d'une manière inattendue , ils éclatèrent de rire , debout l'un devant l'autre , unis par la conscience d'une heureuse complicité . " P. 14

Marion va s'absenter deux jours pour affaires .
Deux jours qui vont marquer son fils à tout jamais , à la réception d'une lettre et d'objets divers appartenant à son père , envoyés par la deuxième épouse avec de nombreuses doléances .
Celui-ci s'était remarié et puis est décédé dans un accident depuis des années , selon sa mère .

Intrigué , il questionne Marion , à son retour .

" _ Un sale individu , reprit-elle d'une voix sifflante .
(... )
_ Tu as tort de t'exprimer ainsi , maman . Il est mort ...
_ Oui , mort mais pas dans un accident , Etienne .
Ton père ... ton père a été exécuté ... P. 47

Comment accepter d'être le fils d'un assassin ?
Après quelques recherches dans de vieux journaux relatant " les exploits " de ce père guillotiné , il se sent pénétré des mêmes vices et défauts .

Comment va-t-il s'en sortir ?
Va-t-il grandir ?
La rage et la colère l'isolent de ses amis , de sa maman chérie qui se permet d'aimer un autre , au lieu de partager avec son fils le souvenir d'un homme exceptionnel ( pour lui ) .

L'auteur nous plonge , avec philosophie , dans le plus profond de notre âme . Il nous oblige à réfléchir à l'hérédité , la stupidité et la crédulité .
Il exhale sa colère par un vocabulaire riche , précis et sombre , spécialement lorsqu'il parle de la vieillesse , alors qu'il mourra très vieux :
" La vue de ces deux êtres ridés , voûtés , collés l'un contre l'autre , comme des naufragés sur un radeau , le combla d'une répulsion tranquille .
La mort était préférable à une pareille déchéance . Tout homme digne de ce nom devrait renoncer , par avance , aux tares hideuses de la sénilité . " P. 101
Par contre , ses mots sont colorés , tendres et rassurants lorsqu'il parle d'amour :
" Il rebouchait les flacons de parfum , revissait le capuchon du tube de dentifrice , rangeait les pots de crème sur la tablette du lavabo .
_ Quelle cuisine !
_ Il faut bien , â mon âge , dit-elle .
_ Veux-tu te taire ? Tu es belle et M. Joubert a bien de la chance ! " P.15

Le titre n'est pas anodin .
Il exprime parfaitement les états d'âme d'Henri Troyat qui prône le contrôle de soi et surtout la lucidité devant tout événement qui nous dépasse .

On a toujours le choix .
Commenter  J’apprécie          476
"La Tête sur les épaules" est un roman d' Henry Troyat .Il
s' agit d' un livre court ,bref mais fort et puissant par sa
substance . Sa lecture est plaisante et captivante .
le personnage principal est , un jeune étudiant, Etienne
Martin . Ce dernier vit avec , Marion, sa mère .Tous les deux
mènent une vie paisible et sans soucis .
Le père est absent car décédé depuis des années et le fils
ne sait absolument rien sur lui .
La vérité finit par éclater et Etienne apprendra que son père a été jugé, condamné et exécuté car il a été derrière
l' assassinat de plusieurs clandestins qui voulaient passer
la frontière durant la deuxième Guerre Mondiale .
le père accompagne les candidats à la fuite jusqu' à près de
la frontière et là, il les détroussait, puis il les tuait .
Etienne , ayant appris cette nouvelle, fut désarçonné et
perdit ses repères .Mais comme le jeune homme a bien
" la tête sur les épaules", il finira par se ressaisir et avoir
une vie normale.
En parallèle , il y a aussi la vie sentimentale de la mère,
Marion, qui aime un homme .
Une belle histoire contait par Henry Troyat .



Commenter  J’apprécie          230
"Nul traité de philosophie ne saurait justifier,commenter,les minutes que nous vivons ici,vous et moi": une remarque pleine de bon sens émise par Maxime Joubert, "galant homme" et "négociant en tissus", amant de la mère d'Etienne Martin jeune héros brillant,idéaliste,impulsif et solitaire de la tête sur les épaules (célèbre roman d'Henri Troyat écrivain et académicien connu pour ses cycles romanesques: cf Les Eygletières et ses biographies.). Voilà la leçon de vie que recevra Etienne et le lecteur d'Henri Troyat par la même occasion!
Parti sur une intrigue psychologique rondement menée, à savoir la complicité,la fusion empreinte de possessivité entre Etienne (18 ans) et sa mère (une modiste divorcée "si menue, si jolie") qui s'entache de jalousie lorsqu'il apprend la présence d'un homme dans la vie de cette dernière; ce livre tourne vite au roman philosophique lors de l'émergence d'un secret de famille concernant son père mort, la tête tranchée.
Entre être guillotiné et perdre la tête, il n'y a qu'un pas à franchir, celui du passage à l'acte.
Son professeur de philosophie ne lui remplit-il pas la tête d'idées ronflantes, celles de l'existentialisme où Sartre dit que nous sommes tels que nous nous faisons,que nous sommes responsables de notre vie; celles de Nietzsche qui conseille de ne pas ruminer le passé, d'assumer ses instincts,celles de Schopenhauer qui prône d'accepter sa souffrance.
A parler comme un livre on en finit par oublier la vraie vie.
Etienne grandira, apprendra qu'on peut être philosophe tout en n'intellectualisant pas tout, mais c'est le chemin de sa souffrance, de son conflit intérieur pour réhabiliter son père assassin en tant que père, trouver des repères, assumer sa propre violence, être soi et non l'autre, que nous relate d'une plume lucide et sans complaisance, Henri Troyat...pour... en six mots garder la tête sur les épaules!
Un parcours initiatique, celui du passage de l'adolescence à l'âge adulte: un cours magistral comme je les aime!
Et petit(grand) plus j'ai retrouvé l'odeur de la bibliothèque de ma jeunesse qui s'était glissée sans vergogne entre les pages jaunies. Un pur bonheur!
Commenter  J’apprécie          171
Étienne, 18 ans, élève brillant et passionné de philosophie, a été élevé par sa mère suite au divorce de ses parents. Il a très peu de souvenirs de ce père, décédé dans un accident et vit une relation très fusionnelle avec sa mère, modeste couturière. Son monde va voler en éclats quand lui est révélée la véritable raison de la mort de son père et que sa mère projette de se remarier.

De longues interrogations de notre héros sur son père, son hérédité, ses devoirs de fils, saupoudrées de nombreuses citations philosophiques. Passage douloureux à l'âge adulte pour le jeune Étienne qui doit aussi apprendre à vivre sa vie sans empêcher sa mère de vivre la sienne ....
Pas vraiment emballée par ce roman, bien écrit certes, mais que j'ai trouvé poussif et vieillot .

Challenge solidaire 2022
Commenter  J’apprécie          92
Encore un roman prenant de Troyat , et non des moindres.
Le titre "La tête sur les épaules", y prend tout son sens et même, tous ses sens.
Etienne Martin, 18 ans, apprend ainsi que son père est mort guillotiné après avoir abattu des gens qu'il était censé faire passer la frontière, durant la seconde guerre mondiale.
Après une telle révélation, son fils , qui vit seul avec sa mère, laquelle est encline à commencer une nouvelle vie avec un autre homme, va-t-il garder son sang-froid et sa lucidité, et arriver à vivre avec un tel poids, poids dont il "évalue" et "établit" lui-même l'importance?
Porté sur la philosophie, les questions sans réponse se bousculent: comment le verraient les autres s'ils étaient au courant d'une telle ignominie, de quel droit, paradoxalement le jugeraient-ils, comment affronter une telle situation? Peut-il comprendre le ou les gestes de son père, a-t-il hérité de ses gènes?
Son professeur de philosophie lui apporte une réponse, une réponse qui en vaut une autre, mais est-elle la bonne?
18 ans. L'âge où l'esprit est tourmenté, tant par les principes de la vie, le bien, le mal, la morale, et également, le sexe.
Etienne semble vouloir aller au bout d'une certaine logique, sa logique, celle qui lui parait au départ la plus évidente et la plus rationnelle, mais ne se trompe-t-il pas?
Et quid de celui qui risque d'être le futur compagnon de sa mère, qu'il appelle par son prénom, Maryon?
Comme une sorte de huis clos, à deux, entre le fils et sa mère, sur lesquels plane l'ombre du père disparu, mais également de celui qui est suscpetible de le remplacer.
Un roman sur les tourments et les affres de l'adolescence et la période qui la suit de près, dont on ne sort jamais compètement indemme, avec dans ce récit de Troyat, une situation bien plus complexes que certaines autres.
Mais il semble exister, au loin, comme une lueur.
Une petite lueur d'espoir......
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Elle reprit sa respiration , ferma les paupières et ajouta dans un souffle :
_ Quelqu'un d'horrible .
Il y eut un long silence . Et , tout à coup , Etienne poussa un cri :
_ Quoi ? Qu'a-t-il fait ?
_ Il a tué , dit-elle .
Il sentit que son coeur faiblissait , s'arrêtait de battre , puis repartait follement , jetait du sang partout , dans sa tête , dans son cou , dans ses oreilles .
Une impression de chaleur et d'étouffement l'envahit .
Au bout d'un moment , il entendit une voix - est-ce la sienne ? - qui disait très distinctement :
_ Qui a-t-il tué ?
Elle tardait à répondre . Etienne ne la quittait pas des yeux , comme s'il eût redouté qu'elle disparût par une trappe avant d'avoir livré son secret .
Commenter  J’apprécie          220
la seule certitude valable est celle de la mort. C'est vers une promesse de néant que chacun de nous s'achemine. mais, dés qu'il prend conscience du danger que représente cette marche têtue à la rencontre du vide, lhomme se cabre et se révolte. dans un univers soudain privé d'illusions, il se sent un étranger. ce divorce entre l'homme et la vie humaine, entre l'acteur et l'intrigue, donne naissance au concept de l'absurdité...
.
Commenter  J’apprécie          370
Par terre , un corps , tordu dans une pose incommode , les jambes déviées , les bras en croix , le menton durci . Quelques secondes auparavant , ce corps avait une vie , une âme , des parents , des amis , des obligations , une ampoule au pied , des brûlures d'estomac , des papiers d'identité , un but , une vocation , une patrie . Une balle de revolver a suffi à vider l'enveloppe , à dégonfler le ballon . Il n'y a plus rien d'intéressant sous cette peau qui se refroidit .
Des deux mains , Louis Martin écarte les vêtements , fouille les poches . Sous ses doigts , cette chair sacrifiée , cette humidité de sang. Dans ses narines , l'odeur du néant qui se prépare .
Commenter  J’apprécie          190
Les vers ne font pas de distinction entre l'honnête fonctionnaire et le bougre guillotiné . Toute chair leur est bonne . Le juge qui a condamné mon père pourrira de la même façon que lui . Ils s'intégreront à la même terre . Ils nourriront les mêmes végétaux .(... )
J'ai eu le prix d'excellence et mon père est un assassin .
S'ils avaient su que mon père était un assassin , m'auraient-ils donné le prix d'excellence ? P. 85
Commenter  J’apprécie          170
Quand ses camarades lui parlaient de leur père, Etienne se sentait en état d'infériorité . Il lui semblait que , dans la construction de son univers intime , quelque chose manquait , une voix forte , un regard vigilant , une présence , une autorité d'homme mûr .
Son milieu à lui était strictement féminin et douillet .
Tout en rondeurs , en parfums , en tiédeurs précieuses .
Il vivait là-dedans , depuis des années , avec la nostalgie de la virilité .
Une fois de plus , il regretta le divorce de ses parents , la mort absurde de ce père mal connu .
_ Moi , mon père est mort , dit-il .
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Henri Troyat (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
1,2,3 BD ! Chez les libraires ! présente les BD coups de cœurs de Jérôme et la librairie La planète Dessin à Paris !!! Les guerres de Lucas • Scénariste : Laurent Hopman • Dessinateur : Renaud Roche Editions Deman Dali Avant Gala de Julie Birmant (Scénario) et Clément Oubrerie (Dessin) chez Dargaud La neige en deuil de Dominique Monféry chez Rue de Sèvres 1,2,3 BD c’est le jeudi à 18h30 sur la chaine Youtube et les RS. Trait pour Trait parcourt toujours les librairies de France pour des conseils de lecture avec le soutien de la librairie Mine de Rien, Alfa BD, la librairie Sanzot et Krazy Kat/ Manga Kat et la planète dessin !
+ Lire la suite
Les plus populaires : Littérature française Voir plus
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus


Lecteurs (310) Voir plus



Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
80 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..