AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782290150696
Éditeur : J'ai Lu (19/04/2000)

Note moyenne : 3.99/5 (sur 76 notes)
Résumé :
« Dans un bruit de gamelles et de bottes, les hommes aux visages terreux, aux regards fixes, marchaient l'un derrière l'autre sans échanger une parole. On eût dit que, frappés de stupeur, ils n'avaient plus d'intérêt commun avec les camarades qu'ils croisaient sur leur route. »

Novembre 1914.

La guerre s'installe en Russie. Le destin des Arapoff en est bouleversé. Akim et Nicolas sont au front, Nina est infirmière dans un hôpital milita... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
TheWind
  22 août 2019
" - Que penses-tu de la révolution, Ostap ?
- Comment répondre ? Je ne l'ai pas vue. Je crois qu'elle doit être belle et laide à la fois, comme tout ce que font les mortels. Belle de la tête et laide des mains. Une figure d'ange, des yeux d'ange, des lèvres d'ange, mais des mains noires d'assassin. La tête ne sait pas ce que font les mains. La tête médite haut et juste, les mains travaillent bas et brutalement. C'est le malheur de l'homme. Mais on ne peut pas se passer des mains, comme on ne peut pas se passer de la tête. "
Voilà une citation qui fait réfléchir sur la portée de toute révolution. C'est également le sens de ce tome 4. Henri Troyat expose les faits sans jamais prendre vraiment partie. Il fait confiance à ses lecteurs et les laisse se forger leurs propres opinions. Chacun des protagonistes de cette saga - décidément sans faille - vit les bouleversements de 1917 à sa façon. Il y a les timorés qui veulent le changement mais qui refusent le bain de sang, les patriotes qui veulent d'abord finir la guerre contre l'Allemagne, les acharnés qui veulent anéantir l'aristocratie à tout prix, les rêveurs qui admettent que le tsar a commis trop d'erreurs et qu'il convient de remplacer en douceur ce régime trop absolu par une monarchie constitutionnelle, les vendus qui retournent leur veste et profitent de la situation, les névrosés qui se foutent de tout et se terrent dans leur coin, les mères qui se lamentent, les égocentriques qui ne pensent qu'à leur nombril, les sages qui pèsent le pour et le contre, et tous ceux qui ont peur...
Aucun des personnages de Troyat ne fait figure de héros. C'est une véritable "Comédie humaine" qui se joue là. Chaque personnage est criant de vérité, comme chez Balzac ou chez Zola. Et peut être plus encore. Emile Zola frisait parfois la caricature. Troyat reste droit dans ses bottes et nous offre un tableau sincère et réaliste d'une société russe en plein bouleversement.
Je ne regrette vraiment pas d'avoir ressorti de sa belle étagère cette saga formidable qui commençait à prendre la poussière...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
litolff
  07 décembre 2012
Tant que la terre durera est un monument colossal qui plonge le lecteur dans une atmosphère de fin du monde, celle de l'effondrement d'un Empire gigantesque.
Dans la grande Russie, de sanglants événements se trament ; à Moscou, le peuple gronde et prépare la révolution.
Et avec l'attentat de Sarajevo, un autre conflit imminent menace l'Europe tout entière... Pris dans la tourmente de l'Histoire, chacun tente de conjurer le sort.
Au fil des pages, trois familles enjambent le cours de la révolution de 1888 aux années 1930, celle des Danoff du Caucase, celle de Volodia d'Ekaterinodar et celle de Tania et ses frères, Nicolas et Akim. Les étapes de la vie se succèdent, alors que naissent l'amour, les vocations et les convictions des protagonistes, au tournant de l'histoire russe.
J'ai adoré cette saga qui est à mon avis une réussite romanesque et historique magistrale.
Suite romanesque : Tant que la terre durera en 7 tomes
Tant que la terre durera : 3 tomes (1947)
Le Sac et la Cendre : 2 tomes (1948)
Étrangers sur la terre : 2 tomes (1950)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Raina66
  06 mai 2014
J'en suis au tome II....j'avoue que cette periode qui décrit la révolution de 1917 est très dure a lire. Les événements sont psychologiquement violents, sombres, presque insoutenables.Que l'on soit du coté des "blancs" ou des "rouges", l'on se sent a chaque fois mal aises, désenchantés, malheureux en somme. j'avoue que j'en souffre et j'ai hâte de passer cette période. Il est vrai que je n'ai jamais été amatrice de romans de guerre, mais là on parle d'Histoire, d'idéologie et de politique et c'est absolument indispensable a lire. la Révolution bolchevik vue de prés ne m'est pas tellement inconnue,elle est abondamment decrite par Bris Pasternak dans le Dr Jivago, roman plus "agréable". Henri Troyat me semble plus amer et sans concession...
Commenter  J’apprécie          10
dadotiste
  23 février 2016
Sans aucun doute, ce quatrième volume surpasse de très loin les trois premiers.
On quitte ici définitivement la frivolité des barines (et donc également la superficialité de Tania), pour entrer dans la Révolution pure et dure (1914 à 1917).
Je ne suis pas du tout une adepte des romans historiques mais la plume facile de Troyat me subjugue.
On ne s'ennuie pas une seule seconde, et pourtant, c'est toute une partie de l'Histoire que l'on assimile au fil des pages. D'autant plus qu'ici, nous avons les différents points de vue de la révolution. Il est très difficile de se positionner pour ou contre...
En conclusion, un roman absolument magnifique, riche d'enseignements, qui se lit tout seul... Je vous le conseille vivement !
Commenter  J’apprécie          10
bfauriaux
  25 juin 2020
Une plongée dans la Russie du Tsar avec cet auteur académicien: une découverte pour moi qui m'a procuré de vifs plaisirs ! ce livre est une pépite et se dévore comme une petite madeleine de Proust je suis impatient de connaitre la suite !
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
TheWindTheWind   22 août 2019
- Qui est-ce qui les distribuera, les terres, les maisons ? cria quelqu'un.
- Des représentants du peuple, répondit l'orateur. Tout est prévu. Le parti bolchevik a déjà établi le plan de la répartition. Tant pour untel et tant pour untel. Andriouchka aura une ferme. Et Avrossi un château. Et les vaches...
- Pourquoi Andriouchka aura la ferme et pas le château ?
- Je dis ça sans savoir. Mais chacun sera servi également.
- Parle-nous des vaches. Il y en a une centaine près de chez moi qui appartiennent à un gros salaud de propriétaire moscovite. Il ne vient jamais au pays. A quoi ça lui sert ?
- Ton cas est simple. Tu dis cent vaches ? Et vous êtes combien de paysans au village ?
Deux cents.
- Hum. Eh bien, chacun aura une demi-vache.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TheWindTheWind   20 août 2019
Il arrive un moment dans l'Histoire où les nuances de sentiments deviennent inadmissibles. Les positions intermédiaires, les réserves, les mélanges de couleur, les "oui mais", les " à condition que", les " si, toutefois" n'ont plus cours aux époques violentes. On travaille grossièrement, à grands coups de hache. On ne s'embarrasse plus de détails. On fait voler les copeaux. Deux blocs. Pour. Contre. Blanc. Rouge. Choisis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
TheWindTheWind   20 août 2019
Car, dans le ciel, il y avait tant de bonté et tant d'intelligence, que l'âme de chacun aurait dû en être apaisée pour l'éternité.
Commenter  J’apprécie          90
CalegalCalegal   12 septembre 2017
Et devant eux, au loin, tirée du crépuscule, bloc par bloc, étage par étage, dure, givrée, géométrique, la cité impériale se vêtait de rayons écarlates pour les recevoir.
Commenter  J’apprécie          20
genougenou   26 mai 2013
La tête médite haut et juste, les mains travaillent bas et brutalement. c'est le malheur de l'homme.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Henri Troyat (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Troyat
“Les Âmes mortes” de Nicolas Gogol par Henri Troyat. Première diffusion le 22 juin 1953 sur La Chaîne Nationale. “Les Âmes mortes” ? Le rôle de Pouchkine, les doutes immenses qui tourmentent Gogol, avant, pendant et après l’écriture : doutes d’écrivains, puis tourments d’un homme qui a reçu un don de Dieu et qui croit ne pas savoir offrir un don à Dieu ; qui se reproche la peinture de la bêtise et de la médiocrité…et pense que décrire “de belles âmes” serait d’essence supérieure… Gogol qui avait croisé un illuminé au terme de sa brève-vie (d’autant plus brève qu’il y avait eu cette rencontre). Les doutes et les tourments de Gogol qui confie dans une lettre à un ami qu’il a chargé ses héros de ses propres indignités ? Nous pouvons ne pas les connaître, nous pouvons lire “Les Âmes mortes” et considérer, comme Henri Troyat tout jeune garçon, qu’il s’agit du “livre le plus drôle de toute la Littérature”.
Thèmes : Littérature| Littérature Russe| Les Âmes mortes| Henri Troyat| Nikolaï Gogol
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : russieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Henri Troyat

Né Lev Aslanovitch Tarassov en ...

1891
1901
1911
1921

12 questions
55 lecteurs ont répondu
Thème : Henri TroyatCréer un quiz sur ce livre