AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Charles Méla (Traducteur)Olivier Collet (Traducteur)
EAN : 9782253066545
473 pages
Le Livre de Poche (01/10/1994)
3.48/5   47 notes
Résumé :
Un retour à la Grèce, ainsi se définit Cligès, le deuxième roman de Chrétien de Troyes, daté de 1176 : l'inventeur du roman breton se laisse hanter par les souvenirs de Troie et de Thèbes, de Tantale et d'Alexandre, de Médée et des magiciennes de Thessalie, avant d'explorer plus avant la forêt de Brocéliande sur les traces de la Fée amante. Aux " métamorphoses " d'Ovide, il oppose la sienne, la " muance " de l'oiseau d'Héliopolis dont Phénice, son héroïne, porte à m... >Voir plus
Que lire après CligèsVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Cligès ou la fausse morte est le deuxième roman en octosyllabes écrit, en 1176, par Chrétien de Troyes.
Dans ce roman, à la fois arthurien (Cligès serait le neveu de Gauvain) et oriental, après un prologue où sont relatées les amours des parents du héros, Alexandre et Soredamor, on assiste au débat intérieur de Fénice, la tante, qui aime Cligès et refuse de se partager entre son amant et son mari, l'imposteur Alis, qui a ravi à Cligès le trône de Constantinople. Par un philtre, Fénice enchante Alis, qui ne la possède qu'en songe. Un autre artifice magique lui permet de passer pour morte, et Cligès l'emmène dans une tour, puis dans un verger merveilleux où le couple connaît un bonheur relatif. Il ne sera pourtant vraiment heureux qu'après bien des épreuves, lorsque la mort d'Alis aura permis à Cligès et à Fénice d'assumer la fonction impériale et de remplir dans la société des hommes la mission qui est la leur.
Lien : http://promenades-culture.fo..
Commenter  J’apprécie          70
- CLIGES -

Une histoire qui nous fait voyager en Grèce, au Maroc, en Bretagne et en Angleterre. L'histoire de Cligès neveu du chevalier Gauvain et de Alis mais aussi le fils du Roi Alexandre. Cligès est un roman qui se passe sur deux génération et qui se concentre sur l'empire grecque et sur l'héritage de la couronne, cela se lie au royaume de la Bretagne avec le Roi Arthur qui est là pour en quelques sorte surveiller les évènement.

Dans cela se mêle une petite histoire d'amour qui se compare à Tristans et Yseut ( il y a la référence dans le livre), une histoire remplis d'aventure chevaleresque et sur le combat du trône.

Dans mon opinion littéraire, j'ai bien apprécier mais aussi je pense que ce livre doit être un canon littéraire de Roméo et Juliette car nous pouvons trouver une scène avec Fénie et sa nourrice exactement comme Juliette.

Carlaines
Commenter  J’apprécie          00
Ce livre raconte successivement les aventures d'un prince byzantin et (ensuite) de son fils qui naviguent entre la cour du Roi Arthur et la cour de Constantinople au gré de leurs déboires ou succès amoureux et de leur quête de gloire.
Pas très passionnante, cette histoire a le mérite d'être agréable à suivre.
L'auteur se cantonne à nous narrer les évènements vécus par les personnages plutôt que de décrire les lieux traversés.
Commenter  J’apprécie          20
La lecture de Cligès m'a paru assez rapide. Nous nous retrouvons avec deux récits qui se complètent, celui d'Alexandre puis celui de son fils, Cligès. de nombreux lieux, sans être forcément décrits en détail par Chrétien de Troyes, sont présents dans ce roman.

Finalement, j'ai trouvé Cligès assez différent des autres romans de Chrétien de Troyes. Nous remarquons beaucoup d'intrigues royales, politiques et amoureuses qui prennent le pas sur les combats chevaleresques (celui entre Gauvain et Cligès est même évité grâce à une intervention du roi Arthur). Les actions s'enchaînent assez rapidement et je ne me suis pas ennuyé !

Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Cette heure où Cligès s'en alla,
Et le congé que d'elle il prit,
Comme il changea, comme il pâlit,
Ses larmes et sa contenance,...
Sont toujours en sa remembrance,
Et aussi comment il se mit
Si humblement à deux genoux,
Comme s'il la dût adorer.
Moult lui plaît de s'en souvenir.
Après, pour bonne bouche faire,
Met sur sa langue, au lieu d'épice,
Un mot que, pour toute la Grèce,
El ne voudrait que qui le dit
Dans le sens où elle le prit
Y eût mis trompeuse pensée.
Commenter  J’apprécie          50
Il est l'esclave de ses biens, celui qui toujours les amasse et accroît.
Commenter  J’apprécie          50
Cil qui fist d'Erec et d'Enide
et les comandemanz d'Ovide
et l'Ars d'amors an romans mist
et le Mors de l'espaule fist,
del roi Marc et d'Ysalt la blonde
et de la hupe et de l'aronde
et del rossignol la muance,
un novel conte rancomance
d'un vaslet qui en Grece fu
del linage le roi Artu.
Commenter  J’apprécie          00
Celui qui traita d’Erec et Enide, mit les commandements d’Ovide et l’Art d’aimer en français, fit la Morsure de l’épaule, traita du roi Marc et d’Yseut la blonde, et de la métamorphose du rossignol, de la huppe et de l’hirondelle, se remet à un nouveau conte.
Commenter  J’apprécie          00
Jamais on ne vit naître, avant ni après, plus belle créature. On appela l’enfant Cligès.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Chrétien de Troyes (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chrétien de Troyes
Chrétien de TROYES – Au plaisir de lire 'Le chevalier de la charrette' (France Culture, 1964) L'émission "Plaisir de la lecture", par Maurice Toesca, diffusée le 28 décembre 1964. Lecture : René Clermont.
autres livres classés : moyen-âgeVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (119) Voir plus




{* *} .._..