AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782264041135
124 pages
10-18 (02/08/2005)
4.01/5   59 notes
Résumé :
Ce roman raconte les dernières semaines de Frédéric Langlois, un adolescent qui, arrivé prématurément au terme de sa vie, fait le bilan de sa courte existence. Maudissant la compassion et la complaisance, le narrateur fustige l'espoir, l'amour, l'âme, la religion, c'est-à-dire toutes les illusions dont les hommes ont besoin pour adoucir leur condition tragique. Lucide jusqu'à la douleur, cruel comme on peut l'être au seuil de la mort, Frédéric repoussera la vie et s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
belledeschamps
  01 mars 2008
Frédéric Langlois est un adolescent québécois de 17 ans atteint d'un cancer des os. Nous assistons à ses dernières semaines de vie à l'hôpital. Lui qui n'a plus rien à perdre, ni plus rien à prouver, nous donne ses réflexions sur l'amour, la vie, la maladie, la mort, la religion. Sont également très présents le personnel hospitalier (les infirmières, les médecins, la psychologue, l'aumônier), les autres jeunes malades (celui qui s'en sortira et les autres), sa famille (la générosité de sa grand-mère, la vie étriquée de son père, son frère et sa soeur qu'il ne verra pas devenir adulte). A ses moments perdus, Frédéric s'essaie à la poésie et finit par trouver son épitaphe : "On meurt comme on s'exile, rêvant de paix et de richesses, mais le coeur gros de son pays natal".
Attention : chef d'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          90
Bookinista
  18 juin 2012
Récit d'un jeune cancéreux qui devint le poète Métastase...
Un texte d'un auteur québécois très poétique et percutant à la fois : le lecteur est dans la peau de Frédéric, 16 ans et des poussières, qui se consume d'un cancer de l'os de la hanche. Sa maladie lui transforme le bassin en "jardin de porcelaine/ sous une pluie de météorites". On lit l'histoire de cet ado condamné avec entrain et sans compassion (on essaie tout du moins), car c'est le message que veut faire passer le jeune malade à son entourage.
Pourtant, il souffre, mais en silence - Frédéric ne veut pas causer encore plus de peine à ses proches. Et puis de toutes façons, il ne veut même plus de visites, qu'on le voit dans cet état. Sauf sa maman, sa grand-mère aussi : ce sont les deux personnes qui lui apportent réconfort, son grand-père aussi.
Les pages où Frédéric parle de son père sont d'une lucidité désarmante : un père fatigué, "qui s'ennuie le dimanche et passe son temps dans le frigidaire", "un paranoïaque convaincu que tout le monde le juge dans la rue". Il l'aime ce père, mais le plaint de ne pas savoir profiter de la vie.
Il sait qu'il est condamné (grand-mère, tu pourrais me donner mon cadeau de Noël dès maintenant), mais il est courageux lui au moins, alors il attend des autres qu'ils cessent de revêtir leur masque d'affliction extrême devant lui.
Alors Frédéric réfléchit beaucoup, lit la Bible ou le dictionnaire, des Tintins et des Astérix aussi, et il écrit ses pensées intimes ainsi que des poèmes sur son petit cahier, caché sous son oreiller. Il livre sa bataille avec des mots.
La suite sur mon blog http://coquelicoquillages.blogspot.fr/2012/06/sylvain-trudel-du-mercure-sous-la.html
Lien : http://coquelicoquillages.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sylire
  03 novembre 2012
Frédéric a 16 ans et se meurt d'un cancer des os à l'hôpital. Dans un long monologue intérieur, il lance un cri de révolte qui fait mal, sans toutefois faire pleurer. Ironique, parfois cynique, il réfléchit à l'absurdité de sa situation : mourir avant d'avoir vécu. Pas de chapitres, pas de respiration. Il faut tout dire dans le temps qui reste. de temps à autre il s'accorde des envolées lyriques ou livre ses poèmes désespérés. Il s'est surnommé "le poète métastase" avec l'humour noir dont il capable. Il rejette violemment la religion qui ne peut selon lui que convaincre les naïfs. Il accepte la visite de la psy parce qu'elle est jolie, mais se moque en douce de ses théories à deux balles. Sa lucidité est assez effrayante.
Quelques petites bouffées d'oxygène toutefois quand il ne va pas trop mal et qu'il peut côtoyer ses camarades de galère, atteint de maladies plus ou moins graves. Il sait se montrer doux et attendrissant quand il évoque sa famille qu'il veut épargner autant que faire se peut, considérant que la situation est suffisamment difficile à vivre sans qu'il soit nécessaire de les accabler davantage avec ses états d'âme, qu'il garde donc pour lui.
L'auteur n'épargne pas le lecteur, sans tomber dans le pathos. C'est une lecture coup de poing, sur un sujet auquel on préfère ne pas trop penser, c'est si douloureux et injuste de mourir ainsi à 16 ans.

Lien : http://sylire.over-blog.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Cielvariable
  09 mai 2018
Roman qui laisse difficilement indifférent et qui raconte l'histoire d'un adolescent atteint d'un cancer des os qui fait face à la mort. Très cynique par rapport à sa situation, à sa famille et à la vie après la mort, il monologue pour calmer son angoisse avant le moment fatidique.
Commenter  J’apprécie          60
Cocotte8017
  06 mars 2015
Frédéric nous livre ses dernières pensées, les pensées d'un jeune de 16 ans qui se meurt d'un cancer.
Quel beau texte de Sylvain Trudel qui a une écriture très poétique! J'ai bien aimé suivre l'évolution des pensées de Frédéric qui se montre parfois confiant, parfois découragé par son sort. Ça m'a émue de lire que Frédéric veut protéger ceux qu'il aime, il voudrait tellement ne pas leur faire de peine...
Seul bémol : l'écriture très poétique m'a fait douter qu'un jeune de cette âge peut réellement penser de cette façon...
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   17 septembre 2015
Je me rappelle avoir entendu un jour mon grand-père Baillargeon affirmer qu'il n'y a pas trente-six misères, seulement deux : la jeunesse et la vieillesse. On vit ou on meurt, c'est tout, ce sont là les seules vraies misères du monde, qu'il disait.
Commenter  J’apprécie          260
mathieuplmathieupl   01 décembre 2010
Moi si j'avais eu la chance de vivre, j'aurais fait de grands voyages pour visiter toutes ces églises extraordinaires qui ne disent absolument rien sur Dieu, mais tout sur les hommes, ce qui est autrement plus renversant.
Commenter  J’apprécie          140
Porcelaine73Porcelaine73   19 octobre 2014
"Je vois qu'on vit dans la tristesse des choses, loin du temps où les romantiques aimaient mourir, parce que, aujourd'hui, on n'aime plus mourir.
La preuve : on se tire une balle dans la bouche, on se pend dans la cave, on s'ouvre les veines, on avale du poison ou on se jette dans le fleuve ou devant un train.
C'est pas mourir, ça, c'est s'arrêter net de vivre ; c'est en finir une bonne fois pour toutes ; c'est ne pas traîner.
On ne joue plus avec le feu, mais on met fin au calvaire ; c'est pas pareil."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
maylibelmaylibel   23 septembre 2014
Je suis rassuré : je vais me voir partir. Ça m’aurait déprimé de me manquer, de disparaître subitement sans m’apercevoir moi-même une dernière fois, pas pour me dire merci ni des niaiseries comme ça, mais juste pour me prendre par la main une dernière fois, pour m’aider à franchir le seuil de la nuit sans fin. (p. 21)
Commenter  J’apprécie          80
claraetlesmotsclaraetlesmots   25 février 2010
En tout cas devant moi, qui soient-ils, les gens prennent leur air coupable de lendemain de péché, vu qu’à leurs yeux je suis une innocente victime et qu’ils ont la générosité d’être santé, mais ça cloche toujours un peu (…)
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Sylvain Trudel (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvain Trudel
« Marmiton
Cueillez un dictionnaire bien mûr, épluchez-le, blanchissez les feuilles quelques minutes à feu vif. Réservez celles-ci. Faites sauter les mots à la poêle préalablement tapissée d'un fond de champ sémantique, donner trois tours de moulin à virgules, une pincée de points d'exclamation et, pour ceux qui aiment ça, une cuillère rase de subjonctif plus-que-parfait. Quand les mots sont dorés, faites-les sauter, puis émincez-les, passez-les dans un mélange de malice et de cornichonnerie confite. Faites chauffer la page blanche au deuxième degré, plongez-y les mots quelques minutes et servez brûlant. Il ne vous reste plus qu'à déguster l'aphorisme bien chaud. Bon appétit ! » (Jean-Philippe Querton, Minute d'insolence, Cactus Inébranlable éditions, 2017)
« Tour à tour souriant, lucide, méchant, cynique, désespéré, iconoclaste, poétique et paradoxal - à moins d'être tout cela à la fois - l'aphorisme est une phrase d'apparente amoralité ou à la provocation calculée. Il est le mouton noir de la pensée. » (Claude Gagnère, Pour tout l'or des mots, Robert Laffont, 1996)
« Je rédigerai mon testament sous forme d'aphorisme. Pas grand-chose à léguer… » (Jean-Philippe Querton, Délits d'initiales)
Squelette au haras : 0:00 - 1er aphorisme 0:12 - 2e aphorisme 0:40 - 3e aphorisme 0:51 - 4e aphorisme
Chimères bleues : 1:00 - 1er aphorisme 1:09 - 2e aphorisme 1:18 - 3e aphorisme 1:27 - 4e aphorisme 1:39 - 5e aphorisme
Minute d'insolence : 1:49 - 1er aphorisme 2:37 - 2e aphorisme 2:48 - 3e aphorisme 2:58 - 4e aphorisme 3:10 - 5e aphorisme 3:21 - 6e aphorisme
Délits d'initiales 3:31 - 1er aphorisme 3:40 - 2e aphorisme 3:56 - 3e aphorisme 4:04 - 4e aphorisme 4:12 - 5e aphorisme 4:20 - 6e aphorisme 4:29 - 7e aphorisme 4:38 - 8e aphorisme 4:48 - 9e aphorisme 4:57 - 10e aphorisme 5:05 - 11e aphorisme 5:14 - 12e aphorisme 5:23 - 13e aphorisme 5:32 - 14e aphorisme 5:41 - 15e aphorisme 5:48 - Générique
Références bibliographiques : Jean-Philippe Querton, Squelettes au haras, Cactus Inébranlable éditions, 2014 https://cactusinebranlableeditions.com/produit/squelettes-au-haras/
Jean-Philippe Querton, Chimères bleues, Cactus Inébranlable éditions, 2015 https://cactusinebranlableeditions.com/produit/chimeres-bleues/
Jean-Philippe Querton, Minute d'insolence, Cactus Inébranlable éditions, 2017 https://cactusinebranlableeditions.com/produit/minute-dinsolence/
Jean-Philippe Querton, Délits d'initiales, Cactus Inébranlable éditions, 2020 https://cactusinebranlableeditions.com/produit/delits-dintiales/
Image d'illustration : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10207344260193597&set=pb.1498685888.-2207520000..&type=3
Bande sonore originale : Wall Matthews - Waltz For Django Waltz For Django by Wall Matthews is licensed under an Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 3.0 United States License.
Site : https://freemusicarchive.org/music/Wall_Matthews/Live_on_WFMU_with_Irene_Trudel_April_14_2014/Waltz_For_Django
#JeanPhilippeQuerton #CactusInébranlableÉditions #AphorismesBelges
+ Lire la suite
autres livres classés : monologueVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2676 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre