AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782359251364
350 pages
Éditeur : La Découverte (31/08/2017)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 18 notes)
Résumé :
L'enquête de terrain d'Anna Lowenhaupt Tsing commence dans les forêts dévastées de l'Oregon aux États-Unis, où les grands pins ponderosas ont été coupés pour alimenter l'insatiable industrie du bois, et se termine dans celles du Yunnan, où la marchandisation fait des ravages dans les campagnes, après être passée par la Laponie et le Japon. Le sujet du livre ? Le matsutake, un champignon très cher au Japon qui ne pousse quasiment plus sur l'archipel nippon et qu'il f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
de
  09 janvier 2018
Capter la senteur des communs latents et cet arôme d'automne insaisissable
Des histoires de champignons – les matsutakes – d'arbres, de forêts, de paysages dévastés, de ruines, de temps perdu… Les êtres humains et l'environnement, le refus des simplifications et la prise en compte des enchevêtrements, les ruines du capitalisme, les collaborations pour vivre…
De la richesse foisonnante des analyses, un remarque et quelques éléments. Anna Lowenhaupt Tsing fait le choix de personnaliser les végétaux. Cela permet une lecture fluide mais entraine une certaine ambiguïté. Constater des évolutions est une chose. Les déplacements ne sont cependant pas des « faire » (et encore moins, la conscience de faire). Les passés et le(s) futur(s) étaient et seront construits par des interactions, des « collaborations » cachées, des histoires multi-spécifiques, que les être humains devraient mieux étudier, pour en comprendre les liens, les contradictions, les possibles toujours ouverts dans les contraintes précédemment « constatées ». Mais parler des « vivants » n'implique pas que ceux-ci puisse « faire »…
Dans sa préface, Isabelle Stengers interroge « comment sortir dudit « Anthropocène » aussi vite que possible, avant que les conséquences en cascades de ce que nous avons appelé le « développement » ne détruisent irrémédiablement notre monde ». La préfacière aborde, entre autres, les paysages désolés, les ruines « pour apprendre à saisir ce qui discrètement s'y trame », la piste du matsutake, l'historicisation des circonstances, les « frictions – tensions, contradictions, malentendus, raccords bricolés – », les contingences, « la manière dont les vivants composent entre eux, sont susceptibles de tisser les uns avec les autres des rapports qui inventent des possibilités de vie », les enchevêtrements, les résistances derrière les défaites, les mutilations de l'imagination, les mondes multiples que « les vivants continuent à fabriquer les uns avec les autres ».
En espace d'avant le prologue, Anna Lowenhaupt Tsing revient sur la « Nature » magnifiée, passive, mécanique et universelle dans la philosophie occidentale. Elle présente son livre, le choix de chapitres courts, « un excès en abondance, un appel à explorer, un toujours trop ». le futur n'est pas une direction particulière qui ouvre le chemin. de multiples futurs apparaissent et disparaissent dans le champ des possibles. L'autrice parle de « polyphonie temporelle ».
Les matsutakes, le parfum, les conditions d'« apparition », des champignons et aujourd'hui des marchandises mondiales, « En suivant le commerce et l'écologie des matsutakes, ce livre aborde l'histoire des modes de vie et des environnements précaires ». L'autrice discute, entre autres, de l'hétérogénéité de l'espace et du temps, des écologies issues des perturbations, des enchevêtrements, de la survie collaborative, des rencontres imprévues et des transformations induites, du concept d'« agencement », des histoires divergentes, stratifiées, combinées…
Contamination, collaborations, emmêlements, cacophonie d'histoires troubles, relations co-transformatrices, Anna Lowenhaupt Tsing souligne que « La diversité contaminée n'est pas seulement particulière et historique, toujours changeante, elle est aussi relationnelle ».
Le capitalisme comme sytème de traduction, les chaînes d'approvisionnement et de sous-traitance, l'accumulation par captation, les aspects contradictoires des procès socio-économiques. D'autres facettes du fonctionnement local et global d'un système…
L'autrice insiste sur les relations interspécifiques, l'impossibilité de comprendre l'un sans penser le tout et d'examiner les différentes relations et leurs changements. Il n'y a pas d'auto-création ou la « reproduction y est autosuffisante, auto-organisée et échappe à l'histoire ». Pour comprendre, il nous faut souvent changer d'échelle, regarder du coté des rencontres « entre un organisme et son environnement », analyser les interactions avec d'autres espèces, prendre en compte les co-développements, ne pas dédaigner les rencontres fortuites… L'écologie ne peut-être qu'historique et multi-spécifique.
La « nature » n'est pas un monde-bulle figé hors du temps, « les perturbations réalignent des possibilités de rencontre transformatrices », l'autrice revient sur les agencements polyphoniques, les accordages multi-spécifiques, les changements contingents, l'absence d'état initial harmonieux, les hétérogénéités, ce qui fait histoire ensemble, les coordinations inattendues, les connexions mondiales, les communes dépendances, les accordages ratés et ce qui fait raccord, l'environnement et non la localisation, le « désordre qui règne dans des mondes-en-train-de-se faire », la « mutualité évanescente »…
Il ne s'agit donc pas seulement d'histoires de champignons, d'arbres, de forêts, de paysages dévastés, de ruines, de temps perdu… mais de la possibilité de construire un autre temps, un temps retrouvé…
D'autres lectures, convergentes ou divergentes, sont possibles ; d'autres éléments pourraient être critiqués ou soulignés. Je tenais au moins à rendre compte de l'intérêt de cet ouvrage. Il convient de sortir des terrains battus pour mieux comprendre notre monde, rendre apparentes les complexités et donc les possibles émancipateurs…

Lien : https://entreleslignesentrel..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Pivoine29
  13 avril 2018
Un livre hybride, l'auteur, anthropologue de formation je crois, promet d'ailleurs d'autres études collectives. En étudiant l'univers du matsutake, ce champignon qui pousse sur des ruines, quand les pins peuvent pousser car d'autres espèces qui leur faisaient de l'ombre ont été abattues, en symbiose. On y trouve cette notion abordée dans La Vie secrète de l'arbre : les êtres vivants collaborent. Une charge contre le capitalisme, l'industrie de la captation : l'essentiel de son enquête se déroule dans l'Oregon, auprès des cueilleurs de champignon. Cueilleurs qui ne trouvent plus leur place dans le système ; l'Oregon qui a subi de plein fouet la crise de l'industrie forestière. L'auteur s'intéresse à la fabrication du monde et considère que le meilleur moyen de l'appréhender est par le biais d'histoires. Elle souligne la nécessité de travailler ensemble et l'effort que cela impose pour y parvenir d'être capable de prendre en compte d'autres paradigmes que les siens (traductions). Beaucoup de notions, d'idées intéressantes ; notamment que dans un monde de précarité tel que le nôtre, chaque rencontre impose un changement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
MichelZ
  15 janvier 2018
Une enquête très étonnante: étudier la marche du monde au travers un champignon aromatique!
Commenter  J’apprécie          20


critiques presse (3)
LaViedesIdees   12 février 2018
À travers l’étude de la collecte et du marché du matsutake, l’anthropologue Anna Tsing décrit un monde qui a renoncé au progrès, où la survie dépend de collaborations précaires entre les hommes et le monde qui les entoure.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
NonFiction   04 décembre 2017
Un essai d’anthropologie qui invite, grâce à son sens du récit, à repenser notre monde et ses mutations de manière nuancée.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LeMonde   11 septembre 2017
L’Américaine Anna Tsing analyse les relations entre les humains et leur environnement à travers l’écologie très particulière du savoureux « matsutake ».
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   04 janvier 2020
 
 
[…] la diversité contaminée est compliquée, souvent rebutante, voire intimidante. La diversité contaminée implique des survivants pris dans des histoires de cupidité, de violence et de destruction environnementale. Le paysage embrouillé que l’exploitation commerciale du bois a engendré nous rappelle les irremplaçables géants, pleins de grâce, qui existaient avant. Les vétérans nous rappellent les corps qu’ils ont enjambés – ou tués – pour venir jusque chez nous. Nous ne savons pas si nous devons les aimer ou les haïr. Les jugements moraux simplistes ne servent à rien.

[…] Écouter et raconter des histoires qui se bousculent est une méthode. Et pourquoi ne pas oser une déclaration forte et appeler cela une science, une science à ajouter au panel de la connaissance ? Son objet de recherche est la diversité contaminée ; son unité de base est la rencontre indéterminée. Pour apprendre quoi que ce soit, elle a à revitaliser les arts de l’observation […].

/Traduit de l'américain par Philippe Pignarre
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
dede   09 janvier 2018
comment sortir dudit « Anthropocène » aussi vite que possible, avant que les conséquences en cascades de ce que nous avons appelé le « développement » ne détruisent irrémédiablement notre monde
Commenter  J’apprécie          20
Impression-de-lecteurImpression-de-lecteur   28 novembre 2019
En France, ils ont deux choses : la liberté et le communisme. Aux États-Unis, il n'en ont qu'une : la liberté.
Commenter  J’apprécie          20
dede   09 janvier 2018
la manière dont les vivants composent entre eux, sont susceptibles de tisser les uns avec les autres des rapports qui inventent des possibilités de vie
Commenter  J’apprécie          10
Impression-de-lecteurImpression-de-lecteur   28 novembre 2019
Ce qui importe pour la vie sur terre se manifeste dans la transformation et non dans les arbres de décision d'individus autosuffisants.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Anna Lowenhaupt Tsing (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Anna Lowenhaupt Tsing
[La minute de l'éditeur] Le Champignon de la fin du monde - A.L. Tsing
autres livres classés : anthropocèneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Anna Lowenhaupt Tsing (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
338 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre