AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Corinne Atlan (Traducteur)
ISBN : 2070413918
Éditeur : Gallimard (28/02/2001)

Note moyenne : 3.9/5 (sur 45 notes)
Résumé :
Le cœur de Minoru bondit soudain dans sa poitrine. Son regard glissa lentement du cou d'Otowa vers sa nuque, ses oreilles, sa bouche. C'était la première fois qu'il désirait une femme mais, naturellement, l'enfant de sept ans n'avait aucune conscience de l'instinct sexuel qui germait en lui. Elle le prit dans ses bras. C'était un geste tendre de sœur aînée, mais en sentant contre lui les rondeurs féminines sous le kimono aux motifs indigo, une gêne indicible envahit... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
joedi
  27 septembre 2015
Hitonari Tsuji s'est inspiré de l'histoire de son grand-père, armurier, pour en faire le héros de son roman ; en effet c'est son grand-père, Yutaka Imamura, aidé de Shigeo Imamura qui s'est consacré à l'édification du Bouddha blanc sur l'île d'Ôno. Dans son livre, c'est la vie de l'armurier Minoru Eguchi qui est contée d'une belle écriture, dans un style vivant. Minoru est un personnage qui possède beaucoup de qualités, très humain c'est aussi quelqu'un qui ne manque pas de ressources. Alors que le Japon a perdu la guerre et est sous l'occupation américaine, il cesse l'activité de l'armurerie et grâce à son esprit créatif, il fabrique des machines et fait breveter ses inventions. J'ai vécu dans l'ombre de Minoru depuis ses huit ans jusqu'à son dernier souffle. J'étais présente quand il a connu son premier émoi sentimental, quand il s'est marié et a eu des enfants, quand il est parti à la guerre, en Sibérie dont il a été rapatrié, quand il a soumis son projet du Bouddha blanc à la population d' Ôno...
Challenge Atout Prix 2015-2016 - Prix Femina - Étranger 1999
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
spleen
  15 novembre 2014
Mois du Japon dans les médiathèques girondines, cela est plus ma tasse de thé que les zombies...
L'histoire de Minoru Eguchi, inspiré de la vie du grand-père de l'écrivain pourrait être transposée dans beaucoup de pays du monde :
Nous parcourons la première moitié du XXème siècle à travers la vie d'un homme : son enfance avec ses amis , la perte accidentelle de proches, son premier amour qu'il gardera à jamais au fond du coeur, la dure expérience de la guerre, la reprise de l'armurerie paternelle et l'avènement d'une famille unie et heureuse même si les drames ne l'épargnent pas.
Rien à priori de bien original, sauf que cela se passe dans une petite ile du Japon et que l'on trouve au fil des pages cette douceur incomparable de la vision des épis de blés, du vent dans les champs de riz, le profond culte des morts et la sérénité de la croyance bouddhiste .
Minoru a des visions en flash,des impressions de déjà vu , propre à la métempsycose ,un des dogmes du bouddhisme et s'interroge sur sa présence dans ce monde :
d'où viens-je ? est la question qui le suit tout au long de sa vie .
L'apparition du Bouddha blanc à plusieurs périodes cruciales de son existence lui rappelle que chaque individu n'est que de passage sur terre et lui inspirera la réalisation d'une statue de Bouddha constituée de tous les ossements des morts de l'ile, soudés dans une harmonie finale .
Belle écriture et réflexion sur le sens de la vie et de la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
kuroineko
  28 décembre 2017
Dans le Bouddha Blanc, Hitonari Tsuji fait résonner sa corde réaliste, délaissant ses intrigues aux teintes fantastiques comme dans l'excellent Pianissimo, pianissimo.
Ce récit évoque un Japon en pleine mutation. L'auteur raconte l'histoire de son grand-père, fils d'armurier et qui va le devenir également. Même si sa grande oeuvre est l'édification d'un Bouddha Blanc, bien particulier, hommage aux êtres qui ont vécu sur ce bout de terre.
Hitonari Tsuji signe un roman fort et sensible. On se sent accompagner le personnage principal de son enfance jusqu'à son lit de mort. On le voit tomber amoureux et mener à bien son projet - presque une quête spirituelle pourrait-on dire. Sans jamais sombrer dans la facilité, le texte s'imprègne d'une belle émotion palpable (La fin m'a fortement touchée)
A travers ce récit, c'est également le quotidien d'un certain Japon qui transparaît. Chronique d'un passé révolu qui reprend forme sous nos yeux par la grâce des lettres noires sur du papier. Et par le talent indéniable de Hitonari Tsuji qui sait tant surprendre par la diversité de ses histoires et des thèmes abordés. Je remercie mon libraire qui m'a fait connaître cet auteur en me prêtant ce livre. A découvrir si ce n'est déjà fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
Nina
  14 mai 2012
Ce roman fait partie de mes coups de coeur, je le conseille à tous ceux qui veulent découvrir la culture japonaise, parce que cette histoire qui raconte la vie du père de l'auteur révèle avec beaucoup d'authencité la vie quotidienne des japonais sur la petite île d'Ôno qui se situe au sud de l'archipel japonais.
Ce roman est profondément spirituel, le personnage principal Minoru est confronté dès son plus jeune âge a des images étranges qui lui inspirent des notions de déjà-vus. Son père lui explique que c'est peut-être des évènements de ses vies antérieures qu'il revit, mais il y a aussi l'apparition d'un bouddha blanc à l'aspect serein et réconfortant qui vient à lui à des périodes graves de son existence. Même si Minoru ressemble à tous les garçons de son âge, cette sensibilité à ressentir un au-delà possible va le confronter très tôt à un questionnement sur les mystères de la vie et de la mort. La disparition tragique de son frère Ishitarô, sa troublante découverte de l'amour avec la belle Otawa, les jeux parfois pervers de ses copains, le travail de son père comme armurier du gouvernement, sa vie de famille et celle de tous les habitants de l'île vont conduire Minoru à s'interroger sur le rôle des êtres humains sur la terre et sur leur mystérieuse disparition après leur mort. Que se passe t-il après ? A l'âge adulte, Minaru va reprendre l'armurerie de son père, et accomplira chaque tâche, vivra chaque évènement de sa vie avec courage et loyauté mais avec un questionnement toujours plus affiné sur ses propres actes qui sont souvent en contradiction avec ses pensées, comme de faire la guerre pour défendre son pays alors qu'il est non-violent, de réparer et fabriquer des armes avec la conscience qu'elles vont servir à tuer. Ses pensées personnelles confrontées aux obligations du monde extérieur souvent différentes lui posent des problèmes de conscience qu'il ira confier à l'abbé du temple.
Le magistral projet de construire un bouddha pour réunir tous les ossements et les cendres des morts de l'île signera le dernier acte de la vie de Minoru. Une vie simple mais remplie de mansuétude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
le_Bison
  18 mars 2012
La lumière s'éteint doucement à l'horizon sur l'île d'Ôno, minuscule île du Sud du Japon, coupée du reste du pays par les caprices de la nature et du temps qui s'est toujours vue refuser l'instauration d'un pont afin de la rapprocher de la civilisation. Un vent frais et léger vient baigner le souffle de ses habitants, en particulier Minoru Eguchi, âme pure de l'île.
Minoru Eguchi est l'armurier du village. Il a patiemment appris son métier auprès de son père, suivant les règles ancestrales et traditionnelles. Mais sa maîtrise et ses capacités dépassent largement la renommée de l'île. Si au début de ce siècle, ses sabres et baïonnettes constituaient son gagne-pain quotidien, il saura transformer sa forge pour la réparation des « fusils 1906 » lors de la seconde guerre mondiale, puis se diversifia avec des machines agricoles ou inventions en tout genre pour faciliter la vie de ses compatriotes militaires, paysans ou pécheurs. Et c'est dans les règles de l'art qu'il fonda une famille tournée autour de son armurerie et d'un Bouddha Blanc...
Durant toute sa vie, l'armurier n'aura que cette question obsédante : « d'où viens-je ? ». Incessamment obnubilé par cette interrogation, il ne cessera d'en rechercher la réponse. Des sensations de « déjà-vus » transformeront sa vision du monde, et tout au cours de cette vie, il recherchera dans son passé les souvenirs d'une vie précédente. L'âme ne meure pas, elle navigue de corps en corps et c'est ce en quoi Minoru tente de comprendre. Sans être pris pour un fou, il sera le premier à interroger ses propres enfants pour tenter de percer le mystère de cette vie d'avant. La réincarnation est au centre de ce roman, tout comme le Bouddha Blanc...
Qui est donc ce Bouddha Blanc ? En fait, il apparaîtra dans les visions de Minoru à différents moments clés de sa vie pour lui indiquer le bon chemin à prendre. Dirigé sur la voie de l'âme pure, Minoru ayant laissé l'armurerie à ses fils se chargera de lui rendre hommage en même temps qu'à tous ses ancêtres îliens. Il réunira tous les ossements des morts de l'île d'Ôno, les réduira en poudre afin de servir à la fabrication d'un Bouddha debout. Sentir les habitants de l'île prier face à ce géant blanc, honorer ainsi leurs défunts ancêtres mais aussi revenir aux valeurs fondamentales du bouddhisme : hommes et femmes réduits en poussière se retrouvent mêlés ensemble, au sein d'une même sépulture, quelques soient leurs opinions philosophiques et leurs courants religieux.
Lien : http://leranchsansnom.free.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
joedijoedi   27 septembre 2015
«J'ai réduit beaucoup de gens en fumée, mais j'ai compris une chose. L'enseignement bouddhiste sur le paradis de la Terre Pure est nécessaire aux êtres humains. Mais il n'a d'utilité que sur cette terre, pas dans l'au-delà. Je suis persuadé que dans l'autre monde nous ne pouvons plus penser comme nous le faisons ici-bas. Il me semble que chacun d'entre nous, quel qu'il soit, retourne au néant. Quand le corps se calcine, riches et pauvres, tous égaux, se muent en fumée qui monte dans le ciel.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
le_Bisonle_Bison   18 mars 2012
« Tu as entendu parler de la métempsycose ?
- Métempsycose ?
- C’est l’abbé du temple d’Ôtakuma qui m’en a parlé, ça veut dire quand un homme meurt, son âme, elle, ne meurt pas, elle emprunte simplement un nouveau corps, selon certaines règles.
- Ça me dit quelque chose.
- Ainsi, l’âme ne meurt jamais, elle voyage seulement de corps en corps.
- Je vois, fit Minoru en hochant la tête.
- Si, au moment où elle se réincarne, l’âme a encore des souvenirs de ce qu’elle a expérimenté dans son corps précédent, ce n’est guère étonnant que surviennent des sensations de déjà-vus. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
le_Bisonle_Bison   19 mars 2012
Il eut des accès de température si élevés qu’il en perdit connaissance. C’est au cours d’une de ces pertes de conscience qu’il eut la vision du bouddha blanc.
Un Bouddha immaculé, haut jusqu’au plafond, se tenait debout, immobile, au centre de rayons de lumière éclatants. Minoru avait conscience qu’il s’agissait d’un Bouddha, pourtant les traits de l’apparition restaient flous, on ne distinguait ni ses yeux, ni sa bouche, les détails se fondaient dans la noblesse générale de son aspect. L’expression du visage, cependant, était clairement perceptible : sereine et d’une douceur infinie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
joedijoedi   23 septembre 2015
... il y a plein de choses qu'on ne sait pas parce qu'on est trop petits. Jouer au soldat, c'est un jeu de gamins, comparé à ce que font les hommes et les femmes tout nus.
Commenter  J’apprécie          150
joedijoedi   27 septembre 2015
L'important, c'est de vivre de la façon que tu considères juste pour toi-même, tout en respectant les opinions d'autrui.
Commenter  J’apprécie          192
Video de Hitonari Tsuji (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hitonari Tsuji
Payot - Marque Page - Hitonari Tsuji - Dahlia
autres livres classés : littérature japonaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les mangas adaptés en anime

"Attrapez-les tous", il s'agit du slogan de :

Bleach
Pokemon
One piece

10 questions
337 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , littérature japonaiseCréer un quiz sur ce livre
. .