AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2919186302
Éditeur : Wombat (06/09/2013)

Note moyenne : 3.34/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Un yakuza présomptueux assassiné par un clan rival, un infirme carriériste et séducteur, un homme marié fou amoureux d’une jeune starlette, un fringant acteur de kabuki qui suscite les jalousies, un couple de sans-abri morts de froid dans un parc : tous ces personnages, qui un jour se sont croisés dans leur vie, se retrouvent en Enfer.
Errant dans une ville indéterminée, les fantômes, désormais détachés de toute émotion, dévident l’écheveau de leurs existence... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Sando
  16 septembre 2013
Qu'y a-t-il après la mort ? Quel est donc cet endroit qui ressemble tant à la réalité, tout en étant différent, et dans lequel errent de vieux amis d'enfance, un ancien yakusa, un acteur populaire, un grand séducteur et un couple de sans-abris ?
Tous se sont rencontrés de leur vivant et se retrouvent, maintenant qu'ils sont morts, dans ce monde étrange, surnaturel qu'ils nomment spontanément « Enfer ». Un enfer bien éloigné de celui que l'on trouve dans les représentations populaires et dans lequel les âmes pécheresses subissent mille tourments. Ici, il s'agit davantage d'un espace transitoire, dans lequel chacun évolue en attendant de se défaire de ses émotions. le désir, la haine, la douleur, la rancoeur et la jalousie s'estompent dans cet entre-deux purificateur, libérant chacun de sa vie antérieure. Mais que se passe-t-il une fois cet état de plénitude atteint ?
Dans ce singulier petit roman, Yasutaka Tsutsui nous fait naviguer entre le monde des vivants et celui des morts, les deux étant profondément liés. On découvre la vie de chaque personnage à travers de courtes scènes, mais aussi sa mort, souvent tragique, parfois cocasse et son errance dans cette ville fantôme, à la fois familière et étrangère qui annihile toute forme d'émotion et permet une réflexion lucide sur son propre parcours. L'atmosphère de « Hell » est étrange, irréelle. On saute d'un personnage à l'autre, d'une époque à une autre au gré des réminiscences. Tout semble évanescent, insaisissable dans cet entre-monde. Il m'est arrivé de me perdre, d'être déboussolée dans cet univers fantastique. Peut-être ai-je manqué de repères, néanmoins, la lecture n'en reste pas moins originale en offrant une autre interprétation de l'enfer.
Je remercie vivement les éditions Wombat et Libfly pour m'avoir permis de découvrir ce livre dans le cadre de l'opération « La Voie des indés » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
DarkHawk
  06 octobre 2013
Avant de parler du livre, je voudrais remercier les éditions Wombat et Libfly pour m'avoir permis de le lire dans le cadre du partenariat "La voie des indés 2013" !
Ou va-t-on après la mort ? Voici une question récurrente que l'humanité se pose et qui est le thème principal de ce livre. Nous y suivons divers personnages après leur mort. Ils évoluent dans une ville presque déserte ou ils croisent diverses personnes avec qui ils ont un passé commun. Ce lieu, tous le nomment spontanément l'Enfer.
Hell est un roman fluide et agréable entre fantastique et métaphysique. On y suit divers protagoniste qui au fil de leurs rencontres nous racontent leur vie. L'auteur nous présente son Enfer comme un lieu aseptisé ou l'on ne peut ressentir ni peur, ni colère, ni haine. Cela contribue fortement à mettre en place une atmosphère étrange et irréelle. On peut raconter sa mort entre indifférence et humour ou parler posément avec l'homme qui a provoqué votre déchéance. Rien n'a plus d'importance, que ce soit les petites victoires et les revers de fortune.
« Yûzô avait ri en retraçant les circonstances de sa mort. Quelle manière ridicule de mourir, avait-il dit.
Mais, après tout, quelle manière de mourir n'était pas ridicule ? se disait Takeshi. Tout un chacun ne pensait-il pas la même chose de sa propre mort ? Les gens qui avaient accompli de grandes choses dans leur vie devaient se dire au moment de mourir que tout ce qu'ils avaient réalisé était dénué de sens. »
La multitude de personnages et de points de vue n'aide pas la lisibilité du roman mais renforce l'atmosphère de ville fantôme de cet Enfer. Quelques parcelles d'une vie puis on passe au suivant. Il nous arrive de le recroiser par la suite mais il repart bien vite dans l'ombre. Cela m'a rappelé par moments la manière déstructurée dont Quentin Tarantino raconte ses histoires. J'ai toujours admiré la complexité de son travail et le rendu visuel mais sans jamais accrocher aux histoires. Hell est pour moi dans la même veine. Des idées très intéressantes, une façon originale de les traiter mais des personnages manquant de charisme et de profondeur.
Reste alors cette atmosphère propice à la réflexion philosophique entre réel et imaginaire. Existe-t-il un enfer ? Si, oui à quoi ressemble-t-il ?
Dans Hell, l'auteur choisit de nous montrer une représentation de l'Enfer assez éloignée des représentations biblique et mythologique. Pas de diable, pas de châtiments mais une ville fantôme avec des habitants dénués d'émotions.
« - Quel chemin emprunteras-tu : le droit chemin ou le chemin de traverse ?
- Lequel est le plus long ?
- Les deux sont courts. »
Pour conclure, Hell est un roman plaisant à défaut d'être passionnant. Il aurait fallu des personnages plus développés et charismatiques pour me convaincre entièrement.
Note : 6,5/10
Lien : http://www.les-mondes-imagin..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
chocobogirl
  16 septembre 2013
Nobuteru, Takeshi et Yuzo étaient amis autrefois. Un banal accident les sépara : Alors qu'ils jouaient dans la cour de l'école, l'un d'eux fut bousculé et se cassa la jambe. Il restera boiteux toute sa vie et, de honte, ses camarades ne lui parlèrent plus. La guerre finira de les séparer définitivement. Aujourd'hui, Nobuteru se fait vieux. Il se demande ce que sont devenus ses anciens amis. Il ignore que ces deux là sont morts. Quand Takeshi se réveille, après sa mort, il retrouve toute sa mobilité. Il est en enfer, dans une ville similaire à celle où il a vécu. Il y retrouve des connaissances, des gens qu'il a bien connu ou tout simplement croisé. Il y retrouvera Yuzo aussi. L'occasion de revenir sur leur vie passé, leur erreurs.
Le nom de l'auteur ne vous dit que très certainement peu de choses, pourtant c'est un des grands auteurs de la littérature fantastique japonaise. Deux de ses romans ont d'ailleurs été adaptés en film d'animation (Paprika, La traversée du temps) et nul doute que les amateurs s'exclameront. Il a beaucoup travaillé sur le mélange réalité / fiction et c'est, d'une certaine manière, ce qu'on retrouve dans Hell.
L'enfer imaginé par l'auteur n'est pas un univers où les flammes viennent tourmenter les pêcheurs mais plutôt une sorte de purgatoire qui prend place dans une grande ville moderne où chacun y retrouve des lieux et des personnes connus. Un lieu étrange dans une sorte d'espace-temps parallèle où les époques se télescopent. Un monde où les trépassés ne peuvent rien se cacher (les conditions de leur mort, leurs tromperies, etc.) mais où les émotions se sont taries.
Plus question de haine, de jalousie, de rancoeur : ils n'éprouvent plus rien et peuvent d'autant plus se détacher des vanités de leur existence.
Nous y suivrons Takeshi qui, malgré son handicap, fut un grand séducteur mais aussi un carriériste affûté qui n'hésita pas à tromper les gens pour mieux réussir ; Yuzo, devenu yakuza, qui mourra bêtement des mains d'un clan rival. Il sera aussi question de plusieurs personnages secondaires liés d'une manière ou d'une autre à ces deux là : un mari trompé, un subalterne de Yuzo, un couple devenu clochard suite aux magouilles de Takeshi et morts de froid. On découvre leur vie de manière désordonnée, en petites séquences qui fait de réguliers allers-retours entre passé et présent. Ces personnages se croisent, se parlent ou pas. Penser à un évènement de sa vie suffit à le revisiter. Dénués de toute colère, ils peuvent dès lors regarder de manière lucide et extérieure leur propre parcours. Bientôt, leur monde se télescope avec celui des vivants. Nobuteru aperçoit des silhouettes de gens qu'il sait morts avec certitude. Les fantômes flirtent avec une réalité qui n'est plus. Mais a-t'elle été un jour ?
Véritable fable métaphysique, Hell nous invite à s'interroger sur l'absurdité de nos vies et sur l'importance des faux-semblants qui nous gouvernent. Mort, plus rien n'a d'importance. Soulagés des heurts de l'existence, le sens que l'on donnait à certaines choses disparait. Cette mort qui effraie tant et contre laquelle on lutte avec acharnement (la folie qui prend les passagers d'un vol détourné et prêt de s'écraser en est une preuve forte) n'est rien qu'autre qu'un passage. L'enfer est-il finalement réel ou la simple projection des humains projetant dans un monde parallèle ce qui a fait leur perte, leur désespoir ? L'enfer ne serait-il pas plutôt sa propre existence où chacun tient les rênes de sa propre condition ? Si l'auteur pose les questions, il laisse au lecteur le soin de trouver en lui-même les réponses.
Ce roman a de quoi déstabiliser. Débutant sur un fil réaliste, il emmène le lecteur dans un monde métaphysique à l'atmosphère vaporeuse, insaisissable, énigmatique. Dans une sorte d'entre deux où personnages et époques se mélangent. Les repères s'effacent et laissent place à une fresque fragmentée où le flou contribue au mélange réalité / monde parallèle. A vous de décider où est VOTRE enfer.
Hell est un roman atypique mais passionnant, qui amène intelligemment le fantastique vers un questionnement philosophique et existentiel, que peu d'ouvrages de la rentrée littéraire seront à même de vous proposer. Vous savez ce qu'il vous reste à faire !
Lien : http://grenieralivres.fr/201..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
NoniNomNom
  06 avril 2014
Hell, comme son nom l'indique judicieusement, parle de l'enfer. Comme son nom l'indique beaucoup moins, c'est aussi un petit livre de Yasutaka Tsutsui, auteur japonais de fantastique et de science-fiction.
L'enfer, ici, est en fait plutôt paisible. Il s'agit d'un monde onirique, semblable au monde réel, où les décédés ont perdu leurs mauvaises émotions passées. Plus de rancoeur, plus de colère. Pourquoi faire d'ailleurs ? Nous suivons des personnages aussi divers qu'un ancien chef d'entreprise véreux, un yakusa, un SDF et j'en passe, qui se sont tous rencontrés au moins une fois dans leur vie. Ils sont morts, ils sont en enfer, il leur reste à comprendre pourquoi. A eux de revenir sur leur passé et à saisir ce qui les retient dans ces espèces de limbes.
L'histoire passe fréquemment des réflexions d'un personnage à celles d'un autre, sans parler des allers retours entre le monde réel et l'enfer. Cela peut un peu déstabiliser au début mais il n'est pas compliqué de se laisser emporter tranquillement, malgré quelques passages un peu plus durs. Presque un paradoxe, Hell est un court roman qui n'a d'autre sujet que la mort et dont se dégage une ambiance on ne peut plus sereine. C'est rafraîchissant.
Lien : http://nonivuniconnu.be/?p=2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
profdoc_hashtag
  25 septembre 2017
Des personnes toutes liées les unes aux autres de façon indirecte sont en enfer, dans une ville déserte. Leur point en commun : avoir connau un des trois amis présentés en début du roman. On les suit, on retrouve leurs souvenirs, mais parfois le futur ou les faux souvenirs s'y mélangent. Les bribes de passé reviennent également à plusieurs reprises et se fondent dans le reste.
Et les vivants viennent se mêler aux morts en Enfer.
Narration agréable, une scène de torture assez difficile.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DarkHawkDarkHawk   28 septembre 2013
Yûzô avait ri en retraçant les circonstances de sa mort. Quelle manière ridicule de mourir, avait-il dit.
Mais, après tout, quelle manière de mourir n'était pas ridicule ? se disait Takeshi. Tout un chacun ne pensait-il pas la même chose de sa propre mort ? Les gens qui avaient accompli de grandes choses dans leur vie devaient se dire au moment de mourir que tout ce qu'ils avaient réalisé était dénué de sens.
Quand un riche mourait, il était ruiné. Même ceux qui profitaient d'une longue vieillesse en venaient à penser que vivre si longtemps ne rimait à rien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DarkHawkDarkHawk   28 septembre 2013
Il comprenait maintenant le calme soudain dans la cabine. C'était la mort qui leur avait apporté cette résignation, ce sentiment d'être soulagé du tumulte du monde, cette sérénité qu'on conquérait en s'affranchissant des désirs et des envies terrestres. Il était mort;
Commenter  J’apprécie          50
chocobogirlchocobogirl   16 septembre 2013
En Enfer, il suffisait de fixer les gens du regard pour capter des moments de leur vie. Ce n’était pas une bulle explicative qui apparaissait au-dessus de leur tête, comme dans un manga, ni de la télépathie. La vérité surgissait d’elle-même comme une vision en arrière-plan de son propre esprit.
Commenter  J’apprécie          10
DarkHawkDarkHawk   28 septembre 2013
- Quel chemin emprunteras-tu : le droit chemin ou le chemin de traverse ?
- Lequel est le plus long ?
- Les deux sont courts.
Commenter  J’apprécie          20
chocobogirlchocobogirl   16 septembre 2013
La plupart des japonais n’ont pas de religion, ni aucun substitut divin ; ils ont même perdu le respect de leur aînés. Alors dès lors qu’ils obtiennent une once de pouvoir, ils se prennent eux-même pour des dieux. On pourrait dire que l’enfer sert à se défaire de cette illusion. En fin de compte, c’est la seule différence avec le monde des vivants…
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Yasutaka Tsutsui (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Yasutaka Tsutsui
Nos tubes de l'été #5
autres livres classés : mortVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2743 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre