AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de lypon


lypon
  12 décembre 2015
Entre la modification de son œuvre ou la lutte contre la censure. Nous suivrons dans ce second tome le choix du mangaka « Mikio ». Tout en lisant les péripéties qu’endure Mikio, nous nous questionnons sur la censure, ses raisons et ses limites. Devons-nous braver les interdits basés sur une dérive exponentielle des supervisions ? En continuant cette lecture, l’auteur nous donne sa réponse par le biais d’un « procès ».
Ce procès d’intention orchestré par ses puritains de la commission « d’assainissement » nous évoque l’incompréhension et la révolte qu’aurai pu ressentir Tetsuya Tsutsui lors de son appel. Réclamant le contrordre de « Manhole »sur cette liste noir intronisé par « l’agence pour la protection de la jeunesse (Nagasaki)».
Voici quelques extraits d’une lettre ouverte écrite et publié sur le blog de Tetsuya Tsutsui. « … Ce qui me révolte particulièrement, c’est que, par ce biais, les responsables cherchent à fuir les véritables problèmes à l’origine de ces incidents et à rejeter la faute sur autrui » … « L’application de la loi ne peut être aussi arbitraire, illogique et contradictoire » … « Pour l’anecdote, ….j’ai découvert que le département de Nagasaki faisait figurer sur sa liste noire des Shunga (gravures érotiques) de l’époque d’Edo (1600)» Pour la lecture complète de cette lettre, rendez-vous au deux dernières pages de ce tome.
Dans le manga, cette parodie de procès est bien entendu retransmise par les médias. De part ce fait, Tetsuya Tsuisui n’oublie pas de critiquer ceux qui colportent le mieux les messages "des soldats du bon droit détruisent des livres». « Que ce soient les animateurs Télé avec leurs conclusions toutes faites, ou les journalistes avec leurs questions orientées …. Ils se sont contentés de jouer le rôle qu’on attendait d’eux ! ». On retrouve bien là, le peu de considération qu’éprouve Tetsuya Tsutsui face aux médias.
Pour cette lutte, d’une part perdu contre les politiciens et d’une autre part devant être soutenu par les citoyens. Ces citoyens ne devant pas se cacher derrière la lâcheté et le silence. Car selon lui, ce sont bien eux (lâcheté et le silence) qui menaceraient la culture…
Par le biais de Mikio, Tetsuya Tsutsui nous dévoile les coulisses d’une « chasse aux sorcières » qu’il a subit. Chasse qui avait pour but de déceler les coupables qui pervertissent et contamines les jeunes….
Après la lecture complète de « Poison City » je ne peux que plussoyer cet auteur dans ca critique et cette œuvre prend, pour moi, une dimension encore plus exceptionnel de vérité dans ce second tome. C’est une histoire forte, ancrée dans une actualité brûlante et au sujet délicat qui vous faudra lire. Je vous laisserai sur cette dernière citation.
« La lueur de l’espoir sera toujours entre nos mains !»
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus