AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Denise Yoccoz-Neugnot (Traducteur)
ISBN : 2905471069
Éditeur : Clemence Hiver (01/04/1989)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 4 notes)
Résumé :
En 1922, à Berlin, Marina Tsvetaeva reçoit "Ma soeur la vie" de Boris Pasternak et c'est l'Averse de Lumière : "J'écris mon autobiographie à travers les autres, ce qui veut dire que --- comme les autres s'aiment eux-mêmes, --- de cette façon-là, moi j'aime l'autre."
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
nadejda
  04 janvier 2015
Marina Tsvetaeva arrive à Berlin le 15 mai 1922. C'est là qu'elle découvre le recueil de poèmes « Ma soeur la vie » de Boris Pasternak, paru en 1917.
« Ma Soeur la Vie ! — Mon premier geste, après l'avoir subie toute entière : du premier choc au dernier — ouvrir les bras tout grand : à m'en faire craquer les jointures. Elle m'est tombée dessus comme une averse.
— Averse : le ciel entier se déverse droit sur ta tête : averse d'abat, averse de biais — averse qui transperce — rayonnante ruisselantes rivalités de pluie et de lumière — tu n'y es pour rien : puisque cela t'est tombé dessus — pousse !
— Averse de lumière. »
Elle en est éblouie, bouleversée et c'est avec passion et exaltation qu'elle publie alors, en juillet 1922, « Averse de lumière » un texte où elle exprime toute son admiration pour celui dont elle fait son semblable ou plutôt son complémentaire. Elle lui dira dans une de ses lettres de 1927 citée par Ariadna Efron dans ses « Souvenirs » : « Tu transformes le visible en invisible (l'évident en secret). Moi je transforme l'invisible en visible (le secret en évident). »
Ils se sont reconnus, elle en lui et lui en elle quand il a lu pratiquement au moment où elle ouvrait « Ma soeur la vie », « Verstes » de Marina Tsvetaeva : « Je fus tout de suite conquis par la puissance lyrique de la forme, une forme intimement vécue, qui n'avait rien de frêle, mais possédait une vigueur concise et condensée…. Je me trouvai avec elle je ne sais quelles affinités… Il lui écrit le 14 juin 1922, elle répondra le 29 et leur correspondance se poursuivra jusqu'en 1936 avec comme point d'acmé la plus belles des correspondances, celle-là à trois, avec Rilke à partir de 1926.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          378
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
nadejdanadejda   03 janvier 2015
Pasternak ne vit pas dans la parole, tout comme l'arbre ne vit pas de la flagrante évidence de son feuillage, mais de sa racine (de son secret). Sous le livre entier, comme par d'interminables souterrains de forteresses --- le silence.

Silence, ô toi le meilleur
De tout ce que j'ai pu entendre... ("En été les étoiles", Ma soeur la vie)

Livre de mutismes autant que de ramages. p 12
Commenter  J’apprécie          180
ludmilalbinaludmilalbina   17 avril 2017
Combien sont ils, qui sont tombés déjà
Dans cet abîme, qui au loin nous guette.
Le jour viendra où ce sera mon tour
De la surface de terre disparaître.

Tout se figera: ce qui chantait, brillait
Ce qui jouait, rêvait, buvait jeunesse
Et l'or de mes cheveux, et le vert de mes yeux
Et tendre son de ma voix-caresse.

La vie continuera : l'oubli du jour ,
Le pain quotidien, besognes, peines
Et tout sera comme si sur cette terre
Je n'existais jamais, jamais vécu.

Moi, si peu méchante, qui aimais
Galop des cavalcades et musique ,
Le son des cloches du village. Moi
Si vraie, si vivante, si authentique.

Vous tous, qui ne m'avez jamais connue
Mes oui et non souvent par trop directes
Mon port trop fier d'une blanche ingénue
Et mon pardon facile des incorrectes

Je vous demande à tous, les proches et étrangers
M'aimer parce que je suis souvent trop triste
Pour mes vingt ans et mon destin d'artiste
Et parce que je mourrai....

L. Essai de traduction.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
MacabeaMacabea   18 janvier 2017
Neige, neige
Plus blanche que linge,
Femme lige
Du sort : blanche neige.
Sortilège !
Que suis-je et ou vais-je ?
Sortirai-je
Vif de cette terre
Neuve? Neige,
Plus blanche que page
Neuve neige
Plus blanche que rage
Slave...
Rafale, rafale
Aux mille pétales,
Aux mille coupoles,
Rafale-la-Folle!
Toi une, toi foule,
Toi mille, toi rale,
Rafale-la-Saoule
Rafale-la-Pale
Débride, dételle,
Désole, détale,
A grands coups de pelle,
A grands coups de balle.
Cavale de flamme,
Fatale Mongole,
Rafale-la-Femme,
Rafale : raffole.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Marina Tsvetaieva (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marina Tsvetaieva
30 mars 2019 - Bibliothèque Glacière/Marina Tsvetaeva
Estelle Gapp et Irina Emelianova présentent Je t?aime affreusement (histoire de Marina Tsvetaeva à travers les yeux de sa fille)
Dans la catégorie : Littérature russeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature russe (472)
autres livres classés : littérature russeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
764 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre