AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782755640779
478 pages
Hugo Publishing (07/02/2019)
4.28/5   163 notes
Résumé :
Dans cet univers glacé, parviendra-t-il à réchauffer son coeur ?

À vingt-six ans, Calla Fletcher est une parfaite citadine. Elle aime sortir avec ses amies, faire du shopping et se mettre en scène pour son blog " Calla & Dee ".
Quand elle apprend que son père est malade, elle décide de se rendre auprès de lui en Alaska. Elle ne le connaît presque pas, sa mère ayant fui cette contrée loin de tout alors qu'elle n'était encore qu'un bébé.
C... >Voir plus
Que lire après Alaska WildVoir plus
Où que tu sois, tome 1 : Je t'entendrai par Guisiano

Où que tu sois

Danielle Guisiano

3.71★ (199)

2 tomes

Le grand Nord, tome 1 : Amertume par Bowen

Le grand Nord

Sarina Bowen

4.17★ (680)

3 tomes

Redemption par Casey

Redemption

L. A. Casey

4.29★ (33)

Critiques, Analyses et Avis (72) Voir plus Ajouter une critique
4,28

sur 163 notes
Suite aux critiques dithyrambiques, j'ai finalement craqué en achetant « Alaska Wild » lors de sa sortie en poche. Cette lecture fut très distrayante et touchante. Je n'ai pas vu les six cent pages défiler ! Cela dit, je suis quand même loin du coup de coeur comme beaucoup de lecteurs… Cela est dû au fait que j'ai réellement eu du mal à m'attacher à l'héroïne. Il a fallu que celle-ci prenne un virage à 360° en changeant radicalement de personnalité ! Celle qu'elle avait avant me faisait horreur, voire pitié. Je la jugeais superficielle, hautaine, nombriliste, râleuse et pénible. Il faut dire que K. A. Tucker a volontairement donné à Calla des allures de blogueuse lifestyle pimbêche ! Difficile de s'identifier à une demoiselle qui part pour l'Alaska en talons hauts, qui paye 200 euros de suppléments bagages (des vêtements à 100 euros chacun !) ainsi qu'une vingtaine de cosmétiques dans son sac dédié aux affaires essentielles. Comme le beau Jonah, l'attitude de la belle me mettait hors de moi, en particulier avec cette lubie de TOUT photographier pour le mettre sur Instagram, de se plaindre sans arrêt ou celle de ne pas boire son café sans avoir du lait de soja (de préférence sa marque préférée) ainsi que son supplément mousse. C'est vrai que c'est tellement plus facile de faire sa petite princesse gâtée et d'insulter ceux qui prennent le temps de l'aider, plutôt que de dire que l'on est allergique aux produits laitiers… Bref, vous l'aurez compris, je n'ai pas adhéré à cette narratrice qui vit dans une bulle de confort remplie de paillettes. Bien sûr, le choix de présenter la jeune femme ainsi est volontaire de la part de l'auteure cependant, j'ai réellement eu du mal à comprendre, à m'identifier ou à m'attacher à la belle… D'ailleurs, si elle n'avait pas changé vers la moitié du livre, j'aurais vraiment eu beaucoup mal à poursuivre.

Hormis l'héroïne qui a joué avec mes nerfs pendant une bonne partie de l'ouvrage, j'avoue que j'ai adoré ce voyage dépaysant. La plume fraîche, sensible et délicate de l'auteure y est pour beaucoup. Avec brio, K. A. Tucker a su me faire voyager dans cette froide et pluvieuse zone géographique qui m'était inconnue. J'y ai fait la rencontre de groupes dont je ne connaissais pas l'existence et de personnages fictifs attachants. de plus, bien que je ne puisse pas visualiser les paysages, j'ai pris plaisir à imaginer les lieux visités en avion par l'héroïne et Jonah ! On a réellement envie de les rejoindre à bord et d'en prendre plein les yeux… le tandem principal m'a plu. Bien sûr, on est sur une relation chien et chat avec quelques piques bien senties et des coups bas (le passage de la coupe m'a fait glousser tout du long !) cependant, c'est le genre de couple que je préfère en romance. Jonah est vraiment une personne attachante : droite dans ses bottes, taquine, avec des principes, directe, sarcastique, parfois cassante, mais surtout altruiste. Un homme génial ! L'entourage du binôme est également adorable, en particulier Wren, le père de Calla, ainsi qu'Agnès, la voisine de Wren, qui ont rapidement su trouver une place dans mon coeur.

Comme le sous-entendait le résumé du livre, les thèmes abordés par le récit seront forts et difficiles ! Si Calla a fait ce long voyage, c'est pour retrouver son géniteur qu'elle n'a pas vu depuis vingt-quatre ans. Or, ce dernier est atteint d'un cancer et semble n'avoir plus beaucoup de temps à vivre… L'avancée implacable de la maladie est bien traitée. D'abord en fil rouge afin de ne pas nuire à l'ambiance du voyage et aux relations qui se tissent, elle n'en demeure pas moins présente grâce à quelques piqûres de rappel qui donnent systématiquement une boule au ventre. Cependant, ce n'est rien face au dernier quart du roman ! Si vous avez la larme facile, prévoyez les mouchoirs… Pour les autres, attendez-vous à avoir la gorge sèche comme cela a été mon cas… J'ai grandement apprécié ce mélange de jolie romance pétillante, de retour sur ses origines, de pardon ainsi que de sujets sensibles qui ne sont pas traités de façon mélodramatique. le cocktail est très réussi et saura certainement convaincre la plupart des lecteurs ! Enfin, en regardant sur Livraddict, j'ai découvert qu'un second volet était sorti en VO en 2020. Pour moi, ce titre peut suffire à lui-même. Certes, il y a une fin ouverte néanmoins, on imagine aisément les choses, car les protagonistes ont souvent fait preuve de maturité et de sentiments sincères. J'ignore donc si je lirai ou non la suite lorsqu'elle sera publiée… Cela dépendra des avis sur la toile ainsi que de mon envie. Pour l'heure, je préfère rester sur une belle impression d'ouvrage qui a su éveiller plusieurs émotions chez moi.
Lien : https://lespagesquitournent...
Commenter  J’apprécie          202
Dans la collection Hugo Roman, on a souvent des romances mais parfois des histoires qui vont bien plus loin. C'est le cas d'Alaska Wild dont le propos porte plus sur la maladie et la perte prochaine d'un proche que sur la romance qui va naître de ce marasme et pourtant celle-ci est notre bouffée d'air frais. Un très douce et émouvante histoire !


Première fois que je lisais une histoire de K.A. Tucker et derrière sa plume on ne peut plus simple, j'ai découvert une superbe histoire plus de nuances et de complexités sur les relations humaines et sur soi-même. Ainsi même si ses mots en soi n'ont pas forcément eu la portée d'une Brittany C. Cherry ou d'une Colleen Hoover, ses intentions elles m'ont tout autant touchée et émue.

Alaska Wild est une oeuvre protéiforme. On y parle à la fois de voyage, avec le dépaysement de l'Alaska, de passion, avec le goût pour les avions de certains personnages, mais aussi beaucoup de sentiments, amoureux et familiaux. C'est cette richesse qui a rendu la lecture si prenante et si belle.


C'était une première et j'ai beaucoup aimé partir en Alaska et découvrir ses paysages, ses habitants et leur mode de vie. L'autrice s'y attarde bien au début du tome et c'est fort plaisant de découvrir sous les clichés d'une terre aride où il n'y a rien, des lieux où les gens en fait aiment leurs terres et surtout sont très solidaires. La chaleur humaine qui se dégage de leurs échanges fut magnifique et a bien compensé le récit, aussi, des difficultés à vivre en de tels lieux, ce que l'autrice a bien décrit. Cependant, je regrette un peu qu'elle arrête assez vite de développer cet univers et qu'elle ne parle pas des populations locales pour les intégrer plus à son histoire. On reste un peu en surface.

L'aviation a aussi été un joli moteur pour me faire apprécier ma lecture. C'est une passion qui me fascine depuis plusieurs années et j'ai aimé ici suivre des personnages travaillant dans une entreprise de convoi aérien mais aussi de tourisme. J'ai apprécié de découvrir les différents modèles d'avion, les différents rôles joués par ces compagnies, notamment dans la vie de tous les jours de ces lieux reculés, et surtout j'ai aimé volé aux côtés des pilotes. Ce furent souvent des moments dépaysants et parfois assez amusants également.

Car en effet dans Alaska Wild, les émotions des personnages sont sources de beaucoup de jolis moments, parfois drôles, parfois tendres mais aussi parfois douloureux. Si nous allons en Alaska, c'est parce que nous y suivons Calla, une jeune citadine de 26 ans qui n'a pas revu son père depuis que sa mère l'a quitté pour repartir vivre en ville il y a plus de 20 ans. Or son père est désormais malade et elle a décidé d'aller le voir pour apprendre à mieux le connaître. Ce ne sera pas chose facile, les deux ayant rompu tout lien depuis longtemps, mais ce sera quelque chose de vraiment gratifiant à suivre et les émotions seront au rendez-vous.

J'ai beaucoup aimé tout le pan de l'histoire consacré aux retrouvailles père-fille. Découvrir les cicatrices laissées par un mariage raté sur un enfant mais aussi sur l'un des membres du couple était émouvant, surtout quand la relation s'est terminée, n'ont pas par sentiments qui avaient disparu, mais par mode de vie non compatible. C'était donc touchant de voir cet homme taiseux sourire en redécouvrant sa fille et touchant de voir les maladresses de celle-ci tellement en décalage avec son mode de vie et avec quelques rancoeurs bien ancrées également. Leur réapprentissage de la vie en famille, aidés par les amis du premier, sera émouvant et mignon à suivre.

La romance, du coup, vient après tout cela et ça ne m'a pas gênée parce que pour une fois, j'ai apprécié la façon dont l'histoire a été construite en agrégeant tous ces éléments. La romance, au milieu de cette ambiance qui aurait pu être un peu lourde : maladie, séparation, retrouvailles..., est une bouffée d'air frais. C'est en plus une romance qui prend son temps et commence par une relation assez tendue entre Calla et son "Yéti" comme elle l'appelle. Calla est le cliché de la citadine bien apprêtée, ce qui agace Jonah qui lui est très nature et attaché à la rudesse de l'Alaska. Ils reproduisent un peu le schéma des parents de Calla, un schéma qui n'a pas fonctionné. Jonah ne peut s'empêcher de titiller celle-ci et il peut aller assez loin en lui faisant certaines crasses. Mais Calla répond au bout d'un moment et les deux vont aimer se chercher et se répondre. Sauf que derrière toute cette tension se cache bien sûr une attirance certaine. Ils vont mettre un moment à craquer mais ce sera très beau et touchant ensuite entre eux, surtout que Jonah est très proche du père de Calla, il sera donc un vrai soutien pour elle.

Du coup dans ces paysages rudes et froids, un brin hostiles pour notre citadine, va naître quelque chose. Elle va apprendre qui est son père. Elle va découvrir qu'elle peut être différente de celle qu'elle connaissait. Elle va s'ouvrir aux autres, à une autre culture, à une autre passion que la sienne (la photo). Et elle va tomber amoureuse à son tour et vivre une histoire qui peut rappeler celle de sa mère. Cela suscite forcément beaucoup d'émotion et le lecteur sera aux premières loges pour y assister. Entre coups de fils à son beau-père psy et discussions avec la voisine et amie de son père, Calla va ainsi se transformer sous nos yeux pour ne plus être la fille assez pénible, il faut le dire des débuts, et Jonah, lui, va aussi changer à son contact et se montrer moins sur ses gardes, ce qui sera mignon tout plein, l'autrice parvenant à garder un savant mélange entre drame, émotion, humour et piquant.

J'ai dévoré cette lecture de bout en bout portée par des émotions bien différentes au fil de ma lecture. D'une découverte fascinante de l'Alaska au début, je suis passée au bonheur de voir une famille se retrouver, puis la chaleur d'assister à la naissance d'une romance pour finir par une pointe de tristesse de voir le deuil venir. Mais les changements qui ont eu lieu tout du long m'ont beaucoup touchée et moi qui n'aime pas les mélos, j'ai senti l'autrice assez juste dans le récit de ce drame en préparation. Elle n'en a jamais trop fait et est toujours restée humaine. Cette histoire, plus qu'une romance, fut une très belle histoire de famille.
Lien : https://lesblablasdetachan.w..
Commenter  J’apprécie          50
J'adore ces lectures qui sont un total dépaysement, celles qui vous permettent de voyager et de découvrir de nouvelles contrées, bien loin de l'endroit où l'on vit. J'ai lu, il y a peu un autre roman qui se passait en Alaska, nous confrontant à la vie, si différente et si difficile qu'est celle de ses habitants. En commençant Alaska Wild, j'ai ressenti la même émotion face à ce pays qui est vraiment à part.

Nous découvrons l'Alaska, à travers le regard de Calla, vingt-six ans, canadienne qui va rendre visite à son père, qu'elle n'a pas vu depuis plus de vingt ans. C'est le regard d'une jeune femme, citadine, à la pointe de la mode, qui aime prendre soin d'elle et qui se retrouve dans un pays inconnu, sans ses bagages, auprès d'un père qu'elle ne connait pas. Calla aurait pu être en totale contradiction et opposition avec ce monde, mais si elle n'est pas habituée à cette vie, elle accepte les choses telles qu'elles sont et tente au mieux de s'y faire. J'ai beaucoup apprécié sa personnalité et la façon dont elle se comporte face à l'inconnu, tant l'inconnu qu'est ce pays que l'inconnu qu'est aussi son père, qu'elle ne connait pas et dont elle s'est dressée un portrait depuis sa plus jeune enfance. Nous allons les voir se cotoyer, apprendre à se connaitre et K.A. Tucker a su trouver les mots pour exprimer l'amour d'un père pour une fille et vis versa, avec beaucoup d'émotions. Au fil des pages, nous les verrons finir par s'ouvrir l'un à l'autre et devoir faire face aux regrets et à la colère que des actes manqués ont engendré.

Calla a toujours ressenti un vide en elle, par l'absence de son père, de venir le voir, elle comprend alors bien des choses sur lui, le passé ainsi que sur ce qui a pu se passer avec sa mère. Même si beaucoup de choses restent sous silence et que certains sujets ne sont pas abordés, cette démarche lui sera en bien des points bénéfique. Elle va vivre aux côtés de tous ces habitants, vivant les uns auprès des autres et découvrir quelle est la vie dans ce pays, où la solidarité et l'amitié prennent un sens tellement important.

La narration est unique, c'est Calla que nous allons suivre tout du long. Sa découverte de l'Alaska ainsi que ses rapports avec son père, qui se veulent émouvants. On ressent bien les peines et les sentiments contradictoires qui animent Calla, face à cet homme dont elle a tellement rêvé. de la jalousie à la colère, en passant par la peine et les regrets, on comprendra aisément que ce roman nous offre un véritable ascenseur émotionnel. C'est aussi la façon dont un autre personnage masculin, Jonah prendra sa place auprès d'elle qui nous rendra cette lecture plus légère, tout en étant très sérieuse car on sait qu'elle devra repartir à un moment donné. Jonah, ce héros masculin, le norvégien blond en mode viking, bourru et pourtant si attirant, on craque facilement pour ce type de personnage. Face à Calla, il n'hésite pas à lui faire remarquer qu'elle est différente et certainement bien superficielle pour son monde, mais elle sera lui tenir tête. Ils nous offriront bien des moments qui font sourire, car on sait que qui se cherchent, finissent toujours par se trouver et ce sera délectable de les voir se rapprocher petit à petit pour finir par succomber. K.A. Tucker a trouvé les mots pour nous compter ces moments, intenses, sensuels et uniques.

Le point de vue de Jonah m'a manqué par moments, je me disais "et lui que pense-t-il ?" mais je me suis dit aussi que la lecture n'aurait pas eu la même saveur, si nous l'avions eu. Voir tout ceci, par le regard de celle qui ne fait pas parti de ce monde, celle qui découvre un père et qui se découvre aussi elle-même au contact des autres, j'ai trouvé que c'était approprié et parfait. A travers Calla, on aime ce père, qui n'a jamais cessé d'être amoureux de sa mère, on comprend les décisions, aussi dures soient-elles mais aussi les regrets. C'est admirable de voir la vie de ses personnages qui vivent en Alaska, ils sont courageux, passionnants et pour certains irrésistibles, on s'y attache très facilement. J'ai apprécié de les connaitre, de voir quelles étaient leur différente personnalité.

Je me suis vraiment bien plu dans cette romance, bien loin de tout. L'Alaska reste ce pays fascinant, bien qu'un peu effrayant pour moi, car la nature y a tous les droits et l'homme ne fait que tenter de l'apprivoiser. Il faut être fait pour y vivre, si ce n'est pas le cas, on ne peut pas s'y forcer. C'est un point important de ce récit, puisque déjà la mère de Calla n'a pas pu s'y résoudre, et ce malgré cet amour immense qu'elle éprouvait pour Wren. Au dépend de cet amour, l'Alaska a remporté la manche et Wren n'a jamais pu l'abandonner pour rejoindre sa femme et sa fille. Quand Calla vit quelque choses avec Jonah, cette même opposition s'impose à eux, sa mère l'avait prévenu que l'on tombait facilement amoureux des cow-boys célestes.

K.A. Tucker a su justement bien doser les émotions qui vous submergent à la lecture de ce récit, mais elle a insufflé aussi de l'humour dans les échanges entre les personnages et beaucoup d'amour sous différentes formes. Cette lecture fut un ravissement, tant dans le dépaysement que dans les rapports qu'entretiennent les personnages : l'amour d'un père pour sa fille, un amour naissant entre deux personnes qui viennent de milieu tellement différent. Les émotions vous saisissent car on s'attache à eux, et ce qu'il vivent vous touche. Encore un roman de K.A. Tucker que j'ai adoré lire, je le recommande chaudement. du Yeti au viking, vous craquerez pour son personnage masculin et serait ému de voir la relation entre un père et une fille se dévoiler tant d'années après l'abandon. Un roman très beau, où l'Alaska vous embarque et où les émotions vous feront rire, pleurer et vous attendrir.
Lien : http://www.livresavie.com/al..
Commenter  J’apprécie          20
J'avais très envie de retrouver K.A. Tucker. le dernier roman que j'avais lu de sa plume était Une lueur d'espoir, de chez Hugo Roman également, retrouvez ma chronique ici, et depuis je me languissais de cette auteure.
J'aime beaucoup les romans de K.A. Tucker car je trouve qu'elle y couche des moments simples mais plein de vérité. Ses personnages sont attachants. Ils sont vrais et ont des défauts et les romans de l'auteure sont pour ainsi dire basés sur ces défauts. C'est juste et réaliste. Et bien entendu, c'est encore le cas ici dans Alaska Wild.

Calla a quitté l'Alaska alors qu'elle n'avait que dix-sept mois car sa mère ne supportait plus la rudesse d'une vie isolée de tout.
Aujourd'hui, à vingt-six ans, Calla vit chez sa mère et son beau-père dans une belle et confortable maison de Toronto, au Canada. Calla a un emploi, un blog, un compte instagram, un millier de fringues et de produits de beauté, des amis et un petit ami. La parfaite jeune femme soignée et moderne.
Malheureusement, en quelques heures, la vie de Calla va être secouée de séismes. Elle est d'abord remerciée de son emploi, rencontre un homme étrange dans les transports en commun, reçoit un coup de fil inattendu et enfin se sépare de son petit ami.
Cela fait des années que Calla et son père resté en Alaska ont rompu toute relation, plus de son plus d'image, jusqu'à ce que le téléphone sonne.
Wren est malade et Calla est invitée à son chevet. La jeune femme ne comprend pas, son père et elle ne sont plus que des étrangers l'un pour l'autre, et voilà qu'il la réclame…
Là-bas, en Alaska, elle est accueillie par le sexy mais agaçant Jonah. Un pilote hirsute, risque-tout mais a priori employé de confiance de Wren à Alaska Wild, son entreprise de transport aérien. Et par Agnès, l'encore énigmatique « amie » de son… père. Car quelle relation Calla et Wren peuvent-ils ragaillardir après tant d'années et de non-dits ? Et avec Jonah, le très présent employé et voisin, si quelque chose devait naître entre eux, quel avenir auraient-ils ?

Dépaysement total. Si je ne m'attendais pas exactement à ses grands espaces-là, c'est pourtant avec une curiosité bien assouvie par l'auteure que j'ai découvert cette partie reculée de l'Alaska. Une terre isolée. Certes. Mais cet endroit reculé et ses habitants sont très bien rendus, et expliqués. On y prendrait presque goût. Sans rire, même pas peur. À part peut-être des moustiques.
Quel plaisir de retrouver la plume unique de K.A. Tucker. J'aime ses mots, sa douceur mais aussi son humour. Et ce roman est particulièrement ponctué d'esprit, de jeux et de malice.
Mais s'il y a quelque chose dont il faut parler, c'est bien de l'énorme élan affectif qui lie les personnages. C'est LE point fort de ce roman, selon moi. Comme souvent chez K.A Tucker, l'histoire prend son temps ; si le développement ne s'accélère réellement que dans le dernier tiers du livre, les deux premiers tiers n'en sont pas moins inintéressants. Ils sont l'échafaudage d'une dynamique, le portrait de l'affection que se portent les personnages autour de Calla, de Jonah et évidemment, de Wren. Dans une succession d'occasions, même les plus simples, même avec des personnages très secondaires, cette affection est mise en relief. J'ai été touchée en plein coeur plus d'une fois.
Parlons des personnages. Calla est une jeune femme à qui on s'attache vite et Jonah, oula, oula oulala, quel charisme ! Je veux bien un Jonah dans ma vie, quand vous voulez, où vous voulez. Plus sérieusement, ce qui définit pour moi l'auteure est l'humain. Ses personnages sont imparfaits, font de mauvais choix, des erreurs et tout ne s'arrange pas toujours à la fin. Ainsi va la vie. Les protagonistes principaux sont exactement de cet acabit, leurs échecs et leurs carences ne sont pas édulcorés, au contraire… Et en fait, pire, car dans ce livre tous les personnages, même d'importance infime, ont droit à ce traitement.
Pour tout vous dire, la fin m'effrayait. Je la redoutais. J'ai été reconnaissante que l'auteure épargne un peu ma fragilité. Sauf que, paradoxalement, je voulais plus. Je voulais encore de cette affection collective autour de Wren. Ça m'a un peu déstabilisée. C'était bien, c'était même beau, mais j'ai eu le sentiment qu'il y avait un manque — je pense surtout à Jonah, Agnès et Mabel. Mais, MAIS, avec le recul je me dis : pourquoi revenir dessus ? Il n'y avait plus rien à prouver de ce côté-là, pourquoi faire dans la redondance inutile ?
Pour le reste, c'était parfait. le rappel du prologue. Tout. Et je trouve la toute-fin en totale adéquation avec les personnages de Calla et Jonah, à l'image du roman. Pas besoin de plus.

En bref ?
Alaska Wild est bien de la veine de K.A. Tucker, c'est un autre roman d'immersion dans la vie de personnages vrais. Parce que, je le répète, même dans les moments de grande simplicité l'auteure sait tirer le meilleur. Qui plus est dans un environnement aussi singulier, mais fascinant. Si vous connaissez l'auteure, foncez. Si ce n'est pas le cas, pourquoi ne pas profiter de ce roman dépaysant pour découvrir sa plume ?
Lien : https://nosbookboyfriends.wo..
Commenter  J’apprécie          10
Ce roman était dans ma PAL depuis un moment mais je n'avais jamais pris le temps de le lire et quelle erreur !

Calla, jeune femme citadine, vit avec sa mère et son beau-père qu'elle considère comme son père. En effet sa mère a quitté son père biologique, Wren, alors qu'elle était toute petite et elle en garde que peu de souvenir. La relation de ses parents ne s'est pas arrêtée par manque d'amour mais à cause des conditions de vie trop dure à supporter pour sa mère en Alaska où son père vit et travaille en tant que pilote pour sa propre entreprise. Il a continué à l'appeler à quelques occasions mais leur relation téléphonique s'est essoufflée avec le temps et est aujourd'hui quasi inexistante. Mais tout va basculer quand Calla va se faire licencier, surprendre son petit ami entrain de la tromper dans un bar et apprendre que son père est atteinte d'une maladie grave. Elle ne veut pas vive avec des regrets et perdre son père sans vraiment l'avoir connu alors elle prend l'avion direction l'Alaska. Arrivée sur place elle va donc retrouver son père mais elle va également faire la connaissance de Jonas, un pilote de son père, et on peut dire que dès le départ c'est tendu entre eux.

Comment va se passer les retrouvailles avec son père ? Arrivera-t-elle à lui pardonner son absence et tout ce qui la ronge ? Va-t-elle s'adapter à la vie en Alaska ? Son père va-t-il guérir ? Et surtout arrivera-t-elle à supporter Jonas ?

Calla va découvrir l'Alaska et va très vite comprendre pourquoi sa mère la fui. En bonne citadine elle va avoir du mal à s'adapter les premiers temps mais elle nous surprendra et elle-même par la même occasion par sa capacité à faire fi des choses inutiles et à vivre de façon primaire. Elle tire cela de sa force de caractère qui s'exprime de diverses manières car autant elle veut renouer avec son père autant elle n'est pas prête à tout pardonner au premier coup d'oeil. Elle n'a pas sa langue dans sa poche et Jonas va en faire les frais dès qu'il va la titiller.

Jonas lui n'a pas toujours vécu en Alaska mais c'est là qu'il se sent chez lui et il ne se voit nulle part ailleurs. de premier abord il nous est présenté comme un yéti mal rasé et bourru, et il ne se gênera pas pour taquiner Calla qu'il considère comme une princesse Barbie superficielle. Mais plus on apprend à le connaître et plus notre avis change sur lui : on le découvre loyal, attentionné, prêt à tout pour ceux qu'il considère comme sa famille et les habitants de l'Alaska quitte à se mettre en danger.

Tout oppose ces deux-là, ils auront du mal à se supporter, ils se lancent sans cesse des piques acides et vont jusqu'à se faire des sales coups en douce (qu'est que j'ai ri pour la barbe ^^). Mais au fil des pages cette relation tendue va évoluer en une certaine amitié ou les limites vont être troubles. J'ai adoré que cela prenne du temps, qu'ils construisent quelque chose et ne tombent pas amoureux au premier regard, on s'en délecte en tant que lecteur. Puis ils vont s'apprivoiser et surtout l'attraction entre eux va s'accentuer jusqu'à devenir insoutenable.

Vont-ils céder alors que le séjour de Calla a une date limite ?

Ce que j'aime le plus dans les romans de cette auteure ce sont les fortes et diverses émotions qui nous percute à chaque fois. Bien plus qu'une romance entre Jonas et Calla, ce roman est une histoire familiale, l'apprentissage d'une relation avortée et surtout de pardon. Les deux relations évoluent avec autant de place l'une que l'autre au fil des pages et nous absorbent totalement dans l'intrigue.

Les personnages secondaires tiennent également une grande part dans tout cela, ils sont bien présents et développés par l'auteure que ce soit la mère de Calla, son beau-père ou le clan qui évolue autour de Wren. Mais surtout, et là je dis chapeau à l'auteure, on a l'impression que l'Alaska est bien plus que le lieu où se déroule l'intrigue, qu'il est un personnage à part entière et elle nous le fait découvrir avec toutes ses coutumes, ses habitants mais surtout toutes ses difficultés au quotidien qui sont bien différentes des nôtres. Ce roman nous ramène aux valeurs essentielles avec ce côté terre à terre et cela fait grandement du bien car souvent on le perd de vue dans notre vie.

La fin du roman est particulièrement dure à lire, et comme d'habitude avec cette auteure mes larmes ont coulés mais elle n'aurait pu faire de plus belle fin. Elle nous prend aux tripes et jusqu'au bout on doute de ce qu'il va advenir. S'il a bien une chose que j'ai retenu de ce roman c'est qu'il ne faut jamais rester sur ses aprioris et encore moins vivre avec des regrets. Que par amour, peu importe ses formes, il faut tout tenter.

C'est un très beau coup de coeur pour ce roman. Cette auteure a ce don pour nous toucher au-delà des mots et à chaque fois elle nous propose bien plus qu'une romance avec une histoire profonde aux multi-facettes. Un seul conseil foncez faire un tour en Alaska vous n'en ressortirai pas indemne.
Lien : https://auxrevesdesmots.com/..
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
À mes yeux, ce n'était qu'un yéti et il me mettait hors de moi. Mais maintenant que je le connais mieux, je me demande, en dépit de sa barbe impossible, comment je n'ai pa pu être attirée plus tôt par lui. Son regard pétille, comme s'il lisait mes pensées.
Commenter  J’apprécie          50
Papa s’est avéré être à l’image de celui que j’imaginais, un homme gentil capable de m’écouter pendants des heures au téléphone. Malgré tous ses défauts et la peine qu’il m’a causée, il est en tout point comme je l’avais voulu.
Commenter  J’apprécie          50
– Beaucoup de femmes aiment les barbes

– C’est faux

– Ça a du style

– Non. Le Hipster, c’est un style. Le Rockabilly, c’est un style. Mais le Yéti ? Non.
Commenter  J’apprécie          40
Je tâche d'ignorer deux adolescents d'environ seize ans qui me matent en buvant leurs sodas. Je râle dans ma barbe :
— En tout cas, s'il y a un truc que vous aimez plus que la météo par ici, c'est dévisager les gens...
— Il faut les comprendre, ils n'avaient encore jamais vu de Barbie en chair et en os.
Je fronce les sourcils, outrée. Pardon ?
— Je ne suis pas une Barbie, d'accord ?
— Vraiment ? fait-il, en me décochant un regard amusé. Faux cheveux, faux sourire, faux ongles...
Puis après un rapide coup d'œil en direction de ma poitrine, il ajoute :
— Y a-t-il quoi que ce soit d'authentique chez vous ?
J'en reste bouche bée. On ne m'avait encore jamais fait une remarque pareille. Mes seins sont tout juste dans la moyenne. Je m'emporte :
— Ils sont vrais !
Commenter  J’apprécie          00
Mes paumes se posent de chaque côté de son visage. Jamais je ne pourrai me lasser de cette sensation. Les mains plaquées dans mon dos, il presse mon corps contre le sien et enfouit son visage au creux de mon cou. Son souffle chaud fait accélérer le flot de mon sang. Je sens combien il est dur entre mes jambes. Il me désire mais n'ose pas me réclamer.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de K. A. Tucker (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de K. A. Tucker
If you love combining mystery and romance, these romantic suspense reads are perfect for you! Heather from Bookables shares her favorite reads that combine the best of mystery and romance for a truly engaging experience.
Bookables: https://www.youtube.com/channel/UC-j5Ie3bY8_er89DcwIlO5w
In this video: STICKING TO HER GUNS by B.J. Daniels https://www.harlequin.com/shop/books/9781335489616_sticking-to-her-guns.html
HE WILL BE MY RUIN by K.A. Tucker https://www.goodreads.com/book/show/25814244-he-will-be-my-ruin
UNDERCOVER RESCUE by Nicole Helm https://www.harlequin.com/shop/books/9780369709868_undercover-rescue.html
NAKED IN DEATH by J.D. Robb https://www.goodreads.com/book/show/479309.Naked_in_Death?ac=1&from_search=true&qid=tRBSehjixW&rank=1
COLTON'S DANGEROUS REUNION by Justine Davis https://www.harlequin.com/shop/books/9780369714015_coltons-dangerous-reunion.html
THE ARRANGEMENT by Robyn Harding https://www.goodreads.com/book/show/42201920-the-arrangement?ac=1&from_search=true&qid=t6JmEVOV4l&rank=1
GUARDIAN K-9 ON CALL by Linda O. Johnston https://www.harlequin.com/shop/books/9780369714107_guardian-k-9-on-call.html
Do you love a little mystery in your romance novels? Be sure to share your recommendations in the comments section, and don't forget to subscribe to the Harlequin Books YouTube channel for more news and recommendations from the world of reading and romance.
***
Subscribe for more from Harlequin: https://www.youtube.com/channel/UCxCJKbFiPONVnPv_R6JGDAg?sub_confirmation=1
https://www.harlequin.com
Subscribe to Harlequin Plus! Start your 7-day FREE TRIAL today: https://www.harlequinplus.com/shop/index.html?pubid=100126&subid=GEN&utm_source=youtube&utm_medium=youtube_description&utm_campaign=launch_startfreetrial&utm_id=mar_2022&utm_content=GEN
Facebook: https://www.facebook.com/HarlequinBooks Twitter: https://twitter.com/HarlequinBooks Instagram: https://www.instagram.com/harlequinbooks/
+ Lire la suite
autres livres classés : alaskaVoir plus
Les plus populaires : Roman d'amour Voir plus


Lecteurs (384) Voir plus



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Ten tiny breath, tome 1 respire" de K.A. Tucker.

Quel est la première chose que voit Livie alors qu'elle est encore dans le bus au début du roman ?

un palmier
un sapin
un pin

10 questions
53 lecteurs ont répondu
Thème : Ten Tiny Breaths, tome 1 : Respire de K. A. TuckerCréer un quiz sur ce livre

{* *}