AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thibaud Eliroff (Traducteur)
ISBN : 2756421731
Éditeur : Pygmalion-Gérard Watelet (17/01/2018)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 26 notes)
Résumé :
"Le problème, c’est que nous n’avons jamais réussi à nous mettre d’accord sur le début. Est-ce quand Gros Gav a reçu le seau de craies pour son anniversaire? Est-ce quand nous nous sommes mis à nous en servir pour dessiner des bonshommes? Ou quand ils ont commencé à apparaître d’eux-mêmes? Est-ce le terrible accident? Ou quand on a retrouvé le premier cadavre?"

1986. Eddie et ses amis sont encore des enfants. Ils passent leurs journées à parcourir en ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
NicolasElie
  30 janvier 2018
Tombé dessus au détour d'une page Facebook, sur le mur de Berlin de Lau Lo. Comme quoi, Facebook ne sert pas qu'à balancer des infos sur la santé du chien, ou sur tes intestins du matin...
Drôle de roman.
Un roman qui m'a ramené juste au milieu de mon enfance, quand mes potes et moi, on s'envoyait des messages secrets, de la fenêtre du troisième à celle du rez-de-chaussée. Quand on fouillait les bois, à la recherche de la piste laissée par le sanglier dont on avait entendu parler.
Une histoire de gosses alors.
Ouais. Une histoire de gosses, des gosses qui ont grandi et qui sont restés des gamins qui ont peur des fantômes. J'aime bien les histoires de gosses, dans la mesure où elles sont bien racontées. Un peu comme dans le roman de King dont je vais pas te faire l'affront de te rappeler le titre. C'est pas tout le temps le cas. Me souviens d'un roman que j'ai pas pu finir, malgré les dithyrambes internêtiennes... Je te dis pas lequel. Cherche. Jamais chroniqué, sous peine de perdre tous les amis professionnels que je croise sur le ouaibe. Ça, c'est fait.
Dans ce livre, celui qui te raconte ce qui s'est passé hier, il s'appelle Eddie. Il m'a fait penser à un pote à moi. Celui qui voulait bien être Martin Luther King mais qui finalement n'était qu'un mec normal. C'est Eddie qui te parle de l'homme craie. Il avait 12 ans quand tout a commencé. Quand quelqu'un lui a donné cette idée de fabriquer des messages secrets en dessinant des bonshommes à la craie.
Et au début, c'était plutôt drôle.
Jusqu'à la première fille.
Il y a les potes d'Eddie, aussi, ceux qui passent leurs journées avec lui.
Gav, dont les parents ont du pognon, mais il se la joue pas avec ses potes, et ça, c'est bien. On a sans doute tous eu un copain comme lui. Tu te souviens ?
Hoppo. Sa mère est femme de ménage. C'est pas un boulot facile. C'est la vraie vie, là encore.
Mickey. Pas grand chose à dire sur lui. Presque à penser qu'il est revenu de tout, et à douze ans, c'est ballot d'être à ce point aussi loin de sa vie d'enfant.
Et puis il y a Nicky, la fille du pasteur. Nicky, elle a souvent des bleus, elle tombe souvent dans les escaliers. Elle se cogne beaucoup aux meubles... T'en connais, toi aussi, des filles qui se cognent souvent aux meubles ?
Eddie, aujourd'hui, il a trente ans de plus. Et finalement, trente ans plus tard, rien n'a vraiment changé. Juste lui et ses potes qui ont vieilli. Un peu. Un jour, il reçoit une lettre. Dedans, il y a un bonhomme en bâton, pendu, et dessiné à la craie. le même que celui qu'ils avaient trouvé pas loin de la première fille. La fille morte.
Voilà, c'était le pitch.
Le coup de... j'allais dire «génie», mais faut pas exagérer non plus, de C. J. Tudor, c'est cette capacité à nous ramener dans nos enfances. Celles des potes, des parents parfois bizarres, et celles des peurs aussi, des monstres sous le lit, ceux que t'oses pas regarder de peur qu'ils ne soient vrais.
Je t'ai causé de «Stand by me», tout à l'heure, et je ne t'ai pas fait l'affront de te rappeler le titre de ce roman de M'sieur King, mais c'est vrai que par instants je me suis souvenu de ces mômes, de ces amitiés qui dureront «toute la vie» et de ces conneries qui peuvent changer le monde autour de nous.
Finalement, et malgré cette histoire de bonhomme de craie, sans doute qu'il s'agit d'un roman qui nous parle de vie, et d'amour. C'est marrant de constater ça au terme de cette chronique, mais c'est pourtant ce qui ressort quand je regarde les empreintes qu'il a laissé sur mon chemin...
Des empreintes qui vont te conduire au milieu de la brume, celle qui cache les secrets du passé, celle qui t'empêche de voir trop loin, surtout quand tu passes à côté de la vérité mais que tu ne t'en rends pas compte.
Je résume.
Un vrai beau roman, pas noir, mais pas blanc non plus. Rempli de toutes ces nuances de gris qui vont du plus clair au plus foncé.
Voilà. C'est tout ce que j'ai à dire sur ce roman.
Lien : http://leslivresdelie.org
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Valettesangpages
  23 janvier 2018
Je pourrai vous dire que ce livre est absolument excellent mais me croiriez-vous vraiment ?
Je pourrai vous dire qu'il est bien difficile de décrire tout ce qui peut vous passer par la tête lors de cette lecture mais le comprendriez-vous ?
Je pourrai vous dire beaucoup de choses mais rien qui ne puisse être à la hauteur de ce petit chef d'oeuvre.
Je vais donc faire assez simple, vous dire juste que: La plume est fabuleuse, les descriptifs sont remarquables. Qu'on y retrouve un petit côté "Stand by me" avec ses amitiés d'enfant à la vie à la mort et ses quatre cents coups aux conséquences plus ou moins dramatiques.
On y trouve aussi des vies, des adultes, des enfants. Une petite ville où tout se sait, où tous se connaissent.
Que "L'homme craie", c'est une trame brillement menée. Une atmosphère lourde et pesante comme on les aime. Que c'est vraiment original, qu'il fait partie de ces livres différents, qui sortent du lot. Qui apportent ce quelque chose en plus.
Que toute l'histoire est narrée au travers des yeux de Eddie, que ce soit adulte ou enfant. Qu'on navigue entre passé et présent. Que "L'homme craie", c'est un meurtre 30 ans plus tôt. Une jeune fille. Quatre enfants qui deviennent adulte, qui restent marqués à tout jamais par des événements qui semble même les poursuivre dans le présent…
Que c'est une de ces histoires simples en apparence où pourtant rien n'est évident. Qu'on découvre au fur et à mesure des pièces de ce qui semble un puzzle bien obscur. Qu'à chaque pièce, on voit apparaître une image qui pourtant se floute. Que ce puzzle pourrait bien avoir plus de pièces qu'il n'en paraît...
Que "L'homme craie" c'est surtout bouleversant, émouvant mais aussi intriguant. Que les personnages sont fabuleux et attachants. Que le final est éblouissant, vraiment...
Que quand le passé te poursuit, te colle aux basques comme un vieux chewing-gum sous ta semelle….ben t'es mal barré...
Quant à moi...au final j'ai largement blablaté 😜
Lien : https://sangpages.com/2018/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Holon
  12 février 2018

C. J. Tudor (Caroline J. Tudor) et son premier roman(polar) L'homme craie ou la couverture de son bouquin est presque un copier-coller du polar de Martin Michaud (Je me souviens). Cette auteure a un potentiel d'écriture et mon instinct me dit qu'une oeuvre hors du commun sommeille et ne demande que du temps à éclore. Oui cette auteure a des choses à dire mais pas dans le domaine du polar. La seule question qui me vient à l'esprit à la suite de la lecture de son roman. Qui est l'homme craie ?
Commenter  J’apprécie          110
lesleoneries
  16 février 2018
1986 - Eddy et sa bande de copains ont 12 ans. Ils mènent la vie typique des adolescents, se retrouvent pour faire du vélo dans les bois, se chamaillent parfois, rigolent souvent. Ils sont inséparables et développent un langage codé composé de dessins faits à la craie, agrémentés de symboles dont eux seuls connaissent la signification. Mais ce tableau insouciant va s'estomper au fil des pages et la bande va se retrouver confrontée à des problèmes plus rares et habituellement réservés aux adultes. Plus rare en effet de se retrouver face à un groupe de révoltés pro-vie lançant des briques sur les fenêtres de votre salon pour intimider votre maman - médecin active dans la lutte pro-avortement-, plus rare toujours de se promener avec les copains et de tomber sur un cadavre découpé en morceaux dont on ne retrouvera jamais la tête… enfin j'espère pour vous que vous ne vivez pas ça tous les jours.
2016 - Eddy semble avoir retrouvé la tranquillité, est parvenu à vivre avec cette affaire jamais résolue qui a marqué une partie de son enfance. Leur petite bande de copains a évolué, ils ne sont plus si proches… certains ont même déménagé, ils se voient rarement. Jusqu'au jour où … un terrible événement les ramène 30 ans en arrière.
Véritable page-turner, ce thriller aux multiples rebondissements m'avait convaincue. Malheureusement, lorsque l'intrigue arrive à son dénouement, ça coince… non pas que ça ne colle pas, le récit tient effectivement la route et ne se contredit pas mais j'ai l'impression d'une chute un brin trop facile, trop évidente, voire même assez peu crédible pour tout avouer.
Une petite déception donc, mais ce premier roman reste malgré tout une bonne lecture et annonce de futures publications intéressantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Jeanfrancoislemoine
  12 février 2018
Je viens de quitter avec beaucoup de regrets Éd,Gros Gav, Mickey,Hoppo, et Nicky,cette bande qui,en 1986,se retrouve régulièrement pour profiter de sa .jeunesse,Les vélos,les filles,l'insouciance, les bêtises aussi et parfois les drames .Qui ne se retrouverait avec nostalgie dans cette ambiance,parfois conflictuelle avec les parents,les mensonges,les sous entendus?
Et comme tout passe,on retrouve ces jeunes gens 20 ans plus tard,plus matures peut être mais déjà cassés par la vie,s'interrogeant sur leur passé, leur avenir,ayant connu la rupture avec les parents qu'ils voient disparaître parfois très douloureusement.La vie,quoi,si bien racontée qu'elle pourrait être la notre.Sauf que....Tout le monde,fort heureusement ne voit pas apparaître un cadavre dans sa vie...C'est là que les suppositions,la suspicion,les mensonges brisent les plus belles des ententes....Qui?Pourquoi?Comment?
Ce roman est remarquable par sa construction, alternant présent et passé ,son style fluide et précis ,ses dialogues alertes.
J'ai vraiment passé un très bon moment,poussé sans arrêt par la curiosité, l'envie de savoir,de tourner les pages...
Je ne suis pas un grand détective et je suis souvent bluffé par les dénouements,mais là,franchement,bravo,le final est éblouissant. .
Un grand coup de chapeau.Un premier roman?Il y a des gens talentueux et je suis prêt à renouveler ma confiance à l'auteure sans hésiter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (1)
LeJournaldeQuebec   29 janvier 2018
Diabolique à souhait, l’histoire de L’homme craie ne s’effacera pas de votre esprit d’un simple coup de brosse !
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
lesleonerieslesleoneries   14 février 2018
Après l'altercation chez Gros Gav, Papa m'avait dit deux ou trois choses, et j'en connaissais un peu plus sur ce qui se passait dans la clinique où travaillait Maman. Quand bien même, à douze ans, l'énormité d'un sujet comme l'avortement vous échappe. Je savais juste que Maman aidait les femmes qui ne pouvaient pas s'occuper de leur bébé. Je crois que je ne voulais pas en entendre davantage.
Cependant, même enfant, je ressentais la colère, le venin de ces manifestants. Quelque chose dans leurs yeux, les postillons qu'ils expulsaient, leur façon de brandir leurs pancartes comme des armes. Leurs slogans parlaient d'amour, mais ils semblaient remplis de haine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanfrancoislemoineJeanfrancoislemoine   12 février 2018
Qui sommes nous sinon la somme de nos expériences, tout ce que nous rassemblons et amassons au cours de notre vie?Une fois qu'on nous enlève cela,nous devenons une masse de chair,d'os et de vaisseaux sanguins.
S'il existe cette chose qu'on appelle l'âme-et je n'en suis toujours pas convaincu-,alors celle de mon père l'avait quitté bien avant que la pneumonie finisse par l'envoyer,gémissant et délirant, dans un lit d'hôpital stérile ;une version rétrécir,squelettique du père grand etvigoureux que j'avais côtoyé toute ma vie.Je ne reconnaissais pas cette coquille d'être humain.J'ai honte de le dire,mais quand on est venu m'annoncer qu'il était parti,j'ai ressenti du soulagement avant la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lesleonerieslesleoneries   12 février 2018
Avec les années vient l'intolérance, plus souvent que la sagesse.
Commenter  J’apprécie          60
puce6386puce6386   09 février 2018
Être adulte n’est qu’une illusion. [...] Sous le vernis de l’âge, sous les couches d’expérience qu’on accumule tandis que les années continuent leur avancée stoïque, nous sommes toujours des enfants, aux genoux écorchés et au nez plein de morve, qui ont besoin de leurs parents… et de leurs amis. 
Commenter  J’apprécie          20
zoccatzoccat   17 janvier 2018
Si notre monde avait été une boule à neige, ç'aurait été le jour où quelque dieu mineur l'aurait secoué avec vigueur avant de le reposer. Même une fois la mousse et les flocons de neige retombés, les choses n'auraient plus jamais été les mêmes. Pas exactement. Elles auraient pu sembler inchangées à travers le verre, mais à l'intérieur tout aurait été différent.
Commenter  J’apprécie          30
Video de C. J. Tudor (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de C. J. Tudor
Vidéo de C.J. Tudor
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1258 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .