AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782809441673
360 pages
Éditeur : Panini France (20/08/2014)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 21 notes)
Résumé :
“La famille Talbot est comme toutes celles qui habitent dans le quartier sécurisé de Little Turtle. Derrière ses murs d’enceinte, les maisons et les jardins sont bien entretenus, les enfants jouent dans les rues et les voisins organisent des barbecues en fin de semaine… le rêve américain.
Lorsque les journaux annoncent l’apparition d’une souche virulente du virus H1N1, une grande campagne de vaccination est lancée. Mais les choses ne se déroulent pas comme pr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  17 juin 2020
Classique et sympathique.
L'apocalypse zombie a eu lieu (une histoire de vaccin pour H1N1 mal préparé et administré à la hâte à beaucoup trop de personnes). Une famille américaine tente de survivre.
Le background. Pour les zombies, l'explication en vaut une autre et on ne s'attarde pas d'ailleurs. Ils sont arrivés et en masse. L'histoire se concentre sur la famille Talbot. C'est d'ailleurs le journal du chef de famille qu'on lit. Donc pas de dimension nationale et encore moins internationale. Les zombies se révèlent très rapidement plus complexes que le classique Romero, doués d'une certaine forme d'intelligence résiduelle. On ne verse pas dans le mystique absolu et je préfère cela. (On sent que tout n'est pas tout clair, mais ça passe facilement dans ce premier tome).
Les personnages : Mike Talbot est un ancien marine, tendance survivaliste et comme tout bon Américain de cet acabit, a les armes qui vont avec. (Mais pas le bunker, ce n'est pas un forcené non plus). Très humain, plein de faiblesses, maladroit mais courageux. Un chouette héros avec une vraie vie, une femme et des enfants bien américains. Je pense que l'auteur a du mettre un peu de son vécu marital dans son livre. Cela le rend encore plus touchant. Les autres, familles et gravitant, sont là pour la figuration. Soyons honnêtes.
Le style et la forme : Très facile à lire, ce genre de littérature ne se prête qu'assez mal aux grandes envolées lyriques de toute façon. C'est assez addictif et page turner avec des descriptions plus que correctes qui rendent bien l'atmosphère zombiesque. Mais ce n'est ni glauque ni noir. A mi chemin entre TWD et Z nation. L'auteur saupoudre, assaisonne, inonde même son récit d'humour salvateur. C'est souvent drôle et dédramatisant, mais parfois un poil trop lourd. Un juste milieu est difficile à trouver et on aura quelques dérapages (mais pas trop pénalisant pour l'intérêt que j'ai trouvé au livre).
Le fond : du grand classique. on trouve une planque, on s'organise, on va chercher du ravitaillement, on se fait déborder, on manque tous d'y passer et on est sauvé par le gong.  Et, comme dans toutes les missions d'exploration de Star Trek, on perd un membre d'équipage. du zombie qu'on tue on détruisant le cerveau, mais qui se profile au fil du roman comme plus complexe qu'il n'y paraît. Espérons que cela ne virera pas grand guignol mystique dans le tome 2.
Bref, du classique et sympathique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          456
Masa
  11 janvier 2015
Zombie Fallout, voilà un autre livre qui surfe sur le thème des zombies. Non, ce titre n'a rien à voir avec le jeu Fallout et rien à voir non plus avec les radiations (Fallout voulant dire « retombée »). Il s'agit là plus d'une mutation du célèbre virus H1N1 suite à la vaccination – une réaction physiologique.
Nous suivons donc le récit écrit par le père de famille voulant protéger toute sa famille.
Je suis assez novice en matière de littérature sur les zombies et donc assez mal placé pour juger correctement ce livre. J'ai toutefois apprécié le style littéraire brut de l'auteur : pas de fioriture, mais beaucoup d'humour. J'ai énormément rit durant toute la lecture. Ce livre se lit très facilement avec de l'action. J'ai passé un bon moment.
J'ai beaucoup aimé aussi l'évolution des zombies qui passent de l'état de larves à des êtres plus intelligents.
Commenter  J’apprécie          220
Saiwhisper
  21 mars 2016
Ah, voilà une bonne lecture Z comme j'aime (pourtant avec un protagoniste qui me fait serrer les dents) ! En fait, "Zombie Fallout" m'a énormément fait songer à "LZR-1143", notamment à cause du héros qui est assez agaçant... Dans les deux sagas le narrateur est une sorte de comique de service : il prend les choses à la rigolade, ajoute des petits commentaires anodins en espérant faire rire le lecteur et se comporte parfois comme un enfant. Cela peut effectivement faire sourire, mais cela devient vite lassant. Par exemple, ses commentaires sur les flatulences, le vomi et les crottes sont assez lourdes... L'humour "pipi-caca" va bien cinq minutes, inutile de le faire revenir sur plusieurs pages. Heureusement, ce père de famille ex-Marine est aussi quelqu'un de doux et de protecteur. Sa famille et ses proches, c'est tout ce qui lui reste et il compte bien les protéger au péril de sa vie ! Mike est donc un homme courageux avec de belles valeurs qui va devoir se surpasser et s'armer de sang froid s'il compte survivre.
Si l'on passe outre l'humour assez lourdingue du narrateur, on découvre un très bon roman avec une intrigue bien menée. En effet, Mark Tufo sait titiller la curiosité du lecteur et l'entraîne dans un monde Z assez particulier. Déjà, il n'y a pas qu'un survivant qui se crée un groupe. Ici, il y a d'abord une famille qui tente de survivre. D'autres rescapés comme les voisins s'ajouteront au groupe durant le récit. La petite communauté est très attachante. On prend plaisir à la voir évoluer, mettre des stratégies en place, se battre et s'entraider. Même l'usine à flatulences... euh... le chien, est attachant. La femme de Mike m'a fait sourire plus d'une fois : malgré le fait que son mari soit un ex Marine, c'est tout de même elle qui "porte la culotte". Un seul regard suffit à donner des sueurs froides à notre héros ! Tous les protagonistes ne sont pas nécessairement aussi bien développés que Mike ou quelques membres de sa famille, mais ils méritent le détour. le tome deux apporte un peu plus de renseignements sur le passé et sur le caractère de certains personnages.
J'ai apprécié le fait que les zombies ne soient pas totalement stupides. Au début, ils sont assez lents et inoffensifs (ou presque), puis deviennent de plus en plus intelligents, dangereux et organisés. J'ai déjà du le dire dans d'autres critiques, toutefois je préfère me répéter : cela donne un côté plus effrayant et réaliste. La survie est encore plus ardue. En plus de cette lutte pour ne pas mourir, divers éléments surprennent le lecteur. Il y a par exemple une étrange voix qui parle à Tommy et qui lui donne des recommandations voire des ordres. Tommy n'est pas un simple mangeur de gâteaux ou de sucreries. Plus d'une fois ces voix/visions auront des répercutions sur le scénario... En plus de ce mystère, on distingue une étrange femme zombie qui suit le narrateur partout... Que veut-elle ? Qui est-elle ? Pourquoi suit-elle la famille Talbot et pas d'autres groupes de survivants ?
Le style de Mark Tufo m'a plu : c'est simple, dynamique et se lit bien. On sent que c'est un passionné du genre Z, car le narrateur fait plus d'une fois référence à des oeuvres comme Shaun of the dead, Resident Evil et bien d'autres... de plus, on se prend vite d'affection pour les survivants et on se demande quels seront les prochains rebondissements. Bien sûr, cela reste une histoire de zombies classique, mais il y a quelques éléments qui m'ont plu (les voix et la mystérieuse "zombette"). L'humour est parfois lourd, cependant j'avoue avoir souri plusieurs fois lorsque Mike faisait des remarques décalées ou sarcastiques. J'ai trouvé ce premier tome très divertissant. D'ailleurs, lorsque le second volume est sorti, je me suis empressée de l'acheter pour connaître la suite. E. C.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
cats26
  19 août 2015
Dans la suite de mes lectures pour ma "culture zombie", je suis tombée sur cette série américaine dépeignant la vie "post invasion zombie" d'une famille.
Je suis plutôt bon public et j'adore les histoires de zombies mais j'avoue que je n'ai pas accroché à ce premier tome.
Pourtant (je commence par les aspects positifs), c'est une histoire de famille. C'est original car là, on a toute une famille d'américains moyens : Papa (ancien marine et survivaliste, pour expliquer leur survie, je suppose), Maman, la fille et les deux garçons.
En fait, ils ne sont pas si moyens que ça car le père est fou d'armement et a entraîné ses deux fils au tir.
L'aspect "famille" donne la motivation du protagoniste principal : c'est sûr qu'on ne va pas prendre les mêmes risques pour son voisin de palier (surtout s'il ne vous a toujours pas rendu votre robot ménager que vous lui avez prêté depuis un mois) que pour son fiston (même s'il a cassé le tableau offert par votre belle-mère).
L'autre aspect sympa, c'est l'humour décalé du héros (j'ai essayé ci-dessus le même genre de remarques qu'il aurait fait). Le texte est bourré de remarques caustiques, de situations absurdes et de références drôles.
Le souci de ces références, c'est que je ne les ai pas comprises, vu que c'est destiné à un public américain et qu'à force, je ne lisais plus les notes en bas de page et ratais toute la drôlerie des allusions (par principe, j'évite le plus possible les notes quand je lis pour le plaisir).
Ce qui est intéressant, c'est que l'auteur s'attache à un certain réalisme : personnage obèse (zombie obèse aussi), petits vices des personnages (la sortie de Tracy pour récupérer des cigarettes!), préjugés et stéréotypes américains
Ce que j'ai moins aimé, c'est l'intrigue très classique : invasion de zombies, camp retranché et sorties "ravitaillement".
J'ai déjà vu par ailleurs et cela ne m'a pas trop emballé.
De plus, je ne sais pas ce que l'auteur ou le narrateur (Mike, le personnage principal) a avec les odeurs mais il en met des tonnes.
Bon, ça fait plus vrai d'insister sur la pestilentielle fragrance des zombies mais parler des pets du chien, du héros, des odeurs de toilette...on tombe dans la scatologie. Et j'avoue que j'ai du mal avec l'humour "pipi-caca".
Il y aussi un aspect surnaturel un peu mystérieux (je pense que ce sera développé par la suite) qui pour moi rajoute un élément inutile.
Je suis plus pour les récits de "survie", de "fuite épique" et de "recomposition de société humaine".
D'autre part, l'auteur essaie de faire "vrai" mais il y a des éléments un peu fous : il y a toujours des journaux télévisés et apparemment des programmes télés (un des personnages la laisse toujours allumée) alors qu'on annonce que l'humanité est au bord de l'extinction. Qui s'occupe de ces émissions? Les zombies?
Quand les garçons de Mike quittent la résidence pour aller chercher Paul, Justin ne connaît même pas la route alors que les familles se voient souvent car vivent tout près (Paul est le parrain de Justin) et il a 15 ans!
Tout le long, j'ai relevé quelques incohérences comme ça (Nicole indiquée comme la soeur de Brandon et non sa copine) et mon esprit pointilleux a tiqué à chaque fois.
En bref, un produit moyen de la littérature zombie qui a pour but de divertir en surfant sur la vague de l'engouement pour le thème mais je suis passée un peu à côté. Je ne lirai pas la suite même si je pense que les fans devraient apprécier cette série.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lilu60
  15 octobre 2014
Pour contrer l'épidémie du virus H1N1 qui se répand, une vaccination massive est organisée. Mais loin de soigner la grippe, elle va tuer et transformer les gens en zombie. La résistance s'organise donc parmi les survivants, dont Mike Talbot, un ancien Marine qui va tenter de sauver sa vie et celles des membres de sa famille. Au sein de son quartier résidentiel et en compagnie de voisins, il va essayer de survivre et de comprendre comment fonctionnent ces zombies, qui semblent, au moins en partie, différents de ceux qu'il a pu découvrir dans ses lectures. Comment vont-ils faire face à cette situation?
L'auteur prend le parti dès le début de nous faire sentir proche des Talbot, avec une histoire contée à la première personne par Mike Talbot en personne. Ce dernier est un ancien Marine et il a un style bien à lui, très familier mais pas pour autant vulgaire qui m'a fait sourire à de nombreuses reprises. On imagine très bien le genre de personne qu'il peut-être en l'écoutant parler et c'est toujours agréable dans un roman quand on peut reconnaître les personnages rien qu'à leur style de langage.
Cette histoire part d'un événement très réaliste puisqu'on est déjà passé par là avec la grippe H1N1, la campagne de vaccination etc... Il est donc plus facile de s'imaginer la situation de la population à ce moment là, et la conséquence qu'a imaginé Mark Rufo à cette vaccination incontrôlée est rendue d'autant plus plausible pour les lecteurs. Ajouté à cela, Mike lui-même nous parle de sa connaissance des zombies qui est la même que nous, liée aux séries et aux romans qu'il a pu dévorer à une époque. Il s'attend donc à ce qu'ils réagissent comme dans ses livres mais finalement s'ils sont en grande partie tels qu'on les attend, Mike remarque bien qu'ils ne sont pas totalement décérébrés et que certains semblent conserver une part de réflexion et de stratégie. le suspense de cette saga est maintenue par cette envie de savoir ce qu'ils sont susceptibles de faire et comment ils peuvent évoluer. Et forcément, on se demande à chaque fois qui des différents personnages va vivre ou mourir...
Des personnages peu détaillés - Ce premier tome des Chroniques des Talbot, nous dresse un tableau assez complet mais aussi relativement succinct des différents membres de la famille Talbot ainsi que des quelques personnages qui gravitent autour d'eux. Mike est le personnage que l'on découvre le plus, et pourtant ce qu'on apprend de lui est assez superficiel et finalement on ne le connait pas vraiment. Par contre, on comprend très rapidement les dynamiques des relations qui existent entre chaque membre de la famille et c'est assez drôle à lire, surtout quand un ancien marine se fait rabrouer et " mater" par sa femme, d'un seul regard. Mon petit préféré reste Tommy, ce jeune garçon très mystérieux, qui passe son temps à manger des sucreries qu'il trouve on ne sait comment, et qui a souvent des visions ou pressentiments quant à la suite des évènements. J'ai vraiment envie de lire la suite pour en savoir plus sur ce qu'il est vraiment!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   20 juin 2020
Je comprenais pourquoi il n'y avait plus d'humain : soit ils avaient fui, soit ils étaient devenus des zombies, soit ils avaient été bouffés. Les animaux avaient probablement déguerpi - pitié, ne me dites pas qu'il existe des lapins zombies!
Commenter  J’apprécie          182
valuniversvalunivers   23 septembre 2015
Si je l’avais observé avec plus d’attention ce jour où j’ai failli me casser la jambe, je me serais rendu compte que ce trou d’évacuation d’eau n’en était pas un. Des fois, on suppose des choses et on les tient pour acquises. C’était en fait un conduit électrique. Voilà qui justifiait un peu mieux son emplacement. Le problème était qu’il ne faisait pas plus de quarante centimètres de diamètre, et que l’essentiel de l’espace était occupé par… roulements de tambour… des câbles électriques, bien sûr ! Bon, mon plan A d’évacuation tombait à l’eau. Plus j’examinais ce conduit et plus je me sentais pris au piège. Au lieu de contenir les zombies à l’extérieur, c’était plutôt nous qui nous retrouvions parqués à l’intérieur du lotissement, un peu comme des bêtes que l’on garderait dans leur enclos en attendant de les abattre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
viedefunviedefun   20 avril 2016
Mes pires cauchemars s’étaient réalisés. Les zombies étaient là. J’ai toujours rêvé de voir ça. J’ai dû regarder tous les films sur les zombies, depuis l’Armée des morts, avec ses mangeurs de cervelles se traînant misérablement, jusqu’à 28 jours plus tard et ses montres bien plus rapides et intelligents. Bon sang, j’ai même adoré les parodies Shaun of the Dead ou Boy Eats Girls. Tant que ça parlait de zombies, j’étais partant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
viedefunviedefun   20 avril 2016
Gerry, Mme Deneaux et quelques autres personnes âgées n’ont pas bougé. Et je me suis dit, un peu méchamment, que la plupart d’entre eux ressemblaient déjà à des morts-vivants, et qu’ils se déplaçaient même moins vite qu’eux. J’ai voulu tirer Jed par le bras pour lui glisser que notre quartier avait été infiltré par l’ennemi, mais mon trait d’humour n’aurait sans doute pas été apprécié à sa juste valeur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
fnitterfnitter   19 juin 2020
Les femmes avaient toujours le dernier mot. Les hommes n'étaient que des faire-valoir. "Oui ma chérie", voilà comment se terminait inévitablement toute confrontation maritale.
Commenter  J’apprécie          172

autres livres classés : zombiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
16625 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre

.. ..