AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Ziliz


Ziliz
  30 août 2019
Sexe, pouvoir, médias, réseaux sociaux, opinion publique, justice.

Jean Farel est un célèbre journaliste - ou présentateur TV mordant, plutôt : davantage dans le show que dans l'investigation. Son épouse Claire, de vingt-cinq ans sa cadette, écrit des essais et des articles féministes. Leur fils Alexandre est promis à son tour à une belle carrière : bac à 16 ans, Polytechnique, Université de Stanford. Sa réussite est d'autant plus importante pour le père que lui-même est 'parti de rien'.
Bien sûr, derrière cette belle façade, la famille a connu des difficultés. Jean n'est pas exemplaire, ni comme époux, ni comme père, mais il a su se préserver des scandales en jouant de prudence, de discrétion, et grâce à ses relations. Un dérapage de '20 minutes' (sic) en pleine tourmente internationale #MeToo menace la quiétude familiale…

Dans ce roman à la fois simple et riche, Karine Tuil montre les rapports hommes-femmes dans notre société : ceux qui font scandale (inégalités professionnelles, harcèlement, viol...) mais aussi la domination masculine plus insidieuse, implicitement acceptée, voire utilisée par certaines femmes elles-mêmes. Cette domination est d'autant plus facile à imposer lorsqu'on est un homme célèbre, influent et/ou riche. Les exemples ne manquent pas dans l'actualité, où l'on voit en outre, comme dans cette histoire, l'importance des relations entre people du monde politique et de la presse.

Un maximum de cœurs/étoiles pour cet ouvrage admirable, plus efficace (explicite et subtil) qu'un essai de sociologue. Il n'assène pas de théories féministes, il présente des faits et invite intelligemment à remettre en question nos façons de penser et d'agir, notamment en matière de séduction et de sexualité. Grâce aux discours des juristes, et au regard de Claire, en particulier, à ses ambivalences de femme et de mère, on y voit combien la question est complexe.
Je souhaite le meilleur à ce roman en cette rentrée littéraire, et pour les prix :
- il le mérite
- et j'espère qu'il sera lu par de nombreux lecteurs & lectrices (à proposer dès 14-15 ans).
___

▪️ lu grâce à la critique élogieuse de Clara Bamberger dans 'Le Canard enchaîné' du 28/08/2019
Commenter  J’apprécie          457



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (43)voir plus