AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
>

Critique de Sachenka


Sachenka
  02 août 2016
Victor Nordensson revient à son village natal de Sunne, en Suède, et s'arrête au cimetière. Là, il croise un vieil ami et les deux échanges quelques instants sur des connaissances communes. Un tel est mort, il est arrivé ceci et cela à tel autre, etc. J'ai beaucoup aimé ce début, cette façon de mettre en place des personnages qu'on rencontrera plus tard. Et cette ambiance, le cimetière, la neige. Malheureusement, tout ça pour rien. Très rapidement, on passe à d'autres personnages et ce va-et-vient constant m'a perdu. Je n'ai jamais eu le temps de m'accrocher, de m'intéresser à quelques uns que déjà on changeait, on passait d'une génération à l'autre. Et je n'ai pas compris pourquoi le livre s'intitulait L'oratorio de Noël. Je l'ai cherché longtemps, l'oratorio. Pendant un moment, où il était question du professeur de musique qui voulait organiser un concert, je me suis dit : « Ça y est ! » C'était un faux espoir parce que, somme toute, il n'est pas si important à l'intrigue.

Bref, beaucoup d'incompréhension. Pourtant, je suis un lecteur averti. Je suis passé à travers plusieurs sagas, fresques historiques, romans chorals. Mais j'aime bien que des liens assez ténus les recoupent. Ici, peu. Les liens entre les trois générations étaient minces. À plusieurs reprises, je suis retourné sur la quatrème de couverture pour relire le résumé, essayer de trouver un sens à cette histoire. En vain. Sans doute que je suis à blâmer en partie, peut-être que je n'étais pas dans le bon état d'esprit pour entamer cette lecture.

Selon moi, la disparition de Solveig méritait qu'on s'y attarde davantage. Aron Nordensson et son fils Sidner ont su m'émouvoir un peu – tous ces rêves, ces espoirs déçus. La correspondance du premier avec une néo-zélandaise m'a intrigué, le voyage là-bas du second m'a raccroché un peu, mais il était trop tard. Quant aux autres… ça grouillait trop, j'arrivais difficilement à les associer aux personnages importants. le petit-fils Victor est presque absent. Et Tessa, Fanny, Torin et Selma Lagerlöf elle-même (je ne suis pas certain avoir apprécié), je ne savais plus quoi en faire. Aussi, mes difficultés à saisir l'intrigue principale m'ont empêché de jouir pleinement de l'écriture de Göran Tunström. On dit qu'on y retrouve lyrisme, poésie. Peut-être. Je devrai lire autre chose de cet auteur – je dois absolument donner une autre chance à un auteur aussi encensé – pour m'en faire une idée claire. J'espère ne pas subir une autre déception.
Commenter  J’apprécie          333



Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Ont apprécié cette critique (30)voir plus